métabolisation des médicaments et neurotoxiques : le massacre médical

définitions

La pharmacocinétique, parfois désignée sous le nom de « l'ADME » (voir plus loin) et qui suit la phase biopharmaceutique, a pour but d'étudier le devenir d'une substance active contenue dans un médicament après son administration dans l'organisme. Elle comprend, après la phase biopharmaceutique précédant le premier passage trans-membranaire, quatre grandes étapes:

Métabolisme des xénobiotiques :  La transformation se fait en 2 phases distinctes : la phase I et la phase II. Les enzymes qui contribuent à ce métabolisme se trouvent dans tous les tissus, mais plus particulièrement dans le foie, qui est par conséquent le principal lieu où sont métabolisés les xénobiotiques.

En général, un xénobiotique est une molécule chimique polluante et parfois toxique à l’intérieur d’un organisme, y compris en faibles voir très faibles concentrations2. Deux cas typiques de xénobiotiques sont les pesticides, et les médicaments, en particulier les antibiotiques3.
 
Pharmacogénétique
La pharmacogénétique détermine la capacité fonctionnelle de chaque personne à métaboliser et d'excréter les médicaments prescrits; l'efficacité des médicaments est déterminé par les variations génétiques humaines naturelles qui influencent peuples réponse aux médicaments.  Les médicaments psychotropes sont métabolisés à travers différents sites et systèmes dans le corps. Un site majeur est le CYP 450 Cytochrome famille, que l'on trouve principalement dans le foie.  75% de tous les médicaments psychotropes sont métabolisés par le CYP2D6 et 15% par la voie de CYPC19. 
La pharmacogénétique est connu et utilisé par les compagnies pharmaceutiques depuis de nombreuses années. Les essais de médicaments sont menées sur les personnes qui sont spécifiquement sélectionnés pour leur efficacité a métaboliser chaque médicament spécifique. Cela permet aux entreprises pharmaceutiques de montrer le meilleur résultat possible pour le nouveau médicament; cela a le potentiel pour réduire au minimum les effets indésirables et d'effets secondaires.
Métaboliseurs lents : Les personnes qui ont peu ou pas d'activité de métabolisation enzymatique. En conséquence, les médicaments atteignent des concentrations élevées de toxicité dans la circulation sanguine car ils prennent plus de temps à se dégager du corps, entraînant des effets secondaires induits par le médicament en raison de la diminution de l'élimination du médicament. La recommandation pour PM est que les patients doivent éviter les médicaments qui nécessitent cette voie spécifique. Les médicaments prescrits aux PM ne sont pas thérapeutiques.

 

métabolisation

Qu'est-ce que la métabolisation ?
La métabolisation est la transformation des médicaments et de tous les produits chimiques par le foie qui secrète des "enzymes", c'est à dire des agents chimiques qui en attaquent d'autres. Cette transformation est un "cassage" de la grosse molécule du médicament, en molécules plus petites et, généralement, solubles dans l'eau ("hydrophiles"). Ces résidus s'appellent les "métabolites". Il arrive, dans certains cas, que la métabolisation se fasse dans d'autres organes que le foie

Le  métabolisme  d’un médicament  correspond à la transformation par une réaction enzymatique d’un  médicament en un ou plusieurs composés, dits métabolites qui peuvent être actifs  pharmacologiquement, inactifs pharmacologiquement ou parfois toxiques .   Le métabolisme est une des phases de l’élimination d’un médicament : les différentes étapes du  métabolisme conduisent à la formation de substances  hydrosolubles plus facile ment éliminées par les  milieux aqueux que sont les urines, la bile, la salive ou la sueur.   Il est important de noter que le métabolisme  des médicaments n’aboutit pas forcément à son  inactivation. Ainsi les prodrogues (ou proméd icaments) inactifs pharmacologiquement sont  rapidement métabolisés en métabolites actifs pharmacologiquement.  De nombreux tissus peuvent réaliser le métabolisme  des médicaments : foie, rein, poumon, intestin...  Le principal site de métabolisme des médicaments est  le foie : les hépatocytes sont riches en enzymes  impliquées dans le métabolisme.

pharmacodépendance chez le sujet agé
Avec l’âge, les grandes fonctions métaboliques et homéostasiques perdent de leur efficacité et l’on observe des modifications de la pharmacocinétique de nombreux médicaments (diminution de l’élimination et risque d’accumulation) ...

La pharmacologie et nous - III. Personnes âgées et psychotropes : Le vieillissement est associé à une diminution phy­siologique des capacités fonctionnelles de la plupart des organes du corps humain. La prise en compte de ces modifications et de leurs conséquences en termes de pharmacocinétique et de pharmacodynamie est nécessaire à une prescription sécurisée des psycho­tropes. Les modifications pharmacocinétiques liées au vieillissement sont caractérisées par une diminution de l'absorption (par diminution  de  l'acidité, de la mobilité, de l'afflux sanguin et de la surface gastro­ intestinale), une diminution de la fixation protéique (par diminution de l'albuminémie), une augmenta­tion du volume de distribution des médicaments lipo­philes, une diminution du métabolisme hépatique et de l'excrétion rénale.De façon générale, les modifi­cations pharmacodynamiques liées au vieillissement provoquent une hypersensibilité du système nerveux central aux psychotropes, une élimination plus lente et une métabolisation moins efficace (5) des psychotropes. En outre, les sujets âgés souffrent fréquemment de co­-morbidités médicales à risque de se voir décompensées par les effets indésirables des psychotropes et des anti­psychotiques en particulier. Enfin, les personnes âgées sont sujettes à la polymédication et ainsi exposées au risque d'interactions médicamenteuses.Les risques associées à ces modifications pharmaco­cinétiques et pharmacodynamiques sont ceux associés à des concentrations plasmatiques plus élevées, à des effets pharmacologiques plus prolongés et à un risque accru d'effets indésirables. Dans ce contexte, la pres­cription se doit d'être prudente face au risque d'effets indésirables et respecter certaines règles :

Les conséquences : la catastrophe

Médicaments psychotropes et les cytochromes : iatrogénie Pharmacologique : Depuis l994, un nombre important de documents ont été publiés dans des journaux de référence arbitré revues médicales sur les effets indésirables des médicaments (EIM). L'estimation approximative est que chaque année, 2,2 millions d'Américains sont hospitalisés pour des ADRs et plus de 100.000 meurent

Les effets indésirables graves (RMIS) sont une cause majeure de morbidité et de mortalité dans le monde entier. Certains EIG peuvent être prévisibles, sur la base pharmacodynamiques et pharmacocinétiques.....L'incidence globale des EIG chez les patients hospitalisés aux États-Unis a été estimé à 06/02 à 06/07% et l'incidence des effets indésirables mortels est estimée à 0,15-0,3% (REF. 2 ). Cela se traduit par plus de 2 millions EIG estimés chez les patients hospitalisés chaque année, avec plus de 100.000 morts, ce qui rend ces réactions comme une des causes ies plus mportantes de décès aux États-Unis. Des études en Europe et en Australie ont donné des estimations semblables 3 . Le fardeau des coûts résultant est énorme, ce qui représente des dizaines de milliards de dollars, et a un impact sur ​​les deux l'industrie pharmaceutique internationale des soins de santé et 4 .

Pourquoi tester?
Chaque année, plus de 8,6 millions d’événements indésirables médicamenteux (EIM) sont signalés aux États-Unis – 2,2 millions d’entre eux sont graves.
En fait, les événements indésirables sont la quatrième cause de décès à l’échelle nationale, après les maladies cardiaques, le cancer et les accidents vasculaires cérébraux, et ils placent un énorme fardeau financier pour le système de santé.
Même avec la prescription appropriée, la génétique d’un patient peuvent affecter la façon dont ils métabolisent et répondre aux médicaments. Plus de 85% des patients ont des variations détectables dans leur ADN qui augmentent leur risque d’une ADE.

 Environ 9,6 millions d’Américains âgés subissent des effets secondaires négatifs de leurs médicaments chaque année. Des effets secondaires connus sont traitées comme si ils étaient de nouvelles maladies et des médicaments supplémentaires sont prescrits pour traiter les effets secondaires au lieu d’essayer de les prévenir. Plus de deux millions d’Américains sont envoyés à l’hôpital ou gravement blessés par des effets secondaires de chaque année. En fait, avec plus de 100.000 décès chaque année, les réactions indésirables aux médicaments sont une des principales causes de décès aux États-Unis – et bon nombre de ces cas sont évitables

Les effets bénéfiques des médicaments psychiatriques sont si minces, dit-il, qu’il serait possible d’arrêter l’utilisation actuelle presque complètement sans causer de dommages. Il recommande d’arrêter l’utilisation de tous les médicaments antidépresseurs ainsi que ceux du TDAH et de la démence, et de prescrire seulement une petite fraction des antipsychotiques et des benzodiazépines utilisés actuellement.

200.000 morts par an en Europe par les médicaments !
Les différents pays européens ne remontent qu’1 à 10% des cas.

Sachant par ailleurs que 20 % des français se voient prescrire des psychotropes, et que donc 10 % d'entre eux au bas mot sont susceptibles de ne pas supporter les doses de référence standardisées, lesquelles sont administrées la plupart du temps sans connaissance de leur spécificité - les doses "standard" étant indiquées par les fabricants pour des personnes "standard" - alors on est en mesure d'imaginer les répercussions que la prescription aveugle peut avoir sur 150.000 métaboliseurs lents : le résultat à rapprocher des quelques 20.000 à 30.000 décès (selon les sources) pour causes iatrogènes chaque année dans notre pays.... Il a été également établi que 44 % des personnes se plaignant d'effets secondaires sont des métaboliseurs lents.

Les somnifères tuent 500 000 personnes par an
Une étude a été récemment publiée dans le British Medical Journal montre que seulement quatre des somnifères par an seront tripler votre risque de décès. Prendre 18 pilules par an permettra de quadrupler le risque de la mort !

"Les effets indésirables [des médicaments" ont atteint des proportions épidémiques et augmentent deux fois plus vite que le nombre de prescriptions. La Commission européenne a estimé en 2008 que les effets indésirables tuent 197 000 citoyens de l'UE chaque année, pour un coût de 79 milliards d'euros".

GANGSTERS EN MÉDECINE
Le Journal of the American Medical Association a récemment rapporté qu'autant que 106 000 décès surviennent chaque année dans les hôpitaux américains en raison de réactions indésirables aux médicaments correctement prescrits par les médecins qui les utilisent comme indiqué par les compagnies pharmaceutiques.  Pire encore, le Conseil National pour l'Information du Patient et de l'éducation a signalé qu'un décès de 125 000 supplémentaires se produisent chaque année en raison de réactions indésirables aux médicaments que le médecin ne doit jamais avoir prescrit.

Homicides antidépresseurs induits liés akathisie-associées à des mutations dans les gènes métabolisant diminution de la famille des CYP450
Les problèmes personnels, médicaux et juridiques découlant de la surutilisation des médicaments antidépresseurs et la toxicité résultant de soulever la question: comment les événements tels de toxicité peuvent être comprises et ont empêché? Les auteurs suggèrent que la clé réside dans la compréhension de l'interaction entre le génotype CYP450, le substrat médicaments et les doses prescrites, co-inhibiteurs et les inducteurs du sujet et de l'âge du sujet. Les résultats présentés ici concernant un échantillon de personnes donnés antidépresseurs pour la détresse psychosociale démontrent la mesure dans laquelle l'industrie de la psychopharmacologie a étendu son influence au-delà de sa capacité à guérir. Les rôles des deux organismes de réglementation et l'innocuité des médicaments "pharmacovigilantes" en assurant la qualité et la transparence de l'information de l'industrie est en surbrillance.

Peter Gotzsche, professeur à l'Université de Copenhague a calculé que les médicaments sont la troisième cause la plus fréquente de décès après les maladies cardiaques et le cancer. Il se dit profondément préoccupé par l'impact des médicaments psychiatriques, dont les antidépresseurs et les médicaments contre la démence. Écrivant dans le BMJ, il estime qu'ils sont responsables de plus d'un demi-million de décès chez les personnes âgées de plus de 65 ans en Amérique du Nord et en Europe.
Pour le professeur Gotzsche, le comportement d’une grande partie des industriels de la pharmacie qui poussent à cette prescription excessive satisfait les critères de «crime organisé» selon le droit américain.

« Il est remarquable que personne ne lève un sourcil quand nous tuons tant de nos concitoyens avec des médicaments, » professeur Gotzsch

La FDA est simplement une branche criminele d'un gouvernement fédéral qui est devenu une menace pour les personnes mêmes qu'il est censé protéger et servir
 
Au cours des 10 dernières années, il a été estimé que la médecine a blessé 191 millions d'Américains et tués plus de 8 millions - plus de la totalité des pertes américaines à l'ensemble de nos guerres mondiales combinées
 

la médecine fondée sur des produits pharmaceutiques est une des principales causes de décès et de blessures dans les pays développés.
Ces articles vous expliquent comment éviter d'être une victime

Dans les faits, le système pharmacologique et médical moderne s'octroie la première place au palmarès des causes de décès aux Etat Unis.
 
La grande fraude médicale !
la médecine moderne est devenue à présent la source primordiale des maladies.

Evolution attendue :
Compte tenu des progrès de la médecine, la iatrogénie devrait augmenter

OMS : Médicaments: sécurité et effets indésirables
  • Les réactions nocives et inattendues aux médicaments (que l’on appelle effets indésirables) font partie des principales causes de mortalité dans de nombreux pays.
  • On peut éviter la majorité des effets indésirables aux médicaments.
  • Toutes les populations du monde sont touchées par ces effets indésirables.
  • Dans certains pays, les dépenses qu’entraînent les effets indésirables, frais d’hospitalisation, de chirurgie, perte de productivité, dépassent les coûts des médicaments.
  • Aucun médicament n’est dépourvu de risque. La sécurité des patients passe par une évaluation attentive des risques et des bienfaits des médicaments.
 
 
Les médecins et infirmières tuent plus de personnes que le Cancer ? 
Les preuves montrent qu'avec le cancer et les maladies circulatoires, les médecins et infirmières sont maintenant l'un de nos trois meilleurs tueurs ; ils tuent beaucoup plus de gens que les infections (y compris la grippe), les accidents de la route, les terroristes et criminels mis ensemble. Chaque médecin tue chaque semaine plus de gens que les terroristes ont tué dans les 50 dernières années. Le résultat est que les médecins et infirmières maintenant presque certainement tuent plus de personnes que le cancer.
 
Ci-dessous, il est spécifiquement démontré que les accusés entretiennent et répandent délibérément les maladies contemporaines les plus communes en dépit du fait que ces maladies auraient pu être efficacement guéries
 

 

cytochrome P450

docteur Lucire yolande
Qu'est - ce qui se passe quand vous prenez des médicaments ( à la fois pharmaceutiques et de la rue)?
Presque tous les médicaments (et de nombreuses toxines environnementales) sont métabolisés (décomposé, réorganisé, redistribué et excrété) dans le foie, par les différentes enzymes du système du cytochrome P450 (CYP450).

Pourquoi les gens réagissent mal aux médicaments ?
Tous les gens ne sont pas nés avec une gamme complète d'enzymes métabolisants, et parfois ceux qu'ils ont sont dupliqués (polymorphisme génétique), conduisant à compromis, absence ou métabolisme très rapide des médicaments. Dans cette situation, les effets secondaires se produisent, allant de léger à mettre la vie en danger. Les effets secondaires se produisent aussi avec des changements de dose, en hausse ou en baisse, ou lors du démarrage ou l'arrêt des médicaments, et parfois des mois après l'arrêt. Une fois qu'ils ont commencés, ils sont difficiles à inverser.
Les effets indésirables se produisent généralement lorsque tout ou partie des éléments suivants sont présents:
Il existe un problème génétique dans la famille du cytochrome P450 (CYP450) des gènes métabolisant.
Il n'y a polypharmacie (l'utilisation de plusieurs médicaments concomitants), qui peut surcharger le système, ce qui compromet la capacité d'une personne à métaboliser les médicaments.
Il y a une utilisation simultanée des herbes et des médicaments, qui peuvent interagir.
La dose est trop élevée.
Les médicaments ont été pris pendant une longue période de temps par un métaboliseur lent.
Lors du démarrage ou de l' arrêt de la médication.
Les signes d'une réaction indésirable à un médicament
Pensées bizarres, importuns et involontaires de suicide, la mort et les mourants.
Pensées bizarres, importuns et involontaires d'hostilité, de violence et d' homicide, trouvés chez les personnes qui n'ont pas antécédents de comportement violent ou désordonné.
Akathisie , qui peut être intermittente ou constante, est caractérisée par une incapacité à rester en place , et est souvent associée à un sens extrême de la catastrophe imminente et la terreur.   
Dyscontrôle du comportement, y compris le jeu inhabituel, les dépenses excessives, la drogue et les comportements sexuels.
Le déclin cognitif ou un dysfonctionnement, une mauvaise mémoire, une incapacité à se concentrer et à retourner au travail.
Une baisse du bien-être, ou de l' échec de récupérer d'un épisode de stress ou de tristesse, après avoir pris un antidépresseur.
Vision floue.
Le syndrome sérotoninergique ou la toxicité des médicaments, avec des symptômes tels que : Agitation, agitation,  confusion, fréquence cardiaque élèves, changements de la pression artérielle et / ou de la température,  nausea et / ou vomissements , diarrhée, perte de coordination musculaire ou secousses
musclaires , h eavy transpiration, et s hivering et la chair de poule. Le syndrome sérotoninergique peut mettre la vie en danger, et vous devriez consulter un médecin immédiatement si vous ressentez un de ces symptômes: fièvre élevée, i rregular rythme cardiaque irrégulier ou perte de conscience.
Que faire si vous avez une réaction indésirable à un médicament
Ne cessez pas de prendre votre médicament subitement. Si vous le faites, vous êtes à risque de conditions plus dangereuses, y compris akathisie, les tentatives de suicide et d' autres comportements violents.
Trouver un médecin expérimenté, qui peut superviser un retrait sécuritaire du / desmédicament / s coupables .
Il est préférable de faire un sevrage très lentement, sur une période de plusieurs mois ou années, en utilisant des médicaments aggravée, donc la chimie du cerveau peut normaliser. Il est impossible de prédire comment une personne va réagir à l' arrêt du médicament, il est donc important d'être dans le soin de quelqu'un qui peut surveiller attentivement, et ajuster votre traitement selon la situation.
Les médicaments psychiatriques sont très addictifs et de nombreuses personnes éprouvent des aggravationss des symptômes pendant la période de sevrage. Ces patients sont parfois, à tort, diagnostiquéés comme souffrant de dépression ou de «schizophrénie réfractaire au traitement", et a la dose d'un médicament , ils peuvent déjà pas métaboliser est augmentée, ou d' autres médicaments sont ajoutés, ce qui conduit à une non-récupération catastrophique. Pendant le sevrage, il peut être très utile d'avoir le soutien de gens qui comprennent ce que vous vivez. Surviving Antidépresseurs offre un soutien par les pairs en ligne. Il peut prendre jusqu'à deux ans pour se sentir comme votre auto normale après le sevrage d'un médicament psychiatrique, comme le fonctionnement du cerveau est de manière significative (et imprévisible) modifié alors qu'une personne le prend.
 
Avec les médicaments utilisés en psychiatrie, (et cela est très général) un grand nombre, sont métabolisés dans le foie par un système d'enzyme appelée cytochrome P 450 (et autres systèmes cytochrome).

Environ 50% des médicaments de la pharmacopée sont métabolisés

Pour que les médicaments liposolubles puissent être éliminés de l’organisme, leur structure chimique doit être modifiée afin des les rendre hydrosolubles pour être excrétés par voie urinaire ou biliaire

Le docteur yolande Lucire dénonce
Il y a treize ans qu'elle a commencé à remarquer une hospitalisation alarmant et les taux de suicide chez les patients traités par des ISRS et des antipsychotiques atypiques dans le Greater Southern Area Health Service de New South Wales. Depuis, elle a été ripostent contre le consensus psychiatrique axés sur la Pharma que le traitement aux ISRS est sûr et efficace, travaille d'arrache-pied pour sevrer patient-victimes ainsi que leurs prescripteurs hors les médicaments.

listes des médicaments
et des enzymes CYP450 correspondants
 

Le polymorphisme génétique du cytochrome P450 2D6 : le Bon, l’Ultrarapide, l’Intermédiaire et le Lent

Les cytochromes P450 (CYP) sont un groupe d'iso-enzymes localisées pour l'essentiel dans le réticulum endoplasmique des cellules hépatiques. Ils catalysent l'oxydation ou la réduction de substances lipophiles endogènes ...(médicaments),
 
Wikipedia
 
Sa fonction de détoxification est assurée par le cytochrome P450.
 
Les familles sont désignées par un chiffre (par exemple, CYP 3 ). Les sous-familles sont désignées par une lettre (par exemple, CYP3 A ). Les iso-enzymes individuelles sont désignées de nouveau par un chiffre (par exemple, CYP3A 4 ).
 
interaction des médicaments sur les enzymes CYP

Les interactions entre psychotropes – L'exemple des antidépresseurs
la métabolisation

Pharmaguedon : faire de nos enfants et nos soldats des psychotiques
Vous savez, ces enfants qui tirent les uns les autres et les mères qui noient leurs enfants dans la baignoire? Regarde ce que cache le plus flagrant dans l'histoire de la psychiatrie moderne. Dr Lucire éclaire. Son étude vient d'être publiée à l'été 2011 n'est pas seulement une victoire académique, mais l'homicide parler de leurs expériences dans leurs propres mots sur la façon dont ils ont été transférés à tuer leurs proches
 
L'administration de deux médicaments métabolisés par le même CYP peut ralentir l'élimination d'une des deux molécules.
 
fibromyalgie Le dénominateur commun des personnes souffrant de symptômes de fibromyalgie est un métabolisme anormalement lent.

Variabilité dans le métabolisme de médicaments due au cytochrome P450
Les familles sont désignées par un chiffre (par exemple, CYP 3).
Les sous-familles sont désignées par une lettre (par exemple, CYP3 A).
Les iso-enzymes individuelles sont désignées de nouveau par un chiffre (par exemple, CYP3A 4)

Le cytochrome P450 est un système complexe d'isoenzymes.(revue prescrire)
Une trentaine de ces isoenzymes ont été identifiées dans l'espèce humaine au niveau du foie et aussi au niveau intestinal.
Quatre isoenzymes sont impliquées dans le métabolisme d'environ 90 % des médicaments couramment utilisés. Ces isoenzymes sont désignées en général par les termes CYP 1A2, CYP 2C9, CYP 2D6 et CYP 3A4.
Les isoenzymes CYP 2B6, 2C8 et 2C19 sont impliquées dans quelques interactions seulement.
De nombreux médicaments inhibent ou induisent l'activité de telle ou telle isoenzyme. Certains médicaments sont métabolisés par plusieurs isoenzymes.
Certains individus sont moins bien équipés que d'autres en enzymes. Ainsi l'isoenzyme CYP 2D6 fait plus ou moins défaut chez environ 5 % de la population générale. Les patients peu pourvus de cette isoenzyme métabolisent plus lentement certains médicaments, qui, de ce fait, ont chez eux plus d'effets (y compris les effets indésirables).

Jusqu'à 15 pour cent de la population a une forme à action lente de cette enzyme et un grand nombre de  ceux-ci une forme à action rapide.  Trente-cinq pour cent sont porteurs d'un allèle CYP2D6 non fonctionnel, en particulier  élever le risque de réactions indésirables aux médicaments lorsque ces personnes prennent multiples  drogues...
 

cytochrome P450 3A4 et enzymes CYP 3A4

benzodiazépines (sauf diazépam), antiarythmiques, immunodépresseurs, antihistaminique H1, statines (anticholéstérol), anti-infectieux, anticancereux, immunosupresseurs, inhibiteurs calciques...
 

Augmentation de l'activité des CYP : Elle est le fait de substances inductrices, majorant la synthèse et l'activité des CYP
 
Le jus de pamplemousse est un inhibiteur du cytochrome P-450 3A4 (CYP3A4 )
 
Les médicaments inhibant le CYP3A4 bloquent le métabolisme des médicaments de la colonne de gauche dont les concentrations circulantes vont s’élever.
 
En l’absence de toute influence d’origine génétique ou environnementale, le métabolisme représente une source majeure de variabilité de réponse aux médicaments

cyp3A4 métabolise 50% des spécialités
 
Le jus de pamplemousse est un inhibiteur du cytochrome P-450 3A4 (CYP3A4 )
 
wikipedia
CYP 3A4

Les médicaments métabolisés par l'isoenzyme CYP 3A4 du cytochrome P450 sont principalement :
  • des anticancéreux : le bortézomib, le cyclophosphamide, le docétaxel, le paclitaxel, l'imatinib, l'erlotinib, le nilotinib, le géfitinib, le lapatinib, le sorafénib, le sunitinib, le dasatinib, le pazopanib, l'irinotécan, la vindésine, la vinorelbine, la vincristine, la vinblastine, la vinflunine, l'étoposide, l'ixabépilone, le temsirolimus, la trabectédine, le tamoxifène, le torémifène, l'exémestane, le bicalutamide, etc. ;
  • des antiarythmiques : l'amiodarone, la dronédarone, le disopyramide, l'hydroquinidine, la quinidine, la mexilétine, la lidocaïne ;
  • des inhibiteurs calciques : le diltiazem, la félodipine, l'isradipine, la lercanidipine, la nifédipine, la nimodipine, le vérapamil et probablement la manidipine ;
  • des antiangoreux : l'ivabradine, la ranolazine ;
  • un sartan : le losartan ;
  • des statines : l'atorvastatine, la simvastatine ;
  • un diurétique : l'éplérénone ;
  • un antihypertenseur inhibiteur de la rénine : l'aliskirène ;
  • des vasodilatateurs : le bosentan, le sitaxentan, le cilostazol ;
  • un anticoagulant : le rivaroxaban ;
  • un antiagrégant plaquettaire : le ticagrélor ;
  • des hypoglycémiants : le répaglinide, la pioglitazone, la sitagliptine, la saxagliptine ;
  • un anorexigène : la sibutramine ;
  • des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : l'étoricoxib, le parécoxib ;
  • des opioïdes : l'alfentanil, la buprénorphine, le fentanyl, le lopéramide, la méthadone, l'oxycodone, le tramadol, le dextropropoxyphène, etc. ;
  • des médicaments utilisés en gastro-entérologie : l'aprépitant, le cisapride, la dompéridone, et dans une certaine mesure l'oméprazole et les autres inhibiteurs de la pompe à protons, un agoniste des récepteurs de la sérotonine 5-HT4 utilisé dans la constipation : le prucalopride ;
  • les progestatifs ; l'ulipristal ;
  • des immunodépresseurs : la ciclosporine, le tacrolimus, le sirolimus, l'évérolimus ;
  • des antiépileptiques : la carbamazépine, le zonisamide ;
  • des antimigraineux : l'ergotamine, la dihydroergotamine, l'élétriptan, et dans une moindre mesure l'almotriptan ;
  • des médicaments de la maladie d'Alzheimer : le donépézil, la galantamine ;
  • des agonistes dopaminergiques dérivés de l'ergot de seigle : la bromocriptine, le lisuride ;
  • des neuroleptiques : l'aripiprazole, l'halopéridol, le pimozide, le sertindole, la quétiapine ;
  • des benzodiazépines et apparentés : l'alprazolam, le clorazépam, le diazépam, l'estazolam, le flurazépam, le midazolam, le triazolam, le zolpidem, la zopiclone ;
  • un anxiolytique : la buspirone ;
  • des antidépresseurs : l'amitriptyline, l'imipramine ; la venlafaxine ; la mirtazapine ;
  • un antigoutteux : la colchicine ;
  • des bêta-2 stimulants : le salmétérol et l'indacatérol ;
  • des corticoïdes : le budésonide, la dexaméthasone, la fluticasone, la méthylprednisolone, la prednisone ;
  • un rétinoïde : l'alitrétinoïne :
  • des antihistaminiques H1 : la loratadine, la mizolastine, l'ébastine, la rupatadine ;
  • des inhibiteurs de la 5 alpha réductase : le dutastéride et le finastéride ;
  • des médicaments des troubles de l'érection : le sildénafil, le vardénafil, le tadalafil ;
  • un inhibiteur de la recapture de la sérotonine utilisé dans l'éjaculation précoce : la dapoxétine ;
  • des atropiniques : l'oxybutynine, la toltérodine, la solifénacine ;
  • des alphabloquants : l'alfuzosine, la doxasosine, la silodosine, la tamsulosine ;
  • un calcimimétique pour le traitement de l'hyperparathyroïdie secondaire de l'insuffisance rénale : le cinacalcet ;
  • des antirétroviraux : le lopinavir, l'atazanavir, le fosamprénavir, l'indinavir, le saquinavir, le tipranavir, l'éfavirenz, la névirapine, l'étravirine, le maraviroc ; le ritonavir (son effet inhibiteur de l'isoenzyme CYP 3A4 du cytochrome P450 est si intense que cela fait prévoir que l'association avec un autre inhibiteur de cette isoenzyme n'a guère de conséquence perceptible) ;
  • des antibiotiques : la rifabutine, la télithromycine ;
  • des antifongiques azolés : l'itraconazole, le voriconazole, etc. ;
  • un antagoniste de la vasopressine hypernatrémiant : le tolvaptan ;
  • des antiparasitaires : l'halofantrine, l'artéméther, la luméfantrine, le praziquantel, le triclabendazole, la quinine ;
  • etc.

cytochrome P450 2D6 et enzymes CYP2D6

Antiarythmiques: flécaïnide, propafénone Antidépresseurs: amitriptyline, clomipramine, désipramine, imipramine, nortriptyline, paroxétine Antitussifs: codéine, dextrométhorphane β-bloquants: alprénolol, métoprolol, propranolol, timolol Neuroleptiques: halopéridol, perphénazine, rispéridone, thioridazine, zuclopenthixol ...


Il y a statistiquement une chance sur 10 que vous soyez métaboliseur lent
Comme son nom l'indique, le "métaboliseur lent" est une personne qui métabolise lentement, c'est-à-dire dont les enzymes du foie, chargées naturellement de transformer les produits en excès pour faciliter leur élimination, travaillent plus lentement que d'autres, ou sont déficients. De ce fait, avec la même dose d'un médicament que cet enzyme est censé traiter, le métaboliseur lent va avoir une concentration plus élevée de médicament qu'une personne du même âge, poids, régime alimentaire, etc.

Le cytochrome P450 2D6 (CYP2D6) participe au métabolisme oxydatif de 25% des médicaments couramment prescrits (antidépresseurs, neuroleptiques, opiacés faibles, antiarythmiques),
 
Ils freinent alors l'élimination des médicaments fortement métabolisés par le CYP 2D6 dont les leurs concentrations et demi-vie plasmatiques augmentent conduisant au surdosage.
La codéine subit au sein de l'organisme une transformation qui permet la formation de morphine. L'élément responsable de cette transformation est une enzyme, le cytochrome CYP2D6.


Antidépresseur-induites akathisie et homicides liés associées à des mutations dans les gènes du métabolisme diminution de la famille CYP450
 Objectif: Examiner la relation entre les allèles variants des gènes CYP450 en 3 (CYP2D6, CYP2C9 et CYP2C19), des médicaments qui interagissent et akathisie chez les sujets visés à une pratique psychiatrie médico-légale à Sydney, en Australie.

Trente-cinq pour cent sont porteurs d'un allèle CYP2D6 non-fonctionnelle, donc avec un risque particulierement élevé de réactions indésirables aux médicaments lorsque ces individus prennent plusieurs médicaments ... Cela signifie que potentiellement jusqu'à 1 milliard de personnes sur la planète ne peuvent pas métaboliser et éliminer les médicaments couramment prescrits de leur corps ". Les antidépresseurs sont parmi les drogues les plus dangereuses disponibles Les dernières décennies ont été marquées par un immense travail de con par l'industrie pharmaceutique industrie. Cette déception n'a pas seulement vous, le consommateur ciblé, mais aussi le gouvernement organismes comme la FDA et les médecins sans méfiance qui croient vraiment qu'ils  aident leurs patients par les antidépresseurs et d'autres médicaments de prescription. Ces traitements ont été commercialisés comme sûr et efficace, alors qu'en réalité, ils ne sont pas. Il semble que les antidépresseurs et antipsychotiques (aussi appelés neuroleptiques) sont peut être parmi les médicaments les plus dangereux de tous. Les médicaments antidépresseurs provoquent 40000 décès par an, mais ils sont distribués comme des bonbons aux adultes comme aux enfants.

Pharmagedon :
39-45 doses de vaccin au moment où vous êtes 6 ans. Et maintenant ajouter la récente in utero tourné pour le fœtus, le vaccin contre la grippe par le mercure. L’épidémie du TDAH, TDA, TOC, bipolaire, l’autisme, l’encéphalite, la narcolepsie est due à la quantité excessive de vaccins qui sont forcées sur les enfants par notre gouvernement afin d’entrer dans l’école. Pour compenser ou d’atténuer les effets de la lésion vaccinale, mal nomered comme « maladie mentale » psyché médicaments sont donnés comme des bonbons. 25% de tous les enfants américains sont sur ​​les médicaments psyché. Et maintenant, la Coalition nationale des femmes organisées découvrir l’un des péchés les plus graves Pharma dans l’histoire de la psyché moderne. L’information qui aurait permis d’éviter les fusillades dans les écoles, les homicides, les overdoses, l’épidémie bizarre de malades mentaux dans les dernières années a été disponible pour vers 15 ans, depuis la cartographie génétique. Cytochrome P450 2D6 est la voie la plus importante du métabolisme qui détoxifie 50% de tous les médicaments et les drogues illicites psyché.7-10% des Caucasiens, par exemple, sont pauvres ou non-métaboliseurs en raison d’une suppression ou d’une activité non de la voie 2D6. Il ya un pourcentage d’Asiatiques et les Américains Afrikan qui sont des métaboliseurs lents.Lorsque certains médicaments (liste ci-dessous) sont donnés à ces données démographiques, en raison de leur incapacité à les métaboliser, ces personnes deviennent psychotiques, homicide, suicide, un danger pour eux-mêmes et de la société. Il ya d’autres voies sur le cytochrome P459 3A4 comme Cyt impliqués dans les rapports psychose de soldats sur Larium, un médicament contre le paludisme. Un autre exemple: la marijuana (cannibales)  est un puissant inhibiteur du cytochrome P450 isoenzymes 3A4, 2C19, 2D6 et. Il s’agit d’une variation génétique, c’est tout.. Ethiopiens et qu’Afrikains traditionnel tanzanien qui ont eu des sols pauvres pour cultiver des aliments ont été consommant beaucoup de mauvaises herbes (adventices médecine), ils ont évolué à multiplier leurs 2D6 du cytochrome. Ces gens sont des «métaboliseurs rapides». Il s’agit d’un test très simple: Swap de la bouche, des dents et des gencives avec 2 compresses stériles (ressemble q-tips) et l’envoyer à notre contact laboratoire en Australie.

Décès lié à la fluoxétine chez un enfant atteint de carence génétique du cytochrome P-450 2D6

parkinson et cytochrome P450 2D6

CYP2D6 * 4 allèle polymorphisme augmente le risque de la maladie de Parkinson: résultats de la méta-analyse
En conclusion, la présente méta-analyse indique clairement que le CYP2D6 * 4G / Un polymorphisme désigne une susceptibilité génétique accrue à PD dans la population générale, mais particulièrement chez les Caucasiens. Cependant, des études d'échantillons plus grandes avec une conception plus rigoureuse et des contrôles bien adaptés sont nécessaires pour surmonter les limitations mentionnées ci-dessus, en particulier les enquêtes prenant les autres polymorphismes allèles du CYP2D6, ainsi que le statut de phénotype en considération.

polymorphismes CYP2D6

La variation allélique
au niveau du gène CYP2D6 a été rapportée comme étant associée à la maladie de Parkinson (PD) et le corps de Lewy (LBD), mais pas avec la maladie d'Alzheimer (MA). AD a été associée à l'apolipoprotéine E (ApoE) ε4 allèle chargement.

Méthodes: Nous avons examiné CYP2D6 et apoE polimorphisms dans un échantillon de 259 patients atteints de démence, 210 d'entre eux avaient un diagnostic de la MA, et 107 témoins sains.

CYP2D6 phénotypes et risque de la maladie de Parkinson : une méta-analyse.

La méta-analyse actuelle a montré que le phénotype métaboliseur lent du CYP2D6 confère une susceptibilité génétique significative à PD chez les Caucasiens, surtout chez les sujets blancs britanniques..2013.

CYP2D6 polymorphisme, l’exposition aux pesticides et la maladie de Parkinson.

l’effet des pesticides est augmenté chez les métaboliseurs lents (environ deux fois)
Barbeau et al.(1985) ont postulé que la maladie de Parkinson (PD; 168600 ) est le résultat de facteurs environnementaux agissant sur ​​les personnes génétiquement prédisposées dans un contexte de vieillissement normal, et a noté que de nombreux xénobiotiques neurotoxiques potentiels sont décontaminées par le cytochrome P450 hépatique. Chez 40 patients atteints de la MP, Barbeau et al. (1985) ont trouvé qu’un nombre important de patients avaient partiellement ou totalement défectueux 4-hydroxylation de la débrisoquine par rapport aux témoins; En outre, les métaboliseurs lents avaient apparition précoce de la maladie. Dans une étude de 229 patients atteints de la maladie de Parkinson et 720 contrôles, Smith et al. (1992) ont constaté que ceux avec le phénotype de métaboliseur faible avaient un 2,54 fois (95% intervalle de confiance de 1,51 à 4,28) de risque accru de la maladie de Parkinson. Elbaz et al. (2004) et Deng et al. (2004) a présenté des preuves suggérant que PM sont à risque accru de développement de PD que lorsqu’il est combiné avec l’exposition aux pesticides.

…La concentration de métabolites O-déméthylation peut être autant que 45 fois plus élevé chez les personnes ayant un métabolisme du CYP2D6 ultrarapide comme dans ceux qui ont mauvais métabolisme

Test génétique

Pourquoi tester?
Chaque année, plus de 8,6 millions d'événements indésirables médicamenteux (EIM) sont signalés aux États-Unis - 2,2 millions d'entre eux sont graves.
En fait, les événements indésirables sont la quatrième cause de décès à l'échelle nationale, après les maladies cardiaques, le cancer et les accidents vasculaires cérébraux, et ils placent un énorme fardeau financier pour le système de santé.
Même avec la prescription appropriée, la génétique d'un patient peuvent affecter la façon dont ils métabolisent et répondre aux médicaments. Plus de 85% des patients ont des variations détectables dans leur ADN qui augmentent leur risque d'une ADE.

"Une étude clinique trouve une prévalence accrue d'irrégalurarités de métabolisme des médicaments chez les patients atteints de graves effets secondaires psychotropes"

Le CYP2C9, CYP2C19 et CYP2D6 gènes de la famille du cytochrome P450 ont été choisis pour le typage d'ADN parce que leurs variantes communes résultent de la capacité métabolique déficient pour de nombreux médicaments psychotropes. L'analyse du gène combinatoire a révélé que 57 pour cent des individus dans la population psychiatrique étaient porteurs de multiples variations génétiques associées à aucune ou une faible capacité de métabolisme des médicaments sur 2 ou 3 gènes par rapport à 36 pour cent des individus dans la population témoin. Les personnes qui sont déficients en multiplier routes métaboliques du CYP450 sont à risque de développer des effets secondaires graves à une variété de médicaments psychotropes.    "Nous avons trouvé des preuves claires qu'il y avait beaucoup plus de carences innées du métabolisme de médicaments basée sur le gène variantes principalement observé dans la population éprouver des effets secondaires», a déclaré Gualberto Ruano, MD, Ph.D., président et chef de la direction de Genomas, et directeur de la génétique recherche, Hôpital de Hartford. «Notre objectif est d'améliorer la sécurité des patients par la prévention des effets secondaires prévisibles et en même temps de construire le cas pour typage de l'ADN dans l'utilisation optimisée des ressources de soins de santé. Nous intégrons cette expérience clinique avec le développement de nos systèmes PhyzioType de médecine de l'ADN-guidée ».

certains vaccins inactivent le système P-450 du cytochrome hépatique

L'interaction entre un vaccin et un médicament a été signalée qu’avec la vaccination antigrippale et quatre médicaments (l’aminopyrine, phenytoin sodium, théophylline et warfarine sodique) et avec la théophylline et vaccin BCG. Certaines de ces interactions sont encore non confirmées. Le mécanisme sous-jacent de l’interaction est considéré comme due à ce vaccin (comme un inducteur de l’interféron) inactivant le système P-450 du cytochrome hépatique

Les vaccins sont souvent administrés chez les patients atteints de maladies chroniques qui sont susceptibles d'être traités avec plusieurs médicaments. Un nombre croissant d'observations cliniques ont indiqué la possibilité d'interactions entre les vaccins et les médicaments, conduisant à des changements dans le métabolisme des médicaments après la vaccination

Les deux patients hallucinés 5-6 jours après avoir reçu le vaccin contre la grippe saisonnière. 1 Tramadol inactivation est médiée par le cytochrome CYP3A4 et en pourcentage mineur par le cytochrome CYP2B6, 2,3 tandis que la formation de son principal métabolite actif (M1) a lieu par l' intermédiaire du cytochrome CYP2D6. Il a été démontré que le vaccin contre la grippe peut diminuer l'activité du cytochrome CYP3A4 et que cette diminution atteint son maximum 7 jours après la vaccination

Adverse Reactions to Psychiatric Drugs: Yolande Lucire

Niveau moyen d’expression hépatique des CYP humains et principaux médicaments métabolisés

Effet du génotype CYP2C19 sur la pharmacocinétique de l’oméprazole

Akathisie et homicides liés aux antidépresseurs induites / associées à des mutations dans les gènes qui métabolisent la diminution de la famille CYP450

Akathisie et  homicides liés aux antidépresseurs induites / associées à des mutations dans les gènes qui métabolisent la diminution de la famille CYP450

Yolande Lucire, Christopher Crotty
Centre Edgecliff, Edgecliff, NSW, Australie

Objectif: Examiner la relation entre les allèles variants de gènes CYP450 3 (CYP2D6, CYP2C9 et CYP2C19), des médicaments qui interagissent et akathisie chez les sujets visés à une pratique de la psychiatrie légale à Sydney, en Australie.
Patients et méthodes: Cette étude concerne 10/129 sujets qui avaient été renvoyés à la pratique du premier auteur de l'opinion d'experts ou de traitement. Plus de 120 sujets ont été diagnostiqués avec akathisie / sérotonine toxicité après la prise de médicaments psychiatriques qui avait été prescrit pour la détresse psychosociale. Ils ont été testés pour la variante allèles des gènes CYP450, qui jouent un rôle majeur dans le métabolisme de phase I de toutes les antidépresseurs et beaucoup d'autres médicaments. Huit avaient commis un homicide et beaucoup d'autres sont devenus extrêmement violent lors d'antidépresseurs. Dix histoires de cas représentatives de violence grave sont présentés en détail.
Résultats: Variante CYP450 fréquences des allèles étaient plus élevés dans akathisie sujets par rapport aux patients des soins primaires au hasard testés dans le même établissement. Dix sujets décrits en détail avaient allèles variants pour un ou plusieurs de leurs gènes CYP450 testées. Tous, sauf deux étaient également sur les médicaments qui interagissent, plantes médicinales ou des substances illicites, d'altérer le métabolisme plus loin. Tous ceux décrits étaient en mesure d'arrêter la prise d'antidépresseurs et de retourner à leurs personnalités précédemment normales.
Conclusion: Les problèmes personnels, médicaux et juridiques découlant de la surutilisation des médicaments antidépresseurs et toxicité résultant posent la question: comment ces événements peuvent être comprises de toxicité et ont empêché? Les auteurs suggèrent que la clé réside dans la compréhension de l'interaction entre le génotype du CYP450, le substrat médicaments et les doses, co-prescrits inhibiteurs et les inducteurs du sujet et de l'âge du sujet. Les résultats présentés ici concernant un échantillon de personnes ayant reçu des antidépresseurs pour la détresse psychosociale démontrer à quel point l'industrie psychopharmacologie a étendu son influence au-delà de sa capacité à guérir. Les rôles des deux organismes de réglementation et la sécurité des médicaments "pharmacovigilantes" pour assurer la qualité et la transparence de l'information de l'industrie est mis en évidence.

Mots-clés: réaction indésirable à un médicament, un traitement médicamenteux, la pharmacogénétique de sécurité, CYP1A2, CYP3A4 CYP2D6, CYP2C9, CYP2C19, métabolisme des médicaments, la santé publique, le suicide, la violence, droits de l'homme

témoignage et conséquence

Bonjour à Tous,

Voilà 19 mois que ma Maman nous a quitté, elle n'avait que 54 ans...
En 2003, elle traverse un passage piéton et se fait renversée par une femme au volant de sa voiture, sa jambe est passée sous la roue.
Opération urgente, immobilisation, souffrance.... Son médecin lui prescrit de l'Efféralgan Codéïné mais elle souffre toujours énormément mais aucun médecin ne lui prescrit un autre anti-douleurs.
Elle est devenue dépendante de l'Efféralgan Codéïne... J'ai parcourue les pharmacies afin que l'on cesse de lui donner ce médicament sans ordonnance, sans succès, les médecins ne l'oscultaient pas, ils lui délivraient uniquement une ordonnance.
En 2007, elle passe de son lit à ses béquilles ou un fauteuil roulant. Son dos est endommagé, malheureusement la mort la frappée avant de savoir si on pouvait lui rendre sa motricité, le 29 octobre 2007, seule chez elle le matin.
L'examen post-mortem a révélé qu'elle était partie en quelques minutes EMPOISONNEE A LA CODEINE.
Absence totale de l'enzyme hépathique 2 D 6 P450 et c'est HERIDITAIRE. La Codéïne s'est stockée dans son sang, plus de 1.000 nanogrammes aux examens sanguins !
Le biologiste m'a expliqué que 7% de la population française ne possédait pas cette enzyme, pas assez pour le ministère de la santé afin d'obliger un examen avant de prescrire cette molécule.
Aujourd'hui elle me manque, mais grâce à elle j'espère que vous cesserez tous de prendre cette CODEINE (sous toutes les formes) qui prive deux petites filles (3ans 1/2 et 2 mois) de leur Mamy, si jeune et si belle.

témoignage 2 : Suite à une opération d'urgence, ce qui implique que je n'ai pu cesser de prendre zoloft, lithium et trazodone, les effets de l'anesthésie furent désastreux. Insomnie pendant presque deux  mois, le cerveau complètement à l'envers, perte de la réalité grande fatigue et anxiété ce qui m'a conduit à l'hospitalisation. Ils ont réussi à moitié à me faire dormir avec ativan et plus forte dose de trazodone. En hopital psychiatrique, ils s'en donnent à coeur joie pour ajouter des médicaments que je ne prenais pas en temps normal. À  la sortie de l'hopital, le jeu d'augmenter les doses de zoloft a commencé, jusqu'à 100 mg. Ensuite on m'introduit du lyrica pour l'anxiété (l'anxiété a été causée par l'insomnie), et l'épival. Ma situation n'est pas encore contrôlée car j'ai exigée de passer un test de mon ADN et j'ai reçu les résultats début juillet, j'ai appris que je ne possédais pas le cytochrome 2D6, le responsable principal dans le métabolisme de presque tous les antidépresseurs. Ce fait veut dire qu'on a essayé de me soigner depuis 33 ans avec les mauvais médicaments, ce qui provoquait des intoxications à tous les 2-3 ans. J'ai pris des antipsychotiques pour me faire dormir, ce fut l'enfer car n'ayant pas le 2D6, j'ai vécu deux fois de l'intoxication au  niveau du cerveau. Ces périodes ont été les plus difficiles de ma vie, un enfer dont tu ne sais pas comment t'en sortir. J'ai fait un sevrage de l'effexor qui fut également un enfer, en plus n'ayant pas de 2D6, le médicament s'accumulait dans mon organisme, imaginez. Donc, j'ai commencé un nouveau traitement mi-juillet en enlevant les médicaments métabolisés par 2D6. Étant donné que je prenais zoloft depuis 23 ans, le sevrage est très difficile

prévenir les effets indésirables des médicaments dangereux à l’aide de test CYP

prévenir les effets indésirables des médicaments dangereux à l’aide de test CYP

Les lecteurs de ce site peuvent être conscients que les antidépresseurs peuvent causer le suicide, d'autres comportements violents et même homicide. Ceux-ci peuvent être des effets secondaires ou des réactions indésirables de médicament des médicaments pris. Non seulement les antidépresseurs peuvent causer ces effets secondaires, mais, en principe, tous les médicaments psychoactifs peuvent mettre les patients en danger. Peu de gens peuvent savoir qu'il existe des tests ADN qui peuvent identifier les personnes qui pourraient être sujettes à ces réactions indésirables aux médicaments.

Pour comprendre quel type d'information un tel test fournirait, il pourrait être utile d'expliquer la science derrière ces tests ADN.

En général, les cellules humaines contiennent 23 paires de chromosomes. Le père donne la moitié des chromosomes; L'autre moitié vient de la mère. Chaque chromosome contient de nombreux gènes. Un gène est la partie de l'ADN qui code pour les protéines, et les protéines provoquent des caractéristiques héréditaires à s'exprimer. Un gène peut avoir deux formes, appelées allèles. Si quelqu'un hérite du même allèle du père et de la mère, la personne est appelée homozygote pour ce trait; Si elles sont différentes, la personne est hétérozygote.

Les médicaments doivent être métabolisés pour être expulsés du corps. Cela est fait par certaines protéines appelées enzymes. La plupart des médicaments qui interagissent avec la chimie du cerveau sont métabolisés par un système enzymatique appelé Cytochrome P450 (également connu sous le nom CYP450 ou P450). Il existe de nombreuses enzymes P450 différentes, et ils sont divisés en familles et sous-familles. Les noms de famille du cytochrome P450 sont désignés par un nombre arabe (par exemple, CYP2), la sous-famille par une lettre majuscule romaine (par exemple CYP2D) et les enzymes individuelles par un autre nombre arabe (par exemple CYP2D6). Les allèles sont indiqués par un astérisque et un nombre, séparés par une barre oblique.

Si quelqu'un a hérité du même allèle de son père et de sa mère, ceci pourrait être, par exemple, CYP2D6 * 1 / * 1. Si quelqu'un a reçu deux allèles différents de ses parents, vous obtenez deux nombres différents, par ex. CYP2D6 * 1 / * 3.

Bien qu'un individu ait normalement seulement deux allèles pour chaque gène, il peut y avoir beaucoup d'allèles différents qui sont possibles pour ce gène, une situation qui est connue sous le nom de polymorphisme génétique. Cette variabilité génétique dans des enzymes P450 spécifiques peut influencer la réponse d'un patient aux médicaments prescrits, y compris les antidépresseurs.

Si quelqu'un a deux alleles normaux (connus sous le nom de «type sauvage»), ces personnes sont généralement appelées «métaboliseurs extensifs». Tous les allèles ne produisent pas des enzymes qui sont égales dans leur capacité biochimique. Les allèles variant codent habituellement les enzymes P450 qui ont une activité réduite ou nulle. Les personnes qui possèdent ces allèles sont appelées «métaboliseurs intermédiaires» et, si les allèles n'ont aucune activité ou presque, ils sont désignés «métaboliseurs pauvres». Certains alleles variant produisent des enzymes qui métabolisent à un taux significativement plus élevé que la normale et les individus Avec ces alleles sont appelés métaboliseurs "ultra-rapides".

L'efficacité du système enzymatique du cytochrome P450 est en outre influencée par des facteurs tels que l'âge, le sexe, d'autres maladies et des facteurs extrinsèques tels que l'alimentation, le tabagisme, la toxicomanie (médicaments, la caféine, l'alcool) et les co-médicaments. Ces différentes réactions peuvent conduire à des interactions significatives médicament-médicament et de médicament-gène, ce qui peut conduire à des effets secondaires inattendus et / ou une défaillance thérapeutique.

Si un médicament n'est pas métabolisé et expulsé du corps, il s'accumulera. Cela pourrait conduire à l'intoxication et aux réactions indésirables aux médicaments.

Il existe plusieurs mécanismes qui peuvent provoquer l'accumulation de médicaments. Le premier est l'inhibition: un médicament peut diminuer l'expression d'un gène du CYP. Cela provoque un gène à produire moins d'enzyme. Moins d'enzyme signifie moins de capacité de métaboliser le substrat, dans ce cas un médicament.

Le second mécanisme qui peut provoquer l'accumulation de médicaments est la concurrence des substrats. Avec une quantité limitée d'enzyme CYP, avoir deux ou plusieurs substrats peut signifier que ni obtenir métabolisé efficacement, et les deux médicaments peuvent s'accumuler dans le corps. Le troisième mécanisme est quand un gène CYP produit une enzyme CYP qui ne fonctionne pas correctement, c'est-à-dire que les allèles ont une capacité métabolique réduite. Les deux premiers sont des interactions médicamenteuses. La troisième provoque des interactions médicament-gène. Je donnerai des exemples des trois.

Les patients sont rarement mis sur un seul médicament. Un médicament (A) peut influer sur la fonction d'un gène du CYP, par ex. Ralentir l'expression de cette enzyme P450. Cela peut se produire même si ce médicament n'a pas besoin que le CYP soit métabolisé. Ceci est appelé «inhibition», voir le tableau 1:

table1

Citalopram est métabolisé, utilisé comme ce qu'on appelle un substrat (S), par CYP2C19, CYP2D6 et CYP3A4. Il inhibe (Inh) CYP1A2, CYP2C19 et CYP2D6.
Mais si un autre médicament (B) est métabolisé par l'un de ces CYP inhibés, le médicament B peut s'accumuler dans le corps (voir tableau 2). Les interactions montrées en couleur indiquent le danger d'effets secondaires - plus la couleur est sombre, plus grandes sont les chances de réactions indésirables aux médicaments.

table2

Tableau 2: Interactions médicamenteuses2

Naproxen est métabolisé par CYP1A2, mais parce que le citalopram inhibe CYP1A2, les niveaux de naproxen pourrait augmenter, augmentant les risques d'effets secondaires.
Une autre forme d'interaction médicamenteuse est lorsque deux médicaments ont besoin du même CYP pour être métabolisés (voir tableau 3).

table3

Tableau 3: Interactions médicamenteuses2

Dans cet exemple, Remeron / norset est combiné avec la clonidine. Les deux médicaments sont métabolisés par le CYP1A2. Ainsi, il existe une concurrence de substrat pour cette enzyme CYP. Cela signifie que les niveaux de ces deux médicaments pourraient augmenter.

Pour le CYP2D6, il existe également une concurrence entre les substrats et, à de faibles niveaux de Remeron / norset, ce CYP sera inhibé. À mesure que le médicament augmente, Remeron stimulera la production de ce CYP (Ind = induction). Cela ne sera pas d'une grande aide, puisque la concurrence entre les deux médicaments ralentira le taux métabolique des médicaments de toute façon. Pour le CYP3A4, la situation pourrait être pire: il existe une concurrence entre les deux médicaments et Remeron / norset  inhibe le CYP3A4. Le métabolisme des deux médicaments pourrait être considérablement réduit.

Ces interactions médicamenteuses peuvent être extrêmement dangereuses, même si les CYP sont génétiquement normaux. Dans une étude réalisée en 2006 chez des patients plus âgés, le nombre moyen de médicaments était de 8,1 avec un écart-type de 2,5,5. La réduction du nombre de médicaments par deux a diminué de façon significative le taux de mortalité5 7. Il est facile de voir pourquoi l'utilisation de médicaments est maintenant la troisième cause de décès.

Cette image devient encore plus sinistre si l'on prend en compte les interactions drogue-gène. Si les interactions médicamenteuses, par elles-mêmes, sont dangereuses, elles le sont encore plus lorsque les CYP (qui sont supposés se débarrasser des médicaments) ne fonctionnent pas correctement. Il a été estimé qu'environ 99% des individus ont un ou plusieurs alleles variant qui pourraient influencer les enzymes qui métabolisent les médicaments.9 10 La plupart des prescripteurs et des patients n'en sont pas conscients. Si les médecins prescrivent des médicaments en supposant que les patients n'ont aucun problème métabolisant ces médicaments, ils compromettent la santé de leurs patients. Les personnes qui ont des problèmes de métabolisation - la grande majorité des patients - sont à grand risque d'effets secondaires.

Reprenons l'exemple dans lequel le citalopram est combiné avec le naproxène. Mais maintenant, grâce aux tests d'ADN, nous avons découvert que l'individu a une certaine perte d'allèles de fonction, il est donc un métaboliseur intermédiaire. Dans ce cas, les gènes du CYP pour lesquels il ya perte d'allèles fonctionnels sont colorés en rouge.

table4

Tableau 4: interactions drogue-gène2

Examinons le CYP1A2 du tableau 4. Ce CYP n'a qu'un seul allèle fonctionnel, inhibé par le citalopram. La fonction de ce CYP sera probablement diminuée à un tel degré que la personne se transformera d'un métaboliseur intermédiaire en un métaboliseur pauvres. Pour CYP2D6 et CYP3A4, des problèmes similaires se posent concernant le Citalopram. Avec deux CYP sur trois désignés pratiquement non fonctionnels, ce patient dépendra du CYP2C19 pour éliminer le Citalopram. Avec tant de perte de fonction, les niveaux de Citalopram va probablement augmenter et causer la toxicité.

Le citalopram est fortement associé à la violence.12 Ce patient est mis à risque par son médecin prescrivant ce médicament à quelqu'un qui est fondamentalement un métaboliseur pauvres pour les CYP nécessaires pour expulser ce médicament du corps. Les médicaments qui sont métabolisés par les CYP pour lesquels les patients sont de mauvais métaboliseurs ne doivent pas être prescrits. Mauvais métaboliseurs peuvent difficilement métaboliser les médicaments, de sorte que les effets secondaires sont attendus.

D'autres prescriptions pour la catastrophe pour les personnes avec des allèles variant CYP sont des combinaisons comme Cymbalta et Xanax.

table5

Tableau 5: Interactions médicament-gène2

Cymbalta est métabolisé par le CYP1A2. Si l'individu a une perte d'allèle de fonction, CYP1A2 ne métabolisera pas Cymbalta à un taux normal. CYP2D6 peut également métaboliser Cymbalta. Malheureusement, cet individu a un allèle perte de fonction pour ce gène. En outre, Cymbalta inhibera son propre métabolisme. Si les enzymes normales sont limitées dans la métabolisation de leurs substrats habituels, CYP3A4 est le système de sauvegarde.14 Dans ce cas, cela ne sera pas très utile. Il ya une perte supplémentaire de fonction allele pour CYP3A4, et Xanax est un substrat concurrent. Ce sont des interactions simples, mais ils sont responsables de nombreux effets secondaires, ce qui peut entraîner la mort.

Le CYP1A2, le CYP2C9, le CYP2C19, le CYP2D6 et le CYP3A4 métabolisent plus de 90% des médicaments.15 La génération d'un profil d'ADN de ces CYP fournira au médecin des informations précieuses. C'est un fait que les médecins peuvent passer seulement tellement de temps avec un patient. Pour aider les prescripteurs, il existe des bases de données sur les interactions médicamenteuses disponibles en ligne pour examiner les interactions médicamenteuses et les interactions entre les médicaments et les médicaments - par exemple, la base de connaissances sur la pharmacogénomique et Transformer SuperCyp http: // bioinformatics .charite.de / transformer /.

En quelques minutes, un médecin peut obtenir une indication claire si le médicament, il ou elle est sur le point de prescrire peut être un danger pour le patient. Si ces minutes supplémentaires peuvent sauver la vie d'un patient, ils sont bien dépensés.

D'autres enzymes sont également impliquées dans le métabolisme des médicaments psychotropes, et d'autres médicaments en dehors des antidépresseurs, des antipsychotiques, des tranquillisants, des stabilisateurs de l'humeur, des médicaments AHDH, etc. peuvent provoquer des actes de violence. Par exemple, Varenicline (Chantix®) comme aide pour arrêter de fumer, l'isotrétinoïne (Absorica®, Accutane®, Amnesteem®, Claravis®, Myorisan®, Sotret® et Zenatane ™) contre l'acné, l'oxycodone contre la douleur ou l'interféron alfa Réguler le système immunitaire.12

Ces médicaments ne sont pas principalement prescrits aux patients ayant des problèmes sociaux, psychologiques ou psychiatriques. L'argument selon lequel la violence est causée par un trouble psychiatrique sous-jacent s'est avéré faux à plusieurs reprises (voir les articles de Bielefeld et Maund et leurs collègues de la Collaboration Cochrane) 17 18, ainsi que le blog de Peter Gøtzsche du 16 novembre 2016).

La technologie pour le génotypage de ces cinq CYP est largement disponible et couvrirait la plupart de ces drogues dangereuses. Je suis convaincu qu'une fois que les médecins commencent à se rendre compte qu'ils sont responsables de souffrances insensées et qu'il ya un moyen de diminuer au moins les chances d'effets secondaires horribles comme le suicide et l'homicide par un simple test ADN, médicament."

témoignage

Quand la chimothérapie tue
Lorsqu’il est décédé, le mari de Mme Bibeau, Paul Allard, venait de se faire retirer une tumeur au colon. L’opération s’était bien déroulée, mais son oncologue lui a offert de suivre un traitement de chimiothérapie pour réduire davantage de 5 % ses risques de récidive. Il est décédé 28 jours après le premier traitement dans des souffrances atroces, parce qu’il n’avait pas assez de l’enzyme nécessaire pour dégrader le médicament, une information inscrite dans ses gènes.

Il est cependant très important de s'informer sur la chimiothérapie
"Bien peu d'oncologues et d'infirmières sont disposés à accepter la chimiothérapie que leurs patients endurent pour des avantages minuscules" professeur peter Goztche (extrait de remèdes mortels et crime organisé)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.