surdité et acouphènes sur ordonnances : les médicaments ototoxiques

médicaments ototoxiques

Les médicaments ototoxiques sont partout !

Il y a au moins 743 médicaments connus pour être ototoxiques. 4 Voici seulement 84 d'entre eux. Cela donne une idée de la façon dont les substances ototoxiques omniprésentes sont dans les médicaments que nous prenons sans avoir la moindre idée que ces médicaments pourraient nuire à nos oreilles.

  • INHIBITEURS ACE tels que Enalapril ( Vasotec ), 2 Moexipril Univasc ), Ramipril ( Altace )
  • ACETIC ACIDES tels que le Diclofenac ( Voltaren ), Etodolac ( Lodine ), Indomethacine ( Indocin ), Ketorolac ( Toradol )
  • BLOCS ALPHA tels que Doxazosin ( Cardura )
  • AMINOGLYCOSIDES tels que Amikacin ( Amikin ), Gentamicine ( Garamycine ), Kanamycine ( Kantrex ), Néomycine ( Neosporine ), Netilmicine ( Netromycine ), Streptomycine , Tobramycine ( Tobradex )
  • ANTAGONISTES DE RECEPTEURS ANGIOTENSIN-2 comme Eprosartan ( Teveten ), Irbesartan ( Avapro )
  • DROGUES ANTI-ARRHYTHMIC tels que Flecainide ( Tambocor ), Propafenone ( Rythmol ), Quinidine ( Cardioquin ), Tocainide ( Tonocard )
  • DROGUES ANTI-CANCER tels que Buserelin ( Suprefact ), Carboplatin ( Paraplatin ), Cisplatin ( Platinol ), Vinblastine ( Velban ), Vincristine ( Oncovin )
  • Des médicaments anti-convulsifs tels que la carbamazépine ( Tegretol ), Divalproex ( Depakote ), Gabapentine ( Neurontin ), Tiagabine ( Gabitril ), l' acide valproïque ( Depakene )
  • MÉDICAMENTS ANTI-MALARIÉS tels que la chloroquine ( Aralen ), la Mefloquine ( Lariam ), la Quinine ( Legatrin )
  • INHIBITEURS DE PROTÉASE ANTI-RETROVIRALE tels que Cidofovir ( Vistide ), Ganciclovir ( Cytovene ), Ritonavir ( Norvir )
  • BENZODIAZEPINES telles que Diazepam ( Valium ), Estazolam ( ProSom ), Midazolam ( Versed )
  • BETA-BLOCKERS tels que Atenolol ( Tenormin ), Betaxolol ( Betoptic ), Metoprolol ( Lopressor )
  • ANTI-DEPRESSANTS BICYCLIQUES tels que Venlafaxine ( Effexor )
  • CALCIUM-CHANNEL-BLOCKERS tels que Diltiazem ( Cardizem ), Nifedipine ( Adalat ), Nisoldipine ( Sular )
  • INHIBITEURS COX-2 tels que Celecoxib ( Celebrex ), Rofecoxib ( Vioxx )
  • H1-BLOCKERS tels que Cetirizine ( Zyrtec ), Fexofenadine ( Allegra )
  • MESURES IMMUNOSUPPRESSANTES telles que Cyclosporine ( Neoral ), Muromonab-CD3 ( Orthoclone OKT3 ), Tacrolimus ( Prograf )
  • LOUC DIURETICS tel que Ethacrynic acid ( Edecrin ), Furosemide ( Lasix ), Torsemide ( Demadex )
  • MACROLIDE ANTIBIOTIQUES tels que Clarithromycine ( Biaxin ), Erythromycine ( Eryc )
  • MÉDICAMENTS AGONISTES OPIENS tels que Codeine ( Codeine Contin ), Hydrocodone ( Vicodin ), Tramadol ( Ultram )
  • ACIDES PROPIONIQUES tels que Flurbiprofen ( Ansaid ), Ibuprofen ( Motrin ), Naproxen ( Anaprox )
  • INHIBITEURS DE LA POMPE DE PROTON comme Esomeprazole ( Nexium ), Lansoprazole ( Prevacid ), Rabeprazole ( Aciphex )
  • QUINOLONES tels que Ciprofloxacin ( Cipro ), Ofloxacin ( Floxin ), Trovafloxacin ( Trovan )
  • SALICYLATES tels que l' aspirine , la mésalamine ( Asacol ), l' olanzapine ( Zyprexa )
  • INHIBITEURS DE RÉPARATION DE SÉROTONINE SELECTIVE (SSRI) tels que Fluoxetine ( Prozac ), Fluvoxamine ( Luvox ), Sertraline ( Zoloft )
  • AGONISTES DE RÉCEPTEURS SEROTONIQUES tels que Almotriptan ( Axert ), Naratriptan ( Amerge ), Sumatriptan ( Imitrex )
  • THIAZIDES tels que Bendroflumethiazide ( Corzide ), Indapamide ( Lozol )
  • TRICYCLIC ANTI-DEPRESSANTS tels que Amitriptyline ( Elavil ), Clomipramine ( Anafranil )

 

L’ototoxicité (étymologiquement : toxicité pour l’oreille) se manifeste par une altération des fonctions auditives et ou vestibulaires normales, accompagnée secondairement d’une dégénérescence des cellules sensorielles de la cochlée (audition) et/ou du vestibule (équilibration).

Une centaine de médicaments sont potentiellement ototoxiques. Les sujets présentant un acouphène doivent éviter de prendre des médicaments dont les effets ototoxiques sont avérés. Ils doivent donc signaler ou rappeler à leur médecin qu’ils ont un acouphène au moment de la rédaction de toute nouvelle ordonnance.
Le danger potentiel pour l’oreille varie selon le groupe auquel les médicaments considérés appartiennent.
Certains sont des ototoxiques définitivement prouvés : il s’agit principalement d’antibiotiques, de diurétiques, des salicylates (aspirine et drogues apparentées), de drogues ordonnées contre le paludisme et d’anticancéreux. D’autres sont potentiellement ototoxiques en particulier après un usage prolongé ou à hautes doses ; c’est le cas de l’Ibuprofen (Advil, Nurofen), de la quinine ainsi que de certains anti-dépresseurs comme l’imipramine (Tofranil).
D’autres encore ne manifestent leur toxicité que dans des cas très rares et de manière généralement réversible : quelques antibactériens (Hexachlorophène, Phisohex), antibiotiques (Ampicilline) ou antidépresseurs (Anafranil).

Certaines de ces drogues sont spécifiquement toxiques pour le vestibule, leurs effets se manifestent alors sous forme d’étourdissements, de vertiges, de nausées et/ou de vomissements ; d’autres concernent spécifiquement la cochlée, provoquant acouphènes et/ou perte auditive ; d’autres encore combinent ces deux types d’effets.

Nous allons considérer successivement les différentes classes de médicaments ototoxiques en citant les principales spécialités concernées.

  • Anti-inflammatoires

Salicylates
Aspirine‚, Aspégic‚, Aspro‚, Catalgine‚, Kardégic‚, Solupsan‚
Ces substances ont des effets avant tout cochléotoxiques, clairement fonction de la dose et de la concentration utilisée, survenant après intoxication aiguë ou traitement prolongé ou bien conséquences d’un surdosage modéré, apparaissant à partir de 2,7 g/jour. Au delà de 4g/jour, on provoque des acouphènes chez 50% des patients et une baisse auditive dans 75%.

Autres anti-inflammatoires

Acides acétiques : Indomethacine, Indocid‚
Acides propioniques
Fenoprofène Nalgésic‚,
Ibuprofène Nurofen‚ Nureflex‚ Advil‚,
Naproxen Apranax‚ Naprosyne‚.
Acide méfénamique Ponstyl‚
Acides énoliques : piroxicam Feldène‚

Les deux molécules le plus souvent incriminées sont l’Ibuprofène et le Naproxen.

  • Cancerologie/hematologie

Cisplatine et derives
-Cisplatyl, Eloxatine‚ Oxaliplatine, Paraplatine‚ Carboplatine
Les effets uni- ou bi-latéraux consistent en des acouphènes fréquents accompagnant une surdité sur les aigus. Cependant, en cas d’administrations répétées, les autres fréquences peuvent être atteintes résultant en un trouble de la discrimination d’installation progressive. Dans certains cas la surdité peut s’installer brutalement.
autres
-Dérivés de la moutarde azotée (cochléotoxique : surdité et acouphènes permanents)
-Bléomycine (acouphènes possibles)
-Vincristine (cochléotoxique)
-Vinblastine
-Methotrexate (toxicité cochléaire et vestibulaire)

  • Diuretiques

Furosémide Lasilix‚

  • Antibiotiques

Aminosides
-Amiklin (toxicité cochléaire et vestibulaire)
-Gentamycine (toxicité cochléaire et vestibulaire, dose-cumulée)
-Isepalline (toxicité cochléaire et vestibulaire)
-Tobramycine Nebcine‚ (toxicité cochléaire et vestibulaire)
-Netilmycine
-Netromycine‚ (toxicité cochléaire et vestibulaire)
-Kamycine‚ (toxicité cochléaire et vestibulaire)

Les Aminosides exercent leur effet ototoxique qu’ils soient administrés par voie parentérale, entérale, en aérosols ou en applications locales (gouttes dans le conduit). Le risque ototoxique est similaire que l’administration soit effectuée en une seule prise ou en plusieurs.

L’ototoxicité est différente selon la molécule considérée : la néomycine est la substance la plus cochléotoxique avec des cas rapportés après aérosolthérapie. Sa vestibulotoxicité est plus rare ; la streptomycine est la plus vestibulotoxique (retrouvé chez 20 à 75% des patients traités). Elle provoque une baisse auditive dans 4 à 15% des cas. La gentamycine est plus vestibulotoxique (incidence allant jusqu’à 30%) que cochléotoxique (4 à 5% de baisse auditive). Kanamycine, amikacine et nétilmicine sont plus cochléotoxiques (respectivement 10 à 60%, 3 à 24%, 0.4 à 22%).

Macrolides
Erythromycine

-Erythrocine‚
-Erytrogram‚
-Pediazole‚
Ils induisent une surdité bilatérale, souvent associée à des acouphènes. Les vertiges sont possibles. Contrairement à ce qui est observé avec les aminosides, la surdité peut atteindre aussi bien les fréquences conversationnelles que les fréquences plus aiguës. Elle est donc aisément décelable par le patient.
Dose-dépendants, ces effets surviennent pour des doses supérieures à 4g/jour ou bien à partir de 2g/jour en cas d’insuffisance rénale ou hépatique. Pas d’ototoxicité en dessous de 2g/j sauf en cas d’administration intra-péritonéale lors de dialyses.

Clarithromycine
-Naxy‚ Zeclar‚ : des cas d’acouphènes et d’hypoacousie, en règle générale réversibles à l’arrêt du traitement, ont été signalés pour des posologies > 1g/jour.

Azithromycine
- Zithromax‚
Vancomycine
-Vancocine
-Vancomycine
Les effets oto-toxiques dose-dépendants consistent en acouphènes et surdité potentiellement irréversibles, portant initialement sur les aigus. Ils sont rapportés pour des taux sanguins élevés (> 30 à 45 mg/l) et en cas de traitement concomitant par d’autres ototoxiques.

Polymixine
-Colymycine (toxicité cochléaire et vestibulaire en instillations)

Tetracyclines
-Doxycycline Vibramycine‚ comprimés
-Minocycline Acneline‚ Mynocine‚

La minocycline (utilisée notamment dans le traitement de l’acné et de la pseudoarthrite rhumatoide) est vestibulotoxique surtout chez la femme. Cinquante à 100 mg 2 fois par jour provoquent étourdissements, vertiges, instabilité après 1 à 3 jours de traitement, qui disparaissent 48 à 72h après l’arrêt de la prise.

  • Antipaludeens

Quinine
-Quinidine Quinimax‚ comprimés et injections (acouphènes, vertiges, baisse auditive)
-Quinine chlorhydrate Lafran
Les effets observés sont en règle générale réversibles et consistent en acouphènes fréquents, même à faibles doses, avec une très forte variation inter-individuelle.
Dans les traitements prolongés à dose supérieure à 200-300 mg/jour, 20% des patients ressentent une instabilité et des acouphènes qui précédent une baisse auditive en règle générale réversible, sur les fréquences graves.

Chloroquine
-Nivaquine‚
-Savarine‚
Des cas de surdité sévère et définitive ont été rapportés après des traitements le plus souvent prolongés et à fortes doses mais aussi après la prise de petites doses.

autres antimalariques ototoxiques
-Méfloquine Lariam ‚ (vertiges, instabilité)
-Pyriméthamine Malocide‚, Fansidar‚

  • INTERFERON

L’interféron présente un taux élevé d’ototoxicité (45% d’acouphènes avec surdité). Il semblerait que ces effets surviennent après un traitement prolongé et soient réversibles à l’arrêt du traitement.

  • TOPIQUES LOCAUX ORL (dans les cas où il existe une perforation tympanique sèche)

-Antibiosynalar‚ (toxicité cochléaire et vestibulaire)
-Auricularum‚ (cas de vertiges rapportés)
-Colicort‚
-Corticétine‚, Framyxone‚( toxicité cochléaire et vestibulaire)
-Desocort‚ ( toxicité cochléaire et vestibulaire)
-Dexapolyfra‚ (toxicité cochléovestibulaire pour le foetus, contre-indiqué durant la grossesse)
-Panotile‚
-Polydexa‚

  • ANESTHETIQUES LOCAUX ET REGIONAUX

-Lidocaïne Xylocaïne‚
-Bupivacaïne Marcaïne‚ (Rachianesthésie)
-Morphine (en épidural)

  • AUTRES DROGUES OTOTOXIQUES

ANTI-ARYTHMIQUES
- à base de quinidine, lidocaine, tocainide et flecainide (Flecaïne‚)
- béta-bloquants (propanolol, metoprolol) : aggravation d’acouphènes pré-existantS
- anti-calciques (Adalate‚)

ANTI-HYPERTENSEURS
-Diazoxide Hyperstat‚, enalapril Renitec‚ : cochléotoxicité rapportée

ANTI-CONVULSIVANTS
-Carbamazépine Tégrétol‚, acide valproïque Dépakine‚ : cochléotoxicité rapportée

ANTI-ULCEREUX
-Cimetitidine Tagamet‚, Famotidine Pepdine, oméprazole Mopral‚ : cochléotoxicité rapportée

HORMONES ET CONTRACEPTION ORALE
- cochléotoxicité rapportée très variable selon la sensibilité individuelle.

OPIOÏDES
- Morphine Moscontin‚ Skenan‚ pentazocine Fortal‚ : des cas de cochléotoxicité ont été rapportés.

ANTI-DEPRESSEURS
Antidépresseurs imipraminiques :
- Surmontil‚, Anafranil‚,
Acouphènes rapportés chez 1% des patients traités.

IMAO
- Miansérine Athymil‚ donnent des acouphènes
- Fluoxétine Prozac‚ entraînent une perte auditive

BENZODIAZEPINES
- Diazepam Valium‚ induit des acouphènes lors du sevrage.

DES ACOUPHENES ONT ETE EGALEMENT RAPPORTES APRES PRISE DE :
-Anti-histaminiques
-Caféine
-Aminophylline Planphylline‚
-Acétazolamide Diamox‚
-Levodopa Modopar‚ Sinemet‚
-Deferoxamine Desféral‚ (cochléotoxique dans 25 à 75% des cas, à dose journalière supérieure à 35-50 mg/kg).

Les médicaments ototoxiques

  Les médicaments ototoxiques sont des produits pharmaceutiques qui ont l'inconvénient de pouvoir léser les structures de l'oreille interne (atteinte cochléaire ou vestibulaire) ou du nerf auditif. Il n'y a jamais atteinte de l'oreille externe ni de l'oreille moyenne.
Plus de 130 médicaments et produits chimiques ont été répertoriés comme étant ototoxiques. La fréquence de l'ototoxicité induite par des médicaments est inconnue.
Ils sont à l'origine de plusieurs types de symptômes, qui sont par ordre de fréquence :
- des acouphènes
- une hypoacousie avec surdité de perception (ou aggravation d'une atteinte auditive préexistante)
- des vertiges : troubles de l'équilibre, sensation ébrieuse aggravée par l'obscurité.
Les acouphènes constituent le signe le plus fréquent d'une ototoxicité mais ils ne sont pas forcément associés à une perte d'audition ; de même, une perte d'audition ne s'accompagne pas forcément d'acouphènes.
La toxicité d'un médicament dépend de plusieurs facteurs :

- des facteurs individuels : la préexistence d'une surdité de perception qui rend plus vulnérable, une pathologie associée telle une insuffisance rénale, l'âge élevé du patient, une sensibilité particulière au médicament
- des facteurs liés au médicament : la posologie, le mode d'administration, la durée du traitement, l'association à d'autres médicaments ototoxiques.
Un médicament présentera d'autant plus de risque d'être ototoxique qu'il est pris à hautes doses, pour une durée prolongée, par voie intraveineuse, chez un patient insuffisant rénal.
La liste suivante répertorie les médicaments les plus fréquemment incriminés dans l'ototoxicité. Cette liste n'est pas exhaustive. Les médicaments ototoxiques sont cités sous leur nom générique.

1- Les antibiotiques :

A) Aminoglycosides : Streptomycine, néomycine, gentamycine, kanamycine, amikacine, sisomycine, tobramycine, netilmycine,dihydrostreptomycine.
- Tous les aminoglycosides sont potentiellement ototoxiques. Cet effet ototoxique peut survenir après administration parentérale (intraveineuse ou intramusculaire), orale, locale ou par aérosols.
- Ils sont généralement responsables d'une surdité bilatérale, symétrique et définitive. Toutefois des surdités unilatérales ont été décrites avec l'amikacine et la kanamycine.
- C'est quand ils sont donnés à de fortes doses, par voie intraveineuse, en traitement prolongé qu'ils s'avèrent le plus ototoxique ( dans les infections graves comme les septicémies). Dans ces cas, il est nécessaire de surveiller le taux sanguin d'aminosides.
B) Erythromycine :
- L'erythromycine peut induire une perte d'audition bilatérale, dose-dépendante, habituellement réversible, fréquemment associée à des acouphènes.
- Cet antibiotique est ototoxique quand il est administré par voie intraveineuse à de fortes doses (2 à 4g/j, ou plus) particulièrement en cas d' insuffisance rénale. Aucun cas d'ototoxicité n'a été rapporté quand l'érythromycine est prise par voie orale (en moyenne 1g/j).
C) Vancomycine :
Cet antibiotique est ototoxique à fortes doses, responsable d'une perte auditive généralement irréversible. Il a les mêmes indications que les aminoglycosides auquel il est souvent associé pour traiter les infections graves, ce qui potentialise le risque d'ototoxicité.
D) D'autres antibiotiques sont plus rarement cités comme ototoxiques : entre autres,
des cas isolés de surdité ont été rapportés avec l'ampicilline et le chloramphénicol

2- Salicylés et autres anti-inflammatoires non stéroïdiens

Il s'agit de : acide acétylsalicylique (aspirine), diclofenac, ibuprofène, indomethacine, ketoprofène, naproxène, piroxicam, phenylbutazone.
- Ils ont des effets ototoxiques quand ils sont pris à des doses importantes et dans le cas d'un traitement au long cours. L'atteinte est presque toujours réversible dans les jours suivant l'arrêt du traitement.
- Il existe de grandes variations individuelles concernant la sensibilité des patients aux salicylés et AINS.
- Une surveillance de la concentration sanguine en salicylés est recommandée dans le cas de traitement à fortes doses et au long cours chez les patients à risque.
- Parmi les AINS, ibuprofene et naproxene sont les plus souvent incriminés.

3 - Diurétiques :

- Les diurétiques de l'anse - furosémide, acide ethacrinique, bumetanide - ont une ototoxicité dose-dépendante, habituellement réversible à l'arrêt du traitement, affectant en priorité les patients insuffisants rénaux : ces médicaments sont ototoxiques quand ils sont donnés par voie intraveineuse dans l'insuffisance rénale aigüe ou lors d'un accès hypertensif.
- De rares cas d'ototoxicité ont été rapportés quand ces médicaments ont été utilisés par voie orale à de hautes doses et chez des personnes avec une insuffisance rénale chronique.

4 - Médicaments anticancéreux (chimiothérapie) :

Cisplatine, vincristine, moutardes azotées, vinblastine, carboplatine, bleomycine ont été décrits comme ototoxiques.
- Le cisplatine est le produit antinéoplasique le plus ototoxique. La surdité est irréversible et s'accompagne d'acouphènes transitoires ou permanents. Pour les autres produits, des cas isolés d'acouphènes et de baisse d'audition ont été rapportés.
-L'effet ototoxique de ces médicaments peut être diminué en surveillant le taux sanguin des molécules et en réalisant des audiogrammes réguliers. Il est potentialisé quand d'autres médicaments ototoxiques sont associés, comme les antibiotiques aminoglycosides, les diurétiques ou d'autres traitements antinéoplasiques.

5 - Antipaludéens

Quinine et chloroquine sont ototoxiques.
- Ces médicaments sont utilisés dans le traitement du paludisme. Ils peuvent induire transitoirement des acouphènes (fréquents à faibles doses), des vertiges et/ou une perte auditive. Un traitement prolongé à hautes doses peut être responsable d'une surdité définitive.
- Parmi les autres antipaludéens, l'hydroxychloroquine et la primaquine peuvent provoquer des acouphènes ; la quinidine peut provoquer des acouphènes, une perte auditive et des vertiges ; la pyrimethamine peut provoquer une perte auditive.

6 - Préparations locales :

A- Gouttes auriculaires :
Les gouttes auriculaires peuvent contenir des aminosides (gentamycine, neomycine), des anti inflammatoires ou des antiseptiques toxiques pour l'oreille, d'où leur contre-indication en cas de perforation du tympan.
B- Anesthésiques loco-régionaux :
Lidocaïne et bupivacaïne peuvent produire acouphènes et vertiges.

7 - Médicaments divers :

D'autres médicaments peuvent être ototoxiques mais beaucoup plus rarement.
- Des acouphènes ont été décrits avec certains antiarythmiques : lidocaïne, propranolol, metoprolol.
- Parmi les anticonvulsivants, la carbamazepine peut être responsable d'acouphènes, l'acide valproïque peut causer des pertes d'audition.
- Acouphènes et surdités ont été rapportés avec des médicaments antiulcéreux
( cimetidine, famotidine, omeprazole) ainsi qu'avec certains contraceptifs oraux, avec certains opiacés (morphine).
- Parmi les psychotropes, les antidépresseurs tricycliques peuvent induire des acouphènes, les IMAO et la fluoxetine peuvent donner des surdités. Dans plusieurs cas, la persistance d'acouphènes après l'arrêt d'un traitement prolongé au diazepam (anxiolytique) ont été décrits.

 

 

Ototoxicité: la menace cachée. Partie I : vivre dans le bouleversement

Ototoxicité: la menace cachée. Partie I: vit dans le bouleversement

par Neil Bauman, Ph.D.

La passion de "Lynn" était en train de voler. Elle aimait son travail d'agent de bord. Un jour, elle remarqua un ongle incarné. Dans quelques jours, il est infecté. Le médecin de Gentamicine 1 a tué l'infection. Il a également tué le système d'équilibre dans ses oreilles. Depuis cette fatale journée en 1994, Lynn n'a pas pu travailler ou voler. Sans avertissement, un médicament ototoxique a renversé son monde.

Un médicament ototoxique a renversé la vie de "Ruby" à l'envers. Elle explique: "Je ne peux plus conduire. Je devais quitter mon emploi car il était à une heure de route. Mon état mental est maintenant «brumeux» au mieux. Je ne peux pas marcher dans le noir. Ma vie a radicalement changé. "

"Bert" a perdu une grande partie de son audition après avoir pris Doxycycline pour une infection urinaire.

"Eunice" m'a dit que le fait de prendre l' Amitriptyline que son médecin avait prescrit pour elle a entraîné "des acouphènes criants".

"Jonathan" a décrit comment il a perdu l'audition dans une oreille après avoir pris un cours d' érythromycine . De plus, il a éprouvé de l'hyperacus, des problèmes d'équilibre et des «tinnitus bilatéraux horribles». La condition de Jonathan semble être permanente, comme cela s'est produit il y a cinq ans.

Peggy m'a dit: "J'ai reçu Atenolol pour des battements de cœur irréguliers. Dans quelques jours, mes oreilles parfaitement normales ont commencé à me donner toutes sortes de bruit, de rugissement et d'étouffement. Dans une semaine, j'ai réveillé un matin sourde froid en une seule oreille. "

Dans un courrier électronique à moi, "Sam" a expliqué comment son médecin avait prescrit une onguent contenant Tobramycin pour un stylet sur sa paupière gauche. Il a écrit: «J'ai commencé à utiliser la crème sur ma paupière gauche mardi. À 8h30, le lendemain matin, j'ai perdu l'audition dans mon oreille gauche. "Dans le cas de" Sam ", la Tobramycine a apparemment provoqué une perte soudaine de l'audition 19 heures plus tard - et ce n'est qu'en utilisant une pommade sur sa paupière!

J'aimerais dire que ce ne sont que quelques incidents isolés, mais je mentirais si je l'avais fait. La vérité est que les effets secondaires des médicaments ototoxiques sont plus fréquents que les personnes (médecin inclus) imaginent. Chaque année, les effets secondaires des drogues ototoxiques perturbent la vie de millions de personnes et laissent une boucle dans leur sillage.

Ce ne sont pas seulement les médicaments pris pour la chimiothérapie et les infections potentiellement mortelles qui provoquent des réactions ototoxiques, mais aussi les petites choses quotidiennes imprévues - un ongle incarné, un stylo sur votre œil, un rythme cardiaque irrégulier, une pression artérielle élevée, et ainsi de suite .

Si les effets secondaires ototoxiques résultent de la prise d'un médicament ototoxique pour une maladie mortelle ou pour un trouble relativement mineur, les résultats sont les mêmes: les vies retournées.

Effrayant?

Vous pariez qu'il est. Évidemment, il est temps que nous prenions conscience de ce que les médicaments font à nos oreilles et apprennent à prendre des décisions judicieuses à leur sujet.

Qu'est-ce que l'ototoxicité?

Pour de nombreux médecins, l'ototoxicité signifie seulement une perte auditive ou un acouphène. D'autres considèrent que les effets secondaires de la drogue qui affectent l'oreille interne sont ototoxiques. Cependant, Stedman's Medical Dictionary 11 définit l'ototoxicité comme «la propriété d'être préjudiciable à l'oreille». Par conséquent, tout effet secondaire d'un médicament qui endommage nos oreilles d'une manière quelconque est ototoxique, qu'il endommage l'oreille externe, centrale ou interne.

Quels sont les effets secondaires Ototériques?

Quels sont les effets secondaires ototoxiques? La réponse courte est que «personne ne le sait vraiment». Apparemment, on ne voit (et ne note) que la pointe de l'iceberg.

Pour les médicaments extrêmement ototoxiques tels que le cisplatine (utilisé dans le traitement du cancer), pratiquement tout le monde qui prend ce médicament se retrouve avec une perte auditive. Selon certains chercheurs, aucune personne n'échappe à ses ravages: 100% des personnes qui prennent du Cisplatine endommagent leurs oreilles. 5 La perte auditive résultante "est habituellement irréversible (permanente)" 8.

Une autre classe de drogues très ototoxiques sont les antibiotiques AMINOGLYCOSIDE. Les chercheurs estiment qu'entre un et quatre millions d'Américains reçoivent des antibiotiques AMINOGLYCOSIDE (comme la Gentamicine , la Néomycine , la Tobramycine ) chaque année. 7

Selon une étude, une personne a une chance de 25 à 30% de subir une perte auditive de prendre l'un des AMINOGLYCOSIDES. 9 Une autre étude atteint le chiffre à 63%. 5 Cela signifie que, entre 250 000 et 1 200 000 personnes (et peut-être jusqu'à 2 520 000 personnes), les États-Unis subissent des pertes auditives chaque année de la prise de cette seule classe de drogues.

Ajoutez à ces chiffres le nombre incalculable de personnes qui éprouvent d'autres effets secondaires de prendre ces mêmes médicaments - tels que les acouphènes, les étourdissements, les vertiges et de nombreux autres problèmes cochléaires et vestibulaires (équilibre) - et vous avez une figure de proportions alarmantes.

Il est encore plus alarmant lorsque vous vous rendez compte que nous parlons simplement d'une poignée de médicaments ototoxiques dans 2 des plus de 150 classes de médicaments ototoxiques!

Les drogues ototoxiques sont partout!

Il y a au moins 743 médicaments connus pour être ototoxiques. 4 Voici seulement 84 d'entre eux. Cela donne une idée de la façon dont les substances ototoxiques omniprésentes sont dans les médicaments que nous prenons sans avoir la moindre idée que ces médicaments pourraient nuire à nos oreilles.

  • INHIBITEURS ACE tels que Enalapril ( Vasotec ), 2 Moexipril Univasc ), Ramipril ( Altace )
  • ACETIC ACIDES tels que le Diclofenac ( Voltaren ), Etodolac ( Lodine ), Indomethacine ( Indocin ), Ketorolac ( Toradol )
  • BLOCS ALPHA tels que Doxazosin ( Cardura )
  • AMINOGLYCOSIDES tels que Amikacin ( Amikin ), Gentamicine ( Garamycine ), Kanamycine ( Kantrex ), Néomycine ( Neosporine ), Netilmicine ( Netromycine ), Streptomycine , Tobramycine ( Tobradex )
  • ANTAGONISTES DE RECEPTEURS ANGIOTENSIN-2 comme Eprosartan ( Teveten ), Irbesartan ( Avapro )
  • DROGUES ANTI-ARRHYTHMIC tels que Flecainide ( Tambocor ), Propafenone ( Rythmol ), Quinidine ( Cardioquin ), Tocainide ( Tonocard )
  • DROGUES ANTI-CANCER tels que Buserelin ( Suprefact ), Carboplatin ( Paraplatin ), Cisplatin ( Platinol ), Vinblastine ( Velban ), Vincristine ( Oncovin )
  • Des médicaments anti-convulsifs tels que la carbamazépine ( Tegretol ), Divalproex ( Depakote ), Gabapentine ( Neurontin ), Tiagabine ( Gabitril ), l' acide valproïque ( Depakene )
  • MÉDICAMENTS ANTI-MALARIÉS tels que la chloroquine ( Aralen ), la Mefloquine ( Lariam ), la Quinine ( Legatrin )
  • INHIBITEURS DE PROTÉASE ANTI-RETROVIRALE tels que Cidofovir ( Vistide ), Ganciclovir ( Cytovene ), Ritonavir ( Norvir )
  • BENZODIAZEPINES telles que Diazepam ( Valium ), Estazolam ( ProSom ), Midazolam ( Versed )
  • BETA-BLOCKERS tels que Atenolol ( Tenormin ), Betaxolol ( Betoptic ), Metoprolol ( Lopressor )
  • ANTI-DEPRESSANTS BICYCLIQUES tels que Venlafaxine ( Effexor )
  • CALCIUM-CHANNEL-BLOCKERS tels que Diltiazem ( Cardizem ), Nifedipine ( Adalat ), Nisoldipine ( Sular )
  • INHIBITEURS COX-2 tels que Celecoxib ( Celebrex ), Rofecoxib ( Vioxx )
  • H1-BLOCKERS tels que Cetirizine ( Zyrtec ), Fexofenadine ( Allegra )
  • MESURES IMMUNOSUPPRESSANTES telles que Cyclosporine ( Neoral ), Muromonab-CD3 ( Orthoclone OKT3 ), Tacrolimus ( Prograf )
  • LOUC DIURETICS tel que Ethacrynic acid ( Edecrin ), Furosemide ( Lasix ), Torsemide ( Demadex )
  • MACROLIDE ANTIBIOTIQUES tels que Clarithromycine ( Biaxin ), Erythromycine ( Eryc )
  • MÉDICAMENTS AGONISTES OPIENS tels que Codeine ( Codeine Contin ), Hydrocodone ( Vicodin ), Tramadol ( Ultram )
  • ACIDES PROPIONIQUES tels que Flurbiprofen ( Ansaid ), Ibuprofen ( Motrin ), Naproxen ( Anaprox )
  • INHIBITEURS DE LA POMPE DE PROTON comme Esomeprazole ( Nexium ), Lansoprazole ( Prevacid ), Rabeprazole ( Aciphex )
  • QUINOLONES tels que Ciprofloxacin ( Cipro ), Ofloxacin ( Floxin ), Trovafloxacin ( Trovan )
  • SALICYLATES tels que l' aspirine , la mésalamine ( Asacol ), l' olanzapine ( Zyprexa )
  • INHIBITEURS DE RÉPARATION DE SÉROTONINE SELECTIVE (SSRI) tels que Fluoxetine ( Prozac ), Fluvoxamine ( Luvox ), Sertraline ( Zoloft )
  • AGONISTES DE RÉCEPTEURS SEROTONIQUES tels que Almotriptan ( Axert ), Naratriptan ( Amerge ), Sumatriptan ( Imitrex )
  • THIAZIDES tels que Bendroflumethiazide ( Corzide ), Indapamide ( Lozol )
  • TRICYCLIC ANTI-DEPRESSANTS tels que Amitriptyline ( Elavil ), Clomipramine ( Anafranil )

Effets secondaires ototoxiques

Les effets secondaires ototoxiques peuvent endommager nos oreilles de différentes façons. Vous pouvez rencontrer un, plusieurs ou pas d'effets secondaires de prendre un médicament donné. Le médicament ototoxique moyen présente environ 3,5 symptômes ototoxiques. 4

Voici un certain nombre d'effets secondaires ototoxiques que vous pourriez rencontrer. Lorsque vous savez quels effets secondaires ototoxiques peuvent se produire, vous pouvez les surveiller. Si elles surviennent, contactez immédiatement votre médecin, cessez de prendre le médicament offensant (avec le consentement de votre médecin, bien sûr) pour essayer de limiter les dommages à vos oreilles.

1. Effets secondaires cochléaires

  • L'acouphène: l' acouphène, communément appelé «sonner dans les oreilles», est l'indicateur numéro un que vous risquez d'endommager vos oreilles d'un médicament ototoxique. Au moins 447 médicaments sont connus pour provoquer des acouphènes. 4 L' acouphène peut se manifester comme une grande variété de sons. Il peut s'agir d'une sonnerie, d'un rugissement, d'un battement, d'un cliquetis, d'un coup de claque, d'un bourdonnement, d'un sifflement, d'un bourdonnement, d'un souffle, d'un chant, d'un coup de fouet, d'une grêle, d'un coup de foutaise, d'un sifflement ou d'un bruit de criement terrible dans votre tête. Il peut également ressembler à l'eau courante, à la radio statique, au verre cassant, à la sonnerie des cloches, aux haltères ou aux tronçonneuses en marche. 3
  • Perte auditive: on sait que plus de 230 médicaments causent une perte auditive. 4 La perte auditive peut aller de légère à profonde et peut être temporaire ou permanente. L'une des choses insidieuses concernant les médicaments ototoxiques est généralement qu'ils détruisent d'abord l'audition dans les très hautes fréquences qui ne sont normalement pas testées (celles qui dépassent 8 000 Hz). Ainsi, vous n'êtes même pas au courant que vous perdez votre audience jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour faire quelque chose à ce sujet.
  • Audience déformée: certains médicaments, au lieu de provoquer une perte auditive (ou en plus de causer une perte auditive), provoquent une déformation de l'ouïe afin de ne pas comprendre certains (ou beaucoup) de ce que nous entendons.
  • Hyperacusie: l' hyperacus est une condition où les sons normaux sont perçus comme étant trop fort. C'est comme si le contrôle du volume interne du corps était bloqué sur "haut". Au moins 38 médicaments peuvent causer cette condition. 4
  • Sentiments de plénitude dans vos oreilles: vous pouvez ressentir ce sentiment pour quelques raisons. Un, parce que vos oreilles sont vraiment bloquées par une infection de l'oreille moyenne ou par un cérumen. Deux fois, parce que vos oreilles se sentent "bloquées" en raison de la perte soudaine de l'ouïe. Trois, l'exposition à des sons forts peut entraîner une sensation de "plénitude" aussi.
  • Hallucinations auditives: au moins 8 médicaments peuvent vous faire entendre des sons fantômes, des voix et de la musique qui ne sont pas là. D'autres 165 médicaments peuvent provoquer des hallucinations, dont certaines peuvent être de la variété auditive. 4 La plupart de ces hallucinations semblent être le résultat d'un système auditif endommagé plutôt que des effets d'une maladie mentale.

2. Effets secondaires vestibulaires

  • Vertiges: le vertige est le symptôme ototoxique le plus courant. Au moins 588 médicaments ont cet effet secondaire ototoxique. 4
  • Vertige: le vertige est la perception du mouvement (normalement une sensation de filage) lorsque le corps ne bouge vraiment pas. Au moins 432 médicaments sont connus pour provoquer des vertiges. 4
  • Ataxie: l' ataxie est la perte de votre capacité à coordonner vos muscles correctement et peut résulter d'un système vestibulaire endommagé. En conséquence, vous pouvez marcher avec une démarche étonnante, comme si vous étiez ivre. Au moins 288 médicaments peuvent causer cet effet secondaire. 4
  • Nystagmus: le nystagmus est un mouvement de mouvement involontaire rapide et rythmique rapide anormal, habituellement d'un côté à l'autre. Bien que techniquement un problème d'oeil, il est fondamentalement le résultat d'un système vestibulaire endommagé. Au moins 102 médicaments peuvent causer cet effet secondaire. 4
  • Labyrinthite: Labyrinthite est un terme attractif qui signifie simplement que quelque chose ne va pas dans votre oreille interne (systèmes cochléaires et vestibulaires).
  • Perte d'équilibre / désordre d'équilibre: certains médicaments provoquent une perte de leur équilibre. Ces termes aussi, sont pour la plupart des attraits pour différents types de conditions d'équilibre.
  • Oscillopsia: Oscillopsia est une «vision rebondissante». Ceci est le résultat d'un dommage au système vestibulaire de sorte qu'il ne fonctionne plus ensemble comme réflexe vestibulo-oculaire. L'oscillopsie peut résulter lorsque votre système vestibulaire dans les deux oreilles est sévèrement endommagé.
  • Problèmes émotionnels: lorsque vous perdez beaucoup de votre sens de l'équilibre, des problèmes émotionnels tels que l'anxiété, la frustration, la colère et la dépression peuvent se produire .7 Vos sentiments de confiance en soi et d'estime de soi peuvent tomber en panne.
  • Fatigue: les dommages au système vestibulaire peuvent entraîner l'épuisement, car vous devez maintenant travailler consciemment à maintenir votre équilibre.
  • Problèmes de mémoire: des problèmes de mémoire peuvent résulter du fait que les zones de votre cerveau qui ont déjà été utilisées pour la pensée et la mémoire doivent constamment travailler à vous maintenir équilibré. En conséquence, vous pouvez tâter des mots, oublier ce qui vient d'être dit, être facilement distrait ou avoir du mal à vous concentrer.
  • Douleurs et douleurs musculaires: un autre résultat apparemment improbable de l'ototoxicité vestibulaire est une douleur musculaire due à l'échec du réflexe vestibulo-rachidien (le réflexe dicte les changements musculaires automatiques en réponse au changement de mouvement). Si le réflexe échoue, vous devez le contrôler consciemment. Vous pouvez rendre vos muscles rigides pendant que vous vous fatiguer pour garder votre équilibre.
  • Nausée: La nausée est un effet secondaire relativement fréquent du dommage vestibulaire qui résulte de la confusion de votre cerveau par rapport aux entrées sensorielles vestibulaires.
  • Problèmes visuels: une série de problèmes visuels peuvent résulter si le réflexe vestibulo-oculaire (le réflexe qui stabilise vos yeux dans l'espace) est endommagé. En conséquence, vous pouvez avoir du mal à lire car tout semble flou ou flou. Vous pouvez avoir des problèmes pour focaliser vos yeux, en particulier sur des objets en mouvement ou distants. 6
  • Vomissements: le vomissement est un résultat commun d'un système vestibulaire endommagé. Souvent, les vomissements et les vertiges vont ensemble.
  • Des sentiments vagues de malaise: parfois, vous ne pouvez pas mettre votre doigt exactement ce qui ne va pas, mais vous vous sentez mal à l'aise. Vous pouvez penser que les choses semblent fausses ou irréelles. 7 Cela aussi, peut résulter d'un système vestibulaire endommagé.

3. Effets secondaires du système nerveux central (SNC)

  • Trouble central du traitement auditif: les sons peuvent entrer dans nos oreilles et être traités correctement, mais ces signaux sonores peuvent être retardés ou brouillés après leur sortie de nos oreilles internes. Ce brouillage peut se produire lorsque les signaux sonores sont traités par les réseaux neuronaux qui composent nos nerfs auditifs ou dans diverses parties de notre cerveau. Lorsque ce son traité atteint les niveaux conscients dans notre cerveau où nous "entendons", nous pouvons entendre un tas de gibberish. C'est ce qu'on appelle un trouble central du traitement auditif. Plusieurs effets ototoxiques / produits chimiques ont cet effet.

4. Effets secondaires de l'oreille externe / intermédiaire

  • Ceruminose: certains médicaments provoquent une production excessive de cire d'oreille. Cet excès de cire peut bloquer nos canaux auditifs et causer une perte auditive temporaire.
  • Douleur auriculaire: médicalement appelée otalgia, les douleurs auriculaires sont généralement le résultat d'infections de l'oreille moyenne. 154 médicaments ont des douleurs auriculaires associées à leur utilisation. 4
  • Otite externe; O. média: l' otite est généralement une infection opportuniste de l'oreille externe (O. externe) ou du milieu (O. media). Beaucoup de médicaments énumérés comme ayant une otite comme un effet secondaire ototoxique ne causent pas directement ces conditions. Au contraire, ces infections viennent et reprennent lorsqu'une opportunité se présente, c'est-à-dire un antibiotique ototoxique qui tue les «bonnes bactéries» dans le canal auditif, laissant largement ouvert une invasion opportuniste de «mauvaises bactéries». 138 médicaments sont associés à otite. 4

Facteurs de risque

Certaines personnes prennent des médicaments ototoxiques avec une impunité apparente. D'autres prennent une petite dose, et lorsqu'elles passent leurs oreilles. Pourquoi? La réponse courte est que nous sommes tous différents.

Chaque personne (patients et professionnels) est une étude de cas biologique unique! Aucun deux n'est exactement le même. Par conséquent, il ne devrait pas être surprenant que nous modifions notre sensibilité aux médicaments ototoxiques.

Les chercheurs ont identifié un certain nombre de facteurs qui augmentent le risque d'avoir une réaction ototoxique lors de la prise de certains médicaments. Voici 20 des facteurs de risque (sans ordre particulier d'importance).

  1. Vous êtes très jeune, y compris les enfants à naître.
  2. Vous êtes un senior (plus de 60 ans).
  3. Vous avez certains facteurs héréditaires (génétiques) qui vous rendent plus susceptibles que la population générale. Ceci est particulièrement vrai si vous prenez des antibiotiques AMINOGLYCOSIDE.
  4. Vous avez déjà une perte d'audition sensorineurenelle, des problèmes d'équilibre ou une autre forme de dégâts d'oreille préexistants. 12
  5. Vous avez eu des dommages auditifs antérieurs (perte auditive) de l'exposition à un bruit excessif.
  6. Vous avez des problèmes avec vos reins. Pour une raison quelconque, les personnes atteintes de problèmes rénaux ont une incidence inhabituellement élevée de perte auditive, même sans consommation de drogues. dix
  7. Vous êtes extrêmement sensible aux médicaments ou ont une faible tolérance pour les médicaments.
  8. Vous avez eu des réactions ototoxiques aux médicaments par le passé. Non seulement le risque augmente, mais le dégât ototoxique qui en résulte est plus sévère et plus susceptible d'être permanent. 7
  9. Vous avez déjà utilisé des médicaments ototoxiques, ou vous avez pris des cours répétés du même médicament ototoxique.
  10. Vous avez pris certains médicaments pendant une longue période, surtout si vous avez pris un médicament plus longtemps que le fabricant recommandé.
  11. Vous pouvez être plus à risque si un médicament ototoxique n'est pas administré correctement, c'est-à-dire supérieur à la dose recommandée, plus élevé que la dose cumulative recommandée, une dose plus rapide que celle recommandée (injection ou intraveineuse). 7
  12. Vous avez reçu une dose inappropriée, c'est-à-dire un enfant ayant reçu une dose adulte ou une personne en surpoids recevant une dose basée sur le poids total plutôt que sur le poids corporel maigre (en particulier si vous prenez un antibiotique AMINOGLYCOSIDE). 7
  13. Vous êtes déshydraté.
  14. Vous avez pris du DIURETIQUE ototoxique en même temps que d'autres médicaments ototoxiques ou si vous avez utilisé ou utilisez deux ou plusieurs médicaments ototoxiques et / ou néphrotoxiques (toxiques pour les reins) en même temps.
  15. Vous avez eu des infections antérieures de l'oreille.
  16. Vous êtes généralement en mauvaise santé.
  17. Vous avez des valeurs de laboratoire anormales telles que des réductions de l'albumine sérique, des globules rouges sériques, de l'hématocrite, de l'hémoglobine ou des niveaux croissants de créatinine sérique. 7
  18. Vous avez eu des traitements radiologiques sur votre tête ou votre oreille. 6
  19. Vous avez une bactériémie (bactéries dans le flux sanguin). 7
  20. Vous avez des problèmes d'oeil ou de proprioceptif (équilibre). Cela augmente les chances que vous ayez un résultat plus sérieux sur votre style de vie si l'ototoxicité vestibulaire se produit. 7

Réduire le risque - voici comment

Vous ne pouvez rien faire sur certains facteurs de risque ototoxiques tels que votre âge ou votre composition génétique. Cependant, il existe encore certaines choses que vous (et votre médecin) pouvez faire pour diminuer votre risque d'avoir une réaction ototoxique de prendre certaines drogues. Voici certaines choses que vous et votre médecin pouvez faire.

  1. Soyez conscient des signes avant-coureurs de l'ototoxicité. Ils sont (dans l'ordre de la fréquence): vous vous sentez étourdi; vos oreilles commencent à sonner (acouphènes); vos acouphènes existants s'aggravent ou vous entendez un nouveau type de sonorisation d'acouphène; vous ressentez une pression dans vos oreilles (sauf si vous avez la tête froide); votre audition s'aggrave ou commence à fluctuer; ou vous développez un vertige (sensation de filature).
  2. Dites à votre médecin que vous êtes malentendant, surtout si vous avez une perte d'audition sensorineure et / ou souffrez de problèmes d'équilibre. Aussi, faites-le savoir si vous avez des acouphènes.
  3. Toujours discuter des effets secondaires possibles avec votre médecin avant de commencer un nouveau médicament.
  4. Suivez exactement les instructions de dosage de votre médecin. Dans le même temps, assurez-vous que votre médecin ne dépasse pas les instructions de dosage du fabricant de médicaments lorsqu'il prescrit des médicaments pour vous.
  5. Utilisez la même pharmacie pour toutes vos ordonnances afin qu'elles connaisse tous les médicaments que vous prenez. De cette façon, ils peuvent vous conseiller de toute combinaison de médicaments dangereux connue.
  6. Lisez toujours les étiquettes sur les médicaments en vente libre et veillez particulièrement aux effets secondaires ototoxiques.
  7. Buvez beaucoup de liquides afin de ne pas être déshydraté. Ceci est particulièrement important si vous souffrez de fièvre ou si vous prenez des diurétiques en boucle.
  8. Si vous avez des problèmes rénaux, demandez à vos professionnels de la santé de surveiller attentivement votre fonction rénale et de signaler immédiatement des anomalies. Votre médecin doit savoir à quel point ses reins fonctionnent avant de prescrire divers médicaments.
  9. Évitez de prendre plusieurs médicaments ototoxiques en même temps.
  10. Évitez les environnements bruyants pendant au moins 6 mois après avoir complété un cours d'un antibiotique ou d'un composé de platine d'AMINOGLYCOSIDE tel que le Cisplatine . 8
  11. Si vous commencez un traitement avec un médicament ototoxique tel que l'un des antibiotiques AMINOGLYCOSIDE, LOOP DIURETICS ou des composés de platine comme le Cisplatine , il est important que vous ayez un audiogramme de haute fréquence de référence avant de commencer le traitement et ensuite les audiogrammes série haute fréquence (testant ces fréquences supérieures à 8 000 Hz) pendant et après la thérapie médicamenteuse.
  12. Si vous avez eu des problèmes vestibulaires (de l'équilibre) de prendre des médicaments, faites très attention de ne pas endommager votre système vestibulaire plus loin en prenant des médicaments pour endommager votre système vestibulaire.

Lorsque vous êtes conscient des nombreux médicaments qui peuvent endommager vos oreilles et les nombreux facteurs de risque qui peuvent vous rendre encore plus susceptibles d'effets secondaires ototoxiques que la population générale, vous pouvez prendre des mesures pour protéger vos précieuses oreilles. Vous serez alors en mesure de prendre le contrôle et de prendre des décisions éclairées au sujet de vos soins de santé.

Par exemple, "Joan" prend Celecoxib pour son arthrite. Quand elle le prend, son acouphène devient plus fort, mais ses problèmes d'arthrite s'améliorent. Elle choisit l'acouphène sur les douleurs arthritiques. C'est son choix et elle se contente de vivre avec elle.

"Harold", d'autre part, a commencé à prendre Amitriptyline et a rapidement remarqué qu'il avait des acouphènes sévères. Il n'a pas aimé un peu et m'a écrit pour obtenir de l'aide. J'ai suggéré que l' Amitriptyline pourrait provoquer son acouphène. Avec la permission de son médecin, il a arrêté de prendre le médicament. Douze jours plus tard, il a déclaré avec joie que ses acouphènes disparaissaient. C'était son choix. Il est heureux qu'il l'ait fait.

En ce qui concerne la santé de vos oreilles, vous avez aussi le choix. Ne laissez pas les médicaments ototoxiques flip ton monde à l'envers!

Ototoxicité: la menace cachée. Partie II: Ototoxicité et pratique de l'audiologie

Ototoxicité: la menace cachée. Partie II: Ototoxicité et pratique de l'audiologie

La partie I de cette série a présenté un aperçu des centaines de médicaments ototoxiques actuellement disponibles et de la façon dont leurs effets secondaires potentiels liés à l'audition et à l'équilibre font passer d'innombrables vies à l'envers. La partie I a également décrit les facteurs de risque qui prédisposent les personnes à des effets ototoxiques et se sont conclus avec ce que les individus peuvent faire pour réduire leurs risques.

Maintenant, dans la partie II, nous examinerons les choses que vous, en tant qu'électricien, pouvez faire pour aider vos patients lorsque leurs oreilles se lèvent avec des substances ototoxiques.

Pensez aux «drogues» lors de l'évaluation de la perte auditive

Comme vous le savez, lorsque les patients présentent des évaluations auditives, il est important de se demander quels médicaments ils prennent. Cependant, l'importance de cette question n'est pas limitée à un historique complet et complet. Plutôt, cette connaissance peut en effet avoir un impact sur leur statut actuel et sur la prise de décisions médicales futures.

Si vous examinez leurs médicaments contre les drogues ototoxiques exposées 1, vous aurez rapidement une idée de ce qui peut arriver à leurs oreilles. Si les effets secondaires ototoxiques ont commencé (ou ont augmenté) autour du moment où ils ont commencé à prendre certains médicaments, l'indice de suspicion ototoxique est élevé et, en effet, leurs médicaments actuels peuvent endommager leurs oreilles.

Compte tenu d'un indice élevé de suspicion et armé de données objectives, vous pouvez contacter le médecin et suggérer que peut-être d'autres médicaments alternatifs non-ototoxiques pourraient être une option.

Par exemple, supposons qu'un patient vienne chez vous avec une hyperacusis sévère qui perturbe sa vie. Que faire? Pensez-vous immédiatement à quelque chose comme Hyperacusis Retraining Therapy, ou pensez-vous que "les médicaments"?

Je suggère comme première étape - pensez "drogues".

Lorsque les patients me demandent ce qu'ils peuvent faire au sujet de leur hyperacus, parmi les premières questions que je demande, «Qu'est-ce qui s'est passé dans votre vie juste avant l'ouverture de l'hyperacus? Avez-vous commencé à prendre de nouveaux médicaments ou a-t-il changé la dose de médicaments existants? "Je demande une liste complète de leurs médicaments et je les recherche dans les médicaments Ototoxiques exposés pour voir si l'un d'eux est connu pour provoquer une hyperacus. Si l'un d'entre eux est connu pour provoquer une hyperacusie, je suggère au patient qu'il contacte le médecin pour enquêter sur d'autres médicaments avec les mêmes avantages, mais sans hyperacus comme effet secondaire connu. Dans certaines situations, je peux communiquer directement avec le médecin sur ces questions.

Cas 1:

Un psychiatre a expliqué qu'un patient avait eu plusieurs problèmes psychiatriques, mais la seule chose qui dérangeait le patient était une hyperacuse sévère. Le patient a essayé des remèdes contre l'hyperacus sans amélioration. Le psychiatre m'a demandé s'il y avait quelque chose qui pourrait l'aider à patienter.

Ma première réaction a été de «penser aux drogues». J'ai demandé à quels médicaments le patient était en train et à quel médicament elle avait été au moment où l'hyperacus a commencé. Lorsque j'ai reçu la liste des médicaments, j'ai découvert que ce patient ne prenait pas un seul, mais trois médicaments connus pour causer une hyperacus! Parmi les milliers de médicaments sur le marché, seuls 38 sont connus pour provoquer une hyperacus, mais cette pauvre personne en a pris trois en même temps!

J'ai suggéré au psychiatre d'envisager de prendre le patient hors de ces trois médicaments particuliers (si cela est médicalement possible) et ensuite de voir si l'hyperacusis du patient a été réduit ou éliminé.

Cas 2:

Un homme m'a contacté en me disant un tinitit sévère et il voulait savoir s'il y avait quelque chose qu'il pouvait faire à ce sujet. Au lieu de suggérer un mastic de tinnitus ou une thérapie de rétraction d'acouphène (TRT) ou d'autres traitements, j'ai immédiatement pensé à "drogues". Je lui ai demandé s'il avait commencé de nouveaux médicaments au sujet de l'heure de son acouphène.
Il m'a dit que son médecin l'avait récemment mis sur Amitriptyline . J'ai suggéré qu'il demande à son médecin de changer ses médicaments, si possible, car l' amitriptyline est connue pour provoquer des acouphènes. Quelques semaines plus tard, il m'a encore écrit, disant que 12 jours après avoir arrêté de prendre l' Amitriptyline , ses acouphènes sont partis. Encore une fois, la solution était simple et efficace. Pensez aux "drogues".

Cas 3:

Une femme m'a contacté alors qu'elle souffrait d'acouphènes irritants et augmentait la perte d'audition. Comme je l'ai fait, j'ai pensé à «drogues». J'ai découvert qu'elle avait été auto-médicamenteuse, prenant de fortes doses d'Aspirine chaque jour pour les maux de tête presque constants qu'elle souffrait souvent.

Je lui ai suggéré que ses problèmes d'audition et ses tinnitus étaient très probablement le résultat direct de la prise de cette Aspirine . Elle a arrêté de prendre l' aspirine . Six jours plus tard, elle a écrit: «J'ai remarqué que j'entends mieux maintenant. J'ai le volume de télévision réglé au niveau 18 au lieu de l'habituel 24. La sonnerie dans mes oreilles est toujours là, mais ce n'est pas aussi grave. "Trois jours plus tard, elle a ajouté:" Aujourd'hui, quand quelqu'un parlait derrière moi, j'ai entendu chaque mot il a dit. Mon audition n'est toujours pas parfaite, mais c'est mieux que ça. "

Les personnes dans les exemples ci-dessus n'avaient pas besoin d'une thérapie coûteuse ou extensive ou d'appareils auditifs. Ce dont ils avaient vraiment besoin était quelqu'un pour les aider à voir qu'ils leur faisaient mal aux oreilles en raison des médicaments qu'ils prenaient. Dans de nombreux cas, vous pourrez aider vos patients plus lorsque vous pensez d'abord "drogues".

Alors que vous pensez "drogues", pensez aussi "produits chimiques"

Ce ne sont pas seulement des médicaments ototoxiques qui endommagent nos oreilles, il y a au moins 148 produits chimiques ototoxiques qui nous donnent aussi du chagrin. 1

Deux des classes de produits chimiques les plus ototoxiques sont les solvants organiques et les métaux lourds.

Il y a un certain nombre de solvants organiques. Certains d'entre eux sont le benzène , l' alcool benzylique , l'alcool butylique , le disulfure de carbone , le tétrachlorure de carbone , l' heptane , l' hexane , le styrène , le toluène , le trichloréthylène et le xylène . Les métaux lourds ototoxiques comprennent l' arsenic , le cobalt , le plomb , le manganèse , le mercure et la triméthylétain .

La plupart des gens ont probablement un certain nombre de produits chimiques ototoxiques dans ou autour de leur domicile. Certains de ces produits chimiques ototoxiques comprennent des adhésifs, des émissions automatiques, des fongicides, des colles, des agents de séparation des graisses et des taches, des insecticides, des isolants, des laques, des liquides de correction des liquides, des solvants organiques, des peintures, des diluants de peinture, des résines, des désodorisantes de pièce, des nettoyants pour tapis, des peintures, des vernis et les conservateurs du bois pour n'en nommer que quelques-uns. 13, 14

En outre, les personnes peuvent être exposées à des substances chimiques ototoxiques si elles travaillent dans l'une des nombreuses usines de fabrication et les usines qui utilisent des solvants organiques ou des métaux lourds. Des processus tels que l'électrodéposition, la fabrication de chaussures, le nettoyage à sec, la vulcanisation à froid, la fabrication de batteries électroniques et la fabrication de chlorure de polyvinyle utilisent tous des produits chimiques ototoxiques. 14

En outre, les polluants dans l'air peuvent également nuire aux oreilles des gens. Selon le type et la gravité de la pollution de l'air, les personnes peuvent se retrouver avec une perte d'audition, des problèmes d'équilibre ou d'autres dommages à leurs oreilles. 2

La plupart des gens pensent probablement que la pollution de l'air se produit à l'extérieur. Cependant, la pollution atmosphérique dangereuse réside également dans les maisons, les bureaux et les usines. Beaucoup de polluants intérieurs sont des solvants organiques. Lorsque les gens inhalent les fumées de ces solvants, ils endommagent lentement mais sûrement leurs oreilles.

Une étude des travailleurs dans une usine de caoutchouc a révélé que 47% avaient des anomalies subcliniques dans les voies auditives et dans leur cerveau, en raison des solvants utilisés dans la fabrication du caoutchouc16. Un patient a perdu son audition suite à plusieurs années d'utilisation de vernis anti-pulvérisation dans son garage sans adéquation ventilation. Le toluène dans le vernis était le coupable.

Parfois, les dommages ototoxiques causés par les solvants organiques sont évidents, par exemple lorsqu'ils entraînent une perte auditive massive ou des tinnitus rugissants. Cependant, dans d'autres cas (voir l'étude ci-dessus), les résultats peuvent être insidieux et subtils, ce qui se traduit par une perturbation du traitement auditif central. Même si le produit chimique n'a pas causé une «audition» réduite comme on pouvait s'y attendre sur un audiogramme, la personne affectée ne peut pas comprendre tout ce qu'ils entendent.
Un peu de sondage peut révéler que la perte d'audition est le résultat de l'exposition à un produit chimique ototoxique où vous vous attendez le moins à trouver. Par conséquent, en plus de penser "drogues", pensez aussi "produits chimiques".

Interactions et oreilles médicamenteuses

On sait peu de choses sur la façon dont les médicaments ototoxiques affectent nos oreilles. On sait de manière moins significative sur les effets secondaires ototoxiques lorsque deux ou plusieurs médicaments ototoxiques sont consommés en même temps. Cependant, certaines choses intéressantes (et importantes) ont été mises en lumière ces dernières années.

Soyez prudent lorsque vous prenez des médicaments Ototériques

Lorsqu'une personne prend deux ou plusieurs médicaments ototoxiques en même temps, ou une immédiatement après l'autre, il y a deux résultats probables. Les effets ototoxiques de chaque médicament peuvent être soit additifs, soit les effets ototoxiques peuvent être synergiques.

Dans le premier cas, l'effet total sur les oreilles sera la somme des effets de chaque médicament comme si elles étaient prises séparément. Par exemple, si un médicament ototoxique cause 2 "unités" de dégâts et que le deuxième médicament provoque 3 "unités" de dégâts, le dommage résultant sur l'oreille serait de 5 "unités" (2 + 3 = 5). C'est l'effet additif.

Cependant, avec certaines combinaisons de médicaments, en utilisant le même exemple ci-dessus, le résultat n'est pas de 5 "unités" de dégâts comme vous pouvez l'attendre, mais un nombre plus grand, disent 10 "unités" de dégâts. Cela représente un effet synergique. Avec des effets synergiques, le dommage résultant est toujours supérieur à la somme des dommages de chaque médicament individuel.

Pour protéger les oreilles autant que possible, les gens ne devraient pas prendre de multiples médicaments ototoxiques en même temps, surtout s'ils sont connus pour avoir des effets ototoxiques synergiques.

L'ordonnance de médicaments Ototoxiques multiples peut être importante

Les chercheurs ont découvert que l'ordre dans lequel une personne prend certaines drogues ototoxiques peut faire une énorme différence quant à savoir si elles ont beaucoup de perte auditive résultante ou non. Avec certaines combinaisons de médicaments, si vous prenez les médicaments séquentiellement, et pas simultanément, vous pouvez éviter l'effet synergique.

Par exemple, dans un seul traitement médical, les médecins mettent leurs patients sur deux médicaments: un antibiotique à base de LOOP DIURETIC (p. Ex., Furosemide ) et un antibiotique AMINOGLYCOSIDE (par exemple Tobramycine ). Si le patient a terminé le cours de LOOP DIURETIC avant de commencer l'antibiotique AMINOGLYCOSIDE, la perte d'audition résultante de ces deux médicaments est additive. Cependant, si le patient prend les deux médicaments simultanément ou si l'antibiotique AMINOGLYCOSIDE est administré en premier, suivi de LOOP DIURETIC, les deux médicaments agissent de manière synergique pour endommager considérablement les oreilles du patient. 25

La relation synergique entre certaines drogues / produits chimiques et le bruit

Non seulement certains médicaments ototoxiques réagissent de manière synergique entre eux, mais ils ont une autre caractéristique néfaste. Leurs effets secondaires ototoxiques peuvent réagir de manière synergique avec le bruit.

Certains médicaments ototoxiques lorsqu'ils sont pris «normalement» peuvent entraîner un certain degré de perte d'audition. Cependant, si elles sont prises pendant que le patient est exposé à un bruit élevé, le bruit combine de manière synergique avec les effets secondaires ototoxiques du médicament pour provoquer une perte d'audition encore plus grande qu'on ne le pourrait autrement.

Certains des médicaments qui ont cet effet vicieux incluent l' aspirine , 20 le médicament anticancéreux Cisplatine 22, les antibiotiques microbiens chloramphenicol 3 et les antibiotiques AMINOGLYCOSIDE tels que la Gentamicine 12 et la Kanamycine . 23

Ce même effet synergique sur la perte auditive entre les effets secondaires ototoxiques de certains médicaments et le bruit se produit également entre certains produits chimiques et le bruit. Les produits chimiques qui rendent les oreilles plus propices à la perte d'audition résultant du bruit comprennent des solvants organiques tels que le disulfure de carbone , le dinitrobenzène , le styrène , le trichloréthylène , le toluène et le xylène , ainsi que le monoxyde de carbone asphyxiant et le plomb de métal lourd. 4, 10, 17, 26

D'autres produits chimiques présentant cette même caractéristique néfaste comprennent l' arsenic , l'alcool butylique , le nitrite de butyle , l' heptane , l' hexane , le manganèse , le mercure et la triméthylétain . 19 Ce n'est apparemment que le bout de l'iceberg. Les soupçons sont déjà rejetés sur le tétrachlorure de carbone , divers métaux et autres asphyxiants. 17, 20

Juste à quel point cet effet synergique est prononcé? Parfois, les résultats peuvent être dramatiques! Dans une étude sur les travailleurs brésiliens, ceux exposés à la fois au bruit et au toluène avaient une incidence de perte auditive de 53%. En revanche, ceux exposés au bruit seul avaient un taux d'incidence de 26% alors que le groupe témoin avait un taux d'incidence de seulement 8%. Lorsque ces résultats ont été ajustés en fonction de l'âge, ils ont montré que l'exposition au bruit augmente le risque de perte auditive de 4,6 fois. Lorsque le bruit a été combiné avec l'exposition au toluène, le risque a bondi de 27,5 fois! 21

Dans une autre étude, les travailleurs ont été regroupés dans l'un des quatre groupes - ceux exposés à la fois au bruit et au toluène , ceux exposés au toluène seul, ceux exposés au bruit seul et ceux qui ne sont pas exposés au toluène ou au bruit (le groupe témoin). La perte auditive de ceux exposés au bruit seul était 4 fois plus élevée que le groupe témoin; la perte auditive de ceux exposés au toluène seul était 5 fois plus élevée; et la perte auditive de ceux exposés à la fois au bruit et au toluène était 11 fois plus grand! 17

Le bruit et le temps sont essentiels

Un résultat traître de certains médicaments ototoxiques combinés au bruit est quelque chose dont vous ne penserez probablement jamais - la durée pendant laquelle les oreilles d'une personne sont encore sensibles aux effets synergiques des médicaments ototoxiques et du bruit après que le médicament a été interrompu.

Si vous dites à une personne de ne pas prendre certains médicaments alors qu'il est exposé au bruit, il pourrait penser que vous parlez des jours où il prend effectivement le traitement médicamenteux. Surprise! Pas vrai! Une personne doit éviter le bruit pendant beaucoup, beaucoup plus longtemps.

Lorsqu'une personne prend des antibiotiques d'AMINOGLYCOSIDE ou des médicaments anticancéreux de platine, tels que Cisplatin , ils sont rapidement transportés dans les oreilles internes. Le problème est que, une fois là, ces médicaments persistent dans les fluides de l'oreille interne longtemps après avoir disparu du sang, 11 pas seulement pendant quelques jours, mais pendant plusieurs semaines à plusieurs mois, 15 et jusqu'à un an plus tard!

Pendant le temps où ces médicaments sont présents dans les fluides de l'oreille interne des gens, ils peuvent endommager leurs oreilles. Plus important encore, pendant ce temps, leurs oreilles sont particulièrement sensibles aux effets synergiques du bruit élevé. 15 Cela signifie que si les personnes ont pris des antibiotiques AMINOGLYCOSIDE ou Cisplatine et sont maintenant terminés avec cette thérapie médicamenteuse, leurs oreilles risquent encore plus de perte d'audition si elles les exposent à un bruit fort dans les prochains mois ou plus, en fonction sur leur chimie corporelle spécifique.

Cela a des implications importantes pour l'audiologiste qui traite des patients ayant subi une aide auditive avec des prothèses auditives et d'autres systèmes d'amplification. Le Dr James Kalkanis, MD, recommande de régler le gain et la puissance maximale (MPO) aussi bas que possible afin de protéger les oreilles de vos patients alors que leurs oreilles sont très sensibles aux effets du bruit, secondaires aux médicaments ototoxiques. Si un patient porte déjà des prothèses auditives, vous devriez lui conseiller de réduire le volume pendant ce temps également. 15 Il en va de même pour les personnes exposées aux produits chimiques ototoxiques sur le lieu de travail. Les travailleurs exposés à des produits chimiques ototoxiques devraient être informés qu'il est dans leur meilleur intérêt pour la santé de réduire le volume de leurs prothèses auditives et de garder l'environnement de travail aussi calme que possible.

Quel est le niveau de sécurité dans de telles situations? La seule chose connue à coup sûr est que les normes actuelles ne sont pas suffisamment strictes. Les chercheurs ont été surpris de constater que lorsque le bruit et les agents ototoxiques s'allient pour endommager les oreilles, ces dommages peuvent survenir même si l'exposition au bruit et aux produits chimiques se situe dans des limites actuellement acceptables . dix

Le test d'audition à haute fréquence est important

Beaucoup de médicaments et de produits chimiques ototoxiques commencent à détruire d'abord l'audition aux premières fréquences et, à mesure que l'exposition se poursuit, des fréquences plus faibles s'impliquent. Comme l'audition n'est traditionnellement testée que jusqu'à 8 kHz, la plupart des cas initiaux de perte auditive provenant de médicaments ototoxiques et de produits chimiques ne sont jamais révélés par des tests audiométriques standard.

Cependant, l'audiométrie haute fréquence est importante si la perte d'audition des médicaments ototoxiques doit être minimisée ou empêchée. L'audiométrie haute fréquence peut révéler les effets précoce des médicaments ototoxiques avant que l'acouphène n'apparaisse ou les lésions auditives soient visibles sur un audiogramme conventionnel (250 et 8 000 Hz).

Dans les études impliquant Cisplatin , les premières indications de perte auditive apparaissaient toujours entre 10 000 et 16 000 Hz. Bien sûr, les tests audiométriques standard n'auraient pas révélé cette perte auditive, car elle affecte des fréquences supérieures aux fréquences habituellement testées.

Plusieurs produits chimiques ototoxiques provoquent une perte auditive initiale dans les hautes fréquences. Par exemple, les tests auditifs à haute fréquence ont révélé que les travailleurs exposés à de faibles concentrations de fumées de styrène pendant 5 ans présentaient des pertes auditives dans les hautes fréquences, même si leurs tests auditifs dans les fréquences classiques étaient normaux. Si les tests auditifs à haute fréquence n'avaient pas été effectués, le styrène aurait pu recevoir une note de santé propre - même s'il est ototoxique.

L'inhalation de fumées de styrène est connue pour entraîner une réduction de la limite supérieure de l'ouïe. Les chercheurs ont conclu que la limite supérieure de l'ouïe est un indicateur sensible pour le dépistage précoce de l'ototoxicité chez les travailleurs exposés au styrène 18 et en fait, probablement pour les médicaments et les produits chimiques les plus toxiques ou les plus ototoxiques.

Une étude a démontré que le test audiométrique dans la gamme auditive conventionnelle est la méthode la moins efficace pour déterminer la perte de l'audition initiale. 5 Par conséquent, si vous voulez savoir si les médicaments ou les produits chimiques voient insidieusement l'audition de vos patients, vous devez tester leur audition jusqu'à la plus grande fréquence possible.

Étant donné que la perte auditive ototoxique commence habituellement aux fréquences les plus élevées et progresse à travers les plus faibles, les audiologistes devraient surveiller les fréquences les plus importantes mesurables chez les personnes ayant une perte auditive préexistante, afin d'alerter le plus tôt possible de nouvelles pertes auditives liées à la drogue.

La détection précoce ne permet pas, par elle-même, d'endommager davantage les oreilles d'une personne. Cependant, il donne aux médecins le temps d'ajuster la dose ou d'arrêter complètement le médicament avant que la perte d'audition ne se propage aux fréquences classiques. 6 Si la surveillance est limitée à des fréquences inférieures à 8 000 Hz, au moment où les audiologistes détectent une perte auditive nouvelle / supplémentaire, la perte auditive aura déjà affecté les fréquences nécessaires à la parole.

Quelle est la qualité des tests à haute fréquence? Lorsque les chercheurs ont comparé les tests de fréquences élevées par rapport aux fréquences classiques testées, une étude a révélé que 52% des pertes auditives ont été détectées pour la première fois uniquement dans la gamme haute fréquence. Cette étude a révélé que plus de la moitié des personnes atteintes d'une perte auditive induite par la drogue ont une perte auditive qui n'a pas été détectée par des moyens conventionnels. Si seulement des tests auditifs à haute fréquence avaient été effectués, 67% de toutes les oreilles démontrant une perte auditive initiale due à une ototoxicité auraient été trouvées. 7

Une autre étude a révélé que seulement 13,5% des personnes (les oreilles) ont eu une perte auditive initiale liée à la drogue dans les fréquences conventionnelles. 24% ont eu une perte auditive détectable initiale dans les fréquences classiques ainsi que les fréquences élevées. Ainsi, un énorme 62,5% de la perte auditive induite par la drogue est probablement dépourvu de détection car il ne se produit initialement que dans les fréquences élevées traditionnellement pas testées. 8 Si seulement les hautes fréquences avaient été testées, 86% de tous les cas de perte d'audition induite par un médicament auraient été détectés.

Le processus d'essai auditif à cinq fréquences

Le test de toutes les fréquences entre 125 Hz et 20 000 Hz prend beaucoup de temps et, bien sûr, ajoute des dépenses supplémentaires à l'évaluation. Heureusement, les chercheurs ont récemment découvert une pente à cinq fréquences qui est très sensible aux ravages des médicaments ototoxiques. La beauté de ce test de pente à cinq fréquences est qu'il est très sensible à la perte d'oreille ototoxique initiale .

Cette gamme de cinq fréquences varie en fonction de la perte auditive préexistante de chaque personne et est donc unique pour chaque personne. Ces cinq fréquences sont généralement séparées par 1/6 d'octave.

Par exemple, une personne ayant une perte auditive préexistante pourrait avoir une pente à cinq fréquences composée de 8, 9, 10, 11,2 et 12,5 kHz. 9 Étant donné que la perte auditive de chaque personne est unique, le processus de test est adapté pour chaque personne et cela peut être accompli facilement et avec précision.

En utilisant un audiomètre étalonné pour tester avec précision jusqu'à 20 000 Hz, déterminez la fréquence la plus élevée que votre patient peut entendre. (Note: la perte auditive à cette fréquence doit être de 100 dB ou moins.) Deuxièmement, testez cette fréquence et les quatre fréquences de test audiométriques consécutives inférieures suivantes. Cela devient la gamme de pente de cinq fréquences du patient. 6

En fonction de la perte auditive particulière du patient, cette pente à cinq fréquences peut se trouver dans la gamme haute fréquence étendue, elle peut chevaucher la limite de 8 000 Hz, ou elle peut résider complètement dans les fréquences classiques.

Quelle est l'efficacité de cette pente à cinq fréquences dans la détection de la perte d'audition des médicaments ototoxiques? Les résultats pourraient vous étonner!

Dans une étude sur les effets ototoxiques de la cisplatine , si seulement les cinq fréquences de la pente à cinq fréquences avaient été testées, 93% des personnes atteintes d'une perte auditive induite par un médicament ototoxique auraient été détectées. 6 Cela contraste nettement avec les 39% détectés dans cette même étude en utilisant uniquement les fréquences classiques.

D'autres études ont donné des résultats similaires. Par exemple, une autre étude a rapporté que si seulement les valeurs de pente à cinq fréquences ont été testées, la perte d'audition due aux antibiotiques AMINOGLYCOSIDE serait détectée à 84% du temps, et pour le Cisplatine , les résultats seraient de 94%. Une autre étude a révélé que la perte de l'audition initiale aurait été détectée chez 89% des personnes ayant une déficience auditive si seule la pente à cinq fréquences avait été testée. Les tests de fréquences classiques seulement ne sont que de 37%. 8>

Sur la base de résultats comme ceux-ci, l'utilisation courante de l'audiométrie haute fréquence n'est pas seulement «agréable», il est essentiel. 15

Pour les patients hospitalisés qui doivent subir une thérapie médicamenteuse avec des médicaments ototoxiques, un test audiométrique complet peut être un problème, surtout s'ils sont inconscients, semi-conscients ou très malades. Dans de tels cas, l'utilisation d'un audiomètre conventionnel et de protocoles de test est difficile, sinon impossible. Dans ces situations, les techniques de réponse auditive du Tensemble du Tronc (ABR) modifiées pour fonctionner dans les fréquences plus élevées peuvent être des outils efficaces. Dans une de ces études, les ABR à haute fréquence à éruption de tonalité ont identifié 93% des changements initiaux dans la perte d'audition. 7

Le protocole de pente à cinq fréquences est rapide et efficace et s'est avéré efficace pour fournir un avertissement précoce de la perte d'audition.

Je recommande que le protocole de pente à cinq fréquences devienne la pratique courante acceptée dans les tests audiométriques pour aider les patients à économiser de l'audition précieuse, ce qui pourrait être perdu pour les ravages des médicaments ototoxiques.

Publié pour la première fois en Audiologie en ligne le 15 décembre 2003.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.