GUERIR DU CANCER SANS CHIMIOTHERAPIE NI RADIOTHERAPIE : INTERDIT EN FRANCE (en construction)

INTRODUCTION

Une des premières choses a faire est d'éviter, a tout prix, les forums totalement vendus a big pharma, tel que doctissimo, atoute et de nombreux forums spécialisés, ouverts par des associations financées par les labos, voir directement par les labos ! Ils censurent sytèmatiquement tous les témoignages de guérison naturelle et toutes les critiques de la cancerologie.
 
consiste à élaborer des «programmes» de médecine complémentaire et intégrative sur mesure (CIM) pour augmenter leurs chances personnelles de survie à des niveaux nettement supérieurs à la norme
 
Lorsque l’on admet que l’origine d’un cancer est toujours causée par une inflammation, la solution apparait d’elle-même : combattre et faire disparaître cette inflammation.
Peu dangereux à petites doses donc, même qu'on confirme l'utilité du sucre pour l'organisme, c'est lorsqu'on abuse de la substance que les problèmes peuvent poindre à l'horizon.
 
Nutrition News rapporte que des chercheurs espagnols ont finalement déterminé avec plus de précision les liens entre le cancer, ainsi que d'autres problèmes de santé, et une consommation élevée de sucre.
Il semble que ce soit véritablement la dose consommée qui soit en cause, notamment dans le développement du cancer et du diabète
.
Si vous pouviez prendre un échantillon de votre cancer, mettez-le dans un plat, puis indiquez quelles drogues fonctionnaient le mieux avec vos cellules cancéreuses personnelles et, ce qui ne fonctionnait pas du tout, vous voudriez savoir, n'est-ce pas? ? Dans un monde idéal, vous savez quelles drogues fonctionneraient le mieux avant d'en utiliser. N'importe qui, vous ne dérangeriez pas ceux qui ne montrent aucun signe de travail du tout.
Eh bien, c'est un test de chimio-sensibilité.
En 2016, les chercheurs de la clinique Jules Bordet à Bruxelles ont montré qu'environ 15% de la consommation de cancer du sein au début du traitement était tout simplement inutile. Ils ont développé un test génétique, le mamaprint , de sorte que les femmes ayant un faible risque de cancer du sein revenant après une intervention chirurgicale pourraient éviter le traumatisme de la chimiothérapie.
Est-ce que la mamaprint est utilisée? La chimiosensibilité est-elle utilisée par les médecins traditionnels? Jamais.
 
« La stratégie furieuse que la médecine classique applique dans le traitement du cancer ou quand il y a suspicion de cancer, torture,mutile et tue de loin beaucoup plus de personnes que ne le ferait l’absence de traitement. »
 
En 2017, plus de 500 000 Américains devraient mourir de cancer - plus de 1 500 personnes par jour.
 
William Avery Rockefeller est né en 1810 et mort en 1906, patriarche d’une dynastie aussi célèbre que discrète, et descendant d’immigrants allemands (Roggenfelder). Old Bill (son surnom), fermier à New-York jusqu’en 1850, se rendit ensuite à Cleveland, où il se fit passer frauduleusement pour un docteur en médecine Beaucoup de remèdes à base de pétrole étaient vendus comme « médicaments » par une clique d’escrocs et de charlatans, Seneca Oil, Rock Oil et American Medicinal Oil. [2]  Old Bill vendait des flacons de pétrole brut aux fermiers naïfs, leur faisant croire que c’était un traitement contre le cancer. Il appelait son élixir en flacon : Nujol (New Oil : Nouvelle Huile). Pendant que son fils John D. Rockefeller Ier fondait la Standard Oil Company, en 1870, grâce aux prêts d’une autre famille discrète et célèbre, les Rothschild, William achetait une fiole de pétrole brut de 30 grammes à la Standard Oil pour 21 cents et la revendait 2 dollars à tous ceux qu’il arrivait à convaincre qu’ils étaient malades et seraient mieux avec son « remède ».
 
corruption
les départements d’oncologie sont les secteurs les plus corrompus du système parce que les patients paniqués sont prêts à prendre et à faire n’importe quoi, même avec des taux de succès de 3 % à la clé.
« J’ai eu à régler un cas où la CSST obligeait un patient à subir une chimio qu’il refusait, mentionne l’éthicienne clinique. S’il la refusait, c’est qu’il n’était pas malade, donc, on lui coupait ses prestations… »
 
chimiothérapie : chaque malade inclus rapporte 7.000 €
 
docteurs Delépine / TVL
 
« Le système est complètement pourri, les laboratoires pharmaceutiques achètent tout le monde »
 
La thérapie conventionnelle contre le cancer est si toxique et déshumanisante que je la crains beaucoup plus que je ne crains la mort d'un cancer
 
laisse volontairement de côté les soins naturels alternatifs présentant une efficacité moyenne et se concentre délibérément sur les 21 traitements naturels alternatifs les plus efficaces. ( Cancer sortez de la boite gratuitement en ligne)
" En d'autres termes, si vous y allez en premier , avec la médecine alternative, vos chances de survie sont de 90% ou plus, si vous faites ce qui est indiqué. Si vous y allez avec la médecine orthodoxe d'abord, puis avec la médecine alternative en second, vous subirez des année s de souffrance, et si vous êtes chanceux, vous aurez alors un ‘50%’ de chance de survie."

SURDIAGNOSTICS : AUTORISES EN FRANCE

Rappelons que dans les récentes années, des études ont mis en évidence le surdiagnostic et le surtraitement de plusieurs cancers, notamment ceux du sein, de la prostate, de la thyroïde… Une étude publiée ce mois-ci dans le JAMA Internal Medicine indique que près d'un cancer du poumon sur 5 détecté avec la tomographie par ordinateur est à croissance lente et peu susceptible de causer un préjudice réel. Ces surdiagnostics sont susceptibles de causer un tort considérable en raison du (sur)traitement.
 
Une analyse d’études randomisées de dépistage à grande échelle montre que 20% des cancers du sein dépistés par mammographie, jusqu’à 60% des cancers de la prostate dépistés par dosage du PSA et autour de la moitié des cancers du poumon dépistés par radiographie et analyse des expectorations relèvent du surdiagnostic
 
Le surdépistage des cancers en est une facette particulièrement grave, compte tenu des conséquences extrêmes qu’elle peut induire (procédures inutiles et risquées, médicamentation très lourde qui peut être mortelle (un analogue agoniste GnRH (Enantone/Eligard/Viadur, Décapeptyl, Zoladex…) chez un homme de plus de 70 ans ayant des facteurs de risque cardiovasculaires risque beaucoup plus de le tuer qu’un cancer de la prostate – avant ou après lui avoir rendue la vie très pénible).
 
«Cet article confirme que le surdiagnostic est un problème fréquent dans les cancers d’évolution lente comme ceux de la thyroïde et surtout ceux de la prostate »
 
Selon des scientifiques, le dépistage du cancer du sein entraîne un surdiagnostic suite auquel beaucoup de femmes auront des interventions chirurgicales et des chimiothérapies inutiles
 
On peut donc estimer le nombre moyen de surdiagnostics à une centaine par jour en 2008, sans compter les cancers « in situ ».
 
La question n’est plus de savoir si, mais combien de fois, il se produit
 
dans les pays avec les programmes organisés de dépistage est d'environ 50%
 
Plus de 500.000 personnes auraient été surdiagnostiquées…
L’épidémie de cancers de la thyroïde observée ces vingt dernières années dans certains pays serait en majorité due au surdiagnostic. Un cancer peu susceptible de provoquer des symptômes au cours de la vie d’une personne ou d’entraîner la mort aurait été détecté chez 500.000 personnes dans le monde.
Le Centre international de la recherche sur le cancer (CIRC/IARC) basé à Lyon (Rhône), dont l’étude a été publiée jeudi dans le New England Journal of Medicine, a en effet évalué que plus de 470.000 femmes et 90.000 hommes auraient fait l’objet d’un surdiagnostic de cancer de la thyroïde en vingt ans et dans 12 pays développés (Australie Danemark, Angleterre, Finlande, France, Italie, Japon, Norvège, République de Corée, Ecosse, Suède et Etats-Unis).
En Australie, France, Italie et aux Etats-Unis, le surdiagnostic est évalué entre 70 et 80 % par les chercheurs, contre 50 % au Japon et dans les pays nordiques. Le Dr Salbatore Vaccarella, qui a dirigé l’étude, précise que l’exemple le plus frappant est celui de la République de Corée, avec 90 % des cas observés pouvant relever du surdiagnostic entre 2003 et 2007.
En outre, « la majorité des cancers surdiagnostiqués ont été traités par des ablations complètes de la thyroïde, souvent associées à d’autres traitements nocifs comme l’ablation des ganglions du cou ou la radiothérapie, sans bénéfices en termes d’amélioration de survie », déplore le Dr Silvia Franceschi, un des auteurs de l’étude.
Ces tumeurs sont en effet, la plupart du temps, des micro-cancers dont le pronostic est bon, avec une survie proche de 99 % à 20 ans. Selon les chercheurs, ces pathologies pourraient ainsi faire l’objet d’une surveillance rapprochée, mais sans traitements agressifs d’emblée
 
15 à 25% pour ceux du sein. Selon eux, le problème serait aussi fréquent dans les tumeurs de la thyroïde
 
extrait du livre de feu sylvie Simon, Information ou désinformation ? La manipulation médiatique et politique en matière de santé
"D'ailleurs, l'examen de femmes"saines" agées de plus de cinquante ans ne révèle en moyenne que deux ou trois cas pour mille femmes examinées.Ni les frottis, ni les mammographies ne peuvent donc être considérés comme de bons tests. En effet sur cent tests "positifs", 90 à 99% d'entre eux sont des "faux positifs"
 
Est-ce un effet pervers du dépistage ? « Tout a commencé dans les années 1980 avec les échographies à disposition », analyse le professeur Schlumberger. « On s'est mis à en faire à tout bout de champ même, quand à la palpation, la thyroïde paraissait normale. » Le nombre de petits nodules ainsi repérés a augmenté. Or, seuls « environ 5 % des nodules thyroïdiens sont des cancers », précise l'endocrinologue. « Puis on s'est mis à faire des cytoponctions pour préciser la nature d'anomalies de plus en plus petites. On est ainsi allés chercher des problèmes qui n'existaient pas. »
Des intérêts financiers sont-ils en jeu ? Personne ne le dira ouvertement. Mais les surdiagnostics servent des intérêts dépassant ceux des patients, qui vivent, eux, terrifiés par l'annonce d'un diagnostic où le mot cancer résonne comme une épée de Damoclès. Ils sont « relativement peu enclins aujourd'hui » à s'entendre proposer l'option surveillance d'une grosseur jugée indolente et de bon pronostic à long terme par leur médecin, relèvent aussi bien l'endocrinologue que la présidente de Vivre sans thyroïde. Le traitement à vie par lévothyroxine, hormone de synthèse en comprimés quotidiens, destinée à remplacer celle que ne produira plus la thyroïde fait en revanche les affaires des laboratoires qui la produisent.
 
S’il était ministre de la Santé, le Dr Turcotte abolirait tous les examens annuels sur des bien portants, toutes les campagnes de vaccination antigrippale, tous les tests de dépistage systématique (le mot est important) de cancer du sein, de la peau, de la prostate ou du côlon.
Pour le cancer de la prostate, un homme sur 1000 en mourrait prématurément. Les 999 autres décèdent avec leur cancer, mais pas à cause de lui. « Le traitement est souvent pire que la maladie, croit le médecin. Depuis 1992, on a les études qui démontrent que les mammographies sont inutiles. Même chose pour la prostate : ça fait bientôt six ans qu’on dispose de preuves en platine que ces tests (PSA) devraient être arrêtés. Tous les hommes de plus de 60 ans ont un cancer de la prostate, mais il va se développer tellement lentement que ça va nous faire mourir après notre mort. »

CHIMIOTHERAPIE : AUTORISE EN FRANCE

Plusieurs études internationales récentes, publiées dans de grandes revues de cancérologie, montrent que 85% des médicaments anticancéreux mis sur le marché dans les 15 dernières années sont inutiles et souvent dangereux parce que leur balance avantages /risques est défavorable (trop peu efficace et/ou trop toxique) et que trop peu d’entre eux sont retirés du marché ou trop tardivement. L’agence européenne, dont les experts sont trop liés aux firmes, privilégie constamment l’intérêt de l’industrie sur la sécurité des malades, encouragée par la Commission européenne dont tous les rapports soulignent la « porosité » aux représentants industriels. L’un des derniers directeurs de l’EMA, une fois son mandat terminé, a été immédiatement nommé directeur pour l’Europe d’une grande firme pharmaceutique qu’il avait « contrôlée » durant son mandat, et en toute impunité.
 
un article américain rapporte que les 71 dernières molécules anti cancéreuses (Tumeurs solides réfracraires et/ou métastatiques et/ou avancées apportaient en moyenne une survie augmentée de 2,1 mois) : LA
 
En ce qui concerne la survie au bout de 5 ans, et bien qu’en Australie seuls 2,3 % des patients tirent profit d’une chimiothérapie et qu’aux USA, il n’y en ait que 2,1 %, on continue malgré cela à proposer ces mêmes thérapies aux patients cancéreux.
 
Le corps médical est sous la coupe des "grands patrons" qui font la pluie et le beau temps et qui sont grassement rémunérés par cette industrie (cherchez sur internet, vous verrez que la plupart de ces grands patrons émargent d'une façon ou d'une autre à un laboratoire). Et la majorité des médecins de base suivent sans broncher! Et malheur à ceux qui pensent le contraire et qui contestent chimiothérapie ou vaccins ou antibiothérapie.
 
Ralph W. Moss, Ph.D
 
Les médecins de l'Academy of Medical Royal Colleges (Grande-Bretagne) affirment que la chimiothérapie pourrait se révéler inutile pour le traitement d'un cancer aux stades avancés et même causer des effets secondaires très douloureux.
L'aspect psychologique, poursuivent-ils, d'un tel traitement peut créer de vains espoirs chez les patients. Ainsi, il est indispensable de les informer à l'avance de « toutes les conséquences possibles d'une telle thérapie. » « La chimiothérapie est une partie cruciale du traitement d'un cancer en stade avancé. Cependant, elle peut avoir des effets secondaires. Voilà pourquoi les médecins doivent s'en rendre compte chaque fois qu'il en prescrivent une à leurs patients », relève Adrienne Betteley de l'ONG Macmillan Cancer Support.« Il est très important que dans tous les cas les médecins et les patients se demandent si un tel traitement est vraiment nécessaire », conclut la professeur Dame Sue Bailey.
Selon une étude réalisée l'année dernière, 82 % des médecins britanniques disent avoir prescrit à leurs patients un traitement tout en se rendant compte de son inefficacité.
 

 

RADIOTHERAPIE, RADIOS ET SCANNERS : AUTORISE EN FRANCE

Les radiation médicales sont une cause très importante (sans doute la cause principale) de la mortalité par cancer aux États-Unis au cours du XXe siècle. La seconde est que la radiation médicale, a reçu, même à des doses très faibles et modérés, est une cause importante de décès par cardiopathie ischémique, le mécanisme probable est que le rayonnement-induit des mutations dans les artères coronaires, ce qui entraîne chez les clones dysfonctionnels (mini-tumeurs) des cellules musculaires lisses.
Des millions de cas de cancer, et des millions de cas de maladie coronarienne, peuvent être évités grâce à des changements simples et systématiques dans la façon dont les médecins utilisent les rayons X. C'est le message dans ce monumental livre par l'une des autorités les plus distinguées du monde sur les effets des rayonnements sur la santé.
 
plus de 50 pour cent des le taux de mortalité par cancer est en fait induite par les rayons X.
Dr John Gofman, MD, Ph.D. - Un physicien nucléaire et un médecin, et l'un des plus grands experts dans le monde sur les dangers des rayonnements - présente des preuves irréfutables dans son livre,
 
Le plus gros souci lié à la radiothérapie vient du fait qu’en irradiant une tumeur, on ne peut éviter totalement d’irradier les tissus environnants. Il y a donc un risque d’altération de cellules saines, situées à proximité de la zone traitée. Cette altération entraîne ce que l’on appelle les « effets secondaires ».
Autres effets secondaires liés à la radiothérapie
Vasodilatation capillaire rapide dès la cinquième heure après irradiation, même à faible dose.
Action immunologique: Baisse rapide du nombres des lymphocytes.
Irritation de la peau à l’endroit traité.Pour des rayons au niveau de la tête et du cou: Chute de cheveux temporaire ou définitive, altération du goût, difficultés à avaler, sécheresse de la bouche et manque de salive, perte d’appétit si les doses sont fortes.
Pour des rayons au niveau du thorax et de l’abdomen : Vomissements, diarrhées, nausées, crampes et gaz pour la région de l’estomac et de l’intestin.
Pour des rayons au niveau du bassin : Troubles urinaires et douleurs lors des rapports sexuels.
Fatigue au bout de quelques séances, qui peut nécessiter d’adapter son mode de vie durant le traitement.
En France, de nombreux cas de patients mécontents qui revendiquent leur statuts de victimes suite aux erreurs humaines. La plupart de ces patients ayant eu des problèmes lors de leurs soins ont été surradiés pour plusieurs motifs comme une erreur d’étalonnage ou une mauvaise calibration du faisceau ou encore d’une déviation de ce dernier lors de sa construction.
Cette technique demande un matériel de pointe et une grande maîtrise de précision dans ses réglages. Trop souvent le personnel n’est pas assez compétent pour affiner ces réglages, seuls un peu plus de la moitié des centres de radiothérapie comptent une personne spécialisée en radiophysie médicale dans leur effectif.
Dans tous ces cas dramatiques de surexposition, les patients ont fait face à plusieurs complications allant d’une brûlure très prononcée de l’épiderme à la mort en passant par des problèmes au niveau des organes entourant la zone irradiée. Ces surirradiations peuvent provoquer des rechutes locales entrainant le plus souvent la mort si ce n’est pas détecté suffisamment tôt.
 
Le secret le plus sombre de la radiothérapie (ou radiothérapie), qui utilise les rayonnements ionisants, est qu'il cause le cancer ou un deuxième cancer. Ces «cancers induits par le rayonnement» sont mentionnés sur le site Web de l'American Cancer Society (ACS). Vous pouvez lire l'article complet «Radiation Exposure and Cancer» au lien suivant:
http://www.cancer.org/cancer/cancercauses/radiationexposureandcancer/ index? sitearea = mh
... Dans son livre de 1990 "Cancer induit par irradiation à faible dose d'exposition:", le Dr Gofman,dans une analyse indépendante fournit la preuve humaine et physique que la cancérogenèse des rayonnements ionisants se produit aux doses et aux débits les plus bas imaginables. Cette découverte réfute les affirmations de certaines parties de la communauté des radiations selon lesquelles de très faibles doses ou doses peuvent être sans danger. En 1996, le Dr Gofman a exposé dans : "le dépistage du cancer du sein : l'histoire d'une cause majeure, prouvée et évitable de cette maladie" a révélé que ... "environ les trois quarts de l'incidence annuelle actuelle du cancer du sein aux USA , est principalement de sources médicales"
... En raison de la preuve évidente ci-dessus des dangers des rayonnements ionisants actuellement utilisés dans divers traitements médicaux, les médecins avisés comme le Dr Russell Blaylock (neurochirurgien), le Dr Margaret Cuomo (radiologue certifié), le Dr Francisco Contreras (oncologue), le Dr Keith Block (oncologue) et bien d'autres ont de sérieuses réserves quant à l'utilisation et à l'efficacité de la radiothérapie.
 
La première chose à prendre en compte, c’est que la tumeur, Carcinome de son petit nom, a disparu au bout du deuxième FEC100. Puis il y a eu 7 Taxol, et au bout du 3e Taxol, échographie et mammographie pour vérifier ce que l’on sentait à l’examen clinique, c’est à dire RIEN. Il n’y avait plus aucune trace.
La seconde chose a été l’opération, c’est à dire la tumorectomie sans tumeur, où on m’a confirmé qu’il n’y avait absolument plus rien, ni aux niveau des trois ganglions prélevés, ni au niveau du tissu prélevé à l’endroit de la tumeur disparue.Ensuite, il y a eu mes recherches sur les risques de la radiothérapie. Évidemment, aucun oncologue, ni chirurgien ni radiothérapeute ne m’en a soufflé mot. Mais aux vues des risques de cancers secondaires et surtout des risques de complications cardiaques qui surviennent généralement plusieurs années après les radiothérapies, il y a de quoi réfléchir. Surtout que je « bénéficiais » de 3 facteurs de risques accrus, à savoir :
Le fait d’être une femme
Le fait que la radiothérapie soit ciblée sur le sein gauche (proche du cœur)
Le fait d’avoir eu des doses de drogue cardiotoxique par la chimiothérapie, à savoir le FEC100.
 
En 1965, le Dr Ian MacKenzie a publié un rapport élégant intitulé « Cancer du sein suite à de multiples fluoroscopies » ( British J. of Cancer 19: 1-8) et, en 1968, Wanebo et ses collègues, stimulés par le travail de MacKenzie, ont rapporté « Le Cancer du sein après exposition aux bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki "( New England J. of Medicine 279: 667-671), mais peu étaient disposés à admettre que le cancer du sein pourrait être induit par un rayonnement faible.
 
480 pages (1990).
 
Ce que l'industrie du cancer ne veut pas que vous sachiez sur la chimiothérapie et les rayons
La chimiothérapie et les rayons peuvent tuer le cancer, mais ils vous tuent aussi
La chimiothérapie regorge d'effets négatifs après traitement. Une majorité d'agents contenus dans les produits de chimiothérapie pénètrent dans le cerveau et peuvent directement ou indirectement induire un certain nombre de changements aigus ou retardés du système nerveux central. Ces effets peuvent durer des années avant de se dissiper, ou bien, dans le cas de jeunes enfants, se perpétuer à l'âge adulte.Le taux de survie à long terme des patients de chimiothérapie sont grandement exagérés parce que la plupart de ces patients finissent par mourir de maladies sans relation avec le cancer d'origine, mais liés au traitement.Les produits de chimiothérapie (surtout les agents d'alkylation) sont réputés pour occasionner d'autres cancers dont la leucémie, et nombre de ces médicaments tombent dans cette catégorie. Les agents d'alkylation endommagent directement l'ADN de toutes les cellules. Ces agents ne sont pas spécifiques à une phase ; en d'autres mots, ils sont actifs dans toutes les phases du cycle cellulaire. Comme ces drogues endommagent l'ADN, ils peuvent nuire à long terme à la moelle osseuse et par conséquent affecter l'immunité future. Avec ces produits existe le risque de développer un cancer secondaire à bas bruit mais son diagnostic est inévitable. Des études ont indiqué que le risque commence à augmenter environ deux ans après le traitement, qu'il est le plus élevé entre 5 et 10 ans. C'est la raison des décès de patients par chimiothérapie entre 10 et 15 ans après le traitement.La radiothérapie peut également accroître le risque de développement d'un cancer chez la plupart des gens. Les variétés de cancers secondaires à une radiothérapie sont vastes, mais consistent principalement en leucémies et sarcomes. Ces cas se révèlent habituellement après exposition aux rayons avec un pic de risque cinq à dix ans environ après. De nouveau, la plupart des patients qui suivent une radiothérapie développent des cancers secondaires en lien avec le traitement et non comme la conséquence du cancer d'origine. Les cancers radio-induits ont explosé ces vingt dernières années car il y a eu une recrudescence de traitements de ce genre, souvent suite à une chimiothérapie.D'autres cancers sont liés aussi à une radiothérapie. Des tumeurs peuvent se développer à l'endroit de la zone exposée aux rayons ou tout près, même dix ans ou plus après le traitement. Ces risques semblent être plus élevés dans certaines zones du corps, comme les seins et la thyroïde. Dans certains cas, l'âge au moment de la radiothérapie va jouer un rôle. Par exemple des patientes jeunes atteintes de cancer du sein sont plus susceptibles de développer un cancer secondaire par une thérapie par les rayons que des patientes âgées.
 
Dans son livre «Prévenir le cancer du sein», le Professeur J.W. Goffman, montre que l’exposition aux radiations ionisantes, principalement aux rayons X, est responsable d’environ 75 % des cancers du sein aux États-Unis. Une mammographie tout les 10 ans augmenterait de 9% le risque de cancer.
 
Aucune exposition aux rayons X n'est considérée comme bénéfique
Des scientifiques américains ont averti vendredi que l'image scanners à rayons X qui sont utilisés pour contrôler les passagers et les équipages des compagnies aériennes dans les aéroports à travers le pays peuvent être dangereux.
 
le docteur Bross est venu à la conclusion que la principale cause de la hausse des taux de leurcémie était les radiations médicale dans la forume de diagnostic médical de rayons X
Dans les années 1970, le dr Bross a dirigé un projet qui a étudié l'auguementation alarmante des taus de leurcémie.Elle a été appelé : l'étude leucémie Tri-state. Son échantillion a utilsé des registres de 16 millions de personnes de New York, du Maryland de du Minesota
.
RAYONS NOCIFS : Scanners et radios augmentent le risque de cancers
Une étude publiée dans le JAMA par le Dr. Rebecca Smith-Bindman, de l’université de Californie (San Francisco) et son équipe a trouvé que le nombre de scanners par millier de personnes a triplé aux Etats-Unis entre 1996 et 2010. Ces chercheurs estiment que 2% des cancers à venir seront directement liés à l’exposition à ces rayonnements. Tout en soulignant l’intérêt de l’imagerie médicale pour la santé, ils demandent aux médecins de bien mesurer le rapport bénéfices risques, d’en informer le patient et de limiter ou retarder certains examens.
 
risque lié a la radiologie
Dans le domaine des doses élevées (quelques dixièmes de Sievert ; voir chapitre " Le milli-Sievert, c'est quoi ? " 4.1.3mSv), de nombreuses études scientifiques (dont celles sur les survivants d'Hiroshima et de Nagasaki, celles sur les patients ayant suivi un radiodiagnostic ou une radiothérapie et celles sur des personnes professionnellement exposées) ont prouvé avec certitude l'existence d'un risque réel d'induction de cancers dans de nombreux organes dû au rayonnement. De nos jours, on admet que le risque de cancer mortel radio-induit est de 10% par Sievert pour des doses élevées. Ceci veut dire qu'on observera 10 cancers supplémentaires (dus au rayonnement) dans le cas où 100 personnes auraient été exposées à une dose de 1 Sievert.
 
"Le moyen le plus efficace pour diminuer le risque des femmes de devenir une patiente atteint de cancer du sein est d'éviter assister dépistage." Une étude, publiée le 20 octobre 1993 dans le Journal of National Cancer Institute, montre une augmentation très nette du cancer du sein après les traitements par rayons de certaines maladies bénignes du sein chez les femmes âgées de plus de 40 ans au moment des premiers traitements.
 
sur les 260.000 décès par cancer enregistré en Allemagne, entre 10.000 et 20.000 sont à mettre sur le compte des rayonnements
 
le Dr Bross est venu à la conclusion que la principale cause de la hausse des taux de leucémie était en radiation médicale dans la forme de diagnostic médical de rayons X
 
"Si une femme a une mammographie annuelle dès l'age de 55 à 75 ans, elle recevra un minimum de 20 rads de rayons.A titre de comparaison, les femmes qui ont survécu aux attentats à la bombe atomique à Hiroshima ou Nagasaki ont absorbées 35 rads...."
 

Les femmes porteuses d'une mutation des gènes BRCA1 ou BRCA2, donc à susceptibilité de cancers du sein et de l'ovaire, qui ont été exposées aux rayonnements ionisants des diagnostics d'imagerie de la poitrine, avant l'âge de 30 ans, ont un risque accru de développer un cancer du sein, selon cette étude publiée le 6 septembre dans la revue du BMJ.com. Un nouvel argument de cette équipe de recherche internationale, dont des chercheurs de l'Inserm, pour limiter certains examens d'imagerie médicale, scanographie et radiologie interventionnelle, sources d'une augmentation de plus en plus préoccupante de l'exposition aux rayonnements ionisants.

Une étude, publiée le 20 octobre 1993 dans le Journal of National Cancer Institute, montre une augmentation très nette du cancer du sein après les traitements par rayons de certaines maladies bénignes du sein chez les femmes âgées de plus de 40 ans au moment des premiers traitements
Le Dr Henri Pradal, pharmaco-toxicologue, avait fort bien résumé la situation, il y a trente ans. Pour lui, les «dictateurs du scalpel et du radium» ont su entretenir pendant des décennies une propagande mensongère sur l’efficacité de leur pratique en s’appuyant sur l’argument non vérifiable qu’un diagnostic précoce donne au cancéreux toutes les chances de guérir. Il affirmait: «Il est facile de démontrer que la radiographie des seins de toute une population féminine particulièrement exposée au cancer provoque davantage de processus cancéreux qu’elle n’en dépiste.»
 
Chaque année, un autre 6 000 patients qui ont eu une radiothérapie pelvienne pour des conditions telles que le cancer de l’intestin souffrent de dommages à long terme (y compris l’incontinence). Un millier de ces patients continue à éprouver des problèmes encore pires, comme une insuffisance intestinale ou des saignements abondants.
 
Une dose hautement ciblée utilisée dans la radiothérapie conventionnelle contre le cancer (dose unique) est de 2 000 mSv.
Apparemment, il n'y a pas de grande étude cumulative pour soutenir les taux de survie globale de la radiothérapie, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de données pour justifier le rayonnement , alors pourquoi est-il mis en œuvre quotidiennement? La réponse est l'argent, et les systèmes de croyances endoctrinés inculqués dans les écritures orthodoxes médicales
l'industrie du cancer conventionnelle est une entreprise annuelle de 125 milliards de dollars.
 
 
 

Vers la 33 ème minute, il est dit que la mammographie, c'est 200 milli rads de radiation, soit : 200 fois la dose d'une radiographie pulmonaire !

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture puis allez dans options sous-titres « oui » , puis traduire automatiquement puis en français

Le docteur lorraine Day a eu un cancer, mais a refusé la chimiothérapie et la radiothérapie : si on ne change pas ses habitudes alimentaires, cela ne sert a rien

Vous avez un Cancer. vous allez mourir !l es médecins m’ont dit...« Mais ils avaient tort ! »

dit Lorraine Day M.D. Elle a été diagnostiquée avec le cancer du sein invasif et avait une tumorectomie, d’une petite tumeur. Mais bientôt, la tumeur est réapparue, sont devenus très agressif et croît rapidement. Encore Dr Day a rejeté des thérapies standards en raison de leurs effets secondaires destructifs et parce que ces thérapies souvent conduisent à la mort. Elle a plutôt choisi de reconstruire son système immunitaire en utilisant les thérapies peu coûteux naturels, simples, conçus par Dieu et accessible à tous, donc son corps peut se guérir lui-même

 

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

"des milliers de gens meurent des traitements que nous leurs donnons. La chimiothérapie est un poison, elle provoque le cancer. Chaque médecin sait. que  trop de rayons X provoque le cancer, mais quand vous avez un cancer, ils disent que l'on doit vous donner une énorme quantité de ce qu'ils nous ont dit d'éviter, car ils provoquent le cancer"

 

Survivre au cancer contre toute attente / rémission radicale de kelly Turner

Témoignages : guérir, sans chimiothérapie, ni radiothérapie

Atteinte d'un cancer du côlon, Josée Blanchette a décidé de ne pas subir de traitements de chimiothérapie. Et d'en parler en écrivant un article dans Le Devoir. «Ce n'était pas mon premier cancer. La première fois, j'ai arrêté après deux traitements. Le premier traitement avait failli me tuer. Je me suis sentie glisser vers les abîmes.»
Ne m’écrivez pas pour me dire que la chimio vous a sauvé la vie. Ceux qui en sont morts ne se feront jamais entendre.
 
on diagnostique un lymphome, cancer du système lymphatique, une tumeur de 9cm dans le médiastin* antéro-supérieur et une autre de 2cm près des surrénales on me fait faire une première chimio à la suite de laquelle mon organisme est dévasté, couché 24h sur 24 pendant 2 semaines, incapable de faire quoi que ce soit la 3ème.
 
Au cours de cette intervention, une tumeur maligne située dans mon colon, et 5 ganglions métastatiques disséminés dans les environs ont été enlevés chirurgicalement. Le chirurgien a dit que j’avais un cancer au stade 3, et m’a avisé que je devais subir une chimio. Je savais que dans ce cas, d’après des informations reçues par le passé par la Dre. Lorraine Day et le Révérend George Malkmus, que la chimiothérapie a des inconvénients certains, dont je n’étais pas prêt à en subir les souffrances. Le chirurgien et l’oncologue n’ont pas réagi gentiment à mon refus de coopérer.
 
dit Lorraine Day M.D. Elle a été diagnostiquée avec le cancer du sein invasif et avait une tumorectomie, d’une petite tumeur. Mais bientôt, la tumeur est réapparue, sont devenus très agressif et croît rapidement. Encore Dr Day a rejeté des thérapies standards en raison de leurs effets secondaires destructifs et parce que ces thérapies souvent conduisent à la mort. Elle a plutôt choisi de reconstruire son système immunitaire en utilisant les thérapies peu coûteux naturels, simples, conçus par Dieu et accessible à tous, donc son corps peut se guérir lui-même
 
Le 4 novembre, j’ai commencé un régime strict de 2/3 de tasse de fromage cottage organique, avec 6 cuillères à soupe d’huile de lin, pour le petit déjeuner tous les matins, et une série de vitamines, de suppléments alimentaires, ainsi qu’une réponse immunitaire « booster » obtenue principalement à partir de levure de boulangerie, appelée bêta glucane. Mon régime alimentaire était strictement composé de légumes crus et de jus. Je limitais même les fruits à 2 portions par jour. Pas de sucre, pas de viande, pas de caféine, pas d’aliments transformés, ou d’aliments cuits.
 
Le biochimiste américain a rencontré il y a cinq ans un homme qui souffrait d’un cancer des poumons (un histiocytome fibreux malin). A 78 ans, ce monsieur n’avait plus, selon les médecins, que quelques mois à vivre. Pourtant, il continuait à refuser obstinément tout traitement. Aucune chimiothérapie.
 
Pour Marie-Josée Campagna, c’était peut-être le choix le plus important de sa vie. Atteinte d’un cancer, elle a refusé la chimiothérapie et opté pour une thérapie alternative, basée sur la nourriture: la méthode Gerson. Aujourd’hui, elle ne regrette rien
 
EliminéValerie M., Dix-sept ans, allait mourir en 2004 lorsque sa famille l'a amenée dans une autre clinique dans l'Ouest. Elle avait un sarcome d'Ewing, un cancer mortel des os.
Valerie avait été traitée avec des thérapies de pointe dans les hôpitaux au Texas, mais en vain. Ses médecins ont abandonné. Ils lui ont dit de rentrer à la maison et de mettre ses affaires en ordre. Ils ont dit: "Rien de plus ne peut être fait". En d'autres termes, c'était fini..
Après seulement deux semaines de thérapie de substitution à la clinique de l'Ouest, Valerie pouvait marcher sans difficulté. Le jour où elle est rentrée à la maison, ses lésions au poumon avaient disparu. Ses médecins au Texas ont été au s stupéfaits.
 
La cancérologie piétine depuis 50 ans, certains spécialistes veulent bien le reconnaître, d’autres se veulent rassurants, affirmant que les progrès ont été considérables ces dernières années, alors le seul véritable constat se retrouve dans le taux de réussite, tous cancers confondus sur 5 années de survie avec les soins que nous connaissons
 
Le 26 février 2008 je recevais la plus mauvaise nouvelle de ma vie. J’avais un cancer ovarien et avais besoin d’une opération d’urgence. Moi, avoir un cancer ovarien ? Comment diable cela avait-il pu arriver ? J’étais végétarienne, prenais des vitamines, faisais de l’exercice, ne fumais ni ne buvais. Et alors la grande question : Pourquoi moi ?
 
Kelly Tuner
 
1) Diagnostiqué avec le cancer de l'ovaire en 2000, Evita a choisi de guérir naturellement avec un régime végétal brut et un nettoyage intensif. Bien qu'elle ait pu suivre la voie de l'hystérectomie, Evita avait seulement 25 ans et ne voulait pas abandonner sa vie.Après avoir inversé miraculeusement sa maladie, elle a pu concevoir un enfant sans problème.
 
La tumeur cancéreuse avait été enlevée et pourtant elle s’était déjà propagée à ses ganglions lymphatiques. Ceux qui ont été infectés ont également été retirés.
 
kelly Turner

Ils refusent la chimiothérapie (anglais)

 
les "médecines alternatives" augmentent le risque de décès. Selon des chercheurs de l'université Yale, les remèdes alternatifs seuls ne suffisent pas pour soigner un cancer, et font augmenter le risque de mourir. Un risque en moyenne multiplié par 2,5
 
La seule étude connue d’une approche holistiquea chercha à évaluer la portée de la thérapie Gerson en mesurant les taux de survie à cinq ans de 153 patients atteints de mélanomes. Ici, 100 % des patients atteints de cancers de stade I et II ont survécu alors que seuls 79 % de ceux ayant suivi une thérapie conventionnelle ont survécu. Avec des cancers de stade III (métastases régionales), ces chiffres étaient respectivement de 70 % et 41 % ; avec des cancers de stade IVa (métastases distantes), ils étaient de 39 % et de 6 %.35 De nombreux naturopathes affirment avoir réussi dans plus de 90 % des cas à stopper et à faire régresser le cancer, à condition que les patients n’aient pas suivi de traitement orthodoxe au préalable. Les traitements les plus préjudiciables semblent être la chimiothérapie et la radiothérapie.
 
 

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

 

 

 

L'alimentation semble un problème essentiel et vital

« Quand on fait du jogging, on brûle du sucre pour fabriquer de l’énergie et on ne grossit pas. C’est pareil avec la cellule. Au contraire du diabète, dont la cellule ne peut capter le sucre, car il n’y a pas assez d’insuline, le cancer, lui en est gorgé, car pour survivre, la cellule anormale s’en nourrit. Par rapport à un tissu sain, un tissu cancéreux ingère dix fois plus de glucose. »

 

 

Clinique d'oncologie alternative : INTERDIT EN FRANCE

La clinique spécialisée du Dr Herzog
Clinique d'oncologie intégrée
 
Dans notre centre, nous associons en effet, les thérapies classiques telles que la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et le traitement anti-hormonal aux méthodes alternatives de traitement.
 
clinique de traitement alternatif du cancer en Allemagne
 
Bad Bergzabern, Allemagne
La clinique spécialisée du Dr Herzog
Clinique d'oncologie intégrée
 
Dans notre centre, nous associons en effet, les thérapies classiques telles que la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et le traitement anti-hormonal aux méthodes alternatives de traitement.
 
clinique de traitement alternatif du cancer en Allemagne
 
Bad Bergzabern, Allemagne
 

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Huile de cannabis ? : INTERDIT EN FRANCE

Pour dire que «il n'y a aucune preuve que des thérapies alternatives comme le cannabis fassent une différence objective» (alors que j'ai entendu un cancer "exprimer" à la télévision) est à la fois ignorant et trompeur. Cette petite revue montre qu'il y a des recherches - en effet, beaucoup - tout ce qui suggère que le cannabis pourrait jouer un rôle dans un programme de traitement du cancer. Mais il est vrai qu'il n'y a pas de «procès cliniques» du type défendu par des experts médicaux au Royaume-Uni. Mais, au dernier compte, seulement 15% des médicaments couramment prescrits dans le monde occidental ont été soutenus par des preuves rigoureuses de l'essai clinique, mais les «experts» médicaux continuent de recommander les autres 85 pour cent
 
 
Une femme australienne dans ses années 50, a récemment publié une vidéo sur YouTube expliquant comment a disparu son cancer du poumon stade IV qu’elle souffrait, avec de l’huile de cannabis, après avoir reçu une sentence de mort pour six mois sans traitement. Son oncologue suggéré la chimiothérapie comme une option, mais ne guérira pas son cancer. Prolongera seulement sa vie de quelques mois avec les effets secondaires de la chimiothérapie.
 
Des scientifiques appellent à de nouvelles recherches sur l’effet des composés du cannabis sur les cellules cancéreuses suite à la rémission d’un adolescent qui a reçu le médicament par sa mère.
 
Mike Culter, âgé de 63 ans et vivant au Royaume-Uni, a réussi à totalement éliminer son cancer en utilisant de l'huile de cannabis fabriquée par lui-même. Vivant avec le cancer depuis 2009, Mike était dévasté après qu'une transplantation devant lui sauver la vie est également devenue infectée par le cancer en 2012. Déterminé à ne pas être battu, il a découvert des études suggérant que le cannabis pouvait combattre le cancer, et s'est mis à fabriquer sa propre huile
Trois jours après avoir commencé son auto-traitement, Mike affirme que son intense douleur chronique a complètement disparu. Après avoir fait une biopsie plus tard au Royal Free Hospital, il a été informé que son cancer avait totalement disparu. Mike se bat maintenant pour que les lois sur les drogues soient réformées au Royaume-Uni. Le Royal Free Hospital a confirmé que Mike n'avait reçu aucun traitement contre le cancer supplémentaire après sa transplantation.
Dennis Hill était à la limite quand l'huile de cannabis est entrée dans sa vie. Après qu'on lui a diagnostiqué un cancer de la prostate, il ne savait pas quoi faire. Heureusement, un ami l'a informé que le cannabis avait le potentiel de combattre le cancer. Après avoir lu les résultats encourageants d'une étude clinique initiale chez l'homme, il a décidé d'en finir avec les traitements traditionnels. Après avoir utilisé une forte huile de cannabis 1:1 THC:CBD, une biopsie a confirmé que son cancer avait disparu. Cependant, un patient atteint du cancer n'est techniquement « guéri » que lorsque le cancer a disparu pendant 5 ans. 20 mois plus tard, Dennis a été informé que le cancer était de retour. Il a donc recommencé son traitement au cannabis et 2 mois plus tard Dennis a reçu la bonne nouvelle : son cancer était de nouveau en rémission.
En 2012, on a diagnostiqué à Lindsey un cancer du côlon. La suite : opération après opération pour essayer de retirer la tumeur et la maintenir en bonne santé. Malheureusement, les résultats n'ont pas été au rendez-vous. Même quand la tumeur a été extraite, le cancer s'était répandu dans les nœuds, et commençait à se développer dans son foie. Après l'échec de la chimiothérapie, Lindsey a décidé de prendre les choses en main. Elle a réussi à s'acheter une réserve de puissante huile de cannabis, et en a pris quotidiennement pendant 46 jours. Au grand étonnement de ses médecins, qui s'attendaient à devoir pratiquer plus d'opérations sur elle, Lindsey était totalement libérée du cancer quand elle est revenue pour des tests la fois suivante.
82 études de l’efficacité du cannabis contre le cancer
 
Ils savent très bien que le cannabis soigne le cancer, et connaissent parfaitement toutes les vertus de la plante. Ces gens sont des assassins, car en faisant cela, ils obligent des familles entières à dépenser des fortunes en traitements pour un parent proche, traitements qui ne fonctionneront jamais et qui de part leur coût exorbitant, va pousser les familles à vendre leurs biens pour assurer le financement de chimiothérapies et autres cures inefficaces. La plupart du temps, les proches d’un cancéreux dépensent toute leur fortune en prétendus « soins », et la personne meurt quand même.
 
La célébrité de Beverly Hill, Cheryl Shuman était fatiguée de prendre un cocktail de divers médicaments, y compris les 27 comprimés de morphine dans une journée. Après avoir découvert l’huile de cannabis, Shuman a commencé à se traiter. 90 jours après, elle se trouve en rémission d’un cancer.
 
guéri par l’huile de cannabis (qui a coûté 50 £ le gramme chez un revendeur local) après avoir refusé la chimio. Maintenant, il va vivre et se marier à sa future épouse et ils vont commencer une belle vie ensemble.
 
En quelques semaines, il a beaucoup amélioré et a pris du poids. Il a mieux dormi et s’est renforcé. Il a même jeté sa canne à pied et l’oxygène aussi, et s’est inscrit dans des cours d’entraînement. C’était incroyable. Après quelques mois de traitement par le cannabis, il a vérifié l’IRM à nouveau.
 
En 2015, Natural News a raconté l'histoire de David Hibbitt, un Britannique dont les médecins lui ont assuré que son cancer de l'intestin était terminal et qu'il serait mort dans les 18 mois. Après avoir essayé les traitements habituels du cancer - chimiothérapie, radiothérapie et chirurgie - qui ont tous échoué, Hibbitt a pris le contrôle de son propre plan de traitement et, après avoir fait de nombreuses recherches en ligne, a décidé d'essayer l'huile de cannabis. L'huile de cannabis de haute puissance, qui ne lui a coûté que 75 $ par mois, l'a laissé sans cancer.
 

 

 

 

 

GcMAF ? / facteur d'activation des macrophages dérivés de protéines / immunothérapie non chimique : INTERDIT EN FRANCE

CancerActive : Le site d'information sur le cancer de Chris Woollam
 

Le GcMAF est le remède interne propre à l’organisme. TOUTES les personnes en bonne santé en ont.
142 éminents scientifiques ont publié des articles de recherche sur le GcMAF ne serait-ce qu’à la United States National Library of Medicine (NLM, bibliothèque américaine de médecine).

GcMAF: Clinique privée sous enquête pénale après cinq morts….
il semble que ça ne se passe pas si bien que ça pour les distributeurs de ce traitement. La réflexion première est qu’il y a des gens riches et malades, qui peuvent se permettre de payer 5000€ la semaine pour simplement guérir de ce fléau qu’est le cancer.  Comme une enquête est en cour, on va attendre la conclusion, avant de présupposer quoi que ce soit. (!!) Je remercie le mouton Samaritaindesuisse, pour le lien vers le journal suisse qui parle de cette affaire.


Les cellules cancéreuses détruites par GcMAF
GcMAF est le meilleur traitement encore trouvé pour les cancers de la tumeur et 50 autres maladies. Il est une protéine humaine, un droit humain, le roi d'immunothérapies et n'a pas d'effets secondaires.
Immuno Biotech a fourni plus de 10.000 personnes à travers le monde, dont 350 médecins et cliniques, et 32 ​​documents de recherche scientifique écrite, pairs et publiées dans les meilleures revues scientifiques du monde. Au total, 200 scientifiques de huit pays ont écrit 120 GcMAF documents de recherche scientifique. Immuno Biotech est une société éthique professionnelle, bienveillante avec nos propres laboratoires, qui mènent le monde dans la science de GcMAF. Nous mettons notre GcMAF à travers 9 essais, et nous avons fourni pendant six ans. Il est le seul, entièrement testé, véritable GcMAF stérile.


La mafia médicale américaine éliminerait-t-elle des médecins alternatifs qui utilisent de véritables traitements non approuvés par le FDA ?
Qu'arriverait-il si un traitement simple pouvait inverser toutes les formes de cancer sans radiothérapie, sans chimiothérapies ou chirurgie? Qu'en serait-il s'il s'agissait d'une substance naturelle non brevetable produite par le corps humain lui-même et qui pourrait être administrée pour stimuler le système immunitaire à un degré tel que cette substance pourrait éradiquer le cancer sans effets secondaires? Qu'en serait-il si cette même substance pouvait être administrée à des enfants autistes, si 85% d'entre eux expérimentaient une amélioration de leur état et que beaucoup obtenaient une guérison complète? Ne serait-ce pas merveilleux?
C'est là ce que penseraient la plupart des gens, mais de nombreuses grandes entreprises risqueraient de voir dans cette substance une réelle menace pour leur prospérité financière. Ce serait en fait une menace majeure pour l'industrie s'occupant des traitements du cancer, l'industrie du médicament et les fabricants de vaccins. Beaucoup croient que cette substance appelée GcMAF existe bel et bien. Il ne s'agit pas d'un médicament miracle - cette substance fait seulement partie du système immunitaire humain. Le GcMAF aurait la propriété d'activer les cellules appelées macrophages. Ce sont ces cellules qui peuvent détruire les cellules cancéreuses, ainsi que les virus. Le GcMAF permettrait également de traiter et souvent de guérir complètement l'autisme. Le lien entre le cancer et l'autisme, c'est précisément le GcMAF. (...)
La Nagalase bloque les possibilités du GcMAF de lutter contre le cancer et l’autisme
La capacité de GcMAF d’accomplir son action peut être bloquée par la présence d’ une protéine appelée Alpha-N-acétylgalactosaminidase ou Nagalase. La Nagalase est produite par toutes les cellules cancéreuses et les virus (VIH, hépatite B, hépatite C, grippe, herpès, Epstein-Barr, et autres. [9]
Quand une personne souffre d’un cancer ou d’une infection virale, les taux de Nagalase augmentent. Ils peuvent aussi être mesurés pour pouvoir déterminer le niveau de l’activité virale ou d’évolution d’un cancer. [10]
La Nagalase bloque la production de GcMAF, empêchant le système immunitaire de faire son travail. Les macrophages restent cependant présents dans le corps, mais la Nagalase bloque leur activité. Cela signifie que le cancer et les infections virales peuvent se développer sans contrôle étant donné que les macrophages ne sont plus actifs. [11]
La Nagalase est-elle un ingrédient des vaccins ?
Grâce à un informateur qui souhaite rester anonyme pour des raisons de sécurité personnelle, le Dr Bradstreet et autres chercheurs médicaux alternatifs en sont arrivés à comprendre que la Nagalase est introduite dans le corps des personnes qui reçoivent des vaccins. Le Dr Bradstreet  a compris que les gens présentent des réactions différentes à la Nagalase et que chez un faible pourcentage de ces personnes, il n’y a pas de suppression du système immunitaire. Cependant pour la majorité des personnes on retrouve cette dangereuse suppression du système immunitaire qui ouvre la porte au cancer et à l’autisme. [12]

La puissance de GcMAF pour guérir les maladies modernes
Que faire s'il y avait un traitement simple qui pourrait renverser toutes les formes de cancer sans radiothérapie, la chimiothérapie ou la chirurgie? Et si c'était une substance naturelle non brevetable produite par le corps humain et pourrait être donnée pour stimuler le système immunitaire humain à un degré tel qu'il pourrait éradiquer le cancer du corps sans effets secondaires? Et si cette même substance pourrait être donnée aux enfants autistes et 85% d'entre eux l'expérience de l'amélioration de leur autisme et beaucoup serait complètement guéri? Ne serait-ce pas merveilleux!
La plupart des gens pensent ainsi, mais il y a beaucoup de grandes entreprises qui verraient une telle substance comme une menace majeure pour leur prospérité financière. Ce serait une menace majeure pour l'industrie du traitement du cancer, de l'industrie de la fabrication de médicaments contre le cancer, et l'industrie de la fabrication des vaccins.
Beaucoup croient que la substance existe et est appelé GcMAF. Ses noms techniques sont "groupe spécifique macrophage composant le facteur d'activation" ou "vitamine D binding protein macrophage facteur d'activation." Il est pas un médicament miracle - il est tout simplement partie du système immunitaire humain. GcMAF active aurait des cellules spéciales appelées macrophages dans le corps humain qui ont la capacité de détruire les cellules cancéreuses et les virus. GcMAF aurait a également la capacité de traiter et souvent guérir complètement l'autisme. Le lien entre le cancer et l'autisme est GcMAF

la protéine humaine GcMAF est vu visuellement activant les macrophages de l’organisme, qui sont ensuite en mesure d’attaquer et de détruire les cellules cancéreuses du sein in vitro.
Le clip vidéo de deux minutes environ, qui a été postée sur YouTube, révèle la véritable puissance de GcMAF, une protéine humaine que le corps fait naturellement mais que certaines personnes n’ont pas ou ne peut pas produire en volume suffisant de guérison.
En livrant une version activée de cette substance par voie intraveineuse, les scientifiques ont montré que le système immunitaire peut être complètement revigoré pour détruire les cellules cancéreuses sur ses propres sans avoir besoin de chimiothérapie ou la radiothérapie.

À Reno Integrative Medical Center nous utilisons GcMAF thérapie dans notre protocole de traitement du Cancer. Il a été bien évalué qu’elle exerce une puissante, multiples, anti-cancer effets aussi bien en laboratoire et dans des corps humains.

 

Traduction de la vidéo :
0:03 – Premier test de l’activité immunitaire du GcMAF
0:06 – Si ce n’est pas actif ce n’est pas du GcMAF
0:10 – Dans notre laboratoire, nous cultivons des cellules humaines du cancer du sein MCF7
0:15 – Les cellules cancéreuses grossissent et remplissent tous les espaces entre elles; elles présentent une image de type « pavage fou ».
0:23 – Nous ajoutons des macrophages aux cellules cancéreuses du sein et rien ne se produit.
0:26 – Puis nous ajoutons le GcMAF
0:30 – Image 1. Culture de cellules cancéreuses du sein en monocouche, 48 heures après le début
0:37 – Image 2. La même monocouche de cellules cancéreuses du sein 72 h après l’ajout des macrophages activés
0:45 – On peut voir les macrophages sous la forme de petites sphères brillantesElles ont remonté et sont entrées directement dans les cellules cancéreuses
0:51 – Maintenant, allons voir de plus près
0:54 – Ici, les macrophages se montrent sous la forme de sphères luisantes
1:02 – et se lancent pour attaquer les cellules cancéreuses marquées d’une flèche
1:09 – Les photos à intervalle régulier sur 60 h montre la couche cancéreuse se transformant d’une surface ondulée à une surface lisse, en partant d’en bas à gauche, pendant le processus de destruction du cancer. Puis les « doigts » du cancer sont aussi attrapés et détruits par les macrophages.
1:39 – Ici nous avons filmé une zone moins active et avons légèrement ralenti la caméra. On voit les macrophages se lier aux cellules cancéreuses qui semblent se replier sous cette attaque.
2:07 – Pour plus d’informations et pour lire les 46 dossiers de recherche, veuillez visiter www.gcmaf.eu

le 714X ? , mis au point par le biologiste Gaston Naessens : INTERDIT EN FRANCE

714X
La théorie derrière les travaux de Gaston Naessens est que le cancer est causé par un micro-organisme amical (présent dans toutes les cellules) qui devient hostile. 714 X fournit d'azote aux cellules cancéreuses, ce qui provoque ce microorganisme (somatides – « les organes peu ») de cesser d'excréter leurs composés toxiques et le système immunitaire est mobilisé. Je présume que, à ce moment-là, le système immunitaire tue les cellules cancéreuses. « En outre, la thérapie X 714 débloque le système lymphatique, qui est responsable de l'élimination des toxines du corps. »
 
Les cellules cancéreuses ayant une attirance marquée pour le camphre, ce produit est utilisé comme porteur de l'azote destiné aux cellules cancéreuses. Celles-ci, gavées d'azote par le 714X, n'émettent plus le facteur cocancérigène K qui paralyse le système immunitaire. La fonction du 714X, contrairement à la chimiothérapie traditionnelle, n'est donc pas de tuer les cellules cancéreuses, mais plutôt de les nourrir pour faire en sorte qu’elles cessent de neutraliser le système immunitaire. Celui-ci, retrouvant sa vigueur, pourrait reprendre le dessus et éliminer les cellules cancéreuses.
 
s’inscrit dans la catégorie des produits de santé immunomodulateurs capables à la fois de soutenir le système immunitaire ou de le freiner s’il s’emballe. Il est destiné à rétablir la défense immunitaire de l’organisme, sans risques d’effets secondaires.
 
« Savants maudits, chercheurs exclus », de Pierre Lance
 

hyperthermie ?

La technique consiste à placer le malade dans un bain à 36°, et à élever progressivement la température du liquide jusqu'à 42°, le cœur étant constamment surveillé, car le bain dure très longtemps. Peu à peu, la température du patient s'élève

.

Le jeûne pour se soigner ? même sans chimio ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.