Les génocides médicaux : iatrogénocide

on ne peut plus parler de délinquance médicale mais de génocide médical.
 
Au cours des 10 dernières années, il a été estimé que la médecine a blessé 191 millions d'Américains et tués plus de 8 millions - plus de la totalité des pertes américaines à l'ensemble de nos guerres mondiales combinées
 
Il est évident que le système médical américain est la principale cause de décès et de blessures aux États-Unis
 
Les effets secondaires des médicaments sur ordonnance sont maintenant votre source la plus probable de décès, d’invalidité ou de blessure.
Les experts estiment que seulement 1 à 10% des événements indésirables graves (ceux provoquant une hospitalisation, une invalidité ou un décès) sont rapportés.
 
Personne ne connaît le nombre total de décès de citoyens américains dus aux surdoses et aux mélanges médicamenteux mortels au cours des 20 dernières années, tout comme aucun organisme central ne tient les comptes du nombre de pauvres tués par la police à l’échelle nationale. Mais commençons par un chiffre conservateur, 500 000 victimes, pour la plupart des travailleurs blancs de la classe ouvrière, et mettons au défi les autorités de produire des statistiques réelles avec de vraies critères. En effet, ce nombre pourrait être beaucoup plus élevé s’il incluait les « erreurs de médication » survenant en milieu hospitalier et dans les foyers de soins...
Au cours des deux dernières décennies, des centaines de milliers d’Américains en âge de travailler sont morts des suites de la consommation de médicaments. Le manque de données solides est en lui-même un scandale. Ce manque est dû à un système fragmenté, incompétent et délibérément incomplet de dossiers médicaux et de certificats de décès, en particulier dans les zones rurales pauvres et les petites villes où il n’y a pratiquement aucun soutien pour la production et la tenue de registres de qualité. Ce grand vide de données est multiforme et entravé par des problèmes de régionalisme et d’absence de directives gouvernementales claires en matière de santé publique.
 
D’ après le Docteur Bernard Bégaud:« Mourir pour un produit dont vous n’avez pas besoin est quelque chose de très grave »
 
Bon nombre des «experts» sur le terrain sont devenus riches en conséquence, mais personne n'est tenu responsable. Il y a une loi pour eux, et une autre pour leurs victimes".
 
Dr Harvey Fineberg, M.D., Président de l’Institut de médecine et ancien doyen de la Harvard School of Public Health, a dit qu’entre 30 % et 40 % de nos dépenses de santé tout est payant pour la fraude et le traitement inutile. Selon la Dre Barbara Starfield du Johns Hopkins School of Hygiene and Public Health, 250 000 décès par an sont causés par des erreurs médicales. Une étude réalisée par le professeur de l’Université de Harvard Lucian Leape a trouvé que 1 million de patients est blessés par des erreurs au cours de l’hospitalisation chaque année, avec quelque 120 000 décès. Un sur chaque 200 patients dans les hôpitaux de l’état de New York a eu une mort iatrogène. Moins de 10 % des erreurs médicales sont signalés aux autorités de l’hôpital.
 
LES MÉDICAMENTS D’ORDONNANCE SONT LA TROISIÈME CAUSE DE MORTALITÉ APRÈS LES MALADIES CARDIAQUES ET LES CANCERS.
Peter C. Gøtzsche lève le voile sur les comportements frauduleux de l’industrie pharmaceutique dans les domaines de la recherche et de la commercialisation et sur son mépris moralement répugnant pour la vie humaine. L’auteur établit des rapprochements convaincants entre l’industrie pharmaceutique et l’industrie du tabac et révèle l’extraordinaire vérité derrière les efforts déployés pour semer la confusion et détourner l’attention du public et des politiciens. Il s’appuie sur des données probantes et traite de manière détaillée de l’extraordinaire défaillance du système causée par le crime généralisé, la corruption et l’inefficacité de la réglementation pharmaceutique – une réglementation qui, selon lui, doit être radicalement transformée. " Si nous prenons autant de médicaments, c’est principalement parce que les compagnies pharmaceutiques ne vendent pas des médicaments, mais des mensonges à leur sujet. C’est ce qui fait que les médicaments sont si différents du reste... Tout ce que nous savons sur leur compte, c’est ce que les compagnies ont choisi de nous dire et de dire à nos médecins... Les patients ont confiance dans leurs médicaments parce qu’ils extrapolent la confiance qu’ils ont envers leurs médecins et la reportent sur les remèdes que ces derniers leur prescrivent. Ils ne sont pas conscients que les médecins, s’ils en savent long sur les maladies et la physiologie et la psychologie humaines, en connaissent très, très peu sur les médicaments si ce n’est les informations fabriquées de toutes pièces par l’industrie pharmaceutique... Si vous ne croyez pas que le système est hors de contrôle, je vous invite à m’écrire pour m’expliquer pourquoi les médicaments sont la troisième cause de mortalité... Si une épidémie provoquée par une nouvelle bactérie ou un nouveau virus avait fait autant de victimes – ou si elle avait même causé un centième seulement des décès associés aux effets secondaires des médicaments –, nous aurions tout fait pour la contenir. "
 
Ci-dessous, il est spécifiquement démontré que les accusés entretiennent et répandent délibérément les maladies contemporaines les plus communes en dépit du fait que ces maladies auraient pu être efficacement guéries
 
Meurtre ou erreur ?
 
De 1976 à 2006, 62 millions de certificats de décès ont été codés comme étant survenus dans un hôpital en raison d'erreurs de médication . Imaginez ce que seront ces chiffres pour les trois prochaines décennies 2007-2037! Environ 450 000 événements indésirables évitables liés aux médicaments surviennent aux États-Unis chaque année. Les coûts des réactions indésirables à la société s'élèvent à plus de 136 milliards de dollars par année, soit plus que le coût total des soins cardiovasculaires ou diabétiques. Les réactions indésirables aux médicaments entraînent des blessures ou la mort chez l'un des cinq patients hospitalisés.
 
Il y a un autre aspect de la fraude à très large échelle au sein de la quasi totalité d’industries pharmaceutiques, corruptrices jusqu’à la moelle. Cette industrie ne se contente pas seulement de corrompre des ministres, ou des personnes des instances européenne du médicament, elle ne se contente pas seulement de soudoyer des présidents d’ordre de médecin, elle ne se contente pas de faire des tests sur des orphelins pour qu’aucun parent ne crie au scandale. C’est tout au long de la chaîne que la moisissure morale, l’état mental mafieux qui fait de cette industrie une usine pire que les cheminées des camps de concentration, car cette industrie tue un gigantesque paquet de monde par toutes ses fraudes.. et la pile de cadavres est bien supérieure au camps de la mort, même si cela vous semble impossible.
Par exemple les essais de médicaments biaisés, trafiqués, truqués sont légions, ceci semble pas du tout connu par l’ensemble de la population qui continue à faire des dons pour des tas de recherches médicales “dites” scientifiques pour les rassurer mais mieux les plumer; ce qui semble de plus en plus scientifique: c’est l’opérandi mafieux de cette l’industrie, et là il est temps de dire stop.
 
La FDA et la MHRA, le régulateur des sociétés pharmaceutiques aux États-Unis et en Grande-Bretagne, sont toutes deux contrôlées par les grandes sociétés pharmaceutiques. La FDA et la MHRA ont de grands directeurs pharmaceutiques dans leurs conseils d'administration, et les grandes sociétés pharmaceutiques contrôlent leur propre réglementation.
 
professeur Peter C. Gøtzsche
 
L'ennemi le plus grand et le plus dangereux auquel l'Amérique est confrontée n'est pas la Russie, ni la Corée du Nord (y compris les bombes nucléaires), ni l'invasion des djihadistes. Ce n'est pas du marxisme rampant. Ce n'est pas merdique des écoles publiques. Ce n'est pas un faux changement climatique. Ce n'est pas les médias libéraux.
Bien que toutes ces choses énumérées ci-dessus soient des problèmes terriblement importants auxquels nous sommes confrontés, aucun d'entre eux ne se rapproche de la DOMINANT ISSUE sur la scène politique américaine - Big Pharma.
 
erreurs médicamenteuses, erreurs chirurgicales, infections nosocomiales.
 
Il ne faut pas se laisser tromper par ces groupes d’intérêts qui, confrontés à leur propre fin, sont prêts à entraîner l’humanité entière avec eux. Il y a 500 ans, une situation similaire a provoqué, en Europe, la transition entre les temps médiévaux et les temps modernes. Confrontés à leur propre fin, les dirigeants de l’époque se sont lancés dans une guerre contre leur propre peuple. Au cours de la "guerre de 30 ans" (1618 - 1648), un tiers de l’Europe a été détruite et des dizaines de millions de vies ont été sacrifiées.
 
 

"il nous faut un autre Nuremberg, un Nuremberg de la santé."

Lorsqu’on répondra à cette série de questions et à beaucoup d’autres on réalisera alors qu’il nous faut un autre Nuremberg, un Nuremberg de la santé. En effet est-il acceptable que l’on continue d’accepter les mêmes méthodes de traitement des cancers – la chimiothérapie, radiothérapie & immunothérapie – dont on sait d’avance qu’elles engloutissent beaucoup d’argent  et sont vouées à l’échec ?
« En présence des Maîtres de cette école, de mes chers condisciples et devant l’effigie d’Hippocrate, je promets … » ii C’ est ainsi que commence le serment d’Hippocrate, celui que tous les médecins font avant leur entrée en fonction avant d’ajouter « je donnerai mes soins gratuits à l’indigent, et n’exigerai jamais un salaire au-dessus de mon travail ». Et pourtant certains professionnels de la santé continuent à se faire les apôtres et les défenseurs d’une politique médicale inepte et criminelle dont les scandales comme le Vioxx et le Mediator ne sont que des minuscules parties émergées de l’iceberg de la désinformation médicale. Pire encore, les partisans de la pensée unique dominante continuent d’organiser des campagnes de dénigrement des chercheurs originaux et tant d’autres anonymes incapables parfois de mener leurs travaux à terme.

Dénis conduisant au Négationnisme

Idéologie selon laquelle la Shoah n'aurait pas existé. Le négationnisme nie donc le génocide des Juifs par les nazis ainsi que les chambres à gaz. Par extension, le terme est utilisé pour la négation d'autres crimes contre l'humanité.
 
Au début de la crise, les professionnels de la santé étaient en grande partie dans le « déni » et mis sous pression pour certifier que les décès « soudains » étaient « naturels et dus à des conditions préexistantes ». Cela malgré la preuve accablante de prescriptions excessivement imprudentes de la part de la communauté médicale locale. Il y a quinze à vingt ans, les familles des victimes, isolées dans leurs petites villes, ont peut-être trouvé un certain réconfort à court terme en voyant le terme « naturel » associé à la mort prématurée de leur proche. Il est compréhensible qu’un diagnostic de « décès par overdose » puisse provoquer une honte sociale et personnelle énorme dans les familles ouvrières blanches des régions rurales et des petites villes qui associaient traditionnellement les narcotiques aux minorités urbaines criminelles. Elles se croyaient immunisés contre ce problème de « grande ville ». Ils faisaient confiance à « leurs » médecins qui, à leur tour, faisaient confiance aux affirmations de Big Pharma disant que les nouveaux opioïdes synthétiques n’étaient pas addictifs et pouvaient être prescrits en grandes quantités.
Malgré la lente prise de conscience de ce problème par la communauté médicale locale, il y a eu peu de tentatives publiques d’éduquer cette population à risque et encore moins de tentatives d’endiguer la sur-prescription des médecins et des cliniques privés. Ni eux, ni les infirmières et les assistantes médicales n’ont informé les patients sur les immenses dangers de combiner opioïdes et alcool ou tranquillisants. En fait, beaucoup de médecins ne savaient même pas ce que d’autres prestataires avaient prescrit à leurs patients. Il n’était pas inhabituel de voir des jeunes adultes en bonne santé avec différentes ordonnances prescrites par plusieurs prestataires.
... Lorsque le corps d’une jeune victime de surdose de la classe ouvrière est enfermé dans une morgue, son décès prématuré est qualifié d’« auto-infligé » ou de surdose « accidentelle » d’opioïde et une grande machine de camouflage est mise en route : la séquence qui mène à la mort est entourée de mystère, aucune compréhension plus profonde des facteurs socioculturels et économiques n’est recherchée. Au lieu de cela, la victime ou sa culture est blâmée ....

Le génocide des personnes âgées

Le taux de mortalité lié aux prescriptions de médicaments est 10 fois plus élevé que dans les pays voisins et un étonnant 20 à-50 fois plus élevé chez les personnes âgées de plus de 75 ans.

"seul un pays authentiquemement moderne était capable de traiter les vieillards comme de purs déchets
 
Le génocide
 
Chaque année , 41.000 personnes âgées sont hospitalisées et 3.300 d' entre eux meurent des ulcères causés par les AINS (médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, habituellement pour le traitement de l' arthrite). 3 Des milliers de jeunes adultes sont hospitalisés. (Voir la liste des médicaments qui peuvent causer des saignements gastro - intestinaux ).
 

 

Le génocide avec les drogues psychiatriques

Plus de 80 millions d’ordonnances pour les médicaments psychiatriques sont rédigés au Royaume-Uni chaque année. Non seulement sont ces médicaments souvent tout à fait inutiles et inefficaces, mais ils peuvent aussi transformer les patients en toxicomanes, entraîner des effets secondaires invalidantes – et tuer. Par exemple, antipsychotiques, couramment donnés aux patients atteints de démence afin qu’ils gardent leur calme, augmentent le risque de maladies cardiaques, de diabète et d’accident vasculaire cérébral. Les médicaments psychotropes rendent aussi les chutes plus probable, et casser une hanche peut raccourcir la vie significativement, tandis que certains antidépresseurs sont liés à une arythmie potentiellement mortelle.

“Ex membre de la FDA Dr David Graham, qui a sonné l’alarme sur le Vioxx, a déclaré au Congrès que les neuroleptiques atypiques comme le Zyprexa tuent quelques 62000 personnes par an dans des utilisations non approuvées”.

Si chaque personne qui prenait actuellement des médicaments psychotropes ou des antidépresseurs devait être retirée de ces médicaments mortels et recevait un nouveau régime plus sûr, la société s'en porterait beaucoup mieux. C'est la plus grande inférence d'une nouvelle revue publiée dans le BMJ ( British Medical Journal ), qui a constaté que plus d'un demi-million de personnes dans l'Ouest meurent chaque année de psychomédecine, qui ont trouvé des avantages «minimes» et une multitude de effets secondaires nocifs.
 
Enfants mort-nés: une étude canadienne de presque 5 000 mères révèle que les femmes sur les ISRS sont deux fois plus susceptibles d’avoir un mort-né et presque deux fois plus susceptibles d’avoir un bébé de poids de naissance prématurée ou faible ; une autre étude a montré un risque augmenté de 40 % pour les malformations congénitales, comme une fente palatine. 
 
Le Dr David Graham (FDA), qui a sonné l’alarme sur le Vioxx, a déclaré au Congrès que les neuroleptiques atypiques comme Zyprexa tuent quelques 62000 personnes par an dans les utilisations non approuvées
 
Les effets bénéfiques des médicaments psychiatriques sont si minces, dit-il, qu’il serait possible d’arrêter l’utilisation actuelle presque complètement sans causer de dommages. Il recommande d’arrêter l’utilisation de tous les médicaments antidépresseurs ainsi que ceux du TDAH et de la démence, et de prescrire seulement une petite fraction des antipsychotiques et des benzodiazépines utilisés actuellement.
 
Récemment, le célèbre avocat constitutionnel Jonathan Emord a appelé l’administration Trump à enquêter sur les liens possibles entre les drogues psychiatriques et les attaques violentes aux armes à feu aux États-Unis. La FDA est consciente que ces médicaments peuvent provoquer des comportements violents, tout en continuant à permettre à des millions d'Américains, y compris des enfants, de consommer des médicaments puissants et psychotropes.
Le marché mondial des antidépresseurs représente environ 14,5 milliards de dollars et devrait atteindre 16,8 milliards de dollars d’ici à 2020; le marché mondial des antipsychotiques se chiffre à 11,7 milliards de dollars , dont une grande partie est prescrite pour des maladies peu liées à la psychose et qui ont des effets secondaires très toxiques. Cela représente près de 30 milliards de raisons de garder le public ignorant

Le génocide des métaboliseurs lents

Pourquoi tester?
Chaque année, plus de 8,6 millions d’événements indésirables médicamenteux (EIM) sont signalés aux États-Unis – 2,2 millions d’entre eux sont graves.
En fait, les événements indésirables sont la quatrième cause de décès à l’échelle nationale, après les maladies cardiaques, le cancer et les accidents vasculaires cérébraux, et ils placent un énorme fardeau financier pour le système de santé.
Même avec la prescription appropriée, la génétique d’un patient peuvent affecter la façon dont ils métabolisent et répondre aux médicaments. Plus de 85% des patients ont des variations détectables dans leur ADN qui augmentent leur risque d’une ADE.

Les effets indésirables graves (RMIS) sont une cause majeure de morbidité et de mortalité dans le monde entier. Certains EIG peuvent être prévisibles, sur la base pharmacodynamiques et pharmacocinétiques…..L’incidence globale des EIG chez les patients hospitalisés aux États-Unis a été estimé à 06/02 à 06/07% et l’incidence des effets indésirables mortels est estimée à 0,15-0,3% (REF. 2 ). Cela se traduit par plus de 2 millions EIG estimés chez les patients hospitalisés chaque année, avec plus de 100.000 morts, ce qui rend ces réactions comme une des causes ies plus mportantes de décès aux États-Unis. Des études en Europe et en Australie ont donné des estimations semblables 3 . Le fardeau des coûts résultant est énorme, ce qui représente des dizaines de milliards de dollars, et a un impact sur les deux l’industrie pharmaceutique internationale des soins de santé

anti-inflammatoire non stéroïdien / AINS : vioxx / célébrex / arcoxia / bextra / ibuprofène / advil / diclofénac / voltarène.... : un génocide ?

©Prescrire 15 décembre 2009
 
pétition
 
A travers les déboires du Vioxx et du Celebrex, c'est tout le marché du médicament qui est mis en cause. Coût exorbitant, matraquage promotionnel, systèmes de contrôle défaillants...
 
De manière générale, ce sont les personnes âgées qui sont les plus concernées par ces risques, car leur fonction rénale diminue, un paradoxe, quand on sait que les anti-inflammatoires sont largement prescrits pour soulager les douleurs liées à l'arthrose.
 
"Ceux qui utilisent des médicaments contre l'arthrite sont surtout des personnes âgées qui sont le plus à risque de mourir d'une crise cardiaque provoquée par le médicament ou d'un ulcère hémorragique," at-il dit. «Nous avons une forte utilisation de médicaments psychiatriques chez les personnes âgées et nous tuons une énorme quantité d'entre eux."
 
j’ai vendu plusieurs AINS, qui sont connus pour tuer des milliers de personnes chaque année et hospitaliser des dizaines de milliers
 
Chaque année, 41 000 personnes âgées sont hospitalisées - et 3 300 de ces décès par ulcères causés par des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens, généralement pour le traitement de l'arthrite). 3 Des milliers d'adultes plus jeunes sont hospitalisés. (Voir la liste des médicaments pouvant causer des saignements gastro-intestinaux ).
 
les scientifiques ont été assez surpris de constater que les plus fortes corrélations incriminaient les antalgiques et opiacés (+92%), et surtout les anti-inflammatoires non stéroïdiens (+206%)
 
Merck estima les événements thrombotiques et il y avait 1,5 fois plus de cas d’infarctus du myocarde, de mort subite cardiaque ou d’AVC sous rofecoxib que sous placebo pour 100 patients traités (1). Plus de 80 millions de patients ont été traités avec rofecoxib et, puisque 10% des événements de ce type sont mortels, une estimation brute est que le rofecoxib a tué environ 120.000 personnes
.
160 000 victimes de crises cardiaques et attaques cérébrales, 40 000 morts aux États-Unis et au moins 60 000 dans le monde à la date de 2011, le scandale du Vioxx a révélé qu’il n’était pas le fruit du hasard mais bien la conséquence d’un système opaque d’autorisation de mise sur le marché
 
Merck estima les événements thrombotiques et il y avait 1,5 fois plus de cas d’infarctus du myocarde, de mort subite cardiaque ou d’AVC sous rofecoxib que sous placebo pour 100 patients traités (1). Plus de 80 millions de patients ont été traités avec rofecoxib et, puisque 10% des événements de ce type sont mortels, une estimation brute est que le rofecoxib a tué environ 120.000 personnes.
 
Le celebrex aurait tué 75 000 personnes
selon le livre : remèdes mortels et crime organisé du professeur peter Gotzsche
 
Pfizter a corrompu des médecins a grande échelle pour qu'ils prescrivent n'importe quoi ;
La procédure judiciaire a débouché sur un accord à l’amiable assorti d’une amende record de 2,3 milliards de dollar (1,5 milliard d’€uros.
Le médecin touchait une prime de 50 dollars s’il prescrivait du Bextra avant ou après une intervention chirurgicale.
 

Sept médicaments antalgiques, de la famille des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), figurent dans cette liste de 74 médicaments jugés plus dangereux qu'utiles.
Les 7 AINS plus dangereux qu'utiles sont :
Les coxibs :Célécoxib (Celebrex)Étoricoxib (Arcoxia),Parécoxib (Dynastat)Ils «exposent à un surcroît d’accidents cardiovasculaires (dont thromboses et infarctus du myocarde) et d’effets indésirables cutanés par rapport à d’autres AINS aussi efficaces" ».
Les AINS :Acéclofénac (Cartrex ou autre)Diclofénac (Voltarène ou autre)Ils « "exposent à un surcroît d’effets indésirables cardiovasculaires (dont infarctus du myocarde, insuffisances cardiaques) et de morts d’origine cardiovasculaire par rapport à d’autres AINS aussi efficaces».
Le kétoprofène en gel (Ketum gel ou autre)« "Il expose à un surcroît de photosensibilisations (eczémas, éruptions bulleuses) par rapport à d’autres AINS topiques aussi efficaces." »
Le piroxicam par voie générale (Feldène ou autre)« "Il expose à un surcroît de troubles digestifs et cutanés (dont des syndromes de Lyell), sans être plus efficace que d’autres AINS.»

AINS : éviter les coxibs, le diclofénac et l'ibuprofène à forte dose
Des synthèses menées à partir de centaines d'essais ont montré une augmentation statistiquement significative des effets indésirables cardiovasculaires graves avec les AINS, en particulier avec les coxibs (étoricoxib (Arcoxia°), célécoxib (Célébrex° ou autre)), le diclofénac (Voltarène° ou autre) et probablement avec les fortes doses (2 400 mg par jour) d'ibuprofène (Brufen° ou autre) : augmentation des infarctus du myocarde, morts de cause vasculaire, et insuffisances cardiaques.
 
Merck, le laboratoire ayant commercialisé le Vioxx entre 1999 et 2004, n'a pas publié le résultat de ses recherches qui montraient dès 2001 que son médicament augmentait nettement le risque de crise cardiaque.
 
"L'antidouleur Arcoxia n'aurait jamais dû être autorisé et remboursé"
En 2004, six ans avant la polémique sur le Mediator, le scandale du Vioxx avait secoué le monde médical, et conduit le fabricant, Merck, Sharp et Dohme-Chibret (MSD), à retirer cet anti-inflammatoire du marché après des études révélant qu'il augmentait les risques cardio-vasculaires, notamment d'infarctus. Visé par quelque 26 600 plaintes, le laboratoire, après s'être défendu, s'est finalement résolu, en 2007, à accepter un accord amiable indemnisant les patients à hauteur de 4,85 milliards de dollars (3,64 milliards d'euros)

Quand l’Arcoxia® sera-t-il retiré ?
En mars 2010, l’Arcoxia®, un médicament de la même famille que le Vioxx®, produit par le même laboratoire Merck, est arrivé sur le marché français. Cet anti-inflammatoire non stéroïdien est indiqué pour soigner l’arthrose, les crises de goutte et la polyarthrite rhumatoïde.
Il fait partie des médicaments qui sont sur la sellette avec un suivi renforcé en raison de son appartenance à la classe des Coxibs, accusés de pouvoir augmenter un risque cardiovasculaire, tel qu’une hypertension artérielle, des œdèmes, une insuffisance cardiaque congestive, un taux de cholestérol élevé ou un diabète, sans compter le risque d’effets indésirables gastro-intestinaux, lors de la prescription associée à un Coxib.

Le cas de l'étoricoxib (Arcoxia°)
Le 12 avril 2007, la FDA a refusé à 20 voix contre 1 d'autoriser la mise sur le marché de l'étoricoxib (Arcoxia°), un nouvel antalgique de la firme Merck, car il ne présentait pratiquement aucun avantage et exposait à des risques importants de problèmes cardiovasculaires. Ce qui est intéressant, c'est que la plupart des pays européens ont autorisé la mise sur le marché de ce médicament que la FDA a jugé inutile et dangereux (d). Dans ces pays, Merck le commercialise, et les médecins le prescrivent aux patients. Or la presse en ayant peu parlé, ils ignorent ce qu'en pense la FDA. Ne faudrait-il pas poser des questions précises afin de savoir en premier lieu pour quelle raison ce médicament a été mis sur le marché, et ensuite s'il doit y rester ?

interdiction d'arcoxia
demandée par la revue prescrire (janvier 2013)
 
Chaque année , 41.000 personnes âgées sont hospitalisées et 3.300 d' entre eux meurent des ulcères causés par les AINS (médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, habituellement pour le traitement de l' arthrite). 3 Des milliers de jeunes adultes sont hospitalisés. (Voir la liste des médicaments qui peuvent causer des saignements gastro - intestinaux ).
 
Advil® Ibuprofène Ainscrid LP®..
.

Le génocide par les soins du cancer

« on estime que d’ici 2020, aux USA, 50 % des cancers seront induits par les médicaments ou les radiations médicales, la médecine devenant ainsi, bientôt, la principale cause de cancer » docteur ben Johnson

 

« Ce n’est pas le cancer, qui fait vraiment mal aux gens, statistiquement ; 42 à 46 % des patients qui ont un cancer meurent de cachexie,…, ils perdent, essentiellement toute leur masse corporelle, le reste, entre 54 et 58 % meurent des traitements. En d’autres termes, personne ne meurt du cancer. » docteur rashid Buttar

 

« 97 % des personnes qui subissent une chimiothérapie sont mortes, dans les cinq ans, cela a été publié en 2004 dans le journal of oncologie…..C’est tout a fait vrai encore aujourd’hui, depuis, cela n’a pu qu’empirer »

 

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Le génocide des malades Alzheimer

Les traitements médicamenteux de la maladie d’Alzheimer sont inefficaces
Ces traitements ne doivent pas seulement être déremboursés ou remboursés à 15 %, ils doivent être simplement retirés du marché.

20 milliards d'euros escroqués aux français, avec l'accord de la sécu, pour des médicaments Alzheimer inutiles mais souvent mortels,
Petit rappel des faits. Le bénéfice de 4 médicaments proposés et de leurs génériques, dont la facture globale en vingt ans a coûté 20 milliards d’euros aux Français avait déjà été mis en doute en 2011 par la Haute Autorité de Santé (HAS). Mais cette fois elle est catégorique. Selon son rapport du 21 octobre 2016 [1], elle recommande le déremboursement de ces médicaments qui concerne, à ce jour, 850 000 personnes.
 
Va-t-elle, en d’autres termes, choisir la logique et la cohérence : faire procéder à leur déremboursement plus de 150 millions d’euros d’économie annuelle) en organisant parallèlement une amélioration substantielle de la prise en charge de ces personnes ?
 
Les médicaments de la maladie d’Alzheimer disponibles en 2014 ont une efficacité minime et transitoire. Ils sont peu maniables en raison des effets indésirables disproportionnés et exposent à de nombreuses interactions. Aucun de ces médicaments n’a d’efficacité démontrée pour ralentir l’évolution vers la dépendance et ils exposent à des effets indésirables graves, parfois mortels

Tout savoir pour éviter Alzheimer et Parkinson
« Soyons clairs. Toutes les études, sans exception, et tous les avis des commissions officielles américaines ou françaises concluent à l’absence de tout effet positif autre que ponctuel et transitoire, sur l’évolution de l’Alzheimer. »

médicaments alzheimer inutiles et dangereux
Aricept 23 : Découvrez pourquoi Public Citizen et un expert dans la maladie d’Alzheimer de Johns Hopkins ont demandé à la FDA à interdire la drogue l’a récemment approuvé la maladie d’Alzheimer, l’Aricept 23, sur le marché.
Rivastigmine transdermique (Exelon) Patch : Un autre problème a surgi avec ce médicament que nous avons énumérés en tant NE PAS utiliser pour un long moment. . Il ya un nombre croissant de personnes qui ont involontairement font une overdose à l’Exelon Patch, conduisant à des symptômes de toxicité décrite dans l’article. Nous avons également discuter des moyens d’éviter ce surdosage dangereux.
galantamine (Reminyl) : Il n’existe aucune preuve que ce médicament entraîne une amélioration fonctionnelle importante ou empêche la progression de la maladie, et de nouvelles preuves indiquent qu’il pourrait accroître le risque de décès.
La FDA, basée sur les preuves actuelles, ne devrait pas approuver florbetapir pour l’évaluation des patients suspects d’avoir la maladie d’Alzheimer.

Alzheimer : des médicaments inutiles, meurtiriers, mais remboursés
Depuis six ans, la revue «Prescrire» alerte sur l’inefficacité et les effets secondaires, parfois mortels, des spécialités pharmaceutiques autorisées (et remboursées) contre cette maladie. En vain

« Tous les essais cliniques ont démontré que les médicaments anti-Alzheimer n'amélioraient pas de façon significative l'état de santé des patients »
"Le donépézil a un effet modeste et transitoire (quelques mois) chez environ 10 % des patients", indiquait la revue Prescrire en 2008. "L'efficacité des 3 autres médicaments n'est pas meilleure. À long terme, un essai comparatif randomisé d'une durée de 3 ans a montré que le donépézil ne retardait ni l'entrée en institution ni la perte d'autonomie chez les malades atteints d'une forme légère à modérée de la maladie d'Alzheimer", résumait la revue."

liste des médicaments pour Alzheimer «inhibition de la cholinestérase»
Le donépézil (Aricept Aricept & ODT)
La galantamine (Razadyne & Razadyne ER)
Tacrine (Cognex)
La rivastigmine (Exelon Exelon Patch &)
un rapport au gouvernement britannique en 2009 indiquant que les médecins prescrivent chaque année outre-Manche des neuroleptiques à 180.000 patients atteints de démence, à l’origine de 1.620 AVC et 1.800 décès
 
Alzheimer
En France, près de 70% des 800 000 patients atteints par la maladie d’Alzheimer sont sous traitement spécifique (trois fois plus qu’au Royaume-Uni, où le rapport efficacité/coût de ces médicaments n’est pas reconnu). « Sur la forme, le guideline de la HAS est critiquable en ce sens que (…) les conclusions de l’argumentaire ne reflètent pas les données présentées dans le corps de texte de l’argumentaire », note le jeune médecin de 31 ans. « De plus, les propositions de la HAS ne font pas l’objet d’une graduation (recommandation de grade A, B ou C), ce qui empêche le lecteur d’identifier le niveau de preuve scientifique de chacune de ces propositions. Il n’y a, par ailleurs, aucun index bibliographique. Les preuves apportées ne sont donc pas vérifiables. Sur le fond, la HAS omet de parler des risques : troubles cardiaques et digestifs parfois sévères, mais également neurologiques (vertiges, tremblements, confusion, dépression…), sans compter de multiples interactions néfastes qui ont été rapportées avec d’autres molécules. « Les données de la science prouvent quant à elles une balance bénéfices-risques clairement défavorable pour ces médicaments. Deux études(4) de taille ont été oubliées (…). L’une comme l’autre étaient en défaveur du traitement médicamenteux. Pourquoi ces études n’ont-elles pas été abordées ? », questionne Louis-Adrien Delarue. La HAS ne livre pas d’analyse des coûts globaux de l’ensemble de ces traitements. Or un milliard d’euros ont été dépensés entre 2006 et 2009 selon les chiffres du SNIIR-AM(5) , soit une moyenne de 250 millions d’euros par an. Largement de quoi financer l’actuel plan Alzheimer 2008-2012 majoritairement consacré à la prise en charge de malades, et non aux médicaments. Sur les 17 membres du groupe de travail « Alzheimer » dont la déclaration publique d’intérêt est accessible (trois ont oublié cette obligation), neuf ont déclaré des liens d’intérêts et six d’entre eux ont des liens considérés comme « majeurs » selon les propres critères la HAS. Y compris, la présidente du groupe de travail, en tant que « conseiller scientifique » des quatre firmes concernées par les traitements de la maladie d’Alzheimer. Les règles élémentaires de gestion des conflits d’intérêts de la HAS sont donc clairement bafouées, puisque la HAS récuse, à la fonction de président du groupe de travail, tout professionnel ayant des liens majeurs avec les firmes pharmaceutiques concernées par les recommandations professionnelles.

Médicaments de l’Alzheimer (liste d’articles psychomédia)
Les médicaments anti-Alzheimer sont à éviter selon Prescrire

Les Neurotoxiques Organophosphorés
On désigne sous le terme générique de neurotoxique les composés appartenant à la famille des agents organophosphorés. Ils sont dérivés des insecticides organophosphorés. Ils agissent à très faible dose en inhibant l’acétylcholinésterase, une enzyme qui intervient dans les mécanismes de la transmission nerveuse au niveau de synapses. Cela se traduit par une accumulation d’acétylcholine qui perturbe et interrompt la transmission de l’influx nerveux.
Ces agents sont tous très lipophiles et sont très rapidement absorbés par la peau, le tissu conjonctif oculaire et les muqueuses (principalement celles des voies respiratoires dans le cadre de la respiration). L’intoxication se fait donc par voie percutanée, oculaire, pulmonaire et orale.
Leur toxicité est bien plus importante que tous les autres toxiques. La dose létale du VX n’est que de 10 mg/min/m³. Par comparaison, la dose létale du chlore est de 19 000 mg/min/m³ et celle de l’Yperite de 1 500 mg/min/m³. Ils sont considérés comme des armes de destruction massive.
 
Les organophosphorés (OP) utilisés comme insecticides (IOP) sont responsables d’une mortalité élevée par intoxication. Par ailleurs, les neurotoxiques organophosphorés (NOP) sont les éléments essentiels de l’arsenal chimique militaire moderne pouvant être utilisés à des fins terroristes.
 
Dès 1937, l’Allemagne exploite les propriétés neurotoxiques d’un insecticide organophosphoré, le tabun ; puis en 1939, le sarin ; et en 1944, le soman.

Parmi les substances anticholinestérasiques, on retrouve :     
des médicaments utilisés  :        
dans la maladie d'Alzheimer : donépézil, galantamine, rivastigmine ;        
dans la myasthénie : néostigmine ;    
des pesticides (comme le malathion), insecticides organophosphorés, insecticides carbamates ;    
des gaz de combat neurotoxiques, comme le sarin et la substance VX, parmi d'autres ;    
dans une moindre mesure des psychotropes comme la caféine (anticholinésterase non-compétitif)1,2

NEUROLEPTIQUES--------------------------------------------------------------------------------------------------------

HAS et Alzheimer :Les neuroleptiques constituent donc une mauvaise réponse à une situation clinique
pour 1,000 personnes traitées par neuroleptiques pour troubles du comportement pendant 12 semaines, on observe :91 à 200 patients seulement avec diminution des troubles du comportement 
10 décès supplémentaires
18 accidents vasculaires cérébraux dont la moitié sévère

58 à 94 patients avec des troubles de la marche

Il n’en est pas même pour les neuroleptiques. Leurs effets secondaires sont redoutables (effets extra-pyramidaux pour ceux de première génération et syndrome métabolique pour ceux de deuxième génération). Utiles en période de crise (phase d’exaltation du trouble bipolaire par exemple), leur utilisation prolongée est dangereuse. Malheureusement, beaucoup de psychiatres ont pour habitude de prolonger le traitement de crise ad vitam aeternam, soi-disant à titre préventif. D’autres psychiatres incompétents nient toute spécificité au traitement du trouble bipolaire et traitent celui-ci comme une alternance de dépression (d’où les AD) et de bouffées délirantes (d’ou les neuroleptiques). Une « tradition » associe dans une mythique clinique de la psychose une utilisation généralisée et sans mesure des neuroleptiques (quelque soit le trouble mental) enveloppée dans un charabia psychanalytique soi-disant humaniste, parce qu’elle nie toute mesure d’efficacité au motif de l’unicité du sujet (sans rire malheureusement).
L’essai clinique anglais DART-AD en double aveugle (Clive Ballard et col. Ref.1) dont les résultats ont été publiés en février 2009 dans la revue Lancet Neurology sur des malades traités pour Alzeihmer montre des résultats terrifiants à moyen terme : le taux de survie à deux ans est de 46% (vs 71% pour le groupe placebo) et à 3 ans de 30% (vs 59% pour le groupe placebo). En d’autres termes, à deux ans, un tiers des malades sont morts à cause des neuroleptiques et à 3 ans la surmortalité est proche de la moitié.

démence : les neuroleptiques et antidépresseurs mis en cause
Deux études distinctes publiées dans deux revues médicales britanniques mettent en cause l'utilisation des neuroleptiques et des antidépresseurs pour traiter les patients atteints de démence, au moment où a lieu à Paris une conférence internationale sur la maladie d'Alzheimer.
 

La conclusion d’une étude de longue durée de The Lancet Neurology, montre qu’il y a une forte hausse des risques d’effets secondaires graves et de mort chez les patients recevant ces médicaments. En plus, ils accélèrent la détérioration mentale

Vaccins

De nombreux experts médicaux reconnaissent maintenant qu’il est plus important pour vous et votre famille de vous protéger du vaccin contre la grippe que de la grippe elle-même.
 
Un livre important pour comprendre la toxicité des vaccins. Les progrès de la science et de la compréhension de l’immunité, depuis l’époque de Pasteur, montrent de façon irréfutable que les vaccins n’existeraient plus s’ils n’étaient la source d’énormes profits financiers. Ne laissez plus des multinationales sans conscience empoisonner vos corps et ceux de vos enfants au nom d’idées fausses ! Réveillez-vous et prenez votre santé en mains.

le génocide du cancer sur ordonnances

sont spécifiquement attribués aux rayonnements, aux USA. Environ 16500 en meurt
 
docteur ben Johson
 
Une fois que vous devenez un consommateur «régulier» de médicaments d'ordonnance pour l'anxiété, la douleur, la dépression, l'inflammation, l'arthrite, la fibromyalgie, les maladies cardiaques, l'hypercholestérolémie et le diabète, vous aggravez l'attaque chimique chaque jour. Vous créez plus de mauvaises cellules que de bonnes cellules et vous priver vos bonnes cellules d'oxygène. C'est la recette du cancer, mes amis.
 
Faire ce type de traitement,c’est comme de faire exploser une bombe au napalmpour tuer des araignées
 
Cette nouvelle n'est pas passée inaperçue dans le monde de la psychiatrie. Elle dit ni plus ni moins que la plupart des psychotropes seraient potentiellement cancérigènes. C'est ainsi que la FDA américaine vient de demander des études de carcinogénicité particulières pour les psychotropes
 
En plus de tuer plus de 5 millions de personnes au cours des dix dernières années, approuvé par la FDA, les médicaments psychiatriques provoquent un autre effet secondaire désagréable dont votre médecin n'a probablement pas entendu parler --ils augmentent considérablement le risque des utilisateurs de développer un cancer.
 
une grande fréquence de mammographies : un risque accru de cancer.  Les patients qui meurent au cours d’un traitement de chimiothérapie ou de radiothérapie prolongé ne sont pas comptabilisés dans les statistiques lorsqu’ils n’ont pas reçu l’intégralité du traitement.
 
Diéthylstilbestrol, Thérapie de la ménopause aux œstrogènes seuls, Thérapie de la ménopause aux œstroprogétatifs combinés, Contraceptifs oraux œstroprogestatifs combinés, Tamoxifène, Busulfan, Chlorambucil, Cyclophosphamide, Melphalan, Sémustine (méthyl-CCNU), Thieotepa, Tréosulfan, Chimiothérapie combinée MOPP, Etoposide en association avec le cisplatine et la bléomycine, Etoposide (Groupe 2A en 2000), Chlornaphazine, Azathioprine,Ciclosporine, Méthoxsalen + rayons ultra violets, Plantes contenant de l'acide aristolochique, Acide aristolochique (Groupe 2A en 2002), Mélanges d'analgésiques contenant de la phénacétine, Phénacétine (Groupe 2A en 1987)
 
La seule « mortalité par cancers liée à l’irradiation médicale à visée diagnostique est estimée à 3 000-5 000 /an, dont une partie évitable ».
 
Les médicaments en cause incluent la famille des benzodiazépines, comme le témazepam, les non-benzodiazépines, comme le zolpidem, les barbituriques et les sédatifs antihistaminique
 
les traitements anti-cholestérol sont 3 à 5 fois plus cancérigènes que le tabac ou l’amiante.
 
Depuis plus de trente ans, des traitements anticholestérol provoquent des cancers
 
Une étude en 2011  a montré que les hommes qui consomment des statines ont un risque accru de développer un cancer de la prostate. Un risque 86% plus élevé de développer un cancer de la prostate.
 
En conséquence, la mise en évidence de cet excès de cancers dans le groupe sous médicament anti-cholestérol est extrêmement inquiétante.
 
ces molécules, réputées jusqu'à très récemment, par plusieurs médecins scientifiques, diminuer le cancer du sein, en doublent le risque dès que l'usage de ces médicaments est régulier sur du long terme. Il faut rappeler que ces médicaments, qui augmentent nettement le risque de devenir DT2 avec des glycémies compliquées à gérer, et le risque de développer un cancer du sein, sont en général donnés à vie, par des médecins qui n'ont malheureusement pas pris le temps de lire l'ensemble des données scientifiques disponibles à ce sujet.
 
"Tout faire pour ne pas avoir à prendre les médicaments de l’HTA"
"effets catastrophiques sur le risque de développer un cancer"
 
Régulièrement, des auteurs très sérieux (généralement des épidémiologistes, parfois des médecins) travaillant pour un département de Santé Publique d’un gouvernement d’un pays développé) annoncent qu’ils observent plus de cancers chez des patients traités pour hypertension artérielle (HTA pour les intimes) avec un médicament.
 
Les Drs. Ilke Sipahi, Daniel I. Simon et James C. Fang ont terminé une analyse de plus de 60.000 patients désignés au hasard à prendre soit un placebo ou un médicament de la pression artérielle connue sous le nom de l'angiotensine-récepteur (ARB). Ils ont constaté que l'ARB est liée à un risque accru de cancer. Par exemple, le risque de cancer du poumon était de 25 pour cent plus élevé chez les participants prenant ARB que chez les sujets témoins. Ces résultats ont été publiés en ligne dans la revue "The Lancet Oncology" en Juillet 2010.
....Non seulement les bloqueurs des canaux calciques à action rapide été liés avec le cancer, mais ils ont été montré pour augmenter le risque de décès d'une crise cardiaque, dit le National Institutes of Health, qui dit aussi qu'ils doivent être prescrits avec prudence.
 
en mon nom personnel, je vais vous donner mon opinion : il devient de plus en plus visible que les personnes traitées pour une supposée HTA succombent plus souvent de chutes (dues à des pressions trop basses ou à des hypoglycémies, les deux provoquées par les médicaments) qu’à des accidents cardiovasculaires avérés … sans parler des cancers que nos experts n’osent pas encore attribuer à leurs médicaments antihypertenseurs, malgré des données convergentes …
 
L'utilisation pendant dix ans et plus des anti-hypertenseurs de la classe des inhibiteurs calciques (ou antagoniste du calcium), qui est une classe très prescrite, était liée à un risque 2,4 fois plus élevé de cancer du sein canalaire (le plus fréquent) et 2,6 fois plus élevé de cancer du sein lobulaire
.
le tamoxifène qui multiplierait de deux à sept fois la fréquence du cancer de l’endomètre, muqueuse qui tapisse l’utérus
 
médicaments pour consolider les os, pendant plus de 5 ans, courent deux fois plus de risque que les autres d'avoir un cancer de l'oesophage, montrent des chercheurs britanniques.
 
Un autre médicament tristement célèbre à cet égard est chlornaphazine. Chlornaphazine a été autrefois largement utilisé dans le traitement de la polyglobulie. Son utilisation a été associée à une incidence accrue de cancer de la vessie [ 5 ]. Le tamoxifène qui est utilisé comme agent d'appoint dans le traitement du cancer du sein porte également un potentiel cancérogène significatif. Par exemple, Mignotte et al. dans une grande étude de cas contrôlée a indiqué que le risque relatif de développer un cancer de l'endomètre chez les femmes qui ont été administrés tamoxifène était de 4,9 par rapport aux femmes qui n'ont pas reçu de tamoxifène
 
La prescription à long terme des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), médicaments anti-reflux gastriques favoriserait le développement des cancers de l'estomac.
 
«Un médicament dangereux», «un anticancéreux qui donne le cancer».
 
Une méta-analyse de 61 études dans PLoS ONE trouvé un risque accru de cancer du sein chez les femmes prenant un antidépresseur.
«Aucun des 4 études épidémiologiques pour lesquelles le chercheur principal (PI) avait des liens de l'industrie a rapporté une association positive entre la consommation d'AD et le risque de cancer. Parmi les 22 études pour lesquelles la PI n'avait pas de liens de l'industrie, 45% (10/22) rapporté résultats positifs. De même, aucune des études pré-cliniques 11 pour lequel le PI avait des liens avec l'industrie rapporté des résultats positifs pour le cancer. Parmi les 24 études pour lesquelles la PI n'avait pas de liens de l'industrie, 42% (10/24) ont indiqué que les annonces étaient cancérigènes , promoteurs de tumeurs, génotoxiques ou néoplasique. Ainsi, au total, aucun des 15 chercheurs qui avaient des liens de l'industrie ont fait des constatations positifs pour le cancer, comparativement à 43% des chercheurs sans liens avec l'industrie. Il y avait une relation statistiquement significative entre les liens de l'industrie des chercheurs et conclusions concernant DA et le cancer ".
 
L’exposition aux antidépresseurs tricycliques entre 11 et 15 ans avant la date d’échantillonnage a été associée à une augmentation significative du risque de cancer du sein chez les femmes ayant reçu, en moyenne, le plus de médicament au cours de la période
 
AVERTISSEMENT: Les somnifères peuvent être dangereux pour votre santé ou causer la mort par cancer, maladie cardiaque ou d'autres maladies.
 
B7 TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF (THS) DE LA MENOPAUSE ET CONTRACEPTIFS ORAUX
Depuis 1980, les oestrogènes sont utilisés pour réduire les troubles liés à la ménopause (bouffées de chaleur, ostéoporose, affections cardiovasculaires). Dans les années 90, on s’est aperçu que l’administration d’oestrogènes augmentait l’incidence des cancers du corps utérin, ce qui a conduit à administrer simultanément oestrogène et progestérone. En 1997, une méta-analyse des études effectuées (essentiellement des enquêtes cas-témoins) a montré une augmentation de l’incidence des cancers du sein chez les personnes traitées, augmentation qui disparaît dès l’arrêt de l’administration, ce qui est normal puisque les hormones sont des agents de promotion.
Il apparaît que 5 317 cas de cancer du sein et 1 120 décès par cancer du sein peuvent être attribués au traitement hormonal, soit 12,7% des cancers du sein et 10% des décès causés par ce cancer.
 
Alerte FDA ; Le finastéride peut augmenter le risque de cancer de la prostate. Autres effets secondaires : dysfontion éréctile et impuissance persistante, dépression, suicide…
 
2 firmes pharmaceutiques font pression sur des scientifiques pour cacher des effets secondaires graves …: augmentent significativement le risque de cancer du pancréas, de pancréatite et de cancer de la thyroïde . Risque de cancer du pancréas multiplié par 2,4 chez les patients sous sitagliptine et par 2 chez les patients sous exenatide.
Risque de cancer de la thyroïde multiplié par 3,4 chez les patients sous sitagliptine et par 7,6 chez les patients sous exenatide
 
PIOGLITAZONE (Actos®) / anti-diabètique 
Risque de cancer de la vessie, l’Afssaps met en garde – Afssaps
 
Trois études renforcent les vieux soupçons. Arznei-Telegramm demande le retrait du marché. .Le soupçon d’effet cancérigène, de cancérogénicité existait avant même que le médicament soit mis sur le marché.
 
alerte afssaps 2009
 
protopic (tacrolimus) : pour eczema
La FDA a émis un avis de santé publique pour informer les professionnels de la santé et les patients sur une risque potentiel de cancer de l’utilisation de Protopic
 
prempro pour ménopause
Effets secondaires: cancer du sein, cancer de l’ovaire, cancer de la vésicule, le lupus, la sclérodermie, Strokes, les caillots sanguins, l’asthme sévère, des embolies pulmonaire
 
L'une de ces dangereuses conséquences est l'augmentation du risque de cancer associé à long terme à l'hormonothérapie
 
70 millions de scanners effectués en 2007 aux États-Unis pourraient conduire à 29 000 cas supplémentaires de cancers
 
Pour la première fois, le risque est officiellement reconnu. Le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer), dépendant de l’OMS, vient de classer la pilule contraceptive parmi les produits cancérogènes du «groupe 1», ceux dont l’action est «certaine».
 
En 1975, on découvrait 7 000 cas de nouveaux cancers du sein par an en France. En 2013, on approche des 60 000 cas, et chez des femmes de plus en plus jeunes... Cancers, AVC, thrombo-embolies, dépressions, perte de libido, autisme chez les enfants... de nombreux effets secondaires graves et plusieurs maladies sont impliquées.
 
les contraceptifs oestro-progestatifs sont des cancérogènes du groupe 1 - c’est à dire avec le niveau de preuve le plus important
 
La pilule augmente le risque de cancer du sein, de l'utérus et du foie, car la prise est répétée pendant des mois, voire des années.
 
Après plusieurs années, certains patients développent une autre forme de cancer à la suite de leur traitement par chimiothérapie et la radiothérapie
 
Les parabènes sont des conservateurs largement utilisés dans les cosmétiques, mais aussi dans des médicaments et certains aliments.
 
Tous les neuroleptiques disponibles, y compris la réserpine, élever les niveaux sériques de prolactine
 
Quels sont les dangers? «A 20 ou 30 ans, explique de son côté le Pr Bourguignon, les personnes surexposées risquent de développer des cancers et, dans le cas d'utilisation de techniques interventionnelles (chirurgie sans ouvrir), il peut exister un risque de brûlure sévère de la peau»
 
Des scientifiques américains ont averti vendredi que l'image scanners à rayons X qui sont utilisés pour contrôler les passagers et les équipages des compagnies aériennes dans les aéroports à travers le pays peuvent être dangereux.
 
Selon une étude parue dans la revue Arch. Gen. of Psychiatry, les femmes prenant des tranquillisants ou neuroleptiques, ont un risque accru de développer un cancer du sein. Cette analyse épidémiologique a porté sur 50.000 femmes traitées par un neuroleptique entre 1989 et 1995 et elles ont été comparées à des sujets témoins. Les auteurs constatent que le fait de recevoir ce genre de molécule augmente en moyenne de 16% le risque de cancer du sein. Cet effet est visiblement dépendant de la dose : le risque s'accroît en même temps que la dose et la durée du traitement. (Source Arch. Gen. of Psychiatry).
 
communiqué de presse
 
Dans toutes les villes des USA, l’augmentation de la teneur de l’eau potable en fluor a correspondu à une augmentation de la mortalité par cancer du foie, cancer des os, et tumeurs des cellules squameuses de la bouche ; autres méfaits : convulsions, os douloureux, éruptions cutanées, problèmes gastro-intestinaux, nausées et vomissements. ( au moins 300 médicaments contiennent du fluorure )
 
Une étude épidémiologique a aussi mis en évidence[13],[14] que la prise d'antibiotiques était statistiquement associée à une augmentation modeste mais significative du risque de contracter certains cancers chez les participants ayant eu des prescriptions répétées d'antibiotiques[14]. Cette augmentation était de 20 à 50% du risque relatif par rapport aux personnes non-exposées
 
D'après une étude publiée dans la revue de l’Association Américaine de Médecine, il est prouvé qu’il y a un Lien entre la prise d’antibiotiques et l’augmentation du risque du cancer du sein !
 
Cinq années de thérapie hormonale combinée double le risque, d’après une étude.
 
Cidofovir peut induire de multiples effets secondaires: insuffisance rénale grave, maux de tête, fatigue, nausée, vomissements, fièvre et éruption cutanée. Il est déconseillé aux femmes enceintes. Même à de très faibles doses, le cidofovir est cancérigène lors de tests sur les animaux.
 
Contraceptifs oraux (combinés, séquentiels), Diéthylstilboestrol, Érionite, Formaldéhyle, Iode.....
 
ce médicament est connu pour provoquer des inflammations du pancréas, des réactions allergiques, des maux de crâne (très fréquents), des vomissements (très fréquents également), mais surtout le cancer de la thyroïde.
 
Ces médicaments, le Glivec et le Sutent (principes actifs, imatinib et sunitinib), ont un effet démontré pour réduire la taille de la tumeur.
Mais ce faisant, ils détruisent de petites cellules peu étudiées jusqu’à présent, les péricytes, qui maintiennent sous contrôle la croissance de la tumeur.
 
D’après une nouvelle étude de chercheurs français, les enfants nés de femmes ayant pris, afin de tomber enceinte, un médicament prescrit en cas de stérilité risquent deux fois plus que les autres de développer une leucémie.
 
Ces mentions légales avertissent désormais du risque accru qu'un cancer de la prostate de haut grade soit diagnostiqué sous ces traitements.
 
Quelque 40 ans après que le médicament a été commercialisé par la société Ciba Geigy, les tests de cancérogénicité ont été menées au détriment des contribuables par le National Toxicology Program, dont les résultats ont été publiés en 1995. Des souris adultes ont été nourris Ritalin sur une période de deux ans à des doses proches de celles prévues pour les enfants. Les souris ont développé une incidence statistiquement significative d'anomalies et les tumeurs hépatiques, y compris les cancers rares hautement agressifs appelés hépatoblastomes. Ces résultats sont particulièrement inquiétants que les tests ont été effectués sur des adultes, plutôt que de jeunes souris qui seraient censés être beaucoup plus sensibles aux effets cancérigènes. Le National Toxicology Program a conclu que le Ritalin est un «cancérogène pour l'homme», et a recommandé la nécessité de poursuivre les recherches
 
ce poison provoque des tumeurs cancéreuses du foie chez les souris de laboratoire.
 
Les agriculteurs exposés à de forts niveaux de pesticides, mais aussi ceux qui les utilisent pour leurs plantes d’intérieur, ont un plus grand risque de développer une tumeur cérébrale, selon une étude publiée en ligne, dans la revue britannique spécialisée Occupational and Environmental Medicine.
 
Une étude publiée dans le JAMA par le Dr. Rebecca Smith-Bindman, de l’université de Californie (San Francisco) et son équipe a trouvé que le nombre de scanners par millier de personnes a triplé aux Etats-Unis entre 1996 et 2010. Ces chercheurs estiment que 2% des cancers à venir seront directement liés à l’exposition à ces rayonnements. Tout en soulignant l’intérêt de l’imagerie médicale pour la santé, ils demandent aux médecins de bien mesurer le rapport bénéfices risques, d’en informer le patient et de limiter ou retarder certains examens.
 
Une étude récente publiée dans le Lancet (Lancet 2004;364) portant sur 170 000 personnes montre que des antioxydants de synthèse (vit. A,C,E +Sélénium) ne protègent pas contre le cancer mais plus encore que leur association avec du bêta carotène de synthèse augmente le risque de mortalité normale.
 
...Les produits de synthèse actuels n’ont rien à voir avec aucune des substances produites par la vie. Construits de toutes pièces, ce sont des corps morts et leur introduction dans l’organisme, du fait qu’il s’agit de corps chimiques étrangers à nos structures, provoque leur rejet. Ce rejet, hélas ne s’effectue pas sans léser divers organes de manière irréversible.
 
Il est loin d’être le seul dans son analyse et le NCI (National Cancer Institute) va plus loin en affirmant que ce chiffre s’élève à 40 % chez les femmes de 40 à 49 ans. L’Institut a publié des statistiques qui montrent que chez les femmes de moins de 35 ans, les mammographies peuvent provoquer 75 cancers pour 15 cancers correctement diagnostiqués.
 
Dans le domaine des doses élevées (quelques dixièmes de Sievert ; voir chapitre " Le milli-Sievert, c'est quoi ? " 4.1.3mSv), de nombreuses études scientifiques (dont celles sur les survivants d'Hiroshima et de Nagasaki, celles sur les patients ayant suivi un radiodiagnostic ou une radiothérapie et celles sur des personnes professionnellement exposées) ont prouvé avec certitude l'existence d'un risque réel d'induction de cancers dans de nombreux organes dû au rayonnement. De nos jours, on admet que le risque de cancer mortel radio-induit est de 10% par Sievert pour des doses élevées. Ceci veut dire qu'on observera 10 cancers supplémentaires (dus au rayonnement) dans le cas où 100 personnes auraient été exposées à une dose de 1 Sievert.
 
Personne ne peut répondre à cette question car aucune étude n’a été menée en ce sens, pas plus que sur leurs risques mutagènes ou tératogènes. Or, les vaccins contiennent des substances carcinogènes. Ainsi, si vous téléphonez à l’Association américaine des pédiatres en leur demandant quelle est la dose maximum de dérivés de mercure, d’aluminium ou de formaldéhyde qui peut être tolérée par l’organisme d’un enfant, ils vous répondront que toute dose est dangereuse car ces substances sont toutes potentiellement carcinogènes. Or, elles se trouvent dans la plupart des vaccins. Si vous injectez vous-même ces produits à vos enfants, vous irez en prison mais si les médecins le font, ils ne risquent rien.
 
Pourquoi permet-on aux mêmes acteurs de l’industrie et du gouvernement de jouer aux apprentis-sorciers avec la santé humaine? Pourquoi personne n’a-t-il été rendu responsable de ces crimes par négligence ou pire encore ?
 
Lorsque des fanatiques et des charlatans vous disent que la science a montré que les vaccins sont sûrs et efficaces, l’exemple des vaccins contre la polio montrent qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent [ou vous mentent ?]
 
«C’est d’ailleurs là-dessus que joue l’industrie dans son argumentaire. Sur certaines maladies, ce n’est pas le lien entre pesticides et maladies qui est faible. Ce sont les études qui sont faibles.»
 
Bref, d’un coté, nous sommes empoisonné par les mêmes qui tentent de nous surmédicaliser ensuite. La DGCCRF évalue à 1.5 kilo par an la quantité de pesticide que nous ingérons. (page 271)
 
Il existerait, selon une étude de cohorte rétrospective taïwanaise récente, d’une durée de 5 ans et portant sur 59.647 sujets (17), une relation statistiquement significative entre la prise de benzodiazépines et le risque de can – cer, plus particulièrement du cancer hépatique, rénal et du cancer de la prostate et de la vessie. Une forte association existerait également chez les hommes entre la prise de benzodiazépines et le cancer du cerveau. Une telle association avec le cancer a aussi été retrouvée dans une étude longitudinale (2,5 ans en moyenne) américaine de 2012 sur 10.529 sujets (18), qui estime que le risque de cancer est augmenté de 35% chez les consommateurs à hautes doses de benzo – diazépines. Globalement, la prise de benzodia – zépines amènerait une mortalité au minimum trois fois plus importante selon cette dernière étude. Les biais n’ont cependant pas pu être entièrement exclus de cette recherche et ces résultats doivent être corroborés par d’autres études à venir
 
Les consommateurs de médicaments hypnotiques sont plus à risque de cancers et de décès que les non consommateurs selon une étude américaine publiée dans la revue anglaise British Medical Journal Open.
 
pensez-vous qu'il continuerait de prendre ce médicament ? En 1976 ont été écrites (seulement aux USA) plus de 500.000 recettes pour ce médicament”
Une étude récente a indiqué que le risque de cancer de l’œsophage a presque doublé chez les patients recevant 10 ordonnances ou plus pour les bisphosphonates oraux.
 
La balance bénéfices-risques du traitement hormonal substitutif de la ménopause est défavorable en raison d'un risque accru cardiovasculaire et de cancers du sein. Il expose aussi à un risque de cancers de l'ovaire.
 
C’est en partie la preuve s cientifique et biologique la plus concluante que  j’ai découverte au cours de ces 50 années dans le domaine de la recherche sur le cancer. »
 
Le Centre de Contrôle des Maladies (CDC) admet que 98 millions d'Américains ont été contaminés pendant 8 années par des vaccins polio contenant un virus cancérigène" (le SV40)
 
Les études réalisées montrent la responsabilité des vaccinations multiples et répétées, telles que pratiquées hors protocole au sein de l’armée ; celles-ci affaiblissent le système immunitaire, rendant ainsi les organismes plus sensibles en cas d’exposition à différents produits chimiques (uranium appauvri, dioxines, produits chimiques des décharges et des industries...) et augmentant alors le risque de développer des maladies graves, comme le cancer.
 
interfèrent avec les récepteurs oestrogéniques des cellules mammaires   cancéreuses    1135   .   L'usage   régulier   de   ces   produits   peut   favoriser   l'éclosion   d'un cancer du sein d'autant plus que l'aluminium est une substance génotoxique capable de causer des   altérations   de   l'ADN   et   que   les   cellules   cancéreuses   du   sein   montrent   justement   une instabilité génomique
 
Cet adjuvant présent dans la majorité des vaccins n’est malheureusement pas que neurotoxique. Tumeurs et cancers sont également régulièrement observées chez l’animal - parfois même plusieurs années après la vaccination - mais aussi chez l’homme.
 
Quel ironie, on ne meurt plus du VIH mais du cancer causé par les traitements  chimiques qui sont là pour vous aider à lutter contre le  sida. On peut dire je pense qu’ils  ne veulent pas nous soigner, juste nous tuer. Dans tout les cas tu finis entre 4 planches, très joyeux.
 
Ces femmes courent également un risque 40 fois plus grand de développer une forme peu courante de cancer du vagin appelé adénocarcinome à cellules claires, précisent les chercheurs. Ce cancer reste néanmoins rare avec un cas sur mille chez ces femmes exposées au DES. Les auteurs de l'étude soulignent toutefois que le risque de développer cette maladie subsiste jusqu'à au moins 40 ans. De plus ces femmes exposées au stade fœtal au Distilbène ont deux fois plus de chances de développer des cellules pré-cancéreuses dans le col de l'utérus ou du vagin et un risque accru de 80 % d'avoir un cancer du sein après 40 ans. L'analyse des données indique qu'à 55 ans une de ces femmes exposées à l'hormone sur 25 développera des changements cellulaires anormaux dans le cervix ou le vagin et une sur 50 souffrira d'un cancer du sein.
 
oestrogène de synthèse
 
Si l’efficacité du médicament est relative, les effets secondaires sont inquiétants : infections, cancers, ostéonécrose de la mâchoire, fractures atypiques notamment. On observe également des dermatites, des eczémas, des rashes et des endocardites.
 

Pour ne pas avoir de cancer, : »il faut jeter les antidépresseurs, anxiolytiques et les somnifères à la poubelle » selon le prof henri Joyeux

Quelques morts et catastrophes

« Maintenant, ils ont franchi une étape supplémentaire et publié une estimation selon laquelle la même orientation peut avoir conduit à la mort de jusqu’à 800 000 personnes en Europe au cours des cinq dernières années.
 
L’antidiabétique Avandia qui vient d’être retiré du marché est suspecté de source officielle d’avoir causé 83 000 infarctus du myocarde aux Etats-Unis. Pourquoi la presse française n’a-t-elle pas repris cette affaire dans le contexte de celle du Mediator qui aurait fait entre 500 et 2000 morts ? Pourquoi Xavier Bertrand s’est-il montré si discret vis-à-vis de GlaxoSmithKline ?
 
diabete ,AVANDIA® : 83.000 accidents cardiaques aux USA, une agence du médicament en coma dépassé
 
 Il s’agit d’un excellent compte rendu des effets de permettre la commercialisation des Tamnbocor (flécaïnide) comme un anti-arythmique issu des paramètres intermédiaires « de substitution ». Plus tard, il y avait reconnaissance qu’en fait le médicament était associée à des taux accrus de mort cardiaque
 
lorcainide : Dans les années 1980, un médicament contre l’arythmie cardiaque, le lorcainide, fut testé auprès d’une centaine d’hommes ayant subi une attaque cardiaque. Le taux de décès fut 9 fois supérieur chez les candidat ayant pris lorcainide que ceux qui ont pris le placebo. L’étude ne fut jamais publiée et les résultats sombrèrent dans l’oubli.
Pourtant, à la même époque, les médecins ont commencé à systématiquement prescrire des médicaments anti-arythmie aux gens ayant subi une attaque cardiaque, par mesure de prévention, sans savoir qu’une étude avait démontré que c’était dangereux. Résultat : environ 100.000 personnes sont mortes avant que l’on ne se rende compte que c’était une mauvaise idée. Ces morts auraient pu être évitées si l’étude sur lorcainide avait été publiée.
Il y a seulement la moitié des résultats d’essais cliniques qui sont publiés, et celles dont les résultats sont négatifs ont deux fois plus de chances de ne pas être publiées. Conséquemment, les informations disponibles aux médecins font en sorte de constamment surestimer les bienfaits des médicaments. Ainsi, comme les médecins sont maintenu dans l’ignorance, les patients sont exposés à des traitements inférieurs, inefficaces, non-nécessaires, plus dispendieux et/ou plus risqués, voire dangereux.
 
pour s’apercevoir que c’était le médicament anti-arythmie qui tuait le patient
 
Le spray pour l’asthme Isoproterenol, commercialisé sous le nom de Isuprel, a tué durant les années ’60 environ 3500 patients. Cependant, il continue d’être commercialisé dans notre pays et il est recommandé pour différentes affections du coeur.
 
le médicament complètement inutile Oxichinolin, recommandé pour les problèmes digestifs, a provoqué un scandale mondial : plus de 30.000 personnes ont été rendues aveugles ou ont subi des paralysies des jambes suite à son utilisation. Ce médicament a provoqué aussi de nombreux décès (plus de 1000 seulement au Japon)
 
Le D.E.S. a été prescrit depuis 1948 à des millions de femmes dans le monde. Interdit en 1971 aux USA, il a été administré en France à des centaines de milliers de femmes enceintes jusqu’en 1977, avec un pic de consommation entre les années 1968 et 1971.
 
En France, 80 000 filles D.E.S et 80 000 garçons.
 
des milliers de morts et des dizaines de milliers de handicapés…mais toujours en vente.
 
il a été à l’origine de la naissance de 10 000 à 20 000 nourrissons atteints de graves malformations
 
Près de 40 % des victimes de la thalidomide seront décédées avant leur premier anniversaire.
 
60 000 patients ont intenté des procès pour avoir subi des effets cardiovasculaires liés à la prise de dexfenfluramine (sous le nom de Redux®) et la fenfluramine (sous le nom de Pondimin®)[102], par l’intermédiaire d’un recours collectif : 3,75 milliards de dollars d’indemnisation auraient été versés à une association regroupant 150000 victimes afin d’éviter un procès[103]. C’est American Home Products qui, le 8 octobre 1999, conclut un accord pour indemniser les victimes ; les indemnités se montaient à 3.5 milliards de dollars[104].
 
Commercialisé en France en 1985 et 1997.
7 millions de Français en auraient pris.
Coupe faim censé réguler le poids des obèses et surtout faire perdre quelques kilos à de nombreuses personnes qui n’en n’avaient pas forcément besoin.
Découverte de complications de type hypertension artérielle pulmonaire en 1995 et d’anomalie des valvules cardiaques en juillet 1997
.
2000 morts depuis 1976, date de l’autorisation de mise sur le marché jusqu’au mois de juillet 2010, date de son retrait définitif, soit une moyenne de 60 victimes par an.
 
Public Citizen a demandé à la FDA en 1996 et de nouveau en 2006, d’émettre des avertissements de boîte noire pour rupture du tendon et la tendinite..Si l’ avertissements avaient été émis, le nombre de morts de Levaquin- réputés de plus de 5000et des dizaines de milliers de personnes qui ont été affaiblis par des maladies mortelles aurait probablement été évitée
 
En avril 2016, le chanteur Prince meurt d’une overdose et fait connaître au monde une drogue 50 fois plus puissante que l’héroïne et 100 fois plus puissante que la morphine, le fentanyl.
Les laboratoires médico-légaux ont dénombré en 2016 plus de 30.000 cas d’overdoses fatales liées au fentanyl contre « seulement » 600 en 2012.
…aujourd’hui aux États-Unis, près de 100 personnes meurent chaque jour d’une overdose de ce produit.
 
Scoliose, troubles musculo-squelettiques, retards de langage, troubles du comportement… Ces souffrances sont aujourd’hui le lot commun de ceux que l’on appelle désormais « les enfants dépakine », du nom de ce médicament nocif pour le fœtus, que 14 322 femmes enceintes, selon les derniers chiffres publiés mercredi 24 août 2016 par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament, ont pris pendant leur grossesse pour soigner leur épilepsie ou leurs troubles bipolaires, entre 2007 et 2014, et des milliers d’autres encore non évaluées avant elles

La medecine EST LE facteur n 1 des deces aux usa?

"la médecine telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui, aux USA, est un crime contre l'humanité"

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Autorisé à tuer: Les épidémies croissantes de maladies Iatrogeniques et de folies burocratiques

 
Saviez-vous que ... les médecins sont 9 000 fois plus susceptibles de tuer quelqu'un que les propriétaires d'armes à feu? - Plus de personnes sont mortes des effets secondaires des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l'ibuprofène que toutes les personnes qui sont mortes dans la guerre du Vietnam? - 250 000 Américains par an meurent d'erreurs médicales? - Pendant les grèves de médecins, les taux de mortalité diminuent-ils réellement? - La médecine conventionnelle est maintenant le principal tueur des Américains, dépassant les maladies cardiaques et le cancer? Une maladie iatrogène signifie «maladie causée par le médecin» et constitue une épidémie nationale. Mais à cause des intérêts financiers, le système médical occidental montre peu d'intérêt à changer la façon dont il prend soin des patients. Dans Licenceed to Kill, vous serez étonné de lire sur le conséquences catastrophiques, peu connues, que la maladie iatrogène a sur notre pays. Et vous serez indignés d'apprendre comment la FDA est financée, en partie, par l'industrie pharmaceutique, de sorte que de nombreux médicaments potentiellement mortels sont autorisés à aller au public en raison d'intérêts financiers. Une fois que vous aurez lu Licence pour tuer, vous ne regarderez plus jamais votre médecin de famille, votre chirurgien ou votre pharmacien de la même façon.

15000 morts des traitements médicaux par mois, et personne ne bouge un cil

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

PHARMAGEDDON

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Opioïde : un génocide

Les drogues addictives qui incluent, Les opioïdes, nous le savons maintenant, causent plus de 64 000 décès par an rien qu’aux États-Unis. De DCNF: Le ministère de la Justice a accusé John Kapoor, 74 ans, et sept autres dirigeants actuels et anciens de la société pharmaceutique de racket pour avoir mené une conspiration nationale par corruption et fraude pour contraindre la distribution illégale de fentanyl, qui est destiné à être utilisé comme un analgésique par les patients atteints de cancer.
 
Au cours des dernières années, des dizaines de milliers d’Américains sont morts prématurément à cause de surdoses médicamenteuses ou de mélanges toxiques, la plupart du temps liées à des analgésiques narcotiques prescrits par des médecins et d’autres fournisseurs. Parmi ceux qui meurent de plus en plus souvent des suites d’une surdose d’opioïdes illégaux, surtout d’héroïne, de fentanyl et de méthadone, la grande majorité sont d’abord devenus dépendants aux puissants opioïdes synthétiques prescrits par la communauté médicale, fournis par les grandes chaînes de pharmacies et fabriqués avec des marges de profit incroyables. Dans le fond, cette épidémie a été encouragée, subventionnée et protégée par le gouvernement à tous les niveaux et reflète la protection d’un marché médico-pharmaceutique privé maximisant les profits et devenu sans limite.
 
Fin juillet dans le European Journal of Pain, l'Observatoire français des médicaments antalgiques (Ofma), créé en 2017 pour prévenir l'émergence d'une crise sanitaire, a rapporté que l'usage des opioïdes forts (morphine, oxycodone et Fentanyl) a plus que doublé entre 2004 et 2017. Aujourd'hui, plus de 12 millions de Français sont traités chaque année avec un analgésique opioïde, dont un million avec un opioïde fort. Et une donnée interpelle: la consommation d'oxycodone, un opioïde puissant grandement responsable du drame qui se joue outre-Atlantique, a été multipliée par 20 en une décennie.
 
Cette année, nous accusons 601 personnes, dont 76 médecins, 23 pharmaciens, 19 infirmières et autres membres du personnel médical, de fraude médicale d’une valeur de plus de 2 milliards de dollars
 
accusations criminelles qu’ils ont induit en erreur les régulateurs, les médecins et les patients sur les risques du médicament de dépendance et de son potentiel d’être maltraité.

En deux ans – c'est à dire de 2014 à 2016, le nombre de mort a doublé, passant donc de 33 000 à 62 500. Et cette tendance ne semble pas faiblir en 2017.

 

pharmageddon

pharmageddon (anglais) : l’hisoire d’une tragedie par le prof david Healy
les antidépresseurs – maintenant les médicaments les plus couramment prescrits pendant la grossesse – alors même que les preuves s’accumulent que ces médicaments provoquent des défauts de naissance, le double du taux de fausses couches, et causer un handicap mental chez les enfants nés de mères qui ont été les prendre. L’espérance de vie aux Etats-Unis, le pays qui consomme le plus de la dernière des médicaments vitaux est en baisse rapide par rapport au reste du monde. Pour les maladies comme la schizophrénie, nous faisons maintenant 10 fois pire en termes d’espérance de vie que nous l’étions il ya 100 ans.

Médicaments, totalitarisme, holocauste, nous avons atteint le stade du NEGATIONNISME ! par le professeur david Healy

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français

SOINS TUEUR : COMMENT LES ERREURS MÉDICALES SONT DEVENUEES LA TROISIÈME CAUSE DE DÉCÈS AUX USA

SOINS TUEUR : COMMENT LES ERREURS MÉDICALES SONT DEVENUEES LA TROISIÈME CAUSE DE DÉCÈS AUX USA
Chaque année aux États-Unis, un quart de million de décès sont attribuables à une erreur médicale . Si le nombre choque, à un certain niveau vous le saviez déjà, il en fut ainsi. Tout le monde connaît quelqu’un, peut-être qu’il était vous-qui a subi un traitement misérable dans les hôpitaux américains, une partie du système de soins de santé la plus élaborée, la plus vaste et coûteux dans le monde. Mais il est peut-être le plus inefficace.
Les erreurs de diagnostic, prescriptions erronées, opérant sur le mauvais patient, même opérant sur le mauvais côté (et amputant il): ce sont les conséquences de la négligence généralisée, le surmenage, l’ignorance et les hôpitaux essaient de tirer le meilleur parti de leurs aidants naturels et le plus d’argent de leurs patients.

Médecine : votre santé est en danger !

Génocide Médical

Torture et génocide sur ordonnances : STOP A LA TORTURE AVEC DES MEDICAMENT : STOP MED TORTURE / SMT