livres vaccins

les listes de livres

En finir avec Pasteur

« Pour en finir avec Pasteur » démonte, en 250 pages, plus d’un siècle de dogmes autour des vaccins et de la médecine allopathique, maintenues en place par les dirigeants religieux, scientifiques, étatiques et industriels, grâce à l’ignorance et la peur.
En fnir avec pasteur

Vaccination : erreur médicale du siècle

Vaccination : erreur médicale du siècle ; par Dr. Louis de Brouwer m.d

Les fabricants de vaccins sont touchés de plein fouet. Se référant au livre d’Allen [David J.] et à sa mort plutôt suspecte, de moins en moins de gens se font vacciner. Le doute s’est installé dans les esprits. Qu’à cela ne tienne, les industriels incriminés ne perdent pas pied. Ils continuent à prôner le vaccin et fabriquent en même temps toutes sortes de médicaments destinés à soigner les affections occurrentes spécifiques de la maladie du sida. Un véritable pactole ! La suite, nous la connaissons... Les experts désignés par l’instance judiciaire internationale avaient déclaré dans leur rapport :

« Les fabricants de vaccins jouent sur du velours. En effet, il est impossible de démontrer d’une manière scientifique l’efficacité des vaccins. La seule chose qu’on puisse comptabiliser est le nombre de sujets vaccinés, sans savoir s’ils ont été réellement immunisés puisqu’ils ne sont pas suivis par le corps médical. D’autre part, étant donné le nombre considérable de sujets vaccinés, de 90% à 99%, si les vaccins étaient efficaces, il ne devrait plus y avoir depuis longtemps aucune maladie infectieuse sur la planète. Or, depuis quelques années, des épidémies et pandémies qu’on croyait éradiquées sont réapparues en force. Le principe vaccinal, dès sa découverte par Jenner, fut sujet à caution. Nous avons inventorié des documents qui démontrent que les recherches réalisées par lui ont été faites selon des critères scientifiques inacceptables, c’est-à-dire sans un contrôle suffisant des expériences. Ceux qui ont accepté et suivi ce principe, par manque d’information ou esprit de lucre [profit], ont commis une très lourde erreur dont nous payons actuellement les conséquences.

Vaccination erreur medicale siecle

Les 10 plus gros mensonges sur les vaccins

Les 10 plus gros mensonges sur les vaccins

MENSONGE N° 1 : Pasteur est un bienfaiteur de l’HUMANITE

"Tous nos problèmes actuels sont l’inévitable résultat de nos brillantes solutions d’hier" (Henry Bergman)

Bien que l’aventure de la vaccination ait commencé à la fin du XVIIIème siècle lorsque le médecin anglais Edward Jenner entreprit d’inoculer la vaccine, maladie spécifique des bovins, afin de protéger les hommes de la variole ou petite vérole, c’est Pasteur (1822-1895) qui reste le père de la vaccination et c’est avec lui qu’a débuté le long cortège de mensonges.
Cet homme brillant, intelligent et gros travailleur, était un expert en communication et se tenait au courant des travaux effectués par ses pairs. Sa tactique a toujours été la même : il savait reconnaître les bonnes idées mais commençait par les critiquer ouvertement, puis il se les appropriait sans vergogne en prétendant les avoir découvertes.
C’est ainsi qu’il est devenu un bienfaiteur de l’humanité et, surtout, un mythe intouchable.
Le dogme pasteurien est tellement ancré dans les esprits que rien n’a pu encore l’ébranler et les Français idolâtrent encore un imposteur.
D’une part, Pasteur a maquillé les résultats d’expérience qui ne lui étaient pas favorables, ensuite, il s’est approprié certains travaux d’autres chercheurs, dont Antoine Béchamp (1816-1908), l’un des plus grands savants du XIXème siècle, médecin biologiste, naturaliste, professeur de chimie médicale et pharmaceutique à la faculté de Montpellier et professeur de chimie biologique et de physique à l’Université de Paris, puis doyen de la Faculté libre de Lille.
Béchamp a démontré la véracité des vues de Claude Bernard sur la valeur du terrain propre à chaque individu et fut le premier à comprendre la cause microbienne des pathologies infectieuses.
Cependant, son œuvre est à peu près inconnue de nos jours, parce qu’elle a été systématiquement discréditée et falsifiée aux profits des intérêts personnels de Pasteur.
Dès l’école, nous apprenons que Pasteur « a sauvé le petit joseph Meister, mordu à la main par un chien enragé ». À vrai dire, il n’existait aucune certitude que le chien fut enragé car on ne signala aucune autre morsure ; de plus, quand bien même il l’aurait été, le risque pour le jeune Meister était infime, car un animal réellement enragé – ce qui est extrêmement rare – ne transmet la maladie que dans 5 à 15 % des cas.
L’affaire de la rage est l’exemple même des mensonges de Pasteur qui ont été répétés et introduits par ses admirateurs dans la mémoire collective, au point d’être devenus des vérités pour le commun des mortels.
Le vaccin de Pasteur, à base de moelle desséchée, était très dangereux et fut bien vite abandonné, et le jeune Meister a eu beaucoup de chance d’en réchapper.
L’histoire n’a retenu que le succès de ce vaccin, mais a oublié de dire qu’il avait multiplié les décès par la rage.
Entre 1869 et 1872, Pasteur a énoncé trois postulats de base erronés qui servent encore aujourd’hui de fondement à la vaccination.
Le premier estimait que l’asepsie règne dans nos cellules : la cellule est propre, tous les microbes sont exogènes (c’est-à-dire qu’ils viennent de l’extérieur) et l’attaquent, et ces germes ont une existence indépendante des organismes vivants.
Le second est que chaque maladie correspond à un agent spécifique, microbe ou virus, contre lequel on peut se prémunir grâce à un vaccin.
Enfin, l’immunité s’obtient par la production d’anticorps en réaction à l’introduction d’antigènes contenus dans le vaccin et ces anticorps confèrent une protection.
Nous savons depuis longtemps que ces postulats sont faux, les découvertes en immunologie les contredisent totalement, mais les vaccinalistes font mine d’ignorer ces travaux.
 

Les 10 plus gros mensonges sur les vaccins

Vaccins, mensonges et propagande

Vaccins, mensonges et propagande

En deux siècles d’histoire, la vaccination a connu succès et scandales. Aujourd’hui il est bien difficile de savoir si les données scientifiques sont suffisantes pour créer sans cesse – et sans risque – de nouveaux vaccins. Contrairement aux médicaments, les vaccins sont destinés aux bienportants pour prévenir une hypothétique maladie. Il semble donc important que chacun connaisse les risques de ces maladies ainsi que ceux induits par les vaccins.

Saviez-vous que la population vaccinée contre la grippe est passée aux États-Unis de 15 % en 1980 à 65 % aujourd’hui, sans qu’aucune diminution des décès liés à cette maladie n’ait été observée ? Pourquoi les autorités de santé taisent-elles le fait que le nombre de décès par rougeole n’a pas diminué depuis 1988 en dépit d’une couverture vaccinale beaucoup plus étendue ? Peut-être parce que les vaccins, loin d’être les parents pauvres des médicaments, sont à l’origine de plus de 20 % du chiffre d’affaires de certains laboratoires pharmaceutiques…

Par recoupements de chiffres, de dates, Sylvie Simon démontre magistralement comment l’industrie pharmaceutique, les médias et les gouvernements nous manipulent dès lors qu’il est question de vaccin. Pour qu’on ne puisse plus dire « si j’avais su… ».

Vaccins mensonges et propagande

Tétanos, le mirage de la vaccination

Voici un ouvrage indispensable pour comprendre la dérive intellectuelle et morale de la science moderne occidentale, malheureusement copiée à la lettre par le reste du monde !
Ce livre démontre sans aucune contradiction possible que le vaccin du tétanos ou son traitement avec sérum n’a aucun fondement scientifique.
Tetanos

La faillite du BCG

La faillite du BCG

Pionnier du BCG, le Pr Marcel Ferru, pédiatre à Poitiers, s’est très tôt rendu compte que ce vaccin posait des problèmes. Dès les années 1950, il a entamé une large correspondance avec des médecins du monde entier, pédiatres et pneumologues, signalant les échecs du BCG et des tests tuberculiniques. Professeur de sciences fondamentales à la faculté de médecine, puis titulaire d’une chaire de clinique médicale infantile, à Poitiers, le Pr Ferru s’est heurté à une véritable conspiration du silence. Victime de représailles, il a vu sa carrière entravée. En 1977, dans La Faillite du BCG, il a publié, avec des commentaires accessibles à tous publics, toutes les pièces d’un dossier qui démontre l’inefficacité et les dangers du BCG. Il y révèle comment s’est mise en place « l’église du BCG ». Tout ce que reconnaissent aujourd’hui, les spécialistes était déjà connu à l’époque, mais caché. Le livre du Pr Ferru, aujourd’hui décédé, reste un document irremplaçable (et toujours d’actualité), écrit par un grand médecin.

La faillite du bcg

l'apport de la vaccination a la santé publique / Vaccinations : la réalité derrière le mythe

l'apport de la vaccination a la santé publique

Vaccinations : la réalité derrière le mythe

Si vous voulez avoir des arguments à opposer à ceux qui vous prennent pour des fous dangereux et des irresponsables parce que vous ne voulez pas vous vacciner ou faire vacciner vos enfants à tour de bras les yeux fermés, avec ce nouvel ouvrage de Michel Georget, vous allez être servis ! Très simple dans son argumentation, très abordable, très bien documenté, avec des exemples incontestables, ce livre enfonce le clou et vous prouve par A + B que, contrairement à ce qu’avancent les autorités sanitaires françaises, la vaccination n’est pas à l’origine de la régression ou de la disparition des maladies infectieuses ! Michel Georget y explique en détail les risques très importants que représente la vaccination et ses bénéfices très incertains, rappelle les conflits d’intérêt qui existent entre les autorités de santé et l’industrie pharmaceutique, dénonce la pharmacovigilance déficiente et surtout le manque total d’informations... Vous avez là, maintenant, de quoi vous informer...

L apport de la vaccination a la sante publique

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.