les survivants des psychiatres, médecins et neurologues

introduction aux principes de la médecine moderne

Les médicaments induisent des troubles cognitifs:   Partie1 et Partie2 
La démence et les délires induits par les médicaments sont généralement attribuées à tort à la maladie médicale sous-jacente ou simplement à la «vieillesse». Mais les patients (et même leurs médecins!) pourraient ne pas savoir que par l’arrêt ou la modification de la posologie de nombreux médicaments fréquemment prescrits, la plupart des patients peuvent être restaurés à un état pré-drogue de la fonction mentale.
 
Avez-vous parfois le sentiment que vous étiez mieux avant de commencer une nouvelle pilule? Environ 9,6 millions d’Américains âgés subissent des effets secondaires négatifs de leurs médicaments chaque année. Des effets secondaires connus sont traitées comme si elles sont de nouvelles maladies et des médicaments supplémentaires sont prescrits pour traiter les effets secondaires au lieu d’essayer de les prévenir.
Plus de deux millions d’Américains sont envoyés à l’hôpital ou gravement blessés par des effets secondaires de chaque année. En fait, avec plus de 100.000 décès chaque année, les réactions indésirables aux médicaments sont une des principales causes de décès aux États-Unis – et bon nombre de ces cas sont évitables !
Les maladies induites par les médecins
Environ 163000 Américains âgés souffrent d’une grave déficience mentale (perte de mémoire, démence) soit causée ou aggravée par les médicaments.
La dyskinésie tardive induite par les médicaments c’est développé chez 73000 personnes âgées, cette condition est la plus grave et commune des effets indésirables des médicaments antipsychotiques, et il est souvent irréversible
 Syndrome parkinsonien (pakinsonnisme) 61000 personnes âgées sont également dues à l’utilisation de médicaments antipsychotiques tels que l’halopéridol (Haldol), la chlorpromazine (THORAZINE), de la thioridazine (MELLARIL), trifluopérazine (STELAZINE), et fluphenazine (PROLIXIN).
 

« Si nous mettons du fumier de cheval dans une capsule, nous pourrions la vendre à 95 pour cent de ces médecins »

 
.
.
professeur Philippe Even

 

“une maladie pour chaque molécule fabriquée.”

« Ils (l’ industrie pharmaceutique) vous vendent des médicaments dangereux pour gagner de l’argent. Rien d’autre. Si vous pensez que l’ industrie harmaceutique met des médicaments sur le marché pour vous aider – vous vous trompez lourdement! »
 

« Les médicaments mis sur le marché sont, d’une façon ou d’une autre, de la fausse monnaie. Le médecin qui prescrit ne sait pas forcément ce qu’il fait. La raison? Les décideurs du système de santé se laissent en grand nombre corrompre par les groupes pharmaceutiques ». Pour Marcia Angell, médecin et ancienne membre de la rédaction en chef du New England journal of Medecine, « Il n’est plus possible de croire les recherches publiées, ni de se fier au jugement de son médecin de famille »


« La France détient le record du monde pour les décès dus aux médicaments, »

« Nous pourrions sans grande difficulté supprimer 95% des dépenses liées aux médicaments, et nous aurions même une population en meilleure santé. »
 

« Quand un crime a entraîné la mort de nombreuses personnes, nous devrions le considérer comme un CRIME CONTRE L’HUMANITE. Que des centaines ou des milliers de personnes soient tuées à des fins de gains personnels par les armes ou par les pilules ne doit faire aucune différence pour notre perception du méfait »

professeur Peter C. Gøtzsch

« L’industrie pharmaceutique a infiltré et corrompu tous les systèmes de santé publique dans le monde à tous les niveaux : médecins, instituts de recherche, publications scientifiques prestigieuses de même que les agences gouvernementales comme la FDA. Très peu de gens tirent avantage des médicaments qu’ils consomment. En fait, les médicaments seraient la troisième cause de décès dans les pays riches…Pour sortir de cette situation intenable, il faudrait rien de moins qu’une révolution : abolition des brevets en pharmacie; interdiction de tout marketing et de toute recherche clinique à l’industrie ; disqualification systématique de tout expert ayant un conflit d’intérêts, qu’il soit financier ou simplement intellectuel. Notre système de santé serait donc menacé non pas par le vieillissement de la population, mais bien par l’explosion de la pharmaceutique. »
professeur Turcotte fernand

« Il est remarquable que personne ne lève un sourcil quand nous tuons tant de nos concitoyens avec des médicaments, »
professeur Gotzsche peter

«Les médicaments utilisés en psychiatrie sont tellement nocifs qu’elles tuent plus d’un demi-million de personnes chaque année parmi les 65 ans et plus aux États-Unis et en Europe. Ce qui rend les drogues psychiatriques comme la troisième cause de mortalité, après les maladies cardiaques et le cancer. Nous pourrions réduire notre consommation actuelle de médicaments psychotropes de 98 % et en même temps améliorer la survie et la santé mentale de la population.»
professeur Gotzsche peter

 
"la médecine est devenue folle" (ARTE télé)

 

les autres émissions, reportages, vidéos, sur les médicaments, la médecine et surtout les escroqueries, a ne pas manquer :
 
 
 
 

Principes des addictions psychiatriques

Principes des addictions psychiatriques
...11. Les médecins qui prescrivent des interventions biopsychiatriques ont en général une estimation irréaliste des risques et des bénéfices du traitement.
Les interventions biopsychiatriques sont fondées sur le principe du “désemparement et déni iatrogènes” (iatrogenic helplessness and denial, IHAD). Il se réfère au mécanisme qui fait que le patient perd, par la façon dont le traitement est appliqué et par l’effet chimique ou neurologique du traitement, toute capacité d’évaluation de ses réactions, du handicap créé par le traitement, et des assertions du médecin. « Le psychiatre biologique utilise des techniques connues d’autorité et impose des traitements destructeurs du SNC pour obtenir un désarroi et une dépendance accrus du patient. »
La IHAD implique le déni de la part et du médecin et de la part du patient des dommages créés par le traitement, tout autant que des réels troubles psychologiques et contextuels présents. La IHAD rend compte de la fréquence avec laquelle les traitements par techniques destructrices du cerveau sont utilisés en psychiatrie: électrochocs, psychochirurgie, et médication toxique. Le fait que le traitement détruit des fonctions cérébrales amène la soumission du patient par le biais de la perte de fonctions essentielles telles que la vitalité, la volonté et le raisonnement. Le déni vise non seulement la destruction des fonctions essentielles chez le patient, mais aussi le fait que ses problèmes psychologiques continuent. Ce déni est assorti de confabulation [procédé commun à toutes les addictions avec produit. [le déni est un procédé de défense archaïque (stade oral-anal)]].
Traitement biopsychiatrique = création d’un dommage cérébral plus ou moins permanent et irréversible
...
Les médicaments utilisés en psychiatrie nous font plus de mal que de bien
Les symptômes de sevrage sont souvent diagnostiquée à tort comme un retour de la maladie ou le début d'une nouvelle, pour lesquelles les médicaments sont alors prescrits. Au fil du temps, cela conduit à une augmentation du nombre d'utilisateurs de toxicomanes, à long terme

Mythe 1: Votre maladie est causée par un déséquilibre chimique dans le cerveau
C'est ce qui est dit a la plupart des patiens, mais c'est complètement faux. Nous n'avons aucune idée de ce qui interaction des conditions psychosociales, les processus biochimiques, les récepteurs et des voies nerveuses qui conduisent à des troubles mentaux et les théories que les patients atteints de dépression n'ont pas la sérotonine et que les patients atteints de schizophrénie ont trop de dopamine ont longtemps été réfuté. La vérité est tout le contraire. Il n’y a pas déséquilibre chimique pour commencer, mais quand traiter la maladie mentale avec des médicaments, nous créons un déséquilibre chimique, une condition artificielle que le cerveau tente de contrer.
 

"Le but du système public de santé mentale est de créer une classe énorme de malades mentaux chroniques en les forçant à prendre des médicaments inefficaces, mais extrêmement dangereux ."

"En santé mentale, par exemple, les problèmes provoqués par les médicaments sont la principale cause de mort"  

david Healy


principes de la médecine moderne
Des effets secondaires connus sont traitées comme si elles sont de nouvelles maladies et des médicaments supplémentaires sont prescrits pour traiter les effets secondaires au lieu d’essayer de les prévenir.

Il a été démontré à maintes reprises que les médicaments psychiatriques aggravent la maladie mentale
 
 
"Dans l'histoire de la psychiatrie il y a une très vielle habitude d'ignorer les effets néfastes des médicaments ou de les attribuer essentielement à la maladie sous jacente et ainsi de blâmer le patient plutôt que de blâmer la drogue"
docteur joanna Moncrieff
Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français

« Les patients sont littéralement torturés par les médicaments qu’on leur donne »

 

 

Les effets bénéfiques des médicaments psychiatriques sont si minces, dit-il, qu’il serait possible d’arrêter l’utilisation actuelle presque complètement sans causer de dommages. Il recommande d’arrêter l’utilisation de tous les médicaments antidépresseurs ainsi que ceux du TDAH et de la démence, et de prescrire seulement une petite fraction des antipsychotiques et des benzodiazépines utilisés actuellement.
 
"Avec les médicaments psychotropes, les médecins créé la maladie faussement diagnotiquée"
 

Les survivants de la psychiatrie sur internet et les pages de liens

"Le but du système public de santé mentale est de créer une classe énorme de malades mentaux chroniques en les forçant à prendre des médicaments inefficaces, mais extrêmement dangereux ."
 
PMAG estime que chaque citoyen devrait être bien informés sur tous les médicaments psychiatriques qu' ils sont invités à prendre , afin qu'ils puissent prendre des décisions responsables concernant leur propre santé .

Avril est un organisme de bienfaisance qui cherchent à faire prendre conscience que de nombreux médicaments et les anesthésiques prescrits chaque jour peuvent provoquer des effets indésirables psychiatriques (ADR) ou des effets de sevrage, y compris la dépression, l'anxiété, l'insomnie, l'agitation, l'automutilation, pensées suicidaires et d'actions, ou de la violence envers les autres.
 
L'ENUSP offre aux (anciens) utilisateurs et aux survivants de services psychiatriques à travers l'Europe un moyen de communiquer afin que nous puissions nous entraider dans la lutte personnelle, politique et sociale contre l'injustice et la discrimination.

 

activisme indépendante des droits de l'homme et des alternatives humaines en santé mentale.

 

"Allez voir un psychiatre est la chose la plus dangereuse qu’une personne puisse faire" professeur peter Breggin (professeur de psychiatrie)
 
survivants des électrochocs
 
Nous avons créé ce site Web pour vous tenir informés des souffrances couramment infligées aux personnes ayant subi des " traitements " psychiatriques
 
Index

 

Mad Prid (sauvegarde)
survivor

CRPA : sur l’internement psychiatrique abusif et illégal : Ce site est une base de don­nées ju­ri­di­ques et in­for­ma­ti­ves, des­ti­née à des psychiatrisés,des proches ou des pro­fes­sion­nels, qui sont, ou ont été, aux prises avec des pra­ti­quespsy­chia­tri­ques il­lé­ga­les ou abu­si­ves

The Psychiatry mafia
liens en français et en anglais
 
Des articles critiquant PSYCHIATRIE
 
Alternatives, Avocats / Poursuites, Électrochoc...
 
une longue liste de liens
 
Ce sont les millions silencieux, incapable et abattus dans le nom de bénéfices psychopharmaceutiques, que nous devons finalement nous garde de trop se joindre à eux dans leur silence.
 
liste de liens
 

Les poisons, les drogues dures appellés "médicaments" ou psychotropes

médicaments psychiatriques : l'histoire de la grande escroquerie

"les médicaments psychiatriques, qui sont imprévisibles et extrêmement meurtrier ne guérissent rien, et au lieu de cela détruisent la vie de la personne qui les prend"

informations
 
A coté de l’inadéquation de nos méthodes d’essais cliniques, des professeurs de psychiatrie sont maintenant en prison pour avoir créé des patients de toute pièce
 
une autorité de régulation des produits médicaux, honnête quant aux risques des médicaments , à leur efficacité, et aux alternatives, n’aurait probablement jamais mis la plupart des médicaments psychotropes sur le marché.

 

Les médicaments utilisés en psychiatrie nous font plus de mal que de bien
Nous semblons être au milieu d'une épidémie de drogues psychiatriques, tout comme nous étions lorsque les benzodiazépines (tranquillisants) étaient à leur apogée dans les années 1980. La baisse de leur consommation après des avertissements sur la dépendance a conduit à une forte augmentation de l'utilisation des nouveaux antidépresseurs, les ISRS (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine).

"ceux responsables de telles “thérapies” feront face un jour à des “procès de Nuremberg
 

Les psychotropes sont la cause de la plupart des maladies mentales - Jusqu'à l'avènement des médicaments psychiatriques de Big Pharma, la plupart des gens qui souffraient d'un épisode psychotique (schizophrénie) guérissaient.  - Jusqu'à l’arrivée du Lithium, le trouble maniacodépressif était si rare qu’à peine une personne sur cinq à dix mille en était atteinte, et presque toutes se rétablissaient. De nos jours, un Zunien sur 20 à 50 est diagnostiqué de cela et drogué pour. C’est désormais considéré comme une affection permanente.  - En 2007, le nombre d'enfants handicapés mentaux était 35 fois plus élevé que le nombre de 1990.  - Jusqu’à ce que les gens soient drogués pour la schizophrénie, leur espérance de vie était identique à celle des autres. De nos jours, toute personne diagnostiquée peut s’attendre à voir son espérance de vie réduite de 25 ans. Cela signifie qu’un homme qui aurait pu espérer avoir une durée de vie typique, aujourd'hui de 78 ans en Zunie, est susceptible de vivre seulement 53 ans s'il est traité avec des antipsychotiques.

Les trois psychotropes les plus vendus dans le monde rapportent 25 milles dollars brut toutes les minutes. Les profits sont énormes: chaque jour un psychotrope rapporte en moyen de 7,7 millions de dollars. (Ex : Le ZYPREXA rapporte 11,956 millions de dollars par jour).
Les dix psychotropes les plus prescrits rapportent plus de 26,5 milliards par an. Plus de 80 milliards de dollars rapporté par an par les psychotropes.
 
internet santé mental
 
bêta-bloquants et antihypertenseurs
"Les médicaments bêta-bloquant sont maintenant considéré comme dangereux pour la santé publique"
 
drogue la plus dangereuse du monde
 
Les dangers de la toxicomanie par prescription aux benzodiazepines . "Il est plus difficile de sevré les personnes des benzodiazepines que de l’héroïne." professeur m Lader (1999)
 
Presque tous les antidépresseurs, y compris SSRIs et tricycliques ont des effets stimulants analogues aux amphétamines
 
"Nous croyons qu'une pratique plus rationnelle de la psychiatrie éliminerait l'usage d’une médication si dangereuse." professeurs Peter Breggin et David Cohen
 
Ce produit entraîne une accoutumance masquée et une dépendance physique.
 
leur toxicité aiguë est très supérieure aux benzodiazépines
 
Les antihistaminiques
neuroleptiques cachés et autres
 
Celui-ci devait être mélangé à l'eau potable destinée aux prisonniers des stalags. Cette distribution avait pour but de maintenir la discipline dans les camps, grâce aux effets sédatifs du fluor
 
"Les pires ravages attribués à la drogue ne passent pas l'action véreuse d'un dealer propriétaire d'un coin de rue, mais par celle d'un vénérable médecin lové dans son cabinet"
 
pour les activistes
 
"les propriétés pharmacologiques du Neurontin (et lyrica) (actions thérapeutiques, les effets indésirables, et les symptômes de sevrage) sont similaires à ceux des benzodiazépines et d'autres sédatifs / hypnotiques.

 

zoloft
le zoloft tue

"Les médicaments psychiatriques sont beaucoup plus dangereux que les drogues illégales"

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Les graves effets secondaires des traitements psychiatriques

 

syndrôme prolongé de sevrage aux psychotropes :  benzodiazépines / somnifères, bêta-bloquants, antihypertenseurs, opioîdes, neuroleptiques, antidépresseurs, anti-épileptiques...
Le syndrôme prolongé de sevrage aux psychotropes peuvent durer des années après l'arrêt total des drogues
Ce syndrome comme quasi tout les effets secondaires des médicaments sont l'objet d'un négationnisme total de la part des médecins. Et ce négationnisme tue !

Fou sur ordonnances
Les médicaments rendent fou
 
Les victimes des benzodiazépines en sont majoritaierement les victimes, mais elles ne sont pas les seules...

autisme sur ordonnances
antidépresseurs, vaccins, antibiotiques, anti-épiléptiques....
 
La même délinquance médicale appliquée aux 40 000 internés par force donnerait le chiffre de 1600 personnes internées abusivement en psychiatrie chaque année. Mais heureusement, braves gens dormez tranquille, il ne faut pas croire que tous les psychiatres ont choisi cette spécialité après avoir été recalés dans les autres spécialités plus lucratives ...
 
Les effets bénéfiques des médicaments psychiatriques sont si minces, dit-il, qu'il serait possible d'arrêter l'utilisation actuelle presque complètement sans causer de dommages. Il recommande d'arrêter l'utilisation de tous les médicaments antidépresseurs ainsi que ceux du TDAH et de la démence, et de prescrire seulement une petite fraction des antipsychotiques et des benzodiazépines utilisés actuellement. - See more at: https://www.psychoactif.org/forum/t15252-p1-500-000-deces-par-occident-cause-des-antidepresseurs-somnifer.html#sthash.v4LE6BvY.dpuf
Les effets bénéfiques des médicaments psychiatriques sont si minces, dit-il, qu'il serait possible d'arrêter l'utilisation actuelle presque complètement sans causer de dommages. Il recommande d'arrêter l'utilisation de tous les médicaments antidépresseurs ainsi que ceux du TDAH et de la démence, et de prescrire seulement une petite fraction des antipsychotiques et des benzodiazépines utilisés actuellement.
Antidépresseurs, somnifères, neuroleptiques: un demi-million de décès par année chez les plus de 65 ans en occident - See more at: https://www.psychoactif.org/forum/t15252-p1-500-000-deces-par-occident-cause-des-antidepresseurs-somnifer.html#sthash.v4LE6BvY.dpuf
dyskinésie tardive
vidéo

dyskinésie tardive
La dyskinésie tardive a d'abord été nommées et classées en 1964. En début des années 1960, les symptômes associés à la dyskinésie tardive sont apparues dans environ 30 pour cent des patients psychiatriques traités avec des médicaments antipsychotiques, qui relie le développement de la condition de ces médicaments.
 
Les drogues psychiaatriques engendrent toutes des dépressions provoquées par le médecin.

Alzheimer sur ordonnances
"la médecine tue les gens, les médicaments les empoisonnent" dr Lanctot
 
L'incidence réelle de syndrome sérotoninergique est sous éstimé : plus de 85% des médecins n'étaient «Pas au courant de la sérotonine Comme un syndrome clinique de diagnostic. "
 
véritable torture chimique iatrogène (provoquée par le médecin)
 
La torture iatrogène (provoquée par le médecin)
 
Des hercheurs de l’Université de Copenhague ont mené une étude à l’échelle nationale au Danemark en comparant des personnes décédées par suicide à des témoins appariés entre 1996 et 2009. Essentiellement, les chercheurs ont constaté que des niveaux croissants de soins psychiatriques sont associées à « un risque considérablement accru de mourir ». Ils ont conclu, « l’importance de la santé publique de cette constatation peut être considérable. » On dirait que la presse et le public devrait être scandalisés. L’étude a été totalement ignorée.
Les chercheurs ont constaté que la médication psychiatrique au cours de l’année précédente fait une personne 5,8 fois plus susceptible d’avoir eux-mêmes tué. Si une personne avait pris contact avec une clinique psychiatrique, ils étaient 8,2 fois plus susceptibles d’avoir eux-mêmes tué. Visiter une salle d’urgence psychiatrique était liée à un 27,9 fois plus de chances de se suicider. Et si quelqu’un avait en fait été admis dans un hôpital psychiatrique, ils étaient 44,3 fois plus susceptibles de se sont suicidés au cours de l’année.
 
Morts, diabète, dyskinésie tardives, dystonie, insufisance cardidaque, dommages au foir, obésité, ostéoporose, viellissement prématuré....
 
La phobie sociale est "une pathologie inéxistante et exagéré" pour vendre des "médicaments" qui provoquent réélement ces maladies de manière iatrogène.


bipolaire sur ordonnances
La bipolarité est quelques fois (souvent) due aux prescriptions médicales

Parkinson sur ordonnances
neuroleptiques et neurotoxiques

Les psychiatres ont une longue et terrible histoire de détruire les gens au lieu de les guérir.

Les psychiatres ont une longue et terrible histoire de destruction des gens au nom de leur guérison. N'ayant pas réussi à aider tant de patients pendant des décennies et même des siècles, les psychiatres les ont historiquement condamnés à des alternatives horribles et souvent mortelles. En le plaçant plus exactement, en aggravant leurs patients en frappant leur cerveau avec des drogues, des psychiatres et de la psychiatrie organisée dans le passé et maintenant encore dans le présent, ont mis leurs victimes à mort.

alcoolisme sur ordonnances
Les victimes des benzodiazépines en sont majoritaierement les victimes, mais elles ne sont pas les seules...

autisme sur ordonnances
antidépresseurs, vaccins, antibiotiques, anti-épiléptiques....

Fou sur ordonnances
Les médicaments rendent fou

404 000 hospitalisations sont liées chaque année à des erreurs, des événements indésirables ou des effets secondaires liés aux soins. 
La même délinquance médicale appliquée aux 40 000 internés par force donnerait le chiffre de 1600 personnes internées abusivement en psychiatrie chaque année. Mais heureusement, braves gens dormez tranquille, il ne faut pas croire que tous les psychiatres ont choisi cette spécialité après avoir été recalés dans les autres spécialités plus lucratives ...

Antidépresseurs, somnifères, neuroleptiques: un demi-million de décès par année chez les plus de 65 ans en occident
Les effets bénéfiques des médicaments psychiatriques sont si minces, dit-il, qu'il serait possible d'arrêter l'utilisation actuelle presque complètement sans causer de dommages. Il recommande d'arrêter l'utilisation de tous les médicaments antidépresseurs ainsi que ceux du TDAH et de la démence, et de prescrire seulement une petite fraction des antipsychotiques et des benzodiazépines utilisés actuellement. - See more at: https://www.psychoactif.org/forum/t15252-p1-500-000-deces-par-occident-cause-des-antidepresseurs-somnifer.html#sthash.v4LE6BvY.dpuf

Les effets bénéfiques des médicaments psychiatriques sont si minces, dit-il, qu'il serait possible d'arrêter l'utilisation actuelle presque complètement sans causer de dommages. Il recommande d'arrêter l'utilisation de tous les médicaments antidépresseurs ainsi que ceux du TDAH et de la démence, et de prescrire seulement une petite fraction des antipsychotiques et des benzodiazépines utilisés actuellement.

Antidépresseurs, somnifères, neuroleptiques: un demi-million de décès par année chez les plus de 65 ans en occident - See more at: https://www.psychoactif.org/forum/t15252-p1-500-000-deces-par-occident-cause-des-antidepresseurs-somnifer.html#sthash.v4LE6BvY.dpuf
dyskinésie tardive
vidéo

dyskinésie tardive
La dyskinésie tardive a d'abord été nommées et classées en 1964. En début des années 1960, les symptômes associés à la dyskinésie tardive sont apparues dans environ 30 pour cent des patients psychiatriques traités avec des médicaments antipsychotiques, qui relie le développement de la condition de ces médicaments.

syndrôme prolongé de sevrage aux psychotropes
Le syndrôme prolongé de sevrage aux psychotropes peuvent durer des années après l'arrêt total des drogues
Ce syndrome comme quasi tout les effets secondaires des médicaments sont l'objet d'un négationnisme total de la part des médecins. Et ce négationnisme tue !
 
Les drogues psychiaatriques engendrent toutes des dépressions provoquées par le médecin.


Alzheimer sur ordonnances

"la médecine tue les gens, les médicaments les empoisonnent" dr Lanctot

 

L'incidence réelle de syndrome sérotoninergique est sous éstimé : plus de 85% des médecins n'étaient «Pas au courant de la sérotonine Comme un syndrome clinique de diagnostic. "

 

véritable torture chimique iatrogène (provoquée par le médecin)

 

La torture iatrogène (provoquée par le médecin)

 

Des hercheurs de l’Université de Copenhague ont mené une étude à l’échelle nationale au Danemark en comparant des personnes décédées par suicide à des témoins appariés entre 1996 et 2009. Essentiellement, les chercheurs ont constaté que des niveaux croissants de soins psychiatriques sont associées à « un risque considérablement accru de mourir ». Ils ont conclu, « l’importance de la santé publique de cette constatation peut être considérable. » On dirait que la presse et le public devrait être scandalisés. L’étude a été totalement ignorée.
Les chercheurs ont constaté que la médication psychiatrique au cours de l’année précédente fait une personne 5,8 fois plus susceptible d’avoir eux-mêmes tué. Si une personne avait pris contact avec une clinique psychiatrique, ils étaient 8,2 fois plus susceptibles d’avoir eux-mêmes tué. Visiter une salle d’urgence psychiatrique était liée à un 27,9 fois plus de chances de se suicider. Et si quelqu’un avait en fait été admis dans un hôpital psychiatrique, ils étaient 44,3 fois plus susceptibles de se sont suicidés au cours de l’année.

 

Morts, diabète, dyskinésie tardives, dystonie, insufisance cardidaque, dommages au foir, obésité, ostéoporose, viellissement prématuré....

 

La phobie sociale est "une pathologie inéxistante et exagéré" pour vendre des "médicaments" qui provoquent réélement ces maladies de manière iatrogène.


bipolaire sur ordonnances
La bipolarité est quelques fois (souvent) due aux prescriptions médicales

Parkinson sur ordonnances
neuroleptiques et neurotoxiques

Les psychiatres ont une longue et terrible histoire de détruire les gens au lieu de les guérir.

Les psychiatres ont une longue et terrible histoire de destruction des gens au nom de leur guérison. N'ayant pas réussi à aider tant de patients pendant des décennies et même des siècles, les psychiatres les ont historiquement condamnés à des alternatives horribles et souvent mortelles. En le plaçant plus exactement, en aggravant leurs patients en frappant leur cerveau avec des drogues, des psychiatres et de la psychiatrie organisée dans le passé et maintenant encore dans le présent, ont mis leurs victimes à mort.

Les psychiatres omettent de signaler le danger potentiel d’utiliser ces drogues à leurs patients qui vont alors ignorer les risques de dyskinésie tardive (perturbation de la mobilité d’un organe, incoordination, spasmes..), démence tardive, insensibilité émotionnelle, amoindrissement général de la conscience, et dysfonctions cognitives. Le syndrome de déficit neuroleptique (NIDS) peut aussi être provoqué par des clés psychotropes qui changent notre conscience émotionnelle, la rapidité et clarté de nos pensées et fabriquent de véritables « zombies ».

dyskinésies tardives

Les dyskinésies tardives surviennent dans 20 à 40 % des traitements chroniques. Peuvent survenir plusieurs années après l’arrêt du traitement et sont irréversibles

dyskinésie tardive selon la durée du traitement 0 à 5 ans    31,8% 5 à 10ans   49,4% 10 à 15 ans 56,7 % 15 à 20 ans 64,7% 20 à 25 ans 68,4%
 
dyskinésie tardives
si vous restez sur ces médicaments, pendant dix ans, le risque de développer TD est de 50%.


dyskinésie tardive : les médicaments qui sont parfois utilisés pour maîtriser les tremblements momentanés sont inefficaces vis-à-vis de la DT et peuvent même l’aggraver.

La dyskinésie tardive induite par les médicaments c’est développé chez 73000 personnes âgées, cette condition est la plus grave et commune des effets indésirables des médicaments antipsychotiques, et il est souvent irréversible. Le Syndrome parkinsonien (pakinsonnisme) chez 61000 personnes âgées sont également dues à l’utilisation de médicaments antipsychotiques tels que l’halopéridol (Haldol), la chlorpromazine (THORAZINE), de la thioridazine (MELLARIL), trifluopérazine (STELAZINE), et fluphenazine (PROLIXIN).


Centre de ressources antipsychotiques et dyskinésie tardive (TD)
La dyskinésie tardive (DT) est un trouble du mouvement provoqué par les médicaments neuroleptiques ou antipsychotiques y compris les plus grands tels que Thorazine et Haldol et aussi les plus récents tels que le Zyprexa, Risperdal, Geodon, Abilify et Seroquel. Bien que les défenseurs de la drogue affirment souvent que les antipsychotiques plus récents ou atypiques causent TD à un taux très bas, c’est tout simplement faux. Dr. Breggin a déjà été consulté dans de nombreuses actions de TD portant sur les nouveaux médicaments avec plusieurs victoires d’audience impliquant Risperdal, dont deux au Canada et un en Alaska. Alors que la plupart des cas des cas TD ne se développent pas avant au moins 3-6 mois d’exposition, le Dr Breggin a vu se produire après seulement quelques doses ou moins. La dyskinésie tardive est un trouble très variable qui puisse affliger un groupe de muscles qui est normalement sous contrôle volontaire comme le visage, les paupières, de la langue, de la bouche, le cou, les épaules, le torse et les bras et les jambes. Il peut aussi affliger les muscles qui contrôlent avaler, parler et respirer. Il peut commencer par des changements subtils comme le strabisme ou une langue «épais». Il peut varier en sévérité légère à extrêmement invalidante, et est généralement défigurant et humiliante. Il peut être épuisant. Les cas qui sont graves ou qui durent depuis plusieurs mois sont généralement irréversibles. Elle peut survenir à n’importe quel âge. Il n’existe aucun traitement satisfaisant. La dyskinésie tardive se produit sous plusieurs formes, y compris TD classique avec des mouvements lents ou saccadés, la dystonie tardive des spasmes musculaires qui peuvent être très douloureuses, et akathisie tardive avec une agitation intérieure angoissante ou agitation qui anime souvent la personne à se déplacer frénétiquement dans un effort pour soulager les sensations…. Expertise médicale du Dr. Breggin a joué un rôle clé dans de nombreux cas de survenue de dyskinésie tardive, y compris ce qui suit:
  • 1,6 million de dollars TD verdict
  • 6,7 millions de dollars accordé par un jury en cas Risperdal TD
  • Jury des prix de 1,3 million $ à la victime TD: juge d’appel ups attribution de 2 millions de dollars, citant le témoignage du Dr Breggin
  • TD cas réglé après le témoignage du Dr Breggin
  • victoire de repère dans le premier cas canadien TD
  La dyskinésie tardive a été nommé et classé en 1964. Au début des années 1960, les symptômes associés à la dyskinésie tardive ont été apparent dans environ 30 pour cent des patients psychiatriques traités par antipsychotiques, liant le développement de l’état de ces médicaments. Le développement de la dyskinésie tardive est souvent liée à l’utilisation du métoclopramide. Le métoclopramide du médicament (vendu aujourd’hui sous le nom de marque Reglan, entre autres) a été développé en Europe au milieu des années 1960 et est devenu disponible pour une utilisation en 1982. Au début de 2009, la Food and Drug Administration a émis un avertissement au sujet de métoclopramide, en informant le public de la recherche qui suggère l’utilisation de métoclopramide est la cause la plus fréquente des troubles du mouvement induits par les médicaments. Une étude de 2004 a révélé que les femmes plus âgées traitées avec le métoclopramide sont exposés à un risque accru de développer des symptômes de dyskinésie tardive, en plus, les hommes, les nourrissons et les enfants sont également fréquemment touchés par la dyskinésie tardive induite par le métoclopramide ..

Poursuite de la dyskinésie tardive
Poursuites judiciaires pour les utilisateurs de Reglan étudient actuellement dans tout le pays.

Tardive Dyskinésie Procédure
Dyskinésie tardive se caractérise par des mouvements coordonnés et constants de la bouche, de la langue, de la mâchoire et des joues.

Dystonie = torture médicale : effet secondaire des neuroleptiques, antidépresseurs, benzodiazépines, antiparkinson, neuroleptiques cachés (primpéran, tanganil, vastarel..), antihypertenseurs, antihystaminiques...

Voici une liste de médicaments qui ont été signalés comme pouvant être la cause de réactions dystoniques. En autant qu’il est possible, les individus souffrants de dystonie devraient éviter l’ utilisation de ces agents, ou tout au moins seulement lorsque prescrits par un médecin spécialisé au traitement de la dystonie.
 
Les neuroleptiques, médicaments utilisés dans les troubles psychiatriques sévères comme la schizophrénie, ont malheureusement d'importants effets secondaires, dont la dystonie. Celle-ci peut apparaître dès la prise du médicament (dans des formes parfois spectaculaires mais transitoires) mais elle ne se déclare souvent que des mois ou des années plus tard

médecins et professeurs : les bons

Peter R. Breggin, MD, a été appelé «la conscience de la psychiatrie" pour ses efforts de réforme du secteur de la santé
 
blog
 
prozac et isrs
 
http://www.drugawareness.org/home.html
 
La spécialiste mondial pour les benzodiazépines
 
experte pour la santé des enfants
 
Témoignage de John M. Friedberg, MD, neurologue, DEVANT LE COMITE DE LA SANTÉ MENTALE DE L'ASSEMBLÉE État de New York

Les liens du docteur Lucire

docteur joanna Moncrieff
son site

expert

solutions et alternatives ?

ICSPP est un réseau de personnes concernées par la manière dont est géré la politique de santé mentale publique.
 
Des milliers de personnes autour du monde ont récupéré de troubles mentaux et profitent maintenant des plaisirs simples d'une vie sans
 
Les diagnostics psychiatriques, médicaments, électrochocs et autres interventions biologiques ne sont pas la réponse à la souffrance psychologique et spirituelle humaine. Le centre est consacré à l’examen les fausses théories et les pratiques dangereuses de la psychiatrie biologique et à les remplacer par des approches plus humaines et plus généreuse.
 
1)Au dela des medicaments : solutions et sevrage
 
Dr. Hoffer
 
Sauf que les vitamines doivent être naturelles et non de synthèse
 
 
Des milliers de personnes autour du monde ont récupéré de troubles mentaux et profitent maintenant des plaisirs simples d'une vie sans
 
droguer tous ces jeunes gens est une erreur énorme et tragique
 

Catherine a dix-neuf ans et souffre de schizophrénie sévère, assise dans un hôpital psychiatrique — muette, catatonique et entend des voix. Son psychiatre, le Dr Daniel Dorman, était convaincu que le comportement psychotique de sa patiente est enracinée, non pas dans les déséquilibres chimiques mais plutôt dans les circonstances dramatiques de son histoire familiale. Il était donc déterminé à éviter les médicaments abrutissants qui avaient été si préjudiciables au bien-être.de Catherine. Dorman a combattu l’opposition catégorique et la critique de ses pairs et supérieurs pour avoir une chance de guider Catherine hors de la folie

 
Parcourir les 40 ans d'articles, est gratuit !
 
 
Introduction

« Les seuls qui guérissent sont ceux qui stoppe leurs médicaments »

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Les traitements psychiatriques torturent et tuent

rapport intérimaire de l'ONU par le Rapporteur spécial sur la torture , Manfred Nowak , qui signale la fin de l'impunité pour les actes de torture et de mauvais traitements psychiatriques
 
antidépresseurs, somnifères, benzodiazépines....
 
Horreurs quotidiennes du système de santé mentale
histoires d'ISRS
 
Organisation des Nations Unies
 
Témoignages et techniques
 
le taux de suicide, de mort et de tentatives de suicide liées au Zyprexa ayant eu lieu pendant les essais cliniques de pré-commercialisation a été "le plus élevé que tout autres médicaments psychotropes dans l'histoire"
 
"Les prisonniers politiques en Russie soviétique ont été torturés avec des «antipsychotiques» phénothiazines" "En Russie,c'est de la la torture. En Amérique, c'est de la "thérapie".
 
"Que ce soient ceux de première ou de deuxième génération, les neuroleptiques multiplient par deux le risque de mourir d'un problème cardiaque soudain.
 
"il évalue à 40% le pourcentage de décès causés par les complications cérébrales dues au traitement ».
 
«Quand un courant électrique est appliqué à l'organisme par des dirigeants tyranniques, nous appelons cela de la torture électrique»
 
torture chimique iatrogène (provoquée par le médecin)
 
"à tous les coups ce gars-là était suivi dans un hopital psychiatrique pour être devenu fou dangereux à ce point".
 
La surmortalité des malades mentaux hospitalisés en France est connue depuis plusieurs années. Elle est constatée pour toutes les causes de décès." (Source : DRESS, résultat et étude, n°206. Décembre 2002.)

 

association d'Aide aux Parents d'Enfants souffrant du Syndrome de l'Anti-Convulsivant :
S'assurer que les femmes prenant du Valproate de sodium(dépakine, dépakote...) (1000mg et plus) soient conscientes qu'elles ont environ 30% de chance d'avoir un enfant ayant un handicap.

L'admission forcée et le traitement forcé font plus de dommages que de bien, par Peter Gøtzsche

Le traitement forcé en psychiatrie tel que nous le pratiquons actuellement ne peut être défendu, ni sur des bases éthiques, ni sur des bases juridiques ou scientifiques. Ethiquement, les valeurs et les préférences des patients ne sont pas respectées, bien que le droit fondamental de l'homme à une égale reconnaissance devant la loi s'applique à tout le monde, aussi bien aux personnes atteintes de troubles mentaux 1,2. Cela ressort clairement de la Convention des Nations Unies sur les Droits des Personnes Handicapées 2, que pratiquement tous les pays ont ratifiée. Cependant, nous ignorons la Convention et nous continuons à discriminer les personnes ayant des problèmes mentaux.
Veuillez considérer ceci. Les médecins ne peuvent pas donner aux patients de l'insuline sans leur autorisation, même si le manque d'insuline peut les tuer, et ils ne peuvent pas donner des transfusions de sang à des personnes adultes témoins de Jéhovah sans leur permission, même si le manque de sang pourrait les tuer. Les seuls médicaments qui peuvent être administrés sans autorisation sont également parmi les plus dangereux. Les médicaments psychiatriques sont le troisième tueur majeur après les maladies cardiaques et le cancer, avec environ 539 000 décès aux États-Unis et l'Union européenne combinés. 1,3 Seuls les soldats en guerre et les patients psychiatriques sont forcés de courir des risques contre leur volonté qui pourraient les tuer ou les mutiler. Mais il existe une différence importante et éthiquement pertinente: les soldats ont choisi de devenir des soldats; Les patients psychiatriques n'ont pas choisi de devenir des patients psychiatriques.
Dans de nombreux pays, une personne considérée comme insensée, ou dans un état semblable, peut être admise dans un service psychiatrique sur une base involontaire si la perspective d'une guérison ou d'une amélioration substantielle et significative de la condition serait autrement sensiblement éloignée. Après avoir étudié soigneusement la science pendant de nombreuses années, je suis venu à douter que ce soit toujours le cas. 1
Le traitement forcé implique le plus souvent l'utilisation d'antipsychotiques, mais ce sont des médicaments très médiocres. Les essais cliniques contrôlés versus placebo sont gravement irréguliers parce qu'ils n'ont pas été suffisamment aveuglés. 1 Les antipsychotiques ont de nombreux effets secondaires évidents, de sorte que la plupart des médecins et des patients peuvent deviner si un médicament actif ou un placebo est donné, ce qui exagère nettement l'effet mesuré 1. , Presque tous les patients dans ces essais étaient déjà en traitement avec un antipsychotique avant qu'ils ne soient randomisés après une courte période d'élimination du produit (dite "wash-out"). Cette méthodologie de sevrage brutal (dite "cold turkey") signifie que les symptômes d'abstinence - qui peuvent inclure la psychose - sont subis par les patients qui reçoivent un placebo. Même aidé par ces biais formidables dans les essais, le résultat est pauvre. L'amélioration minimale de l'évaluation des impressions cliniques globales correspond à environ 15 points sur l'échelle des syndromes positifs et négatifs 4, mais ce qui a été obtenu dans les essais contrôlés par placebo récents dans les demandes de nouveaux antipsychotiques de la FDA (Food and Drug Administration) étaient de seulement 6 points 5, Aussi il est facile d'améliorer les scores de façon non négligeable si les gens sont assommés par un tranquillisant et expriment leurs idées anormales moins fréquemment. Ainsi, la FDA a approuvé de nouveaux médicaments antipsychotiques dont l'effet est bien en deçà de ce qui est cliniquement pertinent. Les médicaments anciens sont également inefficaces.
Alors que les avantages des antipsychotiques sont douteux, les méfaits sont certains, et la méthodologie du sevrage brutal est mortelle. Un patient sur 145 qui est entré dans les essais de rispéridone, d'olanzapine, de quetiapine et de sertindole est décédé, mais aucun de ces décès n'a été mentionné dans la littérature scientifique 6. Par conséquent, si nous voulons savoir à quel point ces médicaments sont mortels, nous devons nous référer aux essais pratiqués sur des cas de démence, étant donné que ces patients ne sont pas susceptibles d'avoir reçu des antipsychotiques avant la randomisation. Des essais randomisés dans les cas de démence montrent que pour 100 patients traités pendant quelques semaines, un est tué par un antipsychotique par rapport à ceux traités par placebo 7. Cela pourrait même être pire que cela parce que les décès sont gravement sous-déclarés dans les essais publiés. Par exemple, un examen a révélé que seulement 19 des 50 décès et 1 des 9 suicides sur l'olanzapine décrits dans les résumés des essais sur les sites internet étaient également présents dans les articles de revues. 8
Rien n'indique que la contention physique au moyen des ceintures ou l'isolement aient des avantages, mais ces traitements peuvent également être mortels. La violence engendre la violence et lorsque les patients psychotiques deviennent violents, c'est très souvent à cause du traitement inhumain qu'ils reçoivent. Ce peut être aussi parce qu'ils font l'expérience des syndrômes de sevrage lorsqu'ils oublient quelques doses d'un antipsychotique parce qu'ils sont très désagréables à prendre, ce qui peut inclure l'akathisie - une forme extrême d'agitation qui prédispose au suicide et à l'homicide.
Les électrochocs sont également contraint sur les personnes bien qu'il ne semblent pas fonctionner pour la schizophrénie et bien que l'effet sur la dépression soit temporaire, ce qui entraîne souvent une série de chocs. 1 Environ la moitié des patients subissent des pertes de mémoire 1 et plus les traitements sont répétés, plus sévères sont les pertes de mémoire 9. Certains psychiatres prétendent que les électrochocs peuvent sauver des vies, mais cela n'a jamais été documenté alors que nous savons que les électrochocs peuvent tuer les personnes: environ 1 patient sur 1000 meurent. 10
Une autre raison pour l'usage de la force est si les patients présentent un danger évident et substantiel pour eux-mêmes ou pour d'autres, auquel cas ils peuvent être involontairement admis. Cependant, cela n'est pas nécessaire. La loi italienne sur la santé mentale précise qu'une raison pour le traitement involontaire ne peut pas être que le patient est dangereux. C'est l'affaire de la police, comme c'est également le cas en Islande, et les patients en Italie peuvent décider qu'ils veulent un traitement ailleurs. 1
Le traitement forcé fait plus de mal que de bien et il tue beaucoup de personnes, non seulement à cause des dommages directs des médicaments, mais aussi à cause du suicide. Une étude sur un registre de 2 429 suicides a révélé que plus le contact avec le personnel psychiatrique avait été étroit, ce qui impliquait souvent un traitement forcé, et pire était le résultat. 11 Comparativement aux personnes n'ayant reçu aucun traitement psychiatrique au cours de l'année précédente, le rapport du taux ajusté du suicide est 44 (intervalle de confiance de 95% entre 36 et 54) pour les personnes qui avaient été admises dans un hôpital psychiatrique. Ces patients risqueraient d'être plus à risque de suicide que les autres patients (confusion par indication), mais la plupart des biais potentiels dans l'étude favorisaient l'hypothèse nulle qu'il n'existe pas de relation. Un éditorial qui l'accompagne a fait remarquer que certaines des personnes qui se suicident pendant ou après l'admission à l'hôpital le font en raison des conditions inhérentes à cette hospitalisation 12.
J'admets pleinement que certains patients soient très difficiles à traiter de façon optimale sans utiliser la force. Mais il semble qu'avec une bonne direction et une formation adéquate du personnel dans les techniques de désescalade, il est possible de pratiquer la psychiatrie sans utiliser la force.1,13,14 En Islande, les ceintures n'ont pas été utilisées depuis 1932 et il y a des psychiatres partout dans le monde qui ont traité les patients profondément perturbés pendant toute leur carrière sans jamais avoir utilisé ni les antipsychotiques, ni les ECT (électrochocs), ni la force.
Je crois que nous devons abolir les lois d'admission forcée et de traitement, conformément à la Convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées 2. L'abandon de la force sera préjudiciable à certains patients, mais cela profitera à beaucoup plus de personnes. Nous devrons trouver comment nous pourrions mieux traiter les patients qui auraient bénéficié d'un traitement forcé dans un avenir où la force n'est plus autorisée.
Peter C Gøtzsche possède une maîtrise en biologie et chimie de 1974 et un doctorat en médecine de 1984. Il est spécialiste en médecine interne. Il a co-fondé la Collaboration Cochrane en 1993 et ​​créé le Nordic Cochrane Centre la même année. Il est devenu professeur en méthodologie et analyse en recherche clinique à l'Université de Copenhague en 2010.
 

Quelques sites des victimes et témoignages

Michel Previdi
Ma famille décimée par les psychiatres  

Je ne mets pas en cause les laboratoires qui fabriquent ses médicaments, au contraire, ils ont bien stipulé les contre-indications. Non, je mets en cause le ou les médecins qui l'ont traité, qui lui ont prescrit ces médicaments, sachant leurs effets int
 
Guide du sevrage des drogues psychiatriques pour débutants
 
Philippe VESCO agonisait sous contention sur son lit dans la chambre d'isolement du service fermé, 13 avenue de la porte de Choisy, 75013 Paris .
 
Ces médicaments qui robotisent et asservissent le cerveau sont délivrés à foison par les médecins généralistes sur la simple demande d'une personne qui se présente pour .de la déprime.
 
Il a persuadé mes parents et a pris rendez-vous pour moi à une consultation de l’hôpital psychiatrique à la date du 1er avril. C’était un piège et je suis resté enfermé du 1er avril au 23 mai 1969, soit 53 jours pendant lesquels on m’a détruit totalement.
 

Récupération de la psychiatrie : le site de laura Delano

 
Forcer un individu à absorber de tels traitements devrait en théorie relever du délit d'empoisonnement et de torture. C'est également une forme certaine de viol !

 

furious saison :(sauvegarde) : De très nombreux liens

Un goulag d'enfants : Corruption, abus et commerce des enfants au Québec (sauvegarde): Si les enfants se montrent incapables de contrôler leurs émotions, provoqués délibérément, on dira alors qu'ils ont besoin de plus de " traitement " , en réclusion.0

L'usage forcé des médicaments puissants pour corriger les états émotionnels des enfants est courrant. (Le Québec est la capitale du Ritalin). : sauvegarde

Les victimes de la psychiatrie
blog perso

Michel Previdi
Ma famille décimée par les psychiatres  

Je ne mets pas en cause les laboratoires qui fabriquent ses médicaments, au contraire, ils ont bien stipulé les contre-indications. Non, je mets en cause le ou les médecins qui l'ont traité, qui lui ont prescrit ces médicaments, sachant leurs effets int
 
Guide du sevrage des drogues psychiatriques pour débutants

 

Philippe VESCO agonisait sous contention sur son lit dans la chambre d'isolement du service fermé, 13 avenue de la porte de Choisy, 75013 Paris .

 

Ces médicaments qui robotisent et asservissent le cerveau sont délivrés à foison par les médecins généralistes sur la simple demande d'une personne qui se présente pour .de la déprime.

 

Il a persuadé mes parents et a pris rendez-vous pour moi à une consultation de l’hôpital psychiatrique à la date du 1er avril. C’était un piège et je suis resté enfermé du 1er avril au 23 mai 1969, soit 53 jours pendant lesquels on m’a détruit totalement.

 

Récupération de la psychiatrie : le site de laura Delano

 

Forcer un individu à absorber de tels traitements devrait en théorie relever du délit d'empoisonnement et de torture. C'est également une forme certaine de viol !

 

furious saison :(sauvegarde) : De très nombreux liens

Un goulag d'enfants : Corruption, abus et commerce des enfants au Québec (sauvegarde): Si les enfants se montrent incapables de contrôler leurs émotions, provoqués délibérément, on dira alors qu'ils ont besoin de plus de " traitement " , en réclusion.0

L'usage forcé des médicaments puissants pour corriger les états émotionnels des enfants est courrant. (Le Québec est la capitale du Ritalin). : sauvegarde

Les victimes de la psychiatrie
blog perso

 

sevrage des drogues psychiatriques : Attention au négationnisme criminel des médecins qui vous inventent une maladie au lieu de reconnaître les symptomes de sevrage

" La meilleure manière de minimiser les risques de réactions graves de sevrage est de ne jamais prendre de produits psychiatriques." professeurs Cohen et Breggin
 
"Malheureusement, il n'existe aucun médicament pour le sevrage des benzos et ceux qui ont recoure à l'aide d'autres médicaments psychotropes découvrent toujours qu'il y a un prix à payer en terme de santé." ray Nimmo
 
Je vous invite en cas de syndrôme de sevrage à porter plainte contre votre médecin, votre pharmacien, les médecins de la sécurité social qui cautionnent cela et le laboratoire fabriquant ces poisons !
Ce syndrome comme quasi tout les effets secondaires des médicaments sont l'objet d'un négationnisme total de la part des médecins. Et ce négationnisme tue !


sevrage des neuroleptiques
le palier de réduction de dosage doit être lente pour de nombreuses personnes.

Guide pour décrocher des médicaments psychotropes en réduisant les effets nocifs
Icarus

LE SYNDROME PROLONGE DE SEVRAGE DOIT ËTRE RECONNU ET INDEMNISE

électrochocs / sismothérapie

LE TRAITEMENT DE CHOC ELECTROCONVULSIF EN PSYCHIATRIE: Un crime contre l'humanité

Informations et références pour les familles, les professionels, les avocats et les chercheurs
par le professeur peter Breggin
Table des matières pour plus de 125 articles scientifiques
La référence mondiale
 
Sue dit la psychiatrie est la plus grande fraude médicale en cours aujourd'hui.

la sismothérapie sur internet
Si vous voulez des lésions cérébrales : il n'y a pas de moyen plus efficace que l'ECT !!!!!
 
"L'électrochoc : ses effets invalidants sur le cerveau" professeur peter Breggin
 
ECT provoque des lésions cérébrales, des pertes de mémoire, et une diminution de l'intelligence

Le témoignage d'un survivant de la psychiatrie sur l'ECT, 2010:
"Les électrochocs représentent une technique brutale, déshumanisante, détruisant la mémoire, abaissant l'intelligence, endommageant le cerveau, lavant le cerveau, un risque vital. ECT dérobe aux gens leurs mémoire, leur personnalité et leur humanité. Cela réduit leur capacité à mener des vies pleines, riches de sens; cela leur broie l'envie de vivre. Pour faire simple, l'electrochoc est une méthode pour éventrer le cerveau afin de controler et de punir ceux qui échappent ou sortent de la norme, et pour intimider les autres qui seraient sur le point de le faire..."
 
 

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

troubles du système nerveux ou psychiatriques sur ordonnances (iatrogènes)

APRIL
Avril est un organisme de bienfaisance qui cherche à faire prendre conscience que de nombreux médicaments et les anesthésiques peuvent chaque jour provoquer des effets indésirables psychiatriques (ADR) ou des effets de sevrage, y compris la dépression, l'anxiété, l'insomnie, l'agitation, l'automutilation, pensées suicidaires et d'actions, ou de la violence envers les autres.

Une Dose de bon sens : l'esprit, la médecine et un mauvais diagnostic
Chaque année, des centaines de milliers d'Américains qui sont effectivement atteints de conditions médicales courantes telles que l'hyperthyroïdie, la maladie de Lyme, et même une mauvaise nutrition sont mal diagnostiqués avec des troubles psychiatriques. Des études montrent que le taux d'erreur de diagnostic est plus que 4 à 10. Dans ce livre puissant, psychiatre Dr Sydney Walker explique pourquoi les erreurs de diagnostic psychiatrique est si commun. Plus important encore, il vous aide et ceux que vous aimez éviter le piège de diagnostic erroné. Profil 24 heures-Day unique de Dr. Walker vous permet de suivre les changements physiques et émotionnels au cours d'une journée pour donner à vos médecins de précieux indices à ce que vos symptômes signifient vraiment.

Lorsque les effets secondaires des médicaments sont pires que les maux pour lesquelles ils sont prescrits
Les études de cas sont dispersés dans les revues médicales: une femme de 62 ans souffrant d'une psychose aiguë, un homme de 73 ans souffrant d'une invalidité «grave caractéristiques psychotiques délirants", une femme de 47 souffrent d'insomnie et à peine capable de se tenir debout ou marcher , une femme de 62 ans qui rompt son tendon d'Achille, une femme diabétique de 64 ans avec la vie en danger d'hypoglycémie. 
...Des essais cliniques en général que 10 pour cent des personnes prenant ces médicaments-parmi les plus connus sont la ciprofloxacine (Cipro) et la lévofloxacine (Levaquin)-expérience psychiatrique et le centre-système nerveux problèmes.

Les fluoroquinolones représentent 4% de tous les effets psychiatriques notifiés à l'Afssaps ; cela les situe en huitième position, n'étant précédées que par des neuroleptiques.
Ces substances génèrent de nombreux effets secondaires, dont parfois de lourdes invalidités temporaires ou définitives. Des effets tendineux, allant jusqu'à la rupture de tendon(s) en divers endroits du corps ont été signalés dès 1983

distilbène
témoignages

Mais avec 6,5 millions d'ordonnances pour les ISRS sont publiées en Australie, les coûts en vies humaines et la morbidité sont importantes et elles sont affichées au Département de suicide de la santé, les tentatives de suicide et les statistiques d'admiss

 

les niveaux accrus de sérotonine produisent, la dépression, le comportement impulsif, le meurtre et le suicide, l'incendie criminel, le crime violent, conduite insouciante, l'inquiétude, l'irritabilité, les douleurs autour du coeur, l'insomnie


beta-bloquants
les bêta-bloquants induisent de la dépression.
 

Carbatrol, Celontin, Depakene, Depakote ER, Depakote asperge, les comprimés Depakote, Dilantin, Equetro, Felbatol, Gabitril, Keppra, Keppra XR, Klonopin, Lamictal, Lyrica, Mysoline, Neurontin, Peganone, Stavzor, Tegretol, Tegretol XR, Topamax, Tranxene...
 

professeur Ashton
 

les soi-disant anxiolytiques ne guérissent rien mais sont plutôt des substances handicapant le cerveau. Lors d’un essai clinique, 70 pour-cent des personnes prenant de l’Halcion “ont développés des pertes de mémoire, de la dépression et de la paranoïa”

 

Bulletin de renseignements de santé publique de FDA
 

Nous savons aussi que certains benzodiazépines, notamment Halcion et Xanax, causent de graves effets secondaires, notamment la dépression, des hallucinations, l'amnésie et des comportements violents.

Dépression et idées suicidaires induites par des médicaments
antidépresseurs, anti-épiléptiques, beta-bloquants, benzodiazépines, amphétamines, chimiothérapies, antihistamniques....

LARIAM®-Mefloquine peut provoquer des symptômes psychiatriques, tels que anxiété, paranoïa, dépression, hallucinations et comportement psychotique. Dans certains cas, ces symptômes ont continué longtemps après l'arrêt de la prise de LARIAM®. Des rares cas d'intentions de suicide et de suicides ont été rapportés même si aucune relation avec le médicament n'a été confirmée ".

propécia (contre la chute des cheveux)
Suicide et impuissance

interferon bêta
une dépression sévère avec idées suicidaires ou tentative a pu être observé pendant le traitement de la SEP par interféron

Interféron : effets secondaires graves
suicide, troubles psychiatriques, morts subites, dépression, idées suicidaires...

Belviq La fiche d'information du Belviq à destination des patients devrait effrayer suffisamment pour dire, « Sans façon, toubib », lorsqu'il propose de le prescrire. Les avertissements sur la fiche du remède incluent :
...Troubles cognitifs : La fiche indique, « Peut causer des troubles de l'attention ou de la mémoire. » Elle déconseille ensuite l'usage de machines dangereuses.
Troubles psychiatriques : Cela signifie que vous pourriez être qualifié de dépressif, schizophrène ou maniacodépressif, ou d'un tas d'autres qualificatifs psychiatriques parce que vous prenez du Belviq. Imaginez le monde de souffrance dans lequel vous seriez si vous atterrissiez dans un établissement psychiatrique.
Pensées suicidaires : Ça ne devrait guère surprendre, puisque les idées de suicide ou carrément se suicider - ou zigouiller autrui - sont l'un des effets indésirables des autres spécialités qui mettent le souk dans la sérotonine. [ndt : Le mélange machines dangereuses et Belviq étant déconseillées, il n'y aura ni suicide, ni massacre à la tronçonneuse. Heureusement !]
Usage de remèdes antidiabétiques : Le Belviq n'a pas été étudié chez les gens qui prennent de l'insuline, mais la FDA a homologué ce médicament expressément pour usage chez les diabétiques !


Vaccins: une descente dans la folie [témoignage de la femme d'un ex journaliste de la BBC, victime du vaccin contre la fièvre jaune]
VACCINS : une descente dans la folie

Autisme sur ordonnances
vacins et psychotropes

Autisme et vaccins
initiative cytoyen

Un enfant sur 68 souffre d'autisme aux États-Unis, une proportion en hausse de 30% depuis 2012, selon une estimation des autorités sanitaires.

roaccutane : les avertissements sur les étiquettes actuelles stipule «Accutane peut causer la dépression, la psychose et, plus rarement, des idées suicidaires, tentatives de suicide, le suicide et les comportements agressifs et / ou violents

Autisme et antidépresseurs
Les bébés nés de mères qui ont pris des antidépresseurs au début de leur grossesse sont environ trois fois plus susceptibles de développer l'autisme, des données alarmantes suggère.

Autisme et antidepresseurs
"Une recherche publiée en 2011 dans le journal « Archives of General Psychiatry » a étudié le rôle que pourrait jouer l’utilisation d’antidépresseurs par la mère avant et pendant la grossesse sur les troubles à spectre autistiques (TSA) L’étude, effectuée auprès de 298 enfants avec un TSA de la Californie du Nord, a trouvé que le risque de développer un TSA était doublé (risque relatif = 2.2) lorsque la mère avait pris des antidépresseurs de type inhibiteur sélectif de la recapture de sérotonine (ISRS) pendant l’année précédant la naissance. Le risque était presque quatre fois plus élevé (rr = 3.8) lorsque la prise des ISRS s’était effectuée durant le premier trimestre de la grossesse."

Les antidépresseurs rendent les rats autistes
Des rats exposés aux antidépresseurs juste avant et après leur naissance ont développé des anomalies cérébrales et des comportements craintifs.

L'utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse liés à un risque accru d'autisme
Plusieurs études ont mis en cause l'utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse avec complications à court terme des nouveau-nés, l'autisme et d'autres anomalies congénitales. Une étude publiée dans les Archives of General Psychology en Juillet 2011 a découvert un lien entre la prise d'antidépresseurs pendant la grossesse et un risque accru d'autisme. L'augmentation de l'autisme ont coïncidé avec l'utilisation accrue d'antidépresseurs

l'exposition aux ISRS pendant la grossesse a été associée à un doublement du risque d'autisme
L'étude la plus importante sur le antidépresseurs ISRS, la grossesse et l'autisme est sorti en 2011.Dans cette étude, Lisa Croen et ses collègues ont montré que l'exposition aux ISRS pendant la grossesse a été associée à un doublement du risque d'autisme. Plus important encore, pour la première exposition de trimestre pour les ISRS, le risque était presque quadruplé. Très important, son étude a porté sur les femmes dépressives qui ne figuraient pas sur les ISRS et dans ce groupe il y avait pas de risque accru d'autisme. C'était l'utilisation des antidépresseurs qui a été liée à l'autisme et non la dépression (17).

Les antidépresseurs responsable de l'autisme ?
Des résidus de psychotropes présents dans l'eau du robinet pourraient être responsables du déclenchement de la maladie.

Des niveaux élevés de sérotonine sont trouvés chez les enfants atteints d'autisme.
Des statistiques récentes montrent qu'il ya eu une énorme augmentation de l'autisme. J'ai eu un patient qui était sous Prozac qui a eu trois enfants. Cette femme a eu trois enfants autistes avant qu'il ne vint à l'esprit qu'il pourrait lui être causé par le médicament. Les médecins sont pour maintenir les femmes enceintes sur ces médicaments.  Beaucoup d'infirmières sont extrêmement mécontents à ce sujet. Combien de bébés sont là là-bas dont l'autisme peut être causé par un médicament?  Personne ne cherche pour eux.

Autisme : les antidépresseurs en cause ?
D’après une étude publiée dans le dernier numéro de la revue PLoS One, des chercheurs américains ont montré que la présence en faible quantité d'antidépresseurs et autres médicaments psychotropes dans l’eau du robinet déclenchait, chez les poissons, l’expression de gènes directement associés à l'autisme. Cette découverte, qui confirme la pollution médicamenteuse de l’eau que nous consommons, pourrait entraîner des mesures sanitaires importantes quant aux contrôle de la qualité de celle ci.

Antibiotique couramment prescrit Impliqué dans l'autisme
Dans une étude publiée cette semaine, l'antibiotique Augmentin TM a été impliquée dans la formation de l'autisme. L'étude publiée dans Medical Hypotheses suggère fortement la possibilité d'empoisonnement d'ammoniaque à la suite de jeunes enfants prenant Augmentin.

Les antibiotiques : mon enfant a été exposé aux antibiotiques au cours de l’accouchement. Au cours des deux premières semaines, il a encore été exposé à ces produits via le lait maternel. Dans la suite, c’est à cinq reprises qu’il a dû recevoir des antibiotiques pour des infections chroniques de l’oreille. Ce qui me rend malade c’est la dose d’Augmentin qu’il a reçue à six mois. Au cours de la visite traditionnelle des 6 mois, une seconde infection de l’oreille fut diagnostiquée. En dépit du fait qu’il était malade, il fut vacciné pour sept maladies différentes. Nous avons quitté le médecin avec une prescription d’Amoxicilline. Six jours plus tard, notre petit a fait une infection des voies respiratoires supérieures et l’infection de l’oreille n’a fait qu’empirer. Comme l’Amoxicilline n’avait pas marché, le pédiatre finit par prescrire de l’Augmentin. Après une seule dose de cet antibiotique, et dans les 24 heures, mon enfant présentait des selles acides et liquides, sa peau se décollait . Je n’avais jamais rien vu de pareil. Mon enfant souffrait atrocement. J’ai dû faire venir un médecin qui prescrivit un autre type d’antibiotique. C’est ainsi qu’il reçut trois types d’antibiotiques en l’espace de huit jours. Depuis cette date, le fonctionnement de son intestin n’a plus jamais été le même. L’Augmentin aurait été impliqué dans l’autisme. Si j’avais pu être au courant, j’aurais cherché « Augmentin et Autisme », ce qui m’aurait permis de prendre une décision complètement différente

 

ANTICHOLINERGIQUE : des médicaments courants accroissent le risque de démence

Définition: Anticholinergique (médicament) Un médicament anticholinergique inhibe (réduit) l’action de l’acétylcholine, un neurotransmetteur qui intervient dans le cerveau et surtout dans le système nerveux parasympathique.  Ces médicaments s’opposent ainsi à l’action du système nerveux parasympathique.  Les médicaments anticholinergiques incluent des antihypertenseurs, des diurétiques, des agents cardiovasculaires, des antidépresseurs, des anxiolytiques (tranquillisants), des antiépileptiques, des antitussifs, des anti-ashmatiques (dont certains sont utilisés comme somnifères), des antibiotiques, des médicaments pour le traitement du glaucome et des incontinences urinaires.
L’acétylcholine, abrégée en ACh, est un neurotransmetteur qui joue un rôle important aussi bien dans le système nerveux central, où elle est impliquée dans la mémoire et l’apprentissage, que dans le système nerveux périphérique, notamment dans l’activité musculaire et les fonctions végétatives.
Enfin, les composés insecticides très toxiques, de la classe des organophosphorés, sont des inhibiteurs irréversibles de l’acétylcholinestérase. C’est le cas du malathion un insecticide neurotoxique dangereux interdit[4] en France depuis le 1er décembre 2008.
Des gaz de combat comme le sarin, le soman ou le tabun utilisent aussi l’activité anticholinestérase.
Les médicaments ayant des propriétés anticholinergiques peuvent causer le délire, mais à plus long terme des effets qui peuvent être confondus avec les signes précoces de démence, n’ont pas été étudiées aussi bien pour cette classe de médicaments.

 

Les organophosphorés (OP) utilisés comme insecticides (IOP) sont responsables d’une mortalité élevée par intoxication. Par ailleurs, les neurotoxiques organophosphorés (NOP) sont les éléments essentiels de l’arsenal chimique militaire moderne pouvant être utilisés à des fins terroristes.
De nombreux médicaments consommés régulièrement par les personnes âgées augmentent les risques de déclin cognitif et de mortalité, surtout lorsqu’ils sont combinés, selon une étude britannique publiée dans le Journal of the American Geriatrics Society. Ces médicaments sont utilisés pour le traitement de nombreuses conditions de santé. Ces médicaments, vendus sans ordonnance ou prescrits, ont un effet anticholinergique, c’est-à-dire qu’ils réduisent les effets du neurotransmetteur acétylcholine (un neurotransmetteur est une molécule qui permet le «passage» de l’influx nerveux d’une cellule nerveuse à l’autre).
 
Les médicaments utilisés pour le traitement de l’insomnie, de l’anxiété, des démangeaisons et des allergies peuvent avoir des effets négatifs sur la mémoire ou la concentration des personnes âgées, selon une étude de l’Université de Montréal. Jusqu’à 90 % des personnes âgées de plus de 65 ans consomment au moins un médicament d’ordonnance. 18 % des gens de ce groupe d’âge se plaignent de leur mémoire et présentent des troubles légers de la cognition. La recherche suggère qu’il y aurait un lien à faire entre les deux situations, concluent les chercheurs.
Ce sont de classiques pourvoyeurs de syndromes confusionnels, mais aussi de troubles amnésiques aigus et régressifs : la scopolamine entrave l’apprentissage et le codage de l’information dans la mémoire à long terme ; de même, le trihexyphénidyle (Artanet) affecte les acquisitions récentes, ce que démontre la pratique neurologique quotidienne, chez le parkinsonien âgé, par exemple ; un modèle expérimental utilisant la scopolamine chez l’animal ou chez l’homme est utilisé dans l’évaluation pharmacologique de diverses molécules supposées agir sur la mémoire ou pour expliquer a posteriori certains effets secondaires médicamenteux constatés cliniquement ; ces effets dysmnésiants des anticholinergiques confirment, en quelque sorte, le fait maintenant bien établi que l’acétylcholine est un neurotransmetteur essentiel aux processus de mémorisation comme en attestent aussi les troubles mnésiques des démences de type Alzheimer et leur réponse thérapeutique aux inhibiteurs de la cholinestérase.
Les agents anticholinergiques dans le viseur
C’est une substance présente dans les médicaments qui est responsable de cette dégradation : l’anticholinergique. Un agent anticholinergique trouble la communication entre les neurones et donc dégrade la mémoire, l’apprentissage et l’activité musculaire. Il est présent dans de nombreux médicaments comme l’antidépresseur doxépine, le somnifère diphénhydramine, ou même l’oxybutynine.Selon l’étude, publiée aux Etats-Unis dans le Journal of the American Medical Association, Internal Medicine, il suffit d’être exposé pendant trois ans, à quelques milligrammes par jour de ces médicaments pour courir un risque élevé de démence. Elle est la première à définir ce risque sur les individus de 65 ans et plus et indique qu’il pourrait persister même après l’arrêt des traitements. Au total, 23% des participants ont développé une démence, et pour le vérifier, certains participants ont signé pour une autopsie de leur cerveau après leur décès.

ANTICHOLINERGIQUE : des médicaments courants accroîtraient le risque de démence
Un anticholinergique est une substance qui s’oppose à l’action de l’acétylcholine, une molécule jouant le rôle de médiateur chimique et permettant la communication entre deux neurones. Parmi les médicaments anticholinergiques, on trouve des antidépresseurs, somnifères et anxiolytiques, mais aussi des antihistaminiques (rhinites allergiques, asthme) et des médicaments contenant de la warfarine (cardiopathies, embolies pulmonaires, thromboses veineuses, infarctus du myocarde etc.), de la codéine (analgésiques) ou encore du furosémide (hypertension, insuffisance rénale, œdèmes etc.).
 
Tégrétol (carbamazépine), atarax (hydroxizine)…
 
Score 1 (effet anticholinergique léger):
Alimemazine, Alprazolam (xanax) , Alverine , Atenolol , Beclometasone, dipropionate , Bupropion, hydrochloride , Captopril , Chlorthalidone, Cimetidine hydrochloride , Clorazepate, Codeine , Colchicine, Dextropropoxyphene , Diazepam (valium),  Digoxin, Dipyridamole, Disopyramide, Fentanyl, Fluvoxamine , Furosemide , Haloperidol (haldol), Hydralazine , Hydrocortisone , Isosorbide , Loperamide, Metoprolol , Morphine , Nifedipine , Prednisone/Prednisolone, Quinidine , Ranitidine, Theophylline , Timolol maleate , Trazodone , Triamterene
Score 2 (effet anticholinergique modéré):
Amantadine , Belladonna alkaloids , Carbamazepine (tégrétol) ,, Cyclobenzaprine , Cyproheptadine, Loxapine, Meperidine , Methotrimeprazine , Molindone, Oxcarbazepine, Pethidine hydrochloride, Pimozide
Score 3 (effet anticholinergique sévère):
Amitriptyline , Amoxapine, Atropine , Benztropine , Chlorpheniramine, Chlorpromazine , Clemastine, Clomipramine , Clozapine, Darifenacin , Desipramine , Dicyclomine , Diphenhydramine, Doxepin , Flavoxate, Hydroxyzine (atarax),  , Hyoscyamine , Imipramine (tofranil),  Meclizine, Nortriptyline , Orphenadrine , Oxybutynin ,Paroxetine (déroxat), Perphenazine , Procyclidine , Promazine , Promethazine, Propentheline , Pyrilamine , Scopolamine , Thioridazine, Tolterodine, Trifluoperazine , Trihexyphenidyl , Trimipramin

antidépresseurs et psychiatrie

Antidépresseurs
des drogues très dangereuses et souvent mortelles

dépendance aux antidépresseurs
professeur Healy david : La dépendance et les symtômes de sevrage à l'égard des antidépresseurs a été reconnue depuis le début des années 1960.
 

Ceci est tiré du chapitre 4 du livre de Peter Breggin, Talking Back to Prozac.
 
Mais avec 6,5 millions d'ordonnances pour les ISRS sont publiées en Australie, les coûts en vies humaines et la morbidité sont importantes et elles sont affichées au Département de suicide de la santé, les tentatives de suicide et les statistiques d'admiss

Les antidépresseurs sont inéfficaces
Mais très dangereux !
 

L’ère d’antidépresseur, de 1988 à nos jours, peut entrer dans l’histoire comme un désastre de santé publique.
Selon des estimations prudentes, la «deuxième génération» des antidépresseurs, en particulier les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) provoque environ 400 décès par an en Australie de l’induction du suicide. Ils ont tous un profil similaire pour l’induction de la violence, avec les plus énergisants plus récents plus fortement impliqués. Les essais cliniques présentés aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) et d’autres études ont montré qu’ils produisaient un risque important de suicide. Les antipsychotiques atypiques produisent plus de décès par suicide de nouveau, et les événements cardiovasculaires. Les médicaments en cause sont le Prozac (fluoxétine), Zoloft (sertraline), Aropax (paroxétine), Luvox (fluvoxamine), Cipramil (citalopram), Lexapro (escitalopram), Zyban (bupropion), Efexor (venlafaxine) et le Serzone (néfazodone) , maintenant retiré et autres. Les antipsychotiques sont Zyprexa (olanzapine) et Risperdal (rispéridone) et quelques autres.


démence : les neuroleptiques et antidépresseurs mis en cause
Deux études distinctes publiées dans deux revues médicales britanniques mettent en cause l'utilisation des neuroleptiques et des antidépresseurs pour traiter les patients atteints de démence, au moment où a lieu à Paris une conférence internationale sur la maladie d'Alzheimer.

Autisme et antidépresseurs
Les bébés nés de mères qui ont pris des antidépresseurs au début de leur grossesse sont environ trois fois plus susceptibles de développer l'autisme, des données alarmantes suggère.

Autisme et antidepresseurs
"Une recherche publiée en 2011 dans le journal « Archives of General Psychiatry » a étudié le rôle que pourrait jouer l’utilisation d’antidépresseurs par la mère avant et pendant la grossesse sur les troubles à spectre autistiques (TSA) L’étude, effectuée auprès de 298 enfants avec un TSA de la Californie du Nord, a trouvé que le risque de développer un TSA était doublé (risque relatif = 2.2) lorsque la mère avait pris des antidépresseurs de type inhibiteur sélectif de la recapture de sérotonine (ISRS) pendant l’année précédant la naissance. Le risque était presque quatre fois plus élevé (rr = 3.8) lorsque la prise des ISRS s’était effectuée durant le premier trimestre de la grossesse."

Les antidépresseurs rendent les rats autistes
Des rats exposés aux antidépresseurs juste avant et après leur naissance ont développé des anomalies cérébrales et des comportements craintifs.

L'utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse liés à un risque accru d'autisme
Plusieurs études ont mis en cause l'utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse avec complications à court terme des nouveau-nés, l'autisme et d'autres anomalies congénitales. Une étude publiée dans les Archives of General Psychology en Juillet 2011 a découvert un lien entre la prise d'antidépresseurs pendant la grossesse et un risque accru d'autisme. L'augmentation de l'autisme ont coïncidé avec l'utilisation accrue d'antidépresseurs

l'exposition aux ISRS pendant la grossesse a été associée à un doublement du risque d'autisme
L'étude la plus importante sur le antidépresseurs ISRS, la grossesse et l'autisme est sorti en 2011.Dans cette étude, Lisa Croen et ses collègues ont montré que l'exposition aux ISRS pendant la grossesse a été associée à un doublement du risque d'autisme. Plus important encore, pour la première exposition de trimestre pour les ISRS, le risque était presque quadruplé. Très important, son étude a porté sur les femmes dépressives qui ne figuraient pas sur les ISRS et dans ce groupe il y avait pas de risque accru d'autisme. C'était l'utilisation des antidépresseurs qui a été liée à l'autisme et non la dépression (17).

Les antidépresseurs responsable de l'autisme ?
Des résidus de psychotropes présents dans l'eau du robinet pourraient être responsables du déclenchement de la maladie.

Des niveaux élevés de sérotonine sont trouvés chez les enfants atteints d'autisme.
Des statistiques récentes montrent qu'il ya eu une énorme augmentation de l'autisme. J'ai eu un patient qui était sous Prozac qui a eu trois enfants. Cette femme a eu trois enfants autistes avant qu'il ne vint à l'esprit qu'il pourrait lui être causé par le médicament. Les médecins sont pour maintenir les femmes enceintes sur ces médicaments.  Beaucoup d'infirmières sont extrêmement mécontents à ce sujet. Combien de bébés sont là là-bas dont l'autisme peut être causé par un médicament?  Personne ne cherche pour eux.

Autisme : les antidépresseurs en cause ?
D’après une étude publiée dans le dernier numéro de la revue PLoS One, des chercheurs américains ont montré que la présence en faible quantité d'antidépresseurs et autres médicaments psychotropes dans l’eau du robinet déclenchait, chez les poissons, l’expression de gènes directement associés à l'autisme. Cette découverte, qui confirme la pollution médicamenteuse de l’eau que nous consommons, pourrait entraîner des mesures sanitaires importantes quant aux contrôle de la qualité de celle ci.

bipolaire sur ordonnances :antidépresseurs :
"Il ya deux effets secondaires ou des risques dont on a vraiment besoin de parler, et a qui tout le monde devraient penser, qui apparaissent dans la littérature scientifique», dit Whitaker.
"Le premier risque est que vous convertissez de dépression unipolaire en bipolaire dépression. L'une des choses que nous avons vu avec l'utilisation des ISRS est cette incroyable, extraordinaire essor des diagnostics bipolaires, et qui est certainement lié à l'utilisation généralisée des antidépresseurs. Maintenant, chez les enfants, quelque chose comme 25 à 50 pour cent des tous les enfants placés sur un antidépresseur, qui restent sur ​​ce antidépresseur pendant cinq ans, se convertir à une maladie bipolaire. Chez les adultes, il semble que 25 pour cent environ de long terme des utilisateurs qui commencent par un diagnostic de dépression unipolaire sera converti en bipolaire. Bipolaire était un trouble assez rare, mais maintenant il devient beaucoup plus commun. Pourquoi est-ce si mauvais ? Eh bien, lorsque vous convertissez de la dépression à bipolaire, maintenant vous êtes dans une catégorie où vous êtes souvent traités avec un cocktail de médicaments, y compris un médicament antipsychotique, et les résultats bipolaires à long terme sont vraiment problématique dans ce pays. Seulement environ 35 pour cent de patients bipolaires sont utilisées. Donc, vous voyez ce risque d'invalidité Donc, mon point est ceci, quand vous allez sur un antidépresseur, vous n'avez un risque d'avoir un épisode maniaque et qui est un risque de devenir "un patient bipolaire», et à ce moment vous êtes dans un long terme beaucoup plus trouble problématique qui n'a pas un bon résultat aujourd'hui. Le deuxième risque réel, c'est qu'il ya beaucoup de preuves compilation [montre] que si vous restez sur les antidépresseurs pour cinq, dix, quinze années, il ya une certaine inquiétude réelle à un déclin cognitif associé à cette utilisation à long terme ".

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français

.

déséquilibre chimique

Comment les médicaments psychiatriques créer des déséquilibres biochimiques et le cerveau les fixe
Le seul déséquilibre biochimique dans le cerveau d'un schizophrène est celui mis là par les psychiatres avec leurs médicaments.

 
C’est ce qui est dit a la plupart des patiens, mais c’est complètement faux. Nous n’avons aucune idée de ce qui interaction des conditions psychosociales, les processus biochimiques, les récepteurs et des voies nerveuses qui conduisent à des troubles mentaux et les théories que les patients atteints de dépression n’ont pas la sérotonine et que les patients atteints de schizophrénie ont trop de dopamine ont longtemps été réfuté. La vérité est tout le contraire. Il n’y a pas déséquilibre chimique pour commencer, mais quand traiter la maladie mentale avec des médicaments, nous créons un déséquilibre chimique, une condition artificielle que le cerveau tente de contrer.
 
les professionnels de la santé australien, les administrateurs de santé, les prescripteurs et les citoyens que ce qu’ils ont appris de l’industrie pharmaceutique sur toute la nouvelle génération de médicaments « sérotonine » n’est pas vrai. L’industrie pharmaceutique est un client de l’United States Food and Drug Administration, marchandises (US FDA) la thérapeutique, l’Administration (TGA). Tous ont été victimes de fraude corporative qui vient à la lumière maintenant aux Etats-Unis en raison de litiges en 42 procureurs généraux agissant au nom du peuple.
 
klagemauer TV
 
Les antidépresseurs ont été conçus pour inhiber la recapture de la sérotonine ou en d’autres termes altérer le métabolisme de la sérotonine après que le monde ait été convaincu par le marketing de masse que la sérotonine est faible dans la dépression, donc il y a un besoin d’augmenter ce niveau. Quand en fait la sérotonine est effectivement élevée dans la dépression, et élevée dans la longue liste des troubles mentionnés ci-dessus. Ce qui est faible est la capacité à métaboliser la sérotonine – la chose exacte est que les antidépresseurs sont conçus pour altérer en aggravant ainsi tous les symptômes ci-dessus ou en les créant !!!!!! Comme la sérotonine continue à augmenter : les problèmes deviennent massifs. Est-il étonnant que nous avons maintenant des recherches sur les antidépresseurs  indiquants qu’ils produisent la dépression à long terme ? !! la dépression et tellement plus long terme !
 
Un nombre important de chercheurs croient que l’expression de  » déséquilibre chimique  » pour parler des causes physiologiques de la dépression n’est plus vraiment adéquate
 
L’Amérique dupé l’histoire non-sensationnelle, fait-remplie de la façon dont les Américains sont venus à croire que la dépression et d’autres problèmes mentaux sont causés par des déséquilibres chimiques qui peuvent être fixés avec des pilules. Il révèle comment les études sur les médicaments utilisés pour obtenir l’approbation de la FDA sont conçus, payés et écrits par les compagnies pharmaceutiques elles-mêmes et sont délibérément trompeur. Partie 1 de l’Amérique Dupé est axée sur les antidépresseurs, leur efficacité et leurs effets secondaires, y compris les dommages permanents au cerveau qui résulte de l’utilisation à long terme dont si peu d’Américains ont aucune connaissance (y compris ceux qui prescrivent et ceux qui prennent des antidépresseurs).
 
regard lucide sur les méthodes douteuses de marketing des firmes pharmaceutique
 
« En réalité, la science N’a Pas la Capacité de Mesurer les niveaux de toutes biochimiques DANS LES minuscules espaces entre les cellules nerveuses (synapses) dans le cerveau d’un être humain
 
Contrairement aux prévisions, les personnes déprimées n’ont pas moins de sérotonine, et ils ne semblent pas avoir les déséquilibres prévisibles d’autres neurotransmetteurs, que ce soit.
 
Il n’y a aucune preuve scientifique que les personnes dépressives souffrent d’une « carence en sérotonine »,
 
« Il est grand temps qu’il soit dit clairement que la théorie du déséquilibre de la sérotonine de la dépression n’est pas étayée par des preuves scientifiques ou par des avis d’experts. Biais de la publicité trompeuse de l’industrie pharmaceutique
En bref, il n’existe pas de corroboration rigoureuse de la la théorie de la sérotonine
 
publicité consommateurs :les ISRS corrigent une «bio-déséquilibre chimique » causé par un manque de sérotonine dans le cerveau. Les allégations faites dans la publicité ISRS congruent avec des preuves scientifiques? PAS DU TOUT
 
La théorie du déséquilibre de la sérotonine A ETE Un outil de marketing pour les sociétés pharmaceutiques
 
Aucune anomalie du métabolisme de la sérotonine Dans la dépression N’a jamais été »démontré
 
ils ont déboulonné le « déséquilibre chimique » théorie de la dépression
 
« déséquilibre chimique » : l’escroquerie
 
Personne n’a identifié un déséquilibre biochimique dans la dépression qui pourraient influer sur ces médicaments
 
« Un déficit en sérotonine pour la dépression n’a pas été trouvée.
 
La deficience de la serotonine dans la depression n’a jamais ete prouvé. «A serotonin deficiency for depression has not been found» Psychiatrist Joseph Glenmullen « En effet, aucune anomalie de la sérotonine dans la dépression n’a jamais été démontrée » Psyc
 
Nous n’avons même pas une technologie, une technologie scientifique, permettant de mesurer ce qui se passe dans le cerveau …Il y a littéralement une invention »
 
millepertuis guéri 24% des personnes qui ont déprimé reçu, et guéri Zoloft 25 pour cent — mais placebo complètement guéri 32 pour cent. Le placebo est champion
 
Trois vidéos sur Fox New sur  » la théorie du déséquilibre de la dépression. ils sont les auteurs d’un article publiée dans PLoS Medicine: « La sérotonine et dépression: un décalage entre les annonces et les scientifiques.
 
Parce Qu’un déséquilibre Soit fiable de Neurotransmetteur Été N’a jamais trouvé dans la dépression.
– jamais
 
Glenmullen fait valoir, à juste titre, qu’il n’ya pas de preuve à l’appui du «déséquilibre chimique
 
Il n’y a pas de déséquilibre chimique en cas de schizophrénie : c’est une escroquerie pour vendre de très dangereuses drogues (2003)

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français

.

Le seul déséquilibre chimique de votre cerveau a été mis là par la psychiatrie

Les médicaments contre la schizophrénie réduisent les taux de récupération de 80 % à 5 %

Corruptions et secte psychiatrique

La secte psychiatrique
« Nous devons nous assurer qu’elle (la psychiatrie) s’infiltre dans chaque activité éducative de notre pays. Les secteurs public, politique et industriel devraient faire partie de notre sphère d’influence. »Sectes, industrie

36 pschiatres en infraction à la loi de plublication des liens d'intêret
Olié jean-pierre.....
 
Il y a beaucoup de personnes emprisonnées pour cela chaque année, simplement pour être en désaccord avec les médecins allopathiques et leurs politiques

pharmaceutique et psychiatrie
ce que je sais aujourd’hui, c’est que ceux qui prétendent lutter contre les dérives sectaires semblent avoir d’autres intérêts à défendre que la sécurité de mes concitoyens et concitoyennes. Des intérêts qui font certainement plus de morts que tous les thérapeutes libres confondus (charlatans compris).
L’utilisation croissante d’antipsychotiques atypiques pour les jeunes en est un exemple argumente le journal qui montre que l’augmentation des prescriptions de ces médicaments a coïncidé, dans les dernières années, avec une augmentation des paiements faits par des compagnies pharmaceutiques aux psychiatres.
liens (financiers et autres) inextricables qui existent entre psychiatrie et industrie pharmaceutique
plus les psychiatres ont gagné des compagnies pharmaceutiques, plus ils ont prescrit une nouvelle classe de médicaments puissants, les antipsychotiques atypiques, à des enfants pour qui ces médicaments sont spécialement risqués et ce, le plus souvent hors approbation.
La majorité des auteurs du DSM-IV (le DSM V est en préparation) ont des liens financiers non déclarés avec les laboratoires pharmaceutiques… Et le Washington Post de révéler que certains instructeurs (médecins réputés payés par les firmes pour vanter les mérites de leurs médicaments et inciter leurs collègues à les prescrire) sont financés par au moins 12 laboratoires en même temps
Daniel Carlat passer dans le camp des anti-corruption et dénonciateurs des combines par lesquelles les firmes influencent les médecins et en font des pantins du marketing.
Ce mois-ci, plusieurs articles dénoncent un pas supplémentaire dans le refus de la transparence quant à l’influence des intérêts pharmaceutiques privés sur les décisions
 

Compagnies pharmaceutiques et médecins: une histoire de corruption
En Juin, le sénateur Grassley a révélé que les compagnies pharmaceutiques, y compris ceux qui font des médicaments qu'il préconise pour l'enfance trouble bipolaire, avait payé 1,6 million de dollars Biederman dans la consultation et de parler des frais entre 2000 et 2007

En 2006, la dernière année pour laquelle les chiffres sont disponibles, l’industrie du médicament a fourni environ 30% du financement de $62.5 millions de l’organisation.

l’argent de la corruption des médecins. Les psychiatres sont en tête – et les psychotropes aussi
« liens financiers qui placent toujours les psychiatres en tête des médecins les plus payés pour faire marcher le commerce »… « En deuxième position des plus corrompus arrivent les médecins spécialisés dans le traitement des affections cardio-vasculaires. Deux d’entre eux se distinguent pour avoir reçu la coquette somme de 312.000 dollars »…Pendant l’année fiscale 2007, 84 firmes ont déclaré avoir payé plus de 3 millions de dollars aux médecins de Vermont pour promouvoir la prescription de leurs médicaments respectifs

DSM4 La moitié des experts psychiatres, qui ont participé à la rédaction du plus célèbre manuel de classification diagnostique des maladies mentales, sont payés par l’industrie pharmaceutique.

Histoire de la fraude de la psychiatrie biologique par le dr F. Baughman En 1948, la spécialité combinée de la « neuropsychiatrie » a été divisée en « neurologie, » traitant les maladies organiques ou physiques du cerveau, et de la « psychiatrie » traitant des problèmes émotifs et comportementaux dans les êtres humains normaux.
 

Un psychiatre à la solde de GlaxoSmithKline a été condamné à 13 mois de prison après avoir plaidé coupable d’avoir commis une fraude de recherche dans les essais d’antidépresseurs de l’entreprise Paxil aux enfants. Maria Carmen Palazzo purge déjà une peine de 87 mois pour avoir fraudé Medicare et Medicaid

Ainsi, le très réputé pédopsychiatre Joseph Biedermann a oublié de déclarer, parmi d’autres sommes reçues, la bagatelle de 1,6 millions de dollars payés par des firmes pour faire avancer leurs intérêts

Et ce cher, très cher docteur Biedermann a rempli sa mission de promotion du trouble bipolaire chez les enfants, puisque le diagnostic, toujours controversé d’un point de vue scientifique, a augmenté de 40% entre 1994 et 2003,

 

Dans les notes des catégories Conflits d’intérêts en psychiatrie et Maladies inventées / disease mongering, nous avons montré que la psychiatrie est la spécialité médicale la plus corrompue par l’industrie pharmaceutique, pour le compte de laquelle elle façonne des maladies et les « légitime » dans le DSM. Appliqué aux enfants, cet affairisme donne une augmentation exponentielle des diagnostics d’hyperactivité et de trouble bipolaire, en premier lieu, et une mise sous camisole chimique dès la moindre « déviation » par rapport à une « normalité » dont la seule chose qu’on puisse affirmer avec certitude, c’est qu’elle n’existe pas…

L'histoire de la psychiatrie : le malade était moins fou que son médecin

L'histoire de la psychiatrie qui suit nous révèle que bien souvent, le malade était moins fou que son médecin
La nouvelle génération de neuroleptiques est apparue dans les années 90. Les atypiques, comme on les appelle, bloquent à la fois la dopamine et la sérotonine, un neurotransmetteur qui agit entre autres sur l'anxiété. On connaît peu leurs effets à long terme mais on sait que les recherches effectuées à ce jour sont douteuses. Si vous n'avez pas confiance en ce traitement soft, vous pouvez toujours recourir à un de ceux mentionnés précédement, De toute manière, il est difficile de nos jours de trouver un médecin qui n'ait aucun intérêt dans le domaine pharmaceutique, une industrie qui rapporte, seulement dans le domaine psychiatrique, 87 milliards de dollars us annuellement.

Histoire non-officielle de la médecine : les traitements psychiatriques
Une étude a été menée par l’Institut national des Maladies Mentales aux Etats-Unis (NIMH) entre 1946 et 1950 (c’est-à-dire avec l’invention des médicaments anti-psychotiques). Elle a montré que 62 % des patients admis dans les hôpitaux de Pennsylvanie suite à une premier accès de schizophrénie était libérés dans les douze mois. Au bout de 3 ans, 73 % étaient hors de l’hôpital
Une étude similaire sur les hôpitaux du Delaware (un autre état américain) a montré que 85 % des patients avaient quitté l’hôpital 5 ans plus tard, et 70 % vivaient normalement, intégrés dans la société.
Une étude sur un grand hôpital psychiatrique de New York (Hillside Hospital dans le Queens) en 1950 a montré que plus de la moitié des schizophrènes sortant de l’hôpital n’eurent aucune rechûte dans les 4 ans suivants (et ce sans prendre de médicaments).
Selon une étude sur la Californie, dans les années 60, 88 % des patients hospitalisés pour un premier accès de schizophrénie et n’ayant pas reçu de neuroleptiques étaient libérés dans les 18 mois. Parmi ceux ayant reçu un traitement neuroleptique, seuls 74 % étaient libérés (sans que leur état ne fut plus grave au départ).
en cherchant à réduire la réaction immunitaire des grands brûlés avec une teinture chimique Rhône-Poulenc connue pour ses effets anti-histaminiques (la prométhazine), le chirurgien français Henri Laborit découvrit que ses patients tombaient en léthargie, les rendant totalement indifférent à leur environnement. C’était un effet semblable à la lobotomie chirurgicale, mais sans pic à glace ! La « camisole chimique », pour calmer les fous par médicament, était née (chlorpromazine)
C’est en testant sur des hamsters les propriétés anti-bactériennes d’un simple désinfectant vendu en supermarché en Angleterre, le Phenoxetol, que le Dr Franck Berger constata que les hamsters perdaient toute nervosité et se laissaient prendre béatement sans réagir… Tous leurs muscles restaient détendus, et, en jouant sur la molécule, il mit au point en 1947 le meprobamate, premier « tranquillisant » contre l’anxiété ;
C’est en essayant sur des malades de la tuberculose un carburant pour missiles développés par les ingénieurs allemands (l’hydrazine), que des chimistes du géant pharmaceutique Hoffman-La Roche constatèrent que des mourants se mettaient à danser dans les couloirs des hôpitaux. Ils eurent l’idée d’en donner à des personnes souffrant de dépression : les médicaments « antidépresseurs furent ainsi découverts (les IMAO, ou inhibiteurs de la monoamine oxydase)....
Selon plusieurs grands psychiatres qui commencent enfin à élever la voix, la distribution à grande échelle de médicaments psychiatriques a abouti à déclencher un raz-de-marée de maladies mentales bien plus graves que celles qu’ils étaient censés traiter.

14 mensonges que nos professeurs de psychiatrie nous ont appris à l'école de médecine
Mythe n ° 1:

"La FDA (Food and Drug Administration des États - Unis) teste tous les nouveaux médicaments psychiatriques"

Faux. En fait, la FDA examine seulement les études qui ont été conçus, administrés, secrètement effectuées et payées par les entreprises multinationales à but lucratif drogue. Les études sont souvent cultivées par les sociétés pharmaceutiques par des entreprises de recherche bien rémunérés, dont l'intérêt est de trouver des résultats positifs pour leurs employeurs. Sans surprise, ces politiques de recherche garantissent pratiquement résultats frauduleux.

Mythe # 2:
"Approbation de la FDA signifie qu'un médicament psychotrope est efficace à long terme"

Faux. En fait, l'approbation de la FDA ne veut même pas dire que les médicaments psychiatriques ont été prouvés pour être sûr - soit à court terme ou à long terme! L'idée que signifie l'approbation FDA qu'un médicament psychiatrique a été prouvé pour être efficace est aussi un faux, car la plupart de ces médicaments ne sont jamais testés - avant la commercialisation - pendant plus de quelques mois (et la plupart des patients psych prennent leurs médicaments pendant des années ). L'industrie pharmaceutique paie de nombreux "chercheurs" psychiatriques - souvent des psychiatres universitaires (avec accès à l'est sur conforme, chronique, déjà patients drogués) qui ont des conflits financiers ou professionnels d'intérêts - certains d'entre eux, même assis sur des comités consultatifs de la FDA qui tentent de " fast track "de la drogue psych par le biais du processus d'approbation. Pour chaque demande de nouveau médicament, la FDA ne reçoit que 1 ou 2 des études «meilleures» (parmi tant d'autres) qui visent à montrer l'efficacité à court terme. Les études négatives sont mises à l'écart et non révélé à la FDA. Dans le cas des médicaments ISRS, des études de laboratoire des animaux généralement duré quelques heures seulement, les jours ou les semaines et les études cliniques humaines n'a duré, en moyenne, 4 à 6 semaines, beaucoup trop courte pour tirer des conclusions valables sur l'efficacité ou la sécurité à long terme !

D'où la FDA, les médecins prescripteurs et les patients-victimes ne doit pas avoir été "surpris" par l'épidémie résultant des ISRS effets indésirables induits par les médicaments qui affligent silencieusement la nation. En effet, de nombreux essais sur les ISRS ont montré que ces médicaments sont à peine plus efficace que le placebo (quoique statistiquement significatif!) Avec des coûts économiques inabordables et les risques graves pour la santé, dont certains sont la vie en danger et connu pour être capable de causer des dommages au cerveau.

Mythe # 3:
"Approbation de la FDA signifie qu'un médicament psychotrope est sûre à long terme"

Faux. En fait, les ISRS et les médicaments "anti-psychotiques» sont habituellement testés dans des essais humains pour seulement quelques mois avant d'obtenir l'autorisation de commercialisation par la FDA. Et les compagnies pharmaceutiques ne sont tenus de signaler 1 ou 2 études (même si beaucoup d'autres études sur le même médicament ont montré négatif, même désastreux, les résultats). Les compagnies pharmaceutiques préfèrent de toute évidence que la boîte noire et les avertissements en petits caractères associés à leurs médicaments sont ignorés par les consommateurs et les prescripteurs. Il suffit de noter comment petit l'impression se trouve sur les publicités.

Dans notre rythme rapide-shop-jusqu'à-you-drop de la société de consommation, nous super-occupé médecins prescripteurs et les auxiliaires médicaux ont jamais été pleinement conscient de la multitude d'effets dangereux, potentiellement mortels indésirables psych médicaments qui comprennent la dépendance, la manie, la psychose, la suicidalité , la dépression aggravation, l'aggravation de l'anxiété, l'insomnie, l'akathisie, des lésions cérébrales, la démence, homicidality, violence, etc, etc.

Mais quand la dernière fois que quelqu'un a entendu la FDA ou Big Pharma excuses pour les dommages qu'ils ont fait dans le passé? Et quand a été la dernière fois, il y avait des peines importantes (autres que Brefs gifles et «changement de selle" des amendes de plusieurs millions de dollars) ou le temps de prison pour les PDG des compagnies pharmaceutiques de plusieurs milliards de dollars de culpabilité?

Mythe n ° 4:
«Maladies mentales» sont causées par des «déséquilibres de la chimie du cerveau»

Faux. En réalité, le cerveau des déséquilibres chimiques / neurotransmetteurs ont jamais été prouvé d'exister (sauf pour les cas de épuisements de neurotransmetteurs causées par les médicaments psych) en dépit des examens vigoureux de laboratoire animaux ou les cerveaux humains autopsiés et des tranches de cerveau par neuroscientifique s qui étaient employés par la drogue bien financée entreprises. Sachant qu'il ya plus de 100 systèmes de neurotransmetteurs connus dans le cerveau humain, proposant un produit chimique «déséquilibre» théorique est risible et va à l'encontre de la science. Non seulement cela, mais s'il y avait un déséquilibre entre deux des 100 systèmes potentiels (impossibles à prouver), un médicament - qui n'a jamais été testé sur plus d'une poignée d'entre eux - ne pourrait jamais s'attendre à rééquilibrer le!

De telles théories simplistes ont été perpétrées par Big Pharma sur un public crédule et une industrie psychiatrique crédules parce que les sociétés qui veulent vendre le public sur leurs produits inutiles savoir qu'ils doivent recourir à 20 secondes de la propagande de type morsure sonore pour convaincre les patients et les praticiens prescripteurs pourquoi ils devraient prendre ou prescrire des médicaments synthétiques, du cerveau altérant qui n'a pas été testé de façon adéquate.

Mythe # 5:
" Les médicaments antidépresseurs fonctionnent comme l' insuline pour les diabétiques"

Faux. Ce riant simpliste - et très anti-scientifique - explication de l'utilisation de drogues synthétiques dangereuses et addictives est manifestement absurde et les médecins et les patients qui croient qu'il devrait avoir honte d'eux-mêmes pour tomber pour elle. Il y a une telle chose comme une carence en insuline (mais seulement dans le diabète de type 1), mais il n'y a pas une telle chose comme une carence Prozac. ISRS (soi-disant sélectif du recaptage Inhibiteurs - une mauvaise représentation intentionnelle parce que ces médicaments ne sont pas sélectifs) ne soulève pas la sérotonine cérébrale totale. Au contraire, les ISRS effectivement épuiser la sérotonine à long terme, tandis que seulement "goosing" la libération de sérotonine au niveau des synapses, tout en même temps interférer avec le stockage, la réutilisation et le recyclage de la sérotonine (par sa fonction "d'inhibition recapture de la sérotonine").

(Entre parenthèses, le "illogisme" déformée de la comparaison de l'insuline / diabète ci-dessus pourrait légitimement être faite dans le cas de l'acide aminé cerveau nutriment tryptophane, qui est la molécule précurseur de l'importante sérotonine, un neurotransmetteur naturel. Si une carence en sérotonine ou «déséquilibre» pourrait être prouvée, la seule approche thérapeutique logique serait de compléter le régime alimentaire avec la sérotonine, le tryptophane précurseur plutôt que d'infliger sur le cerveau un produit chimique synthétique cerveau modifiant qui épuise réellement la sérotonine à long terme!

Mythe n ° 6:
«Syndromes de sevrage ISRS sont différents que les « syndromes de sevrage ' "

Faux. Les ISRS "antidépresseurs" médicaments sont en effet la dépendance induisant / dépendance et les symptômes neurologiques et psychologiques qui se produisent lorsque ces médicaments sont arrêtés ou effilés vers le bas ne sont pas «rechutes» dans un «trouble mental» précédent - comme on l'a souvent affirmé - mais sont en fait de nouveaux symptômes de sevrage de la drogue qui sont différentes de celles qui ont incité le diagnostic initial

Le terme «syndrome de sevrage" fait partie d'un complot savamment conçu qui a été tracée en secret par les membres de l'industrie psychopharmaceutique afin de tromper les médecins en pensant que ces médicaments ne sont pas une dépendance. La déception a été sans vergogne promu pour détourner l'attention du fait avéré que la plupart des médicaments psych sont la dépendance induisant et sont donc susceptibles de provoquer des "symptômes arrêt / retrait" quand ils sont arrêtés. L'industrie pharmaceutique sait que la plupart des gens ne veulent pas avaler les médicaments de dépendance induisant qui sont susceptibles de causer douloureux, même les symptômes de sevrage mortels quand ils ont coupé la dose du médicament.

Mythe # 7:
"Ritalin est sûr pour les enfants (ou adultes)"

Faux. En réalité, le méthylphénidate (= Ritalin, Concerta, Daytrana, Metadate et Methylin; aka "cocaïne kiddie"), un médicament inhibiteur de la recapture de la dopamine, fonctionne exactement comme la cocaïne sur les synapses de la dopamine, à l'exception que le méthylphénidate par voie orale dosée atteint le cerveau plus lentement que snortable ou la cocaïne fumée ne. Par conséquent, la forme orale a moins d'un orgasmique «élevé» que la cocaïne. cocaïnomanes préfèrent Ritalin si elles peuvent l'obtenir sous une forme de poudre relativement pure. Lorsque reniflée, le Ritalin synthétique (par opposition à l'état naturel, et donc plus facilement la cocaïne métaboliquement dégradée) a le même début de l'action, mais, de façon prévisible, a une plus longue durée «élevé» et est donc préféré parmi les toxicomanes. Les structures moléculaires de Ritalin et de cocaïne ont tous les deux structures de base d'amphétamine avec des chaînes latérales en forme d'anneau qui, lorsqu'il est examiné côte à côte, sont remarquablement similaires. Organites dopamine synaptique dans le cerveau (et le cœur, les vaisseaux sanguins, les poumons et les intestins) ne sont pas susceptibles de détecter une différence entre les deux médicaments.

Mythe # 8:
" Les drogues psychoactives sont totalement sans danger pour les humains"

Faux. Voir Mythe n ° 3 ci-dessus. En fait, les cinq classes de médicaments psychotropes ont, avec l'utilisation à long terme, sont révélés être neurotoxique (ie, connu pour détruire ou modifier la physiologie, la chimie, l'anatomie et la viabilité des mitochondries productrices d'énergie vitale dans chaque cellule du cerveau et des nerfs autrement) . Ils sont donc tous capables de contribuer à la démence lorsqu'ils sont utilisés à long terme.

Tout produit chimique de synthèse qui est capable de traverser la barrière hémato-encéphalique dans le cerveau peut modifier et désactiver le cerveau. drogues chimiques synthétiques ne sont pas capables de guérir un dysfonctionnement du cerveau, de guérir la malnutrition ou l'inversion des lésions cérébrales. Plutôt que de tout ce durcissement, les médicaments psychiatriques ne sont capables de masquer les symptômes alors que les processus émotionnels, neurologiques ou malnutritional anormaux qui imitent "maladies mentales" se poursuivent sans relâche.

Mythe # 9:
«Maladies» mentales ont aucune cause connue "

Faux. Le Manuel diagnostique et statistique (DSM, publié par l'American Psychiatric Association, est péjorativement appelé «le livre de la Bible et la facturation psychiatrique» pour les psychiatres. Malgré son nom, il a en fait pas de statistiques en elle, et, des 374 diagnostics psychiatriques dans le DSM-IV (il y a maintenant une 5e édition) il semble y avoir seulement deux qui mettent l'accent connu causes profondes. Ces deux diagnostics sont le syndrome de stress post-traumatique et le trouble de stress aigu. Le DSM-V a été fermement condamné comme étant juste un autre livre qui en riant pathologise quelques émotions et les comportements humains normaux.

Dans ma décennie de travail en tant que mentale praticien de soins de santé holistique indépendant, je suis presque toujours en mesure de détecter un grand nombre des multiples causes et facteurs contributifs qui expliquent facilement les signes, les symptômes et les comportements qui ont abouti à un certain nombre déconcertant de faux diagnostics de «maladie mentale d'origine inconnue". Beaucoup de mes patients ont été aggravés par la hâte un diagnostic, à la hâte drogué, intimidé, rabaissée, malnutris, incarcéré, électrochocs (souvent contre leur gré et / ou sans consentement éclairé). Mes patients ont souvent été rendus inemployables ou même une incapacité permanente à la suite - parce que les facteurs de stress temporaires, potentiellement réversibles, et donc émotionnels avaient pas été reconnu au début. En raison de la dépendance à la drogue, beaucoup de mes patients avaient été faites incurables par ne pas avoir été renvoyé aux praticiens de compassion qui pratiquaient de haute qualité, à base de non-médicament, la psychothérapie potentiellement curable.

Les causes profondes de la détresse émotionnelle compréhensible de mon patient étaient généralement multiples, bien que parfois un seul traumatisme, comme un viol, d'agression violente ou d'un traumatisme psychologique dans l'armée causerait un individu autrement normalement en développement à décompenser. Mais la grande majorité de mes patients avaient subi des traumatismes sexuels, physiques, psychologiques, émotionnels et / ou spirituelles chroniques facilement identifiables comme des causes profondes - souvent accompagnée par le désespoir, la privation de sommeil, la négligence émotionnelle ou physique grave et les carences du cerveau en nutriments ainsi. La seule façon que je pouvais obtenir cette information d'une importance cruciale était par l'utilisation de (, malheureusement, de temps et) une enquête approfondie, de compassion dans l'histoire complète du patient, en commençant par prénatales, maternelle, infantile et de l'enfance exposition à des toxines (y compris les vaccins ) et continue dans l'importance vitale des antécédents médicaux des adolescents (toutes les périodes où le cerveau du patient se développe rapidement).

Mon expérience clinique m'a prouvé que si assez de temps de haute qualité a été passé avec le patient et si assez de travail dur a été exercée à la recherche de causes profondes, la situation du patient pourrait généralement être clarifié et les étiquettes passées erronés (des «maladies mentales d'origine inconnue" ) pourrait être jeté dehors. Ces efforts ont souvent été extrêmement thérapeutique pour mes patients, qui jusqu'à ce moment-là ont été faites de se sentir coupable, honteux ou désespéré par des thérapeutes précédents. Dans mon expérience, la plupart des syndromes de mauvaise santé mentale représentaient identifiable, mais en raison de situations graves crises temporairement écrasante émotionnelle de-compensation liés aux expériences de vie traumatisantes, effrayantes, tortueux, négligents et âme-détruire.

Ma pratique se composait principalement de patients qui savaient avec certitude qu'ils étaient écoeurés par mois ou des années d'avaler un ou plusieurs cerveaux modifier, les médicaments d'ordonnance toxicomanogènes qu'ils ne pouvaient pas descendre d'eux-mêmes. Je découvris que beaucoup d'entre eux auraient pu être guéri au début de leur vie si elles avaient accès seulement - et pouvaient se permettre - la psychothérapie psychopédagogique compassion, une bonne nutrition du cerveau et aider à traiter les questions de privation, la négligence parentale / abus, la pauvreté et d'autres destructeurs psychosocial situations. Je suis venu à la réalisation dégrisant que beaucoup de mes patients auraient pu être guéri ans plus tôt si elle n'y avait pas eu les effets invalidants de régimes psychiatriques de drogues, l'isolement, la solitude, incarcérations punitifs, l'isolement, la discrimination, la malnutrition, et / ou électrochocs . Le neurotoxique et le cerveau invalidantes médicaments, vaccins et Frankenfoods que la plupart de mes patients avaient été donnés dès le début les avaient commencé sur la route à la chronicité et l'invalidité.

Mythe n ° 10:
" Les médicaments psychotropes ont rien à voir avec l'énorme augmentation des patients psychiatriques américains handicapés et inemployables"

Faux. Voir Mythes # 2 et # 3 ci-dessus. En réalité, des études récentes ont montré que la principale cause d'invalidité permanente dans le "malade mental" est le long terme, des doses élevées et / ou à l'utilisation de plusieurs médicaments psych neurotoxiques - toute combinaison de ce qui, comme indiqué plus haut, n'a jamais été suffisamment testé pour la sécurité même dans les laboratoires d'origine animale. Beaucoup de médicaments couramment prescrits sont parfaitement capables de causer une lésion cérébrale à long terme, en particulier les anti-psychotiques (aka, "neuroleptiques") comme Thorazine, Haldol, Prolixin, clozapine, Abilify, clozapine, Fanapt, Geodon, Invega, Risperdal , Saphris, Seroquel et Zyprexa, qui peuvent tous provoquer un rétrécissement du cerveau qui est généralement visible sur les scans IRM d'anti-psychotiques traités par le médicament, soi-disant schizophrènes - souvent souligné comme «preuve» que la schizophrénie est un trouble du cerveau anatomique provoque le cerveau à se rétrécir! (Soit dit en passant, les patients qui avaient été sur les médicaments antipsychotiques - pour une raison quelconque - ont été connus pour avoir des hallucinations de sevrage et les symptômes psychotiques aigus, même si elles avaient jamais connu de tels symptômes précédemment.)

Bien sûr, une forte dépendance des tranquillisants «mineurs» comme les benzodiazépines (Valium, Ativan, Klonopin, Librium, Tranxene, Xanax) peuvent provoquer les mêmes syndromes de sevrage. Ils sont tous dangereux et très difficile de se retirer de (résultats de sevrage difficile à traiter insomnie de rebond, les attaques de panique, et sérieusement augmentation de l'anxiété), et, lorsqu'ils sont utilisés à long terme, ils peuvent tous la perte cause mémoire / démence, la perte de points de QI et la forte probabilité d'être mal diagnostiqué comme la maladie d'Alzheimer (d'étiologie inconnue).

Mythe n ° 11:
«Trouble soi-disant bipolaire peut mystérieusement« sortir »chez les patients qui ont pris des antidépresseurs stimulants comme les ISRS"

Faux. En réalité, les comportements fous de décision comme la manie, l'agitation et l'agressivité sont généralement causés par les ISRS. Cette liste comprend un syndrome appelé akathisie, une agitation interne parfois suicide induisant de graves - comme ayant le syndrome des jambes sans repos sur l'ensemble de son corps et le cerveau. Akathisie était autrefois comprise seulement se produire comme effet indésirable à long terme des médicaments antipsychotiques (voir Mythe n ° 10). Donc, ce fut un choc pour de nombreux psychiatres (après Prozac est venu sur le marché en 1987) d'avoir à admettre que les ISRS pourrait aussi causer ce problème mortel. Il a longtemps été mon opinion réfléchie que les ISRS devrait être plus précisément appelé la drogue "d'agitation induisant» plutôt que des médicaments "anti-dépresseurs". Le point important à faire est que SSRI-induit la psychose, la manie, l'agitation, l'agressivité et l'akathisie est PAS le trouble bipolaire, ni est-il la schizophrénie!

Mythe # 12:
" Les médicaments antidépresseurs peuvent prévenir les suicides"

Faux. En réalité, il n'y a pas de médicament psychiatrique qui est approuvé par la FDA pour le traitement de la suicidalité parce que ces médicaments, en particulier les soi-disant antidépresseurs, en fait augmenter l'incidence des pensées suicidaires, tentatives de suicide et les suicides. Les sociétés pharmaceutiques ont dépensé des milliards de dollars futilement essayer de prouver l'efficacité de divers médicaments psychiatriques dans la prévention du suicide. Même les essais de la société de la drogue les plus corrompus ont échoué! En effet ce qui a été découvert est que tous les soi-disant «antidépresseurs» fait augmenter l'incidence de la suicidalité.

La FDA a exigé des étiquettes noires boîte d'avertissement au sujet de la suicidalité induite par le médicament sur tous les documents de marketing ISRS, mais ce ne fut accompli après plus d'avenir vigoureuse opposition des fabricants de médicaments et du marketing des médicaments incriminés, qui craignaient que cette dire la vérité serait nuire à leurs profits (il n'a pas). Que peut et n'éviter la suicidalité, bien sûr, ne sont pas des médicaments, mais plutôt des interventions de prise en charge, des équipes humanitaires et approfondies des soignants qui incluent la famille, les communautés religieuses et amis ainsi que des psychologues, des conseillers, des travailleurs sociaux, des parents (surtout sages grandmas!), et, évidemment, la participation limitée des prescripteurs de médicaments.

Mythe n ° 13:
«Les tireurs scolaires de l' Amérique et d' autres tireurs de masse sont schizophrènes non traités '' qui aurait dû prendre des médicaments psych"

Faux. En réalité, 90% ou plus de l'infâme meurtrier - et le plus souvent suicidaire - tireurs scolaires ont déjà été sous les «soins» des psychiatres (ou autres prescripteurs psych de drogue) et ont donc généralement été prise (ou le retrait de) un ou plusieurs psychiatrique drogues. ISRS (comme le Prozac) et psychostimulants (tels que le Ritalin) ont été les classes les plus courantes de médicaments impliqués. Les antipsychotiques sont trop sédatifs, même si un adolescent en colère qui se retire d'antipsychotiques pourrait facilement devenir un tireur de l'école si on leur donne accès à des armes létales. (Voir www.ssristudies.net).

Les 10% des tireurs de l'école dont l'histoire médicament ne sont pas connus, ont généralement eu leurs dossiers médicaux scellés par les autorités - sans doute pour protéger les autorités telles que les compagnies pharmaceutiques et / ou les professionnels de la santé qui ont fourni les médicaments de la souffrance de responsabilité ou de l'embarras. L'industrie pharmaceutique et de la psychiatrie puissant lobby, avec l'aide des médias désireux que les bénéfices d'être leurs servantes, nous montrent à plusieurs reprises les photos des tireurs qui ressemblent à des zombies. Ils ont réussi à obtenu les téléspectateurs à acheter l'idée que ces adolescents, blanc tireurs scolaires masculins étaient malades mentaux plutôt que sous l'influence de leurs fous de décision, les médicaments du cerveau qui altèrent ou en passant par le retrait.

Contrairement aux affirmations d'un programme le segment récent 60 minutes de «schizophrènes non traités" étant responsable de la moitié des fusillades de masse en Amérique, les quatre mentionnés dans le segment étaient, en fait, étant presque certainement déjà sous le traitement avec des médicaments psych - avant aux massacres - par des psychiatres qui, manifestement, sont protégés de l'identification et / ou de l'interrogatoire public par les autorités comme complices des crimes ou des témoins.

En raison de ce secret, le public est maintenu dans l'obscurité exactement ce fou de décision, homicidality induisant des médicaments psychotropes pouvait avoir été impliqué. Les noms des médicaments et des sociétés multinationales qui les ont faussement commercialisés des médicaments comme sûrs sont également activement protégés de contrôle, et donc les chances de prévention de futurs tirs ou de suicides liés à la drogue est gaspillées. De telles décisions par les élites dirigeantes de l'Amérique représentent la politique de santé publique à son pire et est un mauvais service aux dernières et de tir future victimes et leurs proches.

Les quatre tireurs de masse les plus notoires qui ont été mis en évidence dans ce qui précède le segment de 60 minutes inclus le tireur de Virginia Tech, le tireur de Tucson, le tireur Aurora et le tireur de Sandy Hook, dont les yeux hagards ( «drogué-up») des photos ont été soigneusement choisis pour leur effet dramatique "zombie-look", de sorte que la plupart peur, les Américains paranoïaques sont convaincus qu'il était un fou "schizophrénique", plutôt que d'une victime de psychoactif, le cerveau qui modifient les médicaments fous de décision qui peut avoir fait de lui faire.

Entre parenthèses, il convient de mentionner que de nombreux médias profitent grassement de la drogue et les industries médicales. Par conséquent, ces médias sont incités à protéger les noms des médicaments, les noms des sociétés pharmaceutiques, les noms des médecins prescrivant et les noms des cliniques et des hôpitaux qui pourraient, dans un monde vraiment juste et démocratique, autrement liés aux crimes. Certes, si une personne de la méthamphétamine en état d'ébriété a tiré quelqu'un, la personne qui a fourni la drogue enivrante serait considéré comme un complice du crime, tout comme le barman qui a fourni la liqueur à quelqu'un qui plus tard a commis un crime violent serait tenu responsable. Un double standard existe évidemment quand il vient à des entreprises puissantes, respectées et très rentables.

Une étude approfondie des scores des tireurs scolaires américains, à commencer par l'Université du Texas tour shooter en 1966 et (temporairement) d'arrêt à Sandy Hook, révèle que la grande majorité d'entre eux (sinon tous) prenaient cerveau modification, hypnotique, impulsion destructrice, "ne sont pas fous" des médicaments qui ont été prescrits à eux par bien intentionnés mais trop occupés psychiatres, médecins de famille ou des médecins assistants qui en quelque sorte ne connaissaient pas ou ont été mal informés sur les risques homicides et suicidaires à leurs patients tout aussi peu méfiants (et par conséquent, ils avaient omis d'avertir le patient et / ou les proches du patient sur les conséquences potentiellement désastreuses).

La plupart des praticiens qui ont écrit les prescriptions pour les tireurs de masse ou pour un patient qui plus tard suicidé sous l'influence de la drogue, probablement (et légitimement) se défendre contre l'accusation d'être un complice pour assassiner en masse ou le suicide en disant qu'ils ignoraient les dangers de ces médicaments psych cavalièrement prescrits parce qu'ils avaient été trompés par les compagnies pharmaceutiques rusés qui les avait convaincus de la nature bénigne des médicaments.

Mythe n ° 14:
"Si votre patient entend des voix , cela signifie qu'il est un schizophrène"

Faux. Les hallucinations auditives sont connus pour se produire dans jusqu'à 10% des personnes normales; et jusqu'à 75% des gens normaux ont eu l'expérience de quelqu'un qui est pas là appelle leur nom. (Http://www.hearing-voices.org/voices-visions/).
rêves nocturnes, cauchemars et flashbacks ont probablement des origines semblables à de jour hallucinations visuelles, auditives et olfactives, mais même les psychiatres ne pensent pas qu'ils représentent les maladies mentales. En effet, les hallucinations sont répertoriés dans la littérature pharmaceutique comme un effet secondaire potentiel ou symptôme de sevrage de nombreux médicaments, notamment les médicaments psychiatriques. Ces syndromes sont appelés troubles psychotiques induits par une substance qui sont, par définition, ni une maladie mentale, ni la schizophrénie. Au contraire, induit par une substance ou de troubles psychotiques induits par sevrage-sont temporaires et directement causés par les effets enivrants de la malnutrition ou de la drogue du cerveau altérant tels que l'alcool, les médicaments, les drogues hallucinogènes et d'autres toxines.
Les symptômes psychotiques, y compris des hallucinations et des délires, peuvent être causés par des substances telles que l'alcool, la marijuana, hallucinogènes, sédatifs, hypnotiques et anxiolytiques, inhalants, les opioïdes, PCP, et la plupart des médicaments de type amphétamine (comme Fen-Phen, [ fenfluramine]), la cocaïne, la méthamphétamine, l'ecstasy, et, médicaments psycho-stimulante agitation induisant comme les ISRS).
Les symptômes psychotiques peuvent également résulter de la privation de sommeil, la privation sensorielle et le retrait de certains médicaments comme l'alcool, les sédatifs, les hypnotiques, les anxiolytiques et surtout les nombreux dopamine-suppression, les médicaments anti-psychotiques dépendance induisant, sédative et zombifying.
Des exemples d'autres médicaments qui peuvent induire des hallucinations et les délires incluent les anesthésiques, les analgésiques, les agents anticholinergiques, les anticonvulsivants, les antihistaminiques, les antihypertenseurs et des médicaments cardiovasculaires, des médicaments antimicrobiens, les médicaments anti-parkinsoniens, des agents chimiothérapeutiques, des corticostéroïdes, des médicaments gastro-intestinaux, des relaxants musculaires, non -steroidal médicaments anti-inflammatoires, et Antabuse.
Les informations très décevant révélé ci-dessus devrait causer toute personne de pensée, patient, pensée-chef ou d'un politicien à se demander: "combien de personnes autrement normales ou potentiellement curables au cours du dernier demi-siècle de psych la propagande de la drogue ont été effectivement mal étiquetés comme malades mentaux ( puis mis-traités) et envoyés sur le chemin contourné des mésaventures thérapeutiques - se dirigeant vers l'oubli "
Dans ma pratique de soins de santé mentale, personnellement, je traitais des centaines de patients qui avaient reçu une multitude d'étiquettes de maladie mentale confus et contradictoires, dont beaucoup avaient été l'une des nouvelles «maladies du mois» pour lesquelles il y avait un nouveau psych " médicament du mois "qui a été largement commercialisé à la télévision.

Beaucoup de mes patients avaient simplement été victimes d'interactions médicamenteuses imprévisibles (beaucoup trop souvent les interactions médicament-médicament-médicament-médicament) ou simplement des réactions indésirables aux médicaments psych qui avait été à tort diagnostiqué comme une nouvelle maladie mentale. Extrapolant mon expérience du patient 1200 (dans ma petite section isolée de la nation) à ce qui doit sûrement se produire en Amérique trouble mon esprit. Il y a eu une épidémie massive passe juste sous notre nez qui a touché des millions de victimes souffrant qui auraient pu être guéris sinon pour les médicaments.

Le temps d'agir sur cette connaissance est attendue depuis longtemps.

*

Note de la rédaction: Cet article est apparue sur TRANSCEND Media Service (TMS) et a été réimprimé avec l'auteur et l'approbation de l' éditeur.

Les références

Psychiatrie toxique; Votre médicament peut être votre problème; Talking Back to Prozac; Médicaments Madness: par Peter Breggin;
Prozac Backlash; et la solution Antidépresseur: Un guide étape par étape pour surmonter l'antidépresseur Retrait, dépendance, et «Addiction»: par Joseph Glenmullen;
Mad In America: Bad Science, Bad Medicine, et Enduring Maltraitance des malades mentaux; et Anatomie d'une épidémie: Magic Bullets, médicaments psychiatriques, et la montée Astonishing de la maladie mentale en Amérique: Robert Whitaker;
Soteria: Through Madness Pour Deliverance: Loren Mosher et Voyce Hendrix; Médicaments mortels et la criminalité organisée: Comment Big Pharma a Corrupted Healthcare: par Peter Goetzsche;
Repenser médicaments psychiatriques: un guide pour un consentement éclairé; et la démence induite par le médicament: Un crime parfait: par Grace Jackson;
La vérité sur les compagnies pharmaceutiques: Comment ils nous et ce qui trompent à faire à ce sujet: par Marcia Angell;
Let Them Eat Prozac: La mauvaise relation entre l'industrie pharmaceutique et la dépression; et The Era Antidépresseur: David Healy;
Blâmer le cerveau: La vérité sur la drogue et la santé mentale; par Elliot Valenstein;
Selling Sickness; Comment plus grandes sociétés pharmaceutiques du monde nous All Turning Into Patients: Ray Moynihan et Alan Cassels;
Notre Meds Daily: Comment les sociétés pharmaceutiques se sont transformés en machines de marketing Slick et Hooked la Nation sur les médicaments d'ordonnance: par Melody Petersen;
Excitotoxins: par Russell Blaylock;
The Crazy Makers: Comment l'industrie alimentaire est de détruire nos cerveaux et Nuire nos enfants: Carol Simontacchi;

 

Quelques condamnations

des professeurs de psychiatrie sont maintenant en prison pour avoir créé des patients de toute pièce
Appeler cela de la science est trompeur

Prison avec sursis pour deux psychiatres. Le tribunal a condamné hier deux spécialistes de l’hôpital de Moisselles (Val-d’Oise) après la mort d’une de leurs patientes, demeurant à Poissy. «Coupables. » Hier, les docteurs Mestres et Ruinart de Brimont ont été reconnus responsables d’homicide involontaire devant le tribunal correctionnel de Pontoise (Val-d’Oise), après le décès le 14 mars 2004 de Florence Edaine, 28 ans, une patiente de l’hôpital Roger-Prévot de Moisselles (Val-d’Oise). Les deux médecins psychiatres ont écopé de douze mois de prison avec sursis et de 1500 € d’amende chacun, à verser à la famille de la victime.

Le docteur christian Gaussarès, un médecin d'Arcachon, comparaissait mercredi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour mise en danger de la vie d'autrui. Il avait testé pour un laboratoire danois un anti-dépresseur sur 21 patients, alors que huit d'entre eux n'auraient jamais dû être inclus dans cette étude clinique, vu leurs antécédents. Un de ces patients s'est même suicidé deux mois après le début du traitement. Six mois de prison ont été requis contre le médecin.

Un psychiatre condamné après le suicide de l'actrice UN AN DE PRISON avec sursis et 10 000 d'amende. Le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) est allé, hier, bien au-delà des réquisitions du procureur, en condamnant Daniel Tap

le médecin jugé rresponsable du suicide
condamnation de 1,5 million de dollars

Ceci est le site de David Carmichael qui est devenu délirant / psychotique sur le déroxat /Paxil et croyait que son fils, qui a eu un cas d'épilepsie bénigne, effectivement eu un cerveau endommagé. Maintenant, il est sur ​​une campagne contre le Paxil et d'autres ISRS. 
Le 30 Septembre 2005, j'ai été jugé «non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux» pour le meurtre de Ian. J'ai reçu une absolution inconditionnelle

Un psychiatre poursuivi après le suicide d'un de ses patients qui testait un antidépresseur

Ce sera le procès des "essais cliniques". En Gironde, un psychiatre va être poursuivi après le suicide d'un de ses patients. Ce praticien d'Arcachon avait recruté une vingtaine de personnes pour tester un nouvel antidépresseur mais pour l'un des cobayes, l'expérience a mal tourné.

justice, médecins et médicaments

Avocats, class action, condamnations…
Déroxat :depuis son introduction à la population en 1993, 390 millions de dollars aurait été versé pour régler les poursuites concernant les suicides ou tentatives de suicide qui serait lié au Paxil
 
Combien avez les demandeurs reçoivent? "Le montant dépasse l'entendement», dit Louisville avocat Cecil Blye
 
Un juge du comté de Madison a approuvé un règlement $63.8 millions dans un procès de classe-action contre GlaxoSmithKline, les fabricants de deroxat / Paxil, qui ont réclamé la compagnie ont favorisé la drogue pour l'usage chez les enfants

GSK paie une amende record de 3 milliards de dollars aux Etats-Unis
La société britannique a illégalement commercialisé des médicaments Paxil dépression aux enfants et aux adolescents, même parrainage des dîners et des programmes spa dans le nom du médicament, selon l'accusation.
Glaxo a également utilisé faux conseils consultatifs et des haut-parleurs dans les stations de somptueuses pour promouvoir Wellbutrin médicaments dépression comme une option pour la perte de poids et un remède pour la dysfonction sexuelle et la toxicomanie, selon le gouvernement.  Les clients ont été invités à utiliser plus élevé que les doses approuvées, selon le gouvernement.
Le géant de la santé a également été accusé par les procureurs de la publicité off-label utilise pour l'asthme Advair drogue, la saisie des médicaments Lamictal et Zofran traitement des nausées, tout en faisant de fausses déclarations au sujet de la sécurité et l'utilité de ces médicaments.
 
Alec Jenner l’homme qui a aidé à créer le valium: un entraîneur de cirque avait l’habitude de donner un médicament sédatif à ses tigres…
Durant la dernière année de maladie après l’arrêt de l’alprazolam, j’ai vu d’innombrables médecins et n’ait reçu aucune aide, sauf le déni que ces médicaments peuvaient occasionner de gravess blessures
La première réclamation avec succès en justice contre les médecins remonte à 2002, lorsque Ray Nimmo, qui a été prescrit du Valium pour 14 ans, a gagné son procès contre les généralistes à Scunthorpe. Son avocat, Caroline Moore, a eu cinq nouvelles références dans le mois passé….«C’était comme  si les médecins étaient mes trafiquants de drogue”
Le docteur Murray “est désormais un criminel recnnu coupable d’avoir constitué un facteur de causalité de la mort de michael Jackson”
Elle a plus tard poursuivi le fabricant Upjohn pour $21 millions. Upjohn a trouvé au civil un accord à l’amiable.
UN HOMME D’AFFAIRES qui prenait un tranquillisant prescrit poursuit le fabricant de la drogue pour £3.5 million, se réclamant du fait que cela a impliqué l’effondrement de ses entreprises commerciales
Le résultat de 30 ans de dommages suite à une dépendance aux médicaments prescript.
Un conseil d’arbitrage médical a attribué 75.000 euros pour la dépendance iatrogenic aux benzodiazépines.
valium: après avoir été traité pour un MAL DE DENTS ray Nimmo a gagné une indemnisation de £40,000.
Des centaines de Ativan (temesta, Lorazepam) de plaintes judiciaires ont été déposées aux États-Unis en raison de les effets secondaires

Le psychiatre d'Orthez condamné à six ans de prison pour viols et agressions
Six ans de prison ferme pour le psychiatre et alcoologue orthézien Patrick Peninque. Le verdict est tombé hier, à la cour d'assises de Versailles où le quinquagénaire était jugé à huis clos pour des affaires de viols et agressions sexuelles sur deux anciennes patientes : l'une à Rambouillet en 2004, l'autre à Orthez en 2006 (notre édition du mardi 15 février).

RAMBOUILLET - Un psychiatre écope de six ans de prison pour viol
En justice, un psychiatre de Rambouillet dans les Yvelines a été condamné hier à 6 ans de prison ferme par la cour d'assises d'appel des Hauts-de-Seine… L’homme était accusé d’avoir violé et agressé sexuellement deux de ses anciennes patientes en 2004 et 2006. L’homme de 58 ans a également interdiction d'exercer la profession de psychiatre

13 ans de prison pour le psychiatre brestois
Serge Rodallec, a été reconnu coupable de viols répétés, entre 1994 et 2000, sur un ancien jeune patient. L’homme agissait au cours de séances de thérapie à son cabinet.

Quatre mois de prison pour un psychiatre
Jean-Paul Chabannes-Garnier, médecin psychiatre et chef de service à l'hôpital de Bassens (Savoie)
 
Le psychiatre Möller, président de l’Association psychiatrique européenne mais également le président de la section de psychiatrie biologique de l’Association psychiatrique mondiale est condamné.
 
Jugé devant les assises de Seine-et-Marne, ce médecin psychiatre, père de famille de 42 ans, a été condamné à 8 ans de prison, à une interdiction d'exercer et à une obligation de soins.
 
Le Dr Daniel Cosculluela, psychiatre de Bergerac accusé de viols par quatre de ses anciennes patientes, a été condamné samedi par la cour d'assises de la Dordogne à une peine de 12 ans de réclusion criminelle
 
Condamné en appel pour avoir détenu des images pornographiques d'un mineur, Jean-Luc Dumez n'est plus que psychanalyste. Emotion dans le corps médical.

Trois ans de prison pour le neurochirugien coupable d'homicide
Gilles Colnet a été condamné mercredi à trois ans de prison et à une interdiction définitive d'exercer pour avoir pratiqué des opérations du dos injustifiées...

Quatre mois de prison pour un psychiatre
Jean-Paul Chabannes-Garnier, médecin psychiatre et chef de service à l'hôpital de Bassens (Savoie)

13 ans de prison pour le psychiatre brestois
Serge Rodallec, a été reconnu coupable de viols répétés, entre 1994 et 2000, sur un ancien jeune patient. L’homme agissait au cours de séances de thérapie à son cabinet.

RAMBOUILLET - Un psychiatre écope de six ans de prison pour viol
En justice, un psychiatre de Rambouillet dans les Yvelines a été condamné hier à 6 ans de prison ferme par la cour d'assises d'appel des Hauts-de-Seine… L’homme était accusé d’avoir violé et agressé sexuellement deux de ses anciennes patientes en 2004 et 2006. L’homme de 58 ans a également interdiction d'exercer la profession de psychiatre

trois ans de prison pour le médecin aux 147 consultations par jour
Trois ans de prison ferme. Une terrible fin de parcours pour ce médecin d'Evry, déclaré coupable mardi d'une énorme fraude à la Sécurité sociale. Présenté libre à la cour, le docteur Samir Rafik Said est ressorti du tribunal d'Evry les menottes aux poignets. En 2005, ce médecin de famille, décrit à l'époque comme « disponible et à l'écoute » par ses patients, avait commencé à attirer l'attention de la justice en déclarant un chiffre d'affaires avoisinant 1,2 M€. Un résultat faramineux pour un homme exerçant seul. Quelques mois plus tard, les pratiques frauduleuses dont usait le praticien sont mises au jour. Les enquêteurs établissent que, d'après ses comptes, le médecin aurait pratiqué 147 consultations quotidiennes pendant trois ans

le scandale des curatelles

QUI SONT LES VERITABLES INCAPABLES ?
Ceux qui sont condamnés à la dévalorisation sociale par la JUSTICE des Tutelles ou ceux qui prétendent leur venir en aide en les dépouillant de leurs biens ?

Pour contourner cette loi, il suffit d'attribuer à ces personnes(chose facile depuis la loi Sarkozy de 2011) UNE MALADIE PSYCHIATRIQUE QUELCONQUE.

L’ahurissant scandale des tutelles (dont tout le monde se fout)
Selon le reportage, « un peu partout, certaines de ces personnes fragiles sont victimes de tuteurs qui détournent de l’argent… Quelques-uns de ces tuteurs finissent en prison, mais rarement.

Tutelles, curatelles : un fromage qui engraisse des milliers de profiteurs
Non seulement les majeurs protégés sont susceptibles d’être financièrement lésés mais du fait de la prise en charge de leurs affaires par le tuteur/curateur ils sont à la merci de ses humeurs, de ses négligences et de ses incompétences. Il n’est pas rare que le Tuteur/curateur soit dénué de tout égard vis à vis de son client et qu’il se plaise à l’humilier lorsqu’il ose dire que, par exemple son gaz a été coupé parce que la facture n’a pas été payée… Quoiqu’il fasse, le mandataire sait parfaitement qu’il ne court aucun risque, qu’un impunité absolue lui est garantie. Quelques affaires d’abus défraient régulièrement la chronique mais elles sont rares au regard des réalités

Hôpitaux et Justice se seraient entendus pour éteindre des poursuites ?
« En 2001, deux responsables de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière ont été condamnés : ils ne déclaraient pas le décès de patients sous tutelle pour perpétuer un «juteux commerce post mortem». L'affaire avait failli s'étendre à d'autres hôpitaux parisiens, mais un «équilibre de la terreur» entre médecins et magistrats semble avoir mis le holà. Comme en témoigne ce courrier en 1998 de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) au parquet : les faits «sont susceptibles de nuire gravement à l'image du service public hospitalier comme à celle du service public de la justice». Les procédures se sont arrêtées là, de peur d'un grand déballage.

Psychiatric drugs: more dangerous than you ever imagined’ by Dr Peter Breggin / les médicaments psychiatriques sont bien plus dangereux, que vous ne l'avez jamais imaginé !

« ..20 ans de vie en moins…Les nouveaux neurolepitques, de deuxième génération, dit, atypiques, sont encore pire que les anciens »

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

« Toutes les drogues psychiatriques, a long terme, provoquent des lésions cérébrales visibles sur un IRM »

« IL FAUT INTERDIRE LES NEUROLEPTIQUES « 

Benzodiazépines / somnifères : le désastre

Comment fabriquer une épidémie de «maladies mentales» ?

"ne parlez jamais de votre santé à un médecin !"

la psychiatrie et les médicaments psychiatriques ont été déboulonnés boulon par boulon

Les Infiltrés - Hôpitaux psychiatriques, les Abandonnés

tranquillisants, antidépresseurs : l'overdose !

DSM5 : une vaste escroquerie !

 

 

enfants et psychotropes : nos médecins sont tombés sur la tête !

antidépresseurs : l'overdose ?, ritaline, benzodiazépines.....(RTB 2012)

les dangers des diagnostics

Une Dose de bon sens : l'esprit, la médecine et un mauvais diagnostic
Chaque année, des centaines de milliers d'Américains qui sont effectivement atteints de conditions médicales courantes telles que l'hyperthyroïdie, la maladie de Lyme, et même une mauvaise nutrition sont mal diagnostiqués avec des troubles psychiatriques. Des études montrent que le taux d'erreur de diagnostic est plus que 4 sur 10. Dans ce livre puissant, psychiatre Dr Sydney Walker explique pourquoi les erreurs de diagnostic psychiatrique est si commun. Plus important encore, il vous aide et ceux que vous aimez éviter le piège de diagnostic erroné. Profil 24 heures-Day unique de Dr. Walker vous permet de suivre les changements physiques et émotionnels au cours d'une journée pour donner à vos médecins de précieux indices à ce que vos symptômes signifient vraiment.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.