Hyperactivité, TDAH sur ordonnances, ritaline...

hyperactivité, TDAH / autisme

Autisme et hyperactivité : Les frontières entre TED et hyperactivité ne sont donc pas toujours évidentes à déterminer,

Autisme et TDAH :  Les deux troubles partagent de nombreux symptômes communs. C'est pourquoi il n'est pas inhabituel pour une condition d'être confondu avec l'autre dans les premiers stades.

Points communs autisme avec TDAH : Le nombre d’enfants atteints d’autisme est passé d’un sur 2 000 à 1 sur 150 aujourd'hui. 

Sans aucune preuve que le TDAH est une maladie avec une anomalie confirmative, physique, l'« épidémie » de TDAH , est passé de 150 000 en 1970, à 5 millions en 1997 : Le serment d’Hippocrate ne permet pas de telle « pratique ». Elle ne permet pas le « traitement » de vrais enfants — de véritables êtres humains, pour « maladies » qui ne sont pas des maladies réelles. Le Code de Nuremberg ne permet pas le « traitement » de l’enfant normal, indemne de la maladie avec des médicaments de l’annexe II addictifs, dangereux, à but lucratif. Elle ne permet pas la tromperie et les droits de consentement éclairé abrogation qui sévit aujourd'hui dans pratiquement tous les cas, à travers les Etats-Unis. C’est criminel. C’est la maltraitance des enfants. Rien à ce sujet est l’exercice légitime de la médecine. Il doit être exposé. Les responsables de la fraude et la tromperie doivent être exposés et tenus pour responsables.

hyperactivité : certaines causes, le plus souvent neurotoxiques

 

l’intoxication au phosphate provoque un dérèglement du métabolisme, en bloquant la sécrétion de l’hormone noradrénaline des glandes surrénales

phosphate : L'évidence de la relation entre l'absorption de ces produits et l'état de leurs enfants fut simple à prouver, puisqu'il suffisait de supprimer ces additifs pour que les enfants reviennent à un comportement normal au bout de 4 jours, et à la moindre réintroduction, ils retournent à l'hyperactivité.

SITE D'INFORMATION SUR L'HYPERACTIVITE, L'AUTISME ET L'EPILEPSIE
 

Il existe une corrélation claire entre la prescription de benzodiazépines pendant la grossesse et l'explosion du nombre d'enfants souffrant de troubles déficitaires de l'attention

Le bisphénol A lié à l'agressivité et l'hyperactivité à 2 ans chez les filles
L'exposition prénatale au bisphénol A (BPA), une substance se trouvant dans certains plastiques, pourrait être liée à des comportements anormalement agressifs et hyperactifs à deux ans chez les filles, selon une étude publiée dans la revue Environmental Health Perspectives.

hyperactivité-déficit d’attention
Il est clair que l’alimentation sans phosphates ne guérit pas définitivement un enfant souffrant d’hyperactivité et de déficit d’attention dans le sens que dès que ce dernier en remange, ses symptômes reviennent, mais si le fait de ne plus manger de phosphates permet à un enfant de pouvoir à nouveau se concentrer, et d’éviter ainsi la ritaline, alors, il est clair que ça en vaut la peine. De toute manière on ne prend aucun risque à essayer.

Troubles de l’attention, hyperactivité : la piste du mercure et du plomb
Une exposition prénatale au mercure, ou encore une exposition postnatale au plomb, multiplieraient les risques pour un enfant de développer un trouble du déficit de l’attention et d’hyperactivité (TDAH). Cette découverte, à mettre au crédit de chercheurs canadiens, confirme les effets délétères de ces deux métaux lourds sur le développement de l’enfant.

Hyperactivité et troubles de l’attention ne sont pas des maladies
3 à 5 % des enfants occidentaux sont diagnostiqués comme souffrant du Trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDA/H), considéré par la médecine comme une « maladie neurologique ».
Mais il faut bien réaliser que, contrairement à d’autres maladies neurologiques comme la maladie d’Alzheimer, il n’y a aucun test psychométrique, biologique ou physique, comme un scanner du cerveau par exemple, qui permette de diagnostiquer le TDA/H.
C’est pourquoi cette « maladie » est avant tout fondée sur l’opinion du médecin, sur l’idée qu’il se fait de la façon dont devrait se comporter un enfant normal. Le diagnostic de TDA/H est d’ailleurs généralement fait à la suite de difficultés scolaires, autrement dit d’une incapacité de l’enfant à s’astreindre aux contraintes de l’enseignement collectif, parce qu’il est sans cesse en train de remuer et d’être intéressé par tout ce qui l’entoure, au lieu d’écouter sagement le professeur.
Ce qui nous amène à une très intéressante réflexion sur l’origine réelle du TDA/H. 

Ce que vous mangez peut-il vous rendre agressif ?
LE PLUS. Et si le contenu de notre assiette nous contrôlait bien plus qu'on ne le pense ? Un nombre croissant de recherches scientifiques démontre que l'alimentation peut influencer l'humeur et les comportements humains, dont l'agression.

Plusieurs facteurs environnementaux ont également une influence dans le développement de l’hyperactivité chez l’enfant
Les métaux lourds participeraient au manque d’attention et à l’hyperactivité de l’enfant. L’exposition lors de la grossesse au plomb pourrait favoriser l’hyperactivité chez l’enfant à naître. De même, certains pesticides (pesticides organophosphorés), colorants alimentaires, conservateurs, présents par exemple dans les fruits et légumes, participeraient au développement de troubles du comportement comme l’hyperactivité ou contribueraient à les amplifier.

Big Pharma
Lorsqu’on examine ses ajouts et amendements, on voit tout de suite qu’il s’agissait essentiellement pour lui de redéfinir la dépression et l’hyperactivité en trouble bipolaire caché ou mal diagnostiqué – autrement dit d’élargir le marché du Seroquel. C’est à la faveur d’opérations de « condition branding » de ce genre que le marché des antipsychotiques a littéralement explosé ces dix dernières, pour atteindre un chiffre d’affaires de 18 milliards de dollars par an. En promouvant agressivement le concept de « trouble bipolaire », les fabricants d’antipsychotiques et d’antiépileptiques ont réussi à capter le marché détenu auparavant par les antidépresseurs du type Prozac et les psychostimulants comme la Ritaline.

Plus on vaccinera les enfants et les gens et plus le nombre de maladies chroniques et désespérantes augmentera
Les médicaments contre les psychoses, comme la schizophrénie (+37 %) et les troubles du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) (+35 %) sont de plus en plus utilisés d'année en année, tout comme les médicaments contre le diabète (+24 %) et l'asthme (+21 %).

Corinne Gouget
Depuis au moins 50 ans , MANGER PEUT TUER et en 2013 nous en avons toutes les preuves ! Nous somme tous lancés dans un TGV, depuis 19 ans je ne cesse de tirer la sonnette d'alarme mais le train continue de foncer à une vitesse vertigineuse sans s'arrêter dans sa course folle! En France, comme dans d'autres pays, ce train est conduit par les lobbies de l'alimentation industrielle et des laboratoires pharmaceutiques ! Il est URGENT de vous informer avant qu'il ne soit trop tard surtout pour vos ENFANTS ! Des millions d'enfants sont malades !

Vérités sur les maladies émergentes
Les maladies telles que la fibromyalgie, la fatigue chronique, la spasmophilie, les maladies auto-immunes, les allergies, mais aussi les maladies neuro-dégénératives comme la maladie d'Alzheimer, de Parkinson, la sclérose en plaques, l'autisme, l'hyperactivité etc ... sont presque toujours dues en co-facteur principal, à une intoxication aux métaux lourds, issue le plus souvent des amalgames dentaires au mercure.

La quasi totalité des troubles du développement des enfants est due à un problème de métabolisme lié à une intoxication multiple: pollution air(le maximum partout en Belgique), eau et sol, vaccins, abus d'antibiotiques, produits toxiques dans la maison, pollution éléctromagnétique (antennes, GSM, DECT, microondes) qui affaiblit aussi la qualité de l'air et stimule certains pathogènes et surtout la très faible qualité de la nourriture (pesticides, colorants, conservateurs, phosphates, OGM, antibiotiques) qui est irradiée et est extrêmement pauvre en nutriments.  Aujourd'hui on nait avec plus de quarante substances toxiques dans le corps (de l'aluminium, du mercure, du Teflon, des phosphates etc.).  Il y a aussi les toxiques dans la maison, les détergents, les plastiques, les peintures, les composants cancérigènes dans les produits de beauté et ceux qu'il y a dans les vêtements et les jouets (plasticine, plastique, métaux).  Enfin l'appauvrissement de l'air en ions et l'augmentation des UV qui ont des effets sur le système immunitaire. A cela il faut encore ajouter les dizaines d'heures d'abrutissement télévisuel, de publicité, de bruit, de GSM, de Gameboy et de microonde

TDAH : L'ESCROQUERIE

« Le TDAH est un excellent exemple de maladie fictive »
« Le TDAH est une fraude pour justifier le début d’une vie d’addiction aux médicaments chez des enfants »
 
la vraie histoire
 
Le pédopsychiatre américain Leon Eisenberg transformera l’agitation des enfants en un «trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) ». Peu avant sa mort Eisenberg dira s’être trompé, que ce fameux trouble n’existait pas. Trop tard, l’appareil étatico-médical s’en était emparé aux fins d’écouler des psychotropes, tels que la ritaline ou le méthylphénidate, auprès d’enfants diagnostiqués TDAH, ils sont alors plongés dans la dépendance médicamenteuse, n’arrivent plus à réfléchir, souffrent de dépression, de sautes d’humeur .
 

vaccins et TDAH

La vaccination responsable de l'augmentation de troubles mentaux
Des causes possibles à la progression de l'hyperactivité de nos enfants en France

Se basant sur 1000 études et rapports de 1915 à 2015, et revus par des pairs, Jeff Prager peut confirmer que les vaccins provoquent l’autisme, le déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, le syndrome inflammatoire auto-immun induit par les adjuvants, la sclérose en plaques, la sclérose latérale amyotrophique, le lymphome non-hodgkinien, la maladie de Crohn, et près de 100 autres maladies.

Effets secondaires des vaccins et des adjuvants
Encéphalopathies, autisme, mort, sclérose en plaque, épilepsie, convulsions, déficience mentale, dépression, anxiété, troubles du système nerveux central, paralysie, Syndrome de Guillain-Barré, surdité, TDAH,  Myofasciite A Macrophages, retard du développement, méningite / parlysie, tumeurs cérébrales, lupus, maladies démielysantes, ataxie, bipolarité...

Tous les autres métaux lourds peuvent avoir un rôle dans l’autisme et les T.E.D. de l’enfant, de l’adolescent et aussi dans les pathologies de l’adulte (dépression, fibromyalgie, etc.).

Thimerosal
Il y a plus d'une décennie, à la suite d'une forte hausse des troubles du développement tels que l'autisme et le TDAH, le conservateur thimérosal contenant du mercure a été largement soupçonné d'avoir été éliminé des stocks de vaccins aux États-Unis et à l'étranger. Cependant, des quantités dangereuses de thimérosal continuent d'être être utilisées, ce qui pose une menace importante pour la santé publique et conduisant à une crise de confiance dans la sécurité des vaccins.  Dans ce livre révolutionnaire, Robert F. Kennedy, Jr., examine la littérature de recherche sur le thimérosal et fait une déclaration très claire au sujet de ses effets potentiellement dangereux. Dans le passé, la CDC, la FDA, le NIH, et AAP, ainsi que le Congrès des États-Unis, l'American Academy of Family Physicians, le département américain de l'Agriculture, l'Agence européenne des médicaments, et de la California Environmental Protection Agency ont exprimé des inquiétudes sur l'utilisation du thimérosal dans les vaccins. Mais malgré les nombreuses voix appelant à une action, les médias et les décideurs politiques ont échoué à plusieurs reprises pour répondre adéquatement à la question.  Maintenant, avec Thimérosal: Que la Science Parle, la science doit soutenir l'élimination de ce produit chimique toxique de l'approvisionnement en vaccins dans le monde, et son remplacement par des alternatives plus sûres déjà disponibles, est tout en un seul endroit. Faire ce changement devrait augmenter les taux de vaccination par la restauration de la confiance des parents concernés dans le vaccin programme, un programme qui est d'une importance vitale pour la santé publique.

médecins et associations

dédié aux parents, aux soignants et aux droits des enfants. Un centre de ressources et un réseau de soutien face aux enjeux entourant les étiquettes psychiatriques subjectives attribuées, et «traitement» des médicaments prescrits,.

Dr. Fred Baughman
TDAH : la fraude
 
Peter R. Breggin , MD, a été appelé « la conscience de la psychiatrie " pour ses efforts de réforme du secteur de la santé mentale
 

 

expert pour la santé des enfants

Les dangers de la ritaline (Méthylphénidate) (Ritalina®, Rilatine®, Ritalin LA®), Concerta LP®, Attenta®, Metadate®, Methylin®

Ce produit entraîne une accoutumance masquée et une dépendance physique.
 
Récemment, dans un avis sur les toxicomanies, le Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) français pour les sciences de la vie et de la santé soulignait que « la distinction entre les drogues licites  et les drogues illicites ne repose sur aucune base scientifique cohérente » (Rapports sur les toxicomanies, 1995, p. 3). Par exemple, sur le plan neuropharmacologique, le mode d’action d’une drogue illicite, comme la cocaïne, et celui d’une drogue licite (sous usage médical), comme le méthylphénidate (Ritalin), est presque identique (Volkow et al., 1995).

médicements très dangereux "à proscrire immédiatement" !
ritaline, concerta...

Rilatine, effets secondaires: crise cardiaque, dépression, anorexie, psychose, troubles du sommeil, nausées, anorexie, troubles cardiaques, accoutumance, dépression nerveuse, hallucinations visuelles, épilepsies, troubles psychotiques, états suicidaires.

ritaline, TDAH et solutions
"Cette drogue est une catastrophe nationale"
  Collection de plus de 5000 histoires et nouvelles avec de nombreux articles de médias disponibles.Antidépresseur : inibiteur sélectif de recapture de sérotonine (ISRS)

La Ritaline est une drogue et conditionne les enfants qui en absorbent à se droguer leur vie durant.
Le méthylphénidate (Ritaline), stimulant du système nerveux central est pharmacologiquement proche des amphétamines, a de graves effets secondaires (insomnie, dépendance, dépression…) qui incitent à prendre de nouveaux traitements tels les somnifères. Les effets secondaires peuvent aller jusqu’à des phénomènes d’accoutumance. Ils  provoquent parfois des lésions graves, notamment des accidents cardiaques, ou bien aboutissent à des automutilations, des décès, des tentatives de suicide et des passages à l’acte suicidaire.

Dérivé amphétaminique classé au tableau des stupéfiants, le méthylphénidate est un psychostimulant agissant sur le système nerveux central
Selon les chiffres de l'assurance-maladie, que Le Monde s'est procurés, 171 276 boîtes de Ritaline et de Concerta ont été remboursées en 2004, contre 107 095 en 2002 et 53 488 en 2000. Au total, on estime entre 7 500 et 9 000 le nombre d'enfants qui prennent du méthylphénidate en 2005. Cinq ans auparavant, ils étaient environ 2 500. Année après année, la Ritaline sort de la confidentialité, signe d'une médicalisation croissante de la souffrance psychique des enfants.
 
"Les dommages à l'esprit et au corps peut entraîner des effets indésirables causés par le prescritions du médecin pour TDA et le THADA..."
 
Ceux qui avaient pris des drogues stimulantes (par exemple, les amphétamines) étaient 7,4 fois plus susceptibles de mourir d'un arrêt cardiaque (mort subite) que ceux ne prenant pas des stimulants.
 
ritaline, TDAH...Neurologue, en 35 ans de pratique privée, je me suis trouvé incapable de valider le TDAH, quel que soit le nom, comme une maladie en soi.

association ablechild
Les parents doivent être informés !

TDAH test
Ce site est spécifiquement conçu pour s'attaquer à la question du dépistage

Méthylphénidate (RITALINE®,CONCERTA®, QUASYM®)
la lilste des médicaments sous haute surveillance de l'afssaps
 
la ritaline a le même profil de dépendance que la cocaïne!
 
Articles sur les questions relatives aux enfants
 
Comment la psychiatrie fabrique des « patients » à partir d'enfants normaux.
 
C’est un holocauste national.
 
21 CAS DES TENTATIVES DE SUICIDE ET 6 SUICIDES "- L' AGENCE DU MÉDICAMENT SUÉDOIS A , MALGRÉ TOUT, APPROUVÉ LA VENTE DE RITALINE EN SUÉDE.
 
neurotoxiques
La ritaline est neurotoxsique
 
Cependant, les suicides et leurs tentatives se produisent seulement dans trois cas : en arrêtant complètement l'utilisation, en réduisant le dosage ou en continuant avec le même dosage !
 
Appel en réponse à l'expertise INSERM sur le trouble des conduites chez l'enfant
 
Les enfants meurent de la drogue ritaline.
 
Sa sœur cadette, Jennie, était sur le Ritalin. Mais elle a cessé le Ritalin le jour oi 'Steph' est morte et toute la famille a cessé de croire dans le TDAH.
 
À mon avis, tout médecin qui prescrit ces médicaments pour les enfants atteints du TDAH devraient être présumés défroqué, recevoir une bonne raclée aux orties et être forcés d'émigrer aux Etats-Unis.
 
A qui profite le crime ?
Ne cherchez pas loin : le crime profite surtout aux industriels sans scrupules et aux actionnaires de firmes pharmaceutiques avides de gains, de la même manière que pour la malbouffe. En plus du laxisme de certains praticiens et de l'inconscience des parents, il faut ajouter l'influence catastrophique des lobbies qui, comme des vautours, tournent autour de nos dirigeants politiques nationaux et européens en leur octroyant sans doute quelques largesses douteuses. Tout le monde se frotte les mains, sauf le budget de l'État et les véritables défenseurs des droits de la jeunesse, soucieux de leurs devoirs.
 
Le rapport de l’INSERM sur les Troubles des conduites chez l’enfant et l’adolescent est un bon exemple de la bêtise universitaire quand elle se met au service de plus puissant qu’elle.
 
La Rilatine et le Concerta sont des drogues ni plus ni moins. La substance active, le méthylphénidate, s'inscrit dans la catégorie pharmacologique des stupéfiants dans la classe des amphétamines. Son mode d'action est assez semblable à la cocaïne: période de performance au début...et dégradation vertigineuse à long terme.
 
"C'est juste une façon de mettre plus de gens sous médicaments sur ordonnance», a déclaré Marcia Angell
 
Droguer nos enfants à la mort
Au Texas, un garçon de quatorze ans nommé Matthew est mort subitement après seulement 29 jours d'être un puissant stimulant pour le TDAH. His devastated parents are suing the drug manufacturer and were recently interviewed on ABC's “Good Morning America”. Ses parents sont dévastés poursuivent le fabricant du médicament et ont été récemment interrogés sur "Good Morning America" ​​sur ABC.
 
Pharmacritique
 
LE MOMENT EST ARRIVE DE SE PREOCCUPER DE NOS ENFANTS TRAITES A LA RITALINE.
 
donc fort probablement pas tout
 
liste de liens
 
LE MOMENT EST ARRIVE DE SE PREOCCUPER DE NOS ENFANTS TRAITES A LA RITALINE.
 

médicaments pour le TDAH

Urgent ! Ce que tous les parents doivent savoir sur la ritaline
L’autre face de la médaille Rilatine

ritaline
Quelque 40 ans après que le médicament a été commercialisé par la société Ciba Geigy, les tests de cancérogénicité ont été menées au détriment des contribuables par le National Toxicology Program, dont les résultats ont été publiés en 1995. Des souris adultes ont été nourris Ritalin sur une période de deux ans à des doses proches de celles prévues pour les enfants. Les souris ont développé une incidence statistiquement significative d'anomalies et les tumeurs hépatiques, y compris les cancers rares hautement agressifs appelés hépatoblastomes. Ces résultats sont particulièrement inquiétants que les tests ont été effectués sur des adultes, plutôt que de jeunes souris qui seraient censés être beaucoup plus sensibles aux effets cancérigènes. Le National Toxicology Program a conclu que le Ritalin est un «cancérogène pour l'homme», et a recommandé la nécessité de poursuivre les recherches

strattera

Il dit en un an 157 personnes ont été soit tués ou gravement blessés par Strattera, parmi les victimes était une fille de 3 ans.

L’effrayante liste d’effets secondaires de l’Adderall est rarement montrée aux parents
Certains enfants sous Adderall ou tout médicament prescrit pour traiter le TDAH ont signalé des hallucinations effrayantes, au cours desquelles ils voient des serpents et des insectes ramper sur eux. D’autres rapportent des sensations du style heurter quelque chose alors qu’il n’y a rien.
Beaucoup de parents d’enfant sous Adderall disent n’avoir jamais été mis au courant du danger ou des effets secondaires du remède, et notent que leurs enfants n’ont jamais consulté pour le cœur avant la prescription de ce médicament. Le pédiatre de leurs enfants leur a seulement dit que l’Adderall aide les enfants à réussir à l’école. Dès que les parents sont informés convenablement, beaucoup prennent la décision supprimer le remède à leurs enfants.

Strattera / Ritaline : comportement extérieur lissé, mais dommages intérieurs d’une étendue et d’une intensité imprévisibles, pouvant aller jusqu’au suicide

Il s’agit du témoignage de Tom, un adolescent trop vite diagnostiqué hyperactif (TDAH : trouble déficit d’attention avec hyperactivité) et mis sous Ritaline° (méthylphénidate) puis sous Strattera° (atomoxétine). Les journalistes mettent en lumière ce témoignage en prenant pour titre une expression de cet ado de 17 ans qui, regardant en arrière, constate qu’il a peut-être été plus concentré sous Strattera°, mais que ce médicament l’a affecté sur tous les plans : « on est détruit de l’intérieur ».

« Le Strattera a détruit sa personnalité, sa confiance en lui-même et l’a rendu complètement insensible à des affects tels la joie, la tristesse ou la douleur. (…) Tom a même eu des idées suicidaires alors qu’il était sous traitement [disent les journalistes]. "Vers la fin, je me sentais comme quelqu’un au bord du précipice, à me demander si j’allais sauter ou non. Il s’en est fallu de peu."

L’adolescent a eu du mal à se sevrer du médicament et a dû avoir recours à un psychologue pour s’en sortir. Il ne reproche rien à ses parents, qui ignoraient tout des effets secondaires, mais dit clairement qu’il n’accepterait jamais un tel traitement pour ses propres enfants. »

Beaucoup d’effets secondaires signalés, dont quatre décès

Frontal 21 rappelle que le Strattera° est sur le marché allemand depuis 2005 ; globalement, ce sont autour de 3,5 millions d’enfants qui sont traités par ce médicament d’Eli Lilly, avec des profits énormes pour la firme. Et ce malgré la mise en garde répétée d’experts qui dénoncent les effets secondaires et demandent le retrait du marché du Strattera.

Jörg Schaaber, le représentant des usagers dans le comité fédéral réunissant professionnels de santé et assurance-maladie, rappelle que le diagnostic d’hyperactivité est souvent douteux et que de tels médicaments puissants et risqués sont une réponse disproportionnée aux questions que se posent parents et éducateurs, surtout compte tenu d’un bénéfice fort douteux.

Les journalistes ajoutent : « Depuis la mise sur le marché [allemand] du Strattera°, il y a eu en tout 234 signalements d’effets secondaires susceptibles d’être dus au produit ; des effets indésirables tels faiblesse cardiaque, pertes d’audition et idéations suicidaires, tous survenus chez des enfants et des adolescents. Des documents internes de l’agence du médicament (Bundesinstitut für Arzneimittel und Medizinprodukte), que ZDF s’est procurés, le prouvent. Selon la liste établie par les autorités, il y a même eu 4 morts, dont un enfant de 3 ans. Un garçon de 5 ans est décédé d’un infarctus du myocarde, un enfant de 12 ans a fait un accident vasculaire cérébral, enfin, un adolescent de 16 ans s’est suicidé. »

« Ces médicaments agissent comme le speed » [la drogue du même nom]

C’est ce qu’affirme Peter Schönhöfer, professeur de pharmacologie et co-directeur de la revue médicale indépendante Arznei-Telegramm.

« Ces substances agissent comme des amphétamines, comme on les appelait jadis, ou, pour utiliser un langage plus moderne, elles ont le même effet que le speed ». « Elles sont dangereuses, parce qu’elles provoquent un état de surexcitation, dont l’un des symptômes peut être l’auto-agression, donc le suicide ».

Et les journalistes rappellent que Lilly a dû avertir les médecins déjà en 2005 de certains effets secondaires pouvant mener au suicide ; ils citent la lettre de la firme : « les patients et les parents ou tuteurs devraient être informés du risque de survenue de comportements suicidaires ainsi que des symptômes et signes par lesquels ils peuvent se manifester ». Mais la firme ne voit dans tout cela aucune raison de retirer le Strattera° du marché. Et les prescriptions continuent.

Eli Lilly conteste, Peter Schönhöfer persiste et signe

La firme conteste l’effet amphétaminique et psychostimulant du Strattera° et son appartenance à cette classe, tout comme la possibilité d’un effet de dépendance. Le Pr Schönhöfer répond en démontrant noir sur blanc que le principe actif du Strattera° (atomoxétine) fait bel et bien partie des psychostimulants de type amphétaminique, y compris selon la classification officielle internationale ATC-Code 2008 :

Classe principale N06B : psychostimulants, médicaments contre le TDAH (trouble déficit d’attention avec hyperactivité), nootropes.
Sous-groupe N06BA : sympathomimétique d’action centrale [sympatomimétique veut dire qu’une substance stimule la branche sympathique du système nerveux végétatif, qui gère les fonctions d’éveil, pour simplifier].

  • Substances N06BA 01: Amphétamines
  • Substances N06BA 04: Méthylphénidate [Ritaline]
  • Substances N06BA 09: Atomoxétine [Strattera]

Et Schönhöfer de conclure, après avoir rappelé qu’il n’avait pas parlé de dépendance: « l’atomoxétine fait donc clairement partie, selon la classification ATC, de la classe des psychostimulants, et notamment du sous-groupe des sympathomimétiques à action centrale ; les amphétamines, qu’on appelle depuis les années 60 aussi "speed" dans certains milieux de la drogue, sont les principales substances de ce sous-groupe »

RILATINE ET  CONCERTA: PARENTS ABUSES, ENFANTS DROGUES : IL N'Y A PAS UN SEUL CAS QUI JUSTIFIE LA PRISE DE RILATINE

Une mollécule similaire à la cocaïne : Ces diagnostics aboutissent la plupart du temps à une prescription de drogues comme la Ritaline. Et les parents n’hésitent pas à s’échanger conseils et adresses pour s’en procurer. L’industrie pharmaceutique s’en frotte les mains. Le neuropédiatre Louis Vallée explique que seuls 10 % des enfants dits hyperactifs ont besoin d’un traitement. « Les 90 % autres relèvent de problèmes éducatifs et sociologiques, leur comportement est une réaction à leur environnement ». Mais est-ce bien la peine de prescrire un tel poison à son enfant ? En effet, ce médicament, dont la molécule est chimiquement similaire à la cocaïne, est susceptible d’entraîner de graves effets secondaires comme le suicide ou la mort. En voici une liste non exhaustive mais plus que probante établit par la NIDA (National Institut of Drug Abuse) :  

la drogue : les amphétamines, la ritaline...

« Ces médicaments agissent comme le speed » [la drogue du même nom]  C’est ce qu’affirme Peter Schönhöfer, professeur de pharmacologie et co-directeur de la revue médicale indépendante Arznei-Telegramm. 

« Ces substances agissent comme des amphétamines, comme on les appelait jadis, ou, pour utiliser un langage plus moderne, elles ont le même effet que le speed ». « Elles sont dangereuses, parce qu’elles provoquent un état de surexcitation, dont l’un des symptômes peut être l’auto-agression, donc le suicide ». Et les journalistes rappellent que Lilly a dû avertir les médecins déjà en 2005 de certains effets secondaires pouvant mener au suicide ; ils citent la lettre de la firme : « les patients et les parents ou tuteurs devraient être informés du risque de survenue de comportements suicidaires ainsi que des symptômes et signes par lesquels ils peuvent se manifester ». Mais la firme ne voit dans tout cela aucune raison de retirer le Strattera° du marché. Et les prescriptions continuent.

"ce que les usagers ne savent pas c'est que l'abus de médicaments sur ordonnance peut être plus dangereux que l’abus de drogues fabriquées illicitement." M. Emafo Président de l’OICS.
 
ibération massive de dopamine et de noradrénaline au niveau des synapses du système nerveux central potentialisée par l’inhibition de la recapture de ces neuromédiateurs
 
Les amphétamines ont été utilisées pendant la deuxième guerre mondiale et la guerre du Viêtnam pour augmenter les performances des troupes.
 
Les PIPERIDINES : RITALINE – LIPERAN – MERATRAN, L’ADRAFINIL (olmifon), le MODAFINIL (modiodal)
 
Elles entrent dans la catégorie des psychoanaleptiques (stimulants) qui comprend également la cocaïne.
 
les drogues légales et illégales

 

Article Annexe III : Méthylphénidate

amphétamines

justice et ritaline

Avocats, class action, condamnations...
 
recherche

 

La FDA a révélé un rapport détaillé de 54 problèmes cardiovasculaires graves et 25 décès dus à l'utilisation du Ritalin dans leurs différentes dénominations ou marques Ritaline...

Cindy Van Waeyenberg a été condamnée mardi à la perpétuité pour l'empoisonnement de son fils de 5 ans, Jelle. Patrick Beerens, beau-père de l'enfant, a écopé de 30 ans de prison pour complicité. Jelle, 5 ans, avait succombé à une overdose de médicaments qui lui avaient été prescrits pour soigner son trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH). Le jury a estimé que la mère savait que la dose qu'elle avait administrée à son fils était mortelle et qu'elle avait même fait des recherches sur internet sur ce sujet.

neuroleptiques

Le Risperdal de Johnson&Johnson est utilisé dans le traitement de la schizophrénie et représentait un marché anecdotique dans cette application. L’ADHD s’est trouvé être la poule aux œufs d’or pour cette société car non seulement il semble être efficace, il calme les moutards surexcités, mais les garçons, les plus affectés par l’ADHD, constatent au début de l’adolescence qu’il leur pousse des nichons comme les filles ! J&J a déjà été poursuivi plus de 1300 fois en justice à cause de ce détail ( ! ) mais a payé rubis sur l’ongle de grosses indemnités aux plaignants, business oblige puisque le Risperdal est leur produit phare car des millions d’enfants s’en collent deux cachetons par jour pour préserver la tranquillité de leurs parents quand ils regardent des séries télé en mangeant du pop-corn. Là où le tableau devient surréaliste pour ne pas dire impressionnant (mais pas du tout impressioniste) c’est que les essais cliniques relatifs à ce produit ont été tout simplement truqués depuis le début en dissimulant à dessein cet effet « indésirable » sur les garçons. J&J a été condamné pour fraude en 2013 à payer 2,2 milliards de dollars mais cela ne représente que 8 % du chiffre d’affaire réalisé avec le Risperdal entre 1994 et 2010, autant dire que tout le monde, dans cette société, s’en moque. J&J avait fortement conseillé les médecins à prescrire ce médicament qui n’avait pourtant pas été approuvé pour l’ADHD alors que depuis 2001 la compagnie était parfaitement informée des risques de croissance mammaire chez les garçons sous traitement. J&J s’est retranché sur le fait que ces garçons étaient majoritairement obèses et que le Risperdal n’avait rien à voir avec ces seins qu’on ne saurait voir chez un garçon.
 
 "Nous ne savons pas pourquoi ces enfants et jeunes atteints de TDAH sont sous antipsychotiques, mais il existe un risque associé à l'exposition précoce à ces médicaments, nous devons donc en savoir plus sur les raisons pour lesquelles ils sont utilisés afin de pouvoir évaluer les bénéfices contre les risques" », dit le chercheur.
 
Les sociétés pharmaceutiques ont récemment étés condamnées aux plus grandes amendes dans l’histoire américaine, y compris les plus grandes amendes criminelles jamais imposées aux sociétés, pour le marketing illégale des médicaments antipsychotiques. Les paiements s’élevaient à plus de $ 5 milliards.
L’avantage pour les entreprises pharmaceutiques est froidement à but lucratif. Les antipsychotiques rapportent quelques $ 14 milliards par an. Les médicaments dits antipsychotiques « atypiques » ou « deuxième génération » comme Geodon Seroquel, Zyprexa et Risperdal, Abilify engrangent plus d’argent que n’importe quelle autre classe de médicaments sur le marché et, dollar pour dollar, ils sont le plus vendu en Amérique. Bien que ces médicaments sont principalement approuvés pour traiter la schizophrénie et le trouble bipolaire, ils affectent 3 % de la population, en 2010 on comptait 56 millions
 

« Nous croyons qu’une pratique plus rationnelle de la psychiatrie éliminerait l’usage d’une médication si dangereuse. »

psychrights
 
Ces médicaments tuent les gens. Dawson ne sait pas cela ? J’ai estimé que Eli Lilly a tué 200.000 personnes avec Zyprexa et c’est seulement un des médicaments
 
Informations sur les neuroleptiques atypiques et traditionnels, également connu sous le nom « antipsychotiques ».
 
Depuis lors, l’espérance de vie des personnes traitées dans la communauté des centres de santé mentale a plongé à un effroyable 25 ans inférieure à la moyenne. Espérance de vie peut ont chuté de pas moins de 15 ans depuis 1986. Les indications sont que le taux de mortalité continue de s’accélérer dans ce qui doit être classé comme l’un des pires désastres sanitaires dans l’histoire américaine.
La toxicité des médicaments antipsychotiques, également connu sous le nom de neuroleptiques, est bien documentée.Les antipsychotiques atypiques ont semblés moins dangereux parce qu’ils produisent moins de dyskinésies. Nous savons maintenant que les nouveaux médicaments entraînent plus de maladies cardiovasculaires, qui est de loin la première cause de mortalité des personnes dans le système public de santé mentale.
Les techniques d’imagerie montrent que les médicaments antipsychotiques provoquent des lésions cérébrales. Les études animales et humaines relier la drogue au rétrécissement du cortex cérébral, abrite les fonctions supérieures. Une étude sur les singes donné soit plus anciens ou plus récents médicaments neuroleptiques en doses équivalentes à celles des êtres humains ont montré un rétrécissement de 11 à 15 pour cent du lobe pariétal gauche. Les médicaments qui causent des dommages au cerveau presque invariablement réduire l’espérance de vie.
 
Les effets bénéfiques des médicaments psychiatriques sont si minces, dit-il, qu’il serait possible d’arrêter l’utilisation actuelle presque complètement sans causer de dommages. Il recommande d’arrêter l’utilisation de tous les médicaments antidépresseurs ainsi que ceux du TDAH et de la démence, et de prescrire seulement une petite fraction des antipsychotiques et des benzodiazépines utilisés actuellement.
 
A l’exception possible de la chimiothérapie utilisée dans le traitement du cancer, il serait difficile d’identifier une classe de médicaments aussi toxiques que les antipsychotiques. Si l’on considère les effets des antagonistes de la dopamine sur le système nerveux central ou à l’extérieur, leur nocivité prouvée est une tragédie iatrogène trop souvent minimisé ou refusé. (page 214)
 
Escroqueries pharmaceutiques, corruption, interdiction du risperal et image des seins qui poussent chez les garçons (anglais)
 

des solutions ?

de toute évidence, pour certains enfants, des désordres de comportement sont causés ou aggravés par certains additifs alimentaires, par les colorants artificiels, par les aliments eux-mêmes ou une combinaison d’aliments.
 
Des solutions !
 
Après avoir sauvé son fils atteint de troubles neurologiques graves, cette femme a conseillé des centaines de mamans désemparées. Accusé numéro 1 : le mercure. Mais le gluten et la caséine ne sont pas loin…

Enfants hyperactifs, autres solutions pour les aider
est sur Facebook

Enfants hyperactifs. Il sont empoisonnés
La Ritaline est un psychostimulant de type amphétamine dont les effets sont semblables à la cocaïne
 
 

 

sevrage

Comment faire pour diminuer progressivement les antidépresseurs, les antipsychotiques, Les médicaments pour le TDAH (ritaline)
Assurez-vous que vous disposez d'au moins 7 jours consécutifs de vous sentir très bien avant de réduire le médicament nouveau Si cela vous oblige à réduire les médicaments tous les 21 jours, faites comme cela.

The Icarus Project et Freedom Center en français


sevrage antidépresseurs : conseils

TDAH, pourquoi les enfants métaboliseurs lents (2D6) ne doivent pas être vaccinés, ni mis sous psychotropes :

50% des médicaments psyché ont besoin des 2D6 pour métaboliser, xx qui est reconnu comme étant métaboliseurs lents, les enfants ayant les 2D6 manquantes ne devraient pas être vaccinés
Dr Yolande Lucire est dans notre réseau. Elle est psychiatre foresensic, Phd chercheur en pharmacogénétique. Elle a essentiellement sauvé mon fils David Dannemann qui a été mal diagnostiqué comme bipolaire après avoir expérimenté le LSD à 19 ans. Il a été dans et hors de l'université de l'Iowa psyché quartier; on lui a donné des médicaments comme l'Haldol, Tradazone, Adavan .... tout nécessitant le gène du cytochrome P450 2D6 à métaboliser. Pendant des années il a été en moyenne moins intelligente et fait incohérent jusqu'à ce que le Dr Lucire facilité un test génétique simple, (pistonnage de la bouche). Il a en effet été absent toute activité 2D6 et donc a été empoisonné et ayant des idées suicidaires, arrêtés, jetés dans les salles de psyché. Il est actuellement en convalescence en retirant tous les médicaments sur ordonnance .... remerciements au Dr Lucire.

La chose intéressante que j'ai trouvé était que la voie du glutathion impliqué dans le vaccin blessure / spectre autistique se trouve sur le même cytochrome 450. Les vaccins sont tellement toxique que si quelqu'un est un métaboliseurs lents, ils pourront supporter une blessure au vaccin, puis se misdiagosed comme ADHD, ADD, etc, puis donné de nuisibles médicaments débilitants.

Pourquoi est-ce tellement énorme ... C'est parce que chacun d'entre nous connaissent des gens qui prennent des anti-dépresseurs, les ISRS et le TDAH médicaments, en particulier les enfants de nos jours. L'éducation spéciale est à son plus haut niveau!

Les enfants qui prennent de la drogue de la rue d'expérimenter comme David a fait et manquent leur activité 2D6 ... agir si étrange que invariablement la mère les emmène chez le médecin et ils obtiennent leur propre prescription. Et puis elles s'aggravent, apparemment plus psychotique, mais c'est parce qu'ils n'ont pas d'activité métabolique. Comme ils semblent plus psychotique ils obtiennent plus d'un cocktail de médicaments et de leurs vies descendre la colline. Cela vaut pour les adultes déprimés trop.

Éducation et un niveau de protocole de soins pour tester une personne avant de donner des vaccins ou des médicaments psyché a été supprimé dans l'industrie médicale et au public. Les homicides, les suicides se déplacent vers le haut à une vitesse alarmante. Certains médicaments (et loin de combien devrait être) sont étiquetées comme suicidaire. C'est parce qu'un pourcentage important de personnes qui prennent ces médicaments sont métaboliseurs lents.

Regardez ce lien et sur ​​la clinique Mayo lien autant que 50% des médicaments psyché besoin 2D6 à métaboliser. Il s'agit d'une dissimulation pharma-médical d'un genre flagrantes. Il ya aussi une liste des médicaments qui doivent être métabolisés par 2D6.

2D6 absents ne sont pas une faiblesse. Je crois que c'est une question d'évolution. 30% des Afro-Tanzaniens ont évolué pour avoir 2D6 multiple parce qu'ils mangent beaucoup de mauvaises herbes comme nourriture de plus en plus difficile dans ce domaine. Donc, ils sont essentiellement mangent beaucoup de médicaments d'origine. Ils sont devenus des métaboliseurs ultra rapides.

Ceux qui sont reconnus pour être des métaboliseurs lents, 2D6 manquantes devraient pas être vaccinés, ne devraient pas utiliser les drogues de rue ou des médicaments sur ordonnance, devrait rester à l'écart de substances toxiques et de manger des aliments biologiques...



Le site du docteur yoland Lucire (régulièrement piratée) :



Conclusion : les psychotropes, ritaline....aggravent les symptomes au lieu de les diminuer chez les enfants métaboliseurs lents 2D6.

Ritaline, la drogue de l'enfance.

la ritaline, une drogue dure, fabrique les futurs drogués

drogue t on nos enfants RTB 2012

La méthamphétamine (Pervitine) : La pilule de Göring (meth, crystal meth, crystal)

Les Junkies D'hitler

Ritaline et risque de mort subite par arrêt cardiaque

enfants et psychotropes : ritaline, neuroleptiques....25 ans d'espérance de vie en moins

L'influence de colorants l'hyperactivité

maladie a vendre et ritaline

Nutrition et comportement, Dr Russell Blaylock

The Drugging Of Our Children (Full Length)

quelle différence entre l'adderall et la drogue crystal meth ?

Quelle diference entre l adderall et la drogue crystal meth

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.