Les syndromes prolongés post-médicaments et syndromes prolongés de sevrage peuvent durer des années après l'arrêt

Les nombreux autres syndrômes prolongés post-médicament

LE SYNDROME PARKINSONIEN, LA DYSKINESIE, LA FIBROMYALGIE, ALZHEIMER, LE SYNDROME DES JAMBES SANS REPOS, L’AKATHISIE, LA SCLEROSE EN PLAQUE, LES SYNDROMES PROLONGES DE SEVRAGE, L’INSOMNIE CHRONIQUE, LE DIABETE, LA DEMENCE, LA DEPRESSION, LA BIPOLARITE, L’AUTISME, LE CANCER, LA CASTRATION CHIMIQUE, LA NARCOLEPSIE, LE SYNDROME DE STEVENS-JOHNSON, LA MIOFACIITE A MACROPHAGE, LE TDAH, LA DYSTONIE, LA FATIGUE CHRONIQUE, LA MALADIE DE PARKINSON, LA PSYCHOSE, LES HALLUCINATIONS, LA PHOBIE SOCIALE, LES AVC, LES ACCIDENTS CARDIOVASCULAIRES, L’ALCOOLISME, LE SYNDROME SEROTONINERGIQUE, LE SYNDROME MALIN DES NEUROLEPTIQUES, L’EPILEPSIE, L’HYPERTENSION… SONT DES EFFETS SECONDAIRES COURANTS DES MEDICAMENTS OU VACCINS, QUI, LE PLUS SOUVENT, NE SERVENT A RIEN
.
.
.
 
Véritable torture chimique sur ordonnances

La torture sur ordonnannces

dépression sur ordonnances

psychotropes et tortures
la torture médicale
la torture sur ordonnances
La torture pendant 10 ans !!
SEP : la torture
La torture et la barbarie
La bipolarité est de la torture, la bipolarité est souvent provoquée par les médicaments
la torture sur ordonnances
La torture sur ordonnances
la dépendance sur ordonnances
le handicape ou la mort sur ordonnances
la torture ou la mort sur ordonnances
la torture sur ordonnances

Ils font passer les effets secondaires des médicaments ou de sevrage, pour une nouvelle maladie ou une aggravation de la maladie initiale

Le syndrome prolongé post finastéride / propécia (PFS)

Un objectif secondaire est d’accroître la sensibilisation du public à l’échelle mondiale sur les PSF.
 
J'ai le syndrome post-finastéride (SSP) depuis près de 20 ans. J'ai maintenant 42 ans
 
Une série d'effets indésirables persistants - appelés collectivement syndrome post-finastéride (SSP) - après un traitement par inhibiteur de la 5α-réductase pour l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) et l'alopécie androgénique (AGA) ont récemment été décrits. La gravité de ces effets secondaires sexuels, physiques, neurologiques et psychiatriques soulève d'importantes préoccupations concernant le traitement de ces affections, en particulier compte tenu de la prévalence des indications pour ces médicaments.
 
propecia
Parmi ceux qui souffrent de ces effets, on ne sait pas combien seront impuissants à vie
 
Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français

Le syndrome prolongé post-progestérone et stérilet mirena

Le syndrôme prolongé post-fluoroquinolone / antibiotiques

Bonjour,moi ça fait 2 ans que je vis un calvaire suite à Oflocet: tendinopathies multiples,douleurs musculaires,douleurs fribromyalgiques,craquements osseux,pieds et mains gelés,moral en berne,anxiété…ces antibios sont parmi les pires des médicaments sur terre,et hélas pour se rétablir il faut souvent compter non pas en mois mais en années!! 2 compléments à prendre en urgence : du magnésium à haute dose,et de la vitamine D3
 
j'ai le regret de vous annonncer en ce triste jeudi 12 Juillet 2012, que suite au dosage sanguin par chromatographie liquide haute performance effectué le 10 Juillet dernier, s'écoule encore dans mon sang 0,05 mg de lévofloxacine (alias Tavanic). Et oui vous ne révez pas.Certes c'est peu mais c'est tout même un grand choc pour moi car souvenez vous, je n'en suis pas à 4 semaines post prises ni même à 4 mois mais à 4 ans. C'est tout simplement hallucinant: qui aurait pu croire croire que les FQ (mais n'importe quel médicament tout simplement) pouvaient rester aussi longtemps dans le sang. Donc maintenant lorsqu'un médecin vous dira que les FQ sont excrétés en totalités en quelques jours, vous saurez quoi lui répondre. J'étais déja assez éttonné que l' on retrouve encore des FQ chez domdom 7 mois après mais vous voyez qu'en cas de prise longue durée cela peut être beaucoup beaucoup plus long...
 

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Le syndrome prolongé post-chimiothérapie du cancer

C’est une sorte d’état de brouillard (fog) cognitif, qui peut faire penser à la maladie d’Alzheimer,
"Le plus souvent, ces troubles sont transitoires, mais chez certains patients, ils peuvent persister jusqu’à dix ans après le traitement"
 
La persistance des troubles cognitifs est constatée parfois jusqu’à 20 ans après la chimiothérapie.

Le syndrome prolongé post-lupron / décapetyl / énantone (cancer de la prostate et endométriose)

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Syndrome prolongé post -roaccutane / isotrétinoine

roaccutane / isotétrinoïne
Le médicament contre l'acné qui peut voler la virilité des jeunes hommes: Roaccutane est prescrit à des dizaines de milliers de personnes pour leur peau. Mais il existe maintenant des preuves inquiétantes d'effets secondaires embarrassants pour des hommes comme Ed, qui peuvent durer des années - et les laisser suicidaires.

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines / syndrome prolongé post-sevrage benzodiazépine

Chez 10 à 15% des patients, les manifestations de sevrage ne disparaissent qu’après plusieurs mois, voire plusieurs années. On n’en connaît pas clairement la raison. Les principaux symptômes de sevrage de longue durée sont l’angoisse, l’insomnie, la dépression.
 
Chez 10 à 15% des patients, les manifestations de sevrage ne disparaissent qu’après plusieurs mois, voire plusieurs années. On n’en connaît pas clairement la raison. Les principaux symptômes de sevrage de longue durée sont l’angoisse, l’insomnie, la dépression.
 
demander la reconnaissance du syndrome de sevrage prolongé aux benzodiazépines, affection multiforme et extrêmement invalidante, et sa prise en charge par l'assurance maladie ; informer et sensibiliser les médecins prescripteurs à cette maladie iatrogène d'une extrême gravité ; demander au législateur la mise en place d'un fonds d'indemnisation des victimes des benzodiazépines.
 

L'agonie des victimes : "le syndrôme prolongé de sevrage doit être reconnu"

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français

Le syndrome prolongé de sevrage aux antidépresseurs / syndrome prolongé post sevrage des antidépresseurs

Le sydrome prololongé de sevrage aux antidépresseurs

déni de syndrome de sevrage
La médecine nie l'existence et la gravité du syndrome de sevrage des antidépresseurs
 

Le syndrome prolongé de sevrage aux neuroleptiques et neuroleptiques cachés

"Les témoignages recueillis par l'Aaavam (¹) sont accablants : dépression, tentatives de suicides, tremblements, dyskinésies tardives... jusqu'à dix ans après la prise de l'Agréal."
 
Victime de ce médicament AGREAL, je suis en sevrage depuis 8 ans et toujours des symptômes qui me gâchent la vie au quotidien. Douleurs musculaires, tête, dos, nuque épaule etc ... J'espère m'en sortir un jour car ce mal être et cette souffrance, je n'en peux plus !!! de nombreuses victimes comme moi aimeraient revivre mais aucune compréhension. Merci aux personnes qui pourraient nous apporter un peu de soulagement.
 
Agréal est un neuroleptique caché maintenant interdit à la vente.
 

Les syndromes prolongés de sevrage aux autres psychotropes (lithium, anti-épileptiques, baclofène, "régulateurs d'humeurs", anticholinergiques et antiparkinsonniens...)

Syndrome prolongé de sevrage aux opioïdes et tramadol

Le syndrome prolongé de sevrage aux bêta-bloquants et antihypertenseurs

Le syndrome prolongé post-IPP

Syndrome prolongé de dysfonction sexuelle post-ISRS

La DSPD touche à la fois les hommes et les femmes. Elle peut survenir après seulement quelques jours d'exposition à un antidépresseur et peut persister pendant des mois, des années ou indéfiniment. Il n'y a pas de remède connu
Beaucoup de malades ne parviennent pas à se rétablir de manière significative, certains ayant eu le problème pendant plus de 20 ans sans aucun signe d'amélioration
 
Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français
 

Syndrome prolongé post sevrage cortisone prescrit pour l'eczéma

Syndrome prolongé post-psychotropes

La dyskinésie tardive est un syndrome prolongé post-médicaments

L'akathisie chronique peut être un syndrome prolongé post-médicaments que les médecins, en France, font, souvent passer, pour une maladie : le syndrome des jambes sans repos

Akatisie tardive
Au cours des dernières années, il a été de plus en plus reconnu que  l’akathisie se produit non seulement sous la forme aigu, l’auto-limitée complication de la dopamine (DA) antagoniste de traitement, mais aussi comme une forme persistante, appelé akathisie tardive.

La liste des médicaments qui provoquent l’akathisie
 
L'akathisie aiguë se développe peu de temps après le début du traitement.      
L'akathisie tardive se développe des mois après le début du traitement.      
L'akathisie de sevrage se produit lors de l'arrêt d'un médicament.      
L'akathisie chronique est tout type qui dure plus de six mois
Les symptômes de l'akathisie peuvent inclure:     
anxiété ou agitation    
agitation    
se sentir émotionnellement mal à l'aise    
dysphorie - se sentir mal ou déprimé    
Difficulté à dormir    
attaques de détresse ou de panique    
difficulté à rester assis; ressentir le besoin de continuer à bouger, par exemple. faire les cent pas    
une sensation de vouloir sortir de votre peau    
pensées sombres et désagréables    
impulsions étranges et inhabituelles, souvent de nature agressive    
homicidalité    
suicidalité
 
L’akathisie est un trouble, induit comme un effet secondaire des médicaments (y compris les ISRS et les antipsychotiques), qui peut amener une personne à ressentir une telle agitation intérieure intense que la victime est conduite à la violence et / ou au suicide. Il a été dit: « La mort peut être un résultat bienvenu ». Pour des raisons liées au fort pouvoir politique et de lobbying des compagnies pharmaceutiques, l’akathisie est rarement expliquée comme un effet secondaire possible des médicaments, et les professionnels de la santé et le grand public en savent très peu sur l’existence de ce trouble.

 

« les médecins ont tous nié que les médicaments auraient pu causer son état »

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

 syndrome des jambes sans repos : Il perturbe les nuits de 8 % des Français mais reste méconnu.

Le syndrome post-antidépresseurs est souvent diagnostiqué comme de la bipolarité

effets secondaires des antidépresseurs ou de leurs sevrages.
 
En dépit des preuves claires fournies dans des livres comme Anatomie d’une épidémie par Robert Whitaker, il est pas encore bien reconnu par les médecins ou les patients que ce problème et d’ autres sont iatrogène (induite par le traitement).

Syndrome post-isoméride : L'Isoméride continuerait de provoquer des effets secondaires graves 9 ans après

Les syndromes prolongés post-vaccin

Symptômes prolongés associés à la toxicité du gadolinium / produit de contraste pour IRM

Avec le temps, les symptômes peuvent disparaître ou s'atténuer considérablement, mais les patients rapportés dans notre enquête sur les effets chroniques du gadolinium conservé au moyen d'une IRM de contraste traitent leurs symptômes chroniques depuis au moins 5 ans, sans aucune fin visible. Avec peu de soins médicaux, il n’existe aucun traitement connu pour «guérir» la toxicité du gadolinium (pour en savoir plus, voir Traitements ). Le soulagement des symptômes et les méthodes d'adaptation amèneront le plus souvent le patient à tolérer ou simplement accepter ses symptômes.

La demi-vie du fosamax contre l'ostéoporose est de 10 ans !

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

syndrome prolongé post-quinoléine / symptômes du quinisme neuropsychiatrique, ou encéphalopathie chronique à la quinoléine

En 2013, la FDA avait averti que la méfloquine pouvait avoir des effets indésirables durables, voire permanents. Des recherches plus récentes confirment que les cauchemars et autres rêves anormaux affectent près de 1 personne sur 7 exposée à la méfloquine [1] et que plus de 1 personne sur 5 qui se plaint de cauchemars rapporte que ce symptôme persiste plus de 3 ans après l'exposition [2]. D'autres symptômes du quinisme neuropsychiatrique, dus à une toxicité du système nerveux central, peuvent comprendre des acouphènes persistants, des vertiges, des vertiges, des paresthésies et des troubles visuels.
 
Les symptômes peuvent durer des années
Des rapports de cas d'effets secondaires de la méfloquine ont déjà été publiés, mais les auteurs de " Symptômes neuropsychiatriques prolongés chez un membre des forces armées exposé à la méfloquine " affirment que leur exemple est inhabituel car il montre que les symptômes peuvent durer des années après qu'une personne cesse de prendre le médicament.

Une courte liste

Syndromes de réactions allergiques versus toxicité

À vingt ans, j'ai eu une réaction allergique à un antibiotique sulfa. J'ai éclaté dans des ruches avec des démangeaisons pendant que je prenais le sulfa, mais les ruches sont parties dès que j'ai cessé de les prendre. Je n'ai eu aucun autre symptôme ni effet durable. Je ne me souviens pas si j’ai pris Benadryl pour l’aider à guérir, mais j’imagine que cela m’aurait été utile. À l’époque, il était clair que j’avais une réaction allergique à l’antibiotique sulfone, mais si j’avais besoin de la vérifier, il existe des tests qui pourraient vérifier et valider mon allergie aux médicaments à base de sulfamide.

Douze ans plus tard, j'ai eu une réaction indésirable à la ciprofloxacine, un antibiotique de la fluoroquinolone. Pendant plus d'un an après avoir pris la ciprofloxacine, j'ai ressenti une faiblesse musculaire et de la douleur; dysfonctionnement du système nerveux autonome, notamment perte d'équilibre, incapacité à transpirer, dysmotilité digestive, sécheresse de la bouche et sécheresse des yeux; dysfonctionnement du système nerveux central, y compris perte de mémoire, incapacité à se concentrer, perte de compréhension en lecture, anxiété et brouillard cérébral; une perte d'énergie (je passais du crossfit à la difficulté de marcher dans un centre commercial); et des changements dans ma personnalité. Mes symptômes ont fluctué et ont persisté pendant des années. Tous mes symptômes sont apparus après que j'ai arrêté de prendre la ciprofloxacine, et bon nombre d'entre eux ont augmenté d'intensité longtemps après que la ciprofloxacine «aurait» dû disparaître de mon système. Ni Benadryl ni aucun autre médicament que j'ai essayé n'ont fait quelque chose pour soulager mes symptômes. Aucun test ne permet de vérifier les réactions indésirables aux fluoroquinolones et aucun médecin ne semble avoir la moindre idée de la façon de traiter mes symptômes.

Voyez-vous la différence dans mes deux expériences? Vous devriez. L'une consistait en une ruche et un week-end de démangeaisons, l'autre en une expérience de changement de vie qui a modifié mes capacités physiques, mes pensées et même ma façon d'interagir dans le monde.

Ma réaction à l'antibiotique sulfa était une réaction allergique. Ma réaction à la ciprofloxacine était différente, et la catégoriser comme une «allergie» est une erreur. Je suis allergique aux sulfamides. Ma réaction aux fluoroquinolones (cipro / ciprofloxacine, lévaquin / lévofloxacine, avelox / moxifloxacine, floxine / ofloxacine) a été pire et une autre exposition à une fluoroquinolone entraînera probablement mon invalidité permanente ou la mort.

Les réactions indésirables à la fluoroquinolone sont catégoriquement différentes des réactions allergiques. La toxicité à la fluoroquinolone est plutôt un syndrome de maladie chronique à symptômes multiples qui ne disparaît pas lorsque l'administration du médicament a cessé. Les réactions indésirables à la fluoroquinolone sont similaires en termes de symptômes et de portée aux maladies auto-immunes, à la fibromyalgie, à l’EM / SFC, au POTS, aux maladies psychiatriques, aux maladies neurodégénératives (comme la SLA et la maladie de Parkinson) et à d’autres maladies chroniques à symptômes multiples impliquant de multiples symptômes corporels. Comme beaucoup de ces maladies, les fluoroquinolones ont des effets néfastes sur la santé intestinale, la santé mitochondriale, la santé du foie, l'équilibre des neurotransmetteurs, l'homéostasie minérale, les hormones, etc. La toxicité de la fluoroquinolone est un syndrome chronique à symptômes multiples qui, pour beaucoup, est incurable. Vous ne pouvez pas prendre un Benadryl pour vous en débarrasser. Certaines personnes guérissent (tout comme certaines personnes guérissent de maladies auto-immunes), mais il n'y a pas de voie unique vers le rétablissement.
Maladie chronique induite médicalement

Peu de gens reconnaissent que les produits pharmaceutiques peuvent causer des SYNDROMES de maladies chroniques à symptômes multiples. Ils devraient cependant, car non seulement des millions d’ordonnances de fluoroquinolones sont rédigées chaque année (alors que les taux de maladies chroniques et mystérieuses à symptômes multiples augmentent, pas par coïncidence), mais les fluoroquinolones ne sont pas les seules substances responsables de maladies chroniques à symptômes multiples. , syndromes.
Syndrome de sevrage aux benzodiazépines

Les benzodiazépines et le sevrage des benzodiazépines provoquent une maladie de longue durée qui affecte négativement le cerveau et tous les aspects du corps. Selon l’entrée de Wikipedia sur le syndrome de sevrage aux benzodiazépines,

    «Le sevrage des benzodiazépines est caractérisé par des troubles du sommeil, de l'irritabilité, une augmentation de la tension et de l'anxiété, des attaques de panique, des tremblements des mains, des sueurs, des difficultés de concentration, de la confusion et des difficultés cognitives, des problèmes de mémoire, des nausées, une perte de poids, des palpitations, des maux de tête et des douleurs musculaires. et raideur, une foule de changements perceptuels, hallucinations, convulsions, psychose [1] et suicide [2]. "

Il existe de nombreuses sources d’informations supplémentaires sur le syndrome de sevrage des benzodiazépines, chronique, à symptômes multiples, sur Internet.

Syndrome de Lupron

Après avoir pris Lupron, de nombreuses femmes ont présenté les effets suivants: perte de libido, douleurs musculaires et articulaires, troubles gastro-intestinaux, perte osseuse, perte de cheveux, peau sèche et gercée, anomalies du sucre dans le sang, problèmes cardiovasculaires et respiratoires, problèmes de cerveau et de système nerveux , etc. L'utilisation de Lupron a entraîné une maladie chronique à plusieurs symptômes - un syndrome.
Syndrome d'Essure

Il existe un groupe Facebook comptant plus de 31 000 membres pour les victimes d'Essure, une bobine implantée dans les trompes de Fallope pour servir de contrôle des naissances permanent. De nombreuses femmes victimes d'Essure présentent de multiples symptômes analogues à une maladie auto-immune. Pour beaucoup d'entre eux, l'Essure provoque un syndrome de maladie chronique et de douleur.
Syndrome singulier

Montelukast / Singulair, le médicament contre l'asthme, a été associé au syndrome de Churg Strauss, une maladie auto-immune qui entraîne une inflammation des vaisseaux sanguins dans les poumons. Le syndrome de Churg Strauss est une maladie auto-immune grave et incurable. Ce n’est pas une «allergie» à Singulair, c’est pire, c’est le déclenchement d’une maladie grave.
Autres syndromes induits par des médicaments

La lariam / méfloquine peut causer de graves problèmes psychiatriques permanents. Les ISRS, les contraceptifs hormonaux, les statines et d’autres médicaments peuvent également provoquer des maladies à symptômes multiples. Outre les fluoroquinolones, d'autres antibiotiques peuvent provoquer des syndromes persistants. Des milliers de jeunes hommes et femmes souffrent des graves effets indésirables du vaccin contre le VPH. Même les médicaments en vente libre peuvent avoir des «effets secondaires» à long terme et multiformes.
La maladie iatrogène n'est ni rare ni allergique

Ces maladies iatrogènes ne sont pas rares et il ne devrait pas être une notion étrangère que les produits pharmaceutiques puissent causer des maladies chroniques - des milliers de patients ont signalé que divers produits pharmaceutiques avaient entraîné des maladies complexes et persistantes, et de nombreux symptômes de maladies chroniques étaient répertoriés. étiquettes d'avertissement de drogue. Pourtant, je reçois toujours des messages comme celui-ci:

    «J'ai vu l'allergologue en chef à l'hôpital et toujours là. Il n'a pas dit être allergique à Levaquin. Aucun test pour le prouver. "

Selon le raisonnement de son médecin, les seuls effets indésirables au médicament qui existent sont les réactions allergiques immédiates qui peuvent être testées et traitées avec des antihistaminiques ou de l’épinéphrine. Malheureusement, ce n’est tout simplement pas vrai. De nombreuses réactions indésirables aux médicaments ressemblent plus à des maladies à symptômes multiples, chroniques, mystérieuses et incurables que des réactions allergiques. Le temps est venu pour un changement de paradigme parmi les patients et les professionnels de la santé de reconnaître non seulement que de nombreux produits pharmaceutiques peuvent provoquer des syndromes de maladie, et que bon nombre des maladies chroniques à symptômes multiples et reconnues peuvent être liées à un usage pharmaceutique.

Les patients souffrant de syndromes d'origine pharmaceutique méritent d'être reconnus. Les personnes atteintes de maladies reconnues pouvant être liées à l'utilisation de produits pharmaceutiques méritent de savoir que ces liens existent. Le fait qu’une réaction ne rentre pas dans le modèle «allergique» ne signifie pas pour autant qu’il n’existe pas. Les syndromes d'origine pharmaceutique existent et ils sont tout aussi dévastateurs et souvent pires que les réactions allergiques reconnues.

La plupart de ces syndromes prolongés et syndromes post-médicaments sont niés par les médecins : STOP AU NEGATIONNISME DES MEDECINS !

Ajouter un commentaire